La Tunisie rafle neuf médailles au concours d'huile d'olive, « Dubaiooc 2021 »    Communiqué de presse du conseil des chambres mixtes    La BIAT lance une offre promotionnelle sur les crédits à l'immobilier au profit des TRE    Suite à l'instruction judiciaire ouverte à son encontre, Mabrouk Korchid se défend    Hasna Ben Slimane exige une passation par huissier de justice    Hichem Ajbouni : L'article 80 de la Constitution a sauvé Ennahdha !    Huawei Mobile Services et Ooredoo Tunisie lancent une facturation pratique et sécurisée    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 30 Juillet 2021 à 11H00    Tunisie: Ghazi Chaouachi dénonce le populisme qui domine la scène politique    Dream City, Rendez-vous en 2022    Pour cause de Covid-19, l'édition 2021 de Dream City reportée à 2022    JO Tokyo 2020 | Volleyball : La Tunisie s'incline devant l'Argentine    Appel à candidature : La Fondation Tunisie pour le Développement lance son cycle d'incubation à Siliana    Voilà pourquoi la pénurie de tabac s'aggrave en Tunisie [Vidéo]    CONDOLEANCES    Commentaire | L'espoir renaît    JO Tokyo 2020 | voile: le duo Sarra Guezguez et Eya Guezguez termine à la 21e et dernière place du skiff 49er FX    Ils ont dit    Dernier métro à 15H: La TRANSTU s'excuse    Tunisie – Météo : La vague de chaleur se poursuit ce weekend    La Tunisie réceptionne une aide médicale fournie par des pays amis et par des Tunisiens établis en France    Filière de l'huile compensée : Pour que le produit soit toujours disponible    Pleins feux sur l'affaire Moez Laâmari : Une nouvelle victime de la torture !    L'initiative présidentielle du 25 juillet 2021: Vers une nouvelle gouvernance pour sauver la République    JO Tokyo 2020 | Judo : Nihel Cheikhrouhou éliminée en 1/8e de finale    Ligue 1 : l'Espérance se sépare du ghanéen Basit Abdul Khalid    Bilan Covid-19 : 3508 nouveaux cas et 167 décès    Messaâdi : Cinq millions de Tunisiens seront vaccinés d'ici mi-octobre    Crime raciste à Raoued plage    CS Sfaxien : début ce samedi des préparatifs pour la nouvelle saison    Fête de la Femme: La première astronaute africaine envoyée à la station spatiale internationale ISS sera Tunisienne    Tunisie : Décret Présidentiel n°80 portant suspension de toutes les prérogatives de l'Assemblée    Tunisie-Tunisair: Envoi d'une 2ème cargaison de matériels et équipements médicaux    [TRIBUNE] : Pour un état-major de l'économie    36e Foire internationale du livre de Tunis : Appel à participation    Spectacle "24 parfums": Un site dédié au projet et un film documentaire en cours de réalisation (teaser)    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 29 Juillet 2021 à 11H00    Publication par l'INP des exemples du projet "Vigile" d'inventaire informatisé des collections muséographiques    Jeux Olympiques – Aviron : Khadija Krimi et Nour El Houda Ettaieb terminent à la 4e place    Festival Hammamet 2021: La pièce de théâtre "Club de chant" de Cyrine Gannoun en ligne    Hédi Dhoukar: L'invitation à réfléchir de Hichem Djaït    Dernière minute : La Maison Blanche « préoccupée » par l'évolution de la situation en Tunisie et appelle au calme    "Mémoire" de Slim Sanhaji et Sabah Bouzouita au FIH2021 dans sa version en ligne    208 migrants clandestins secourus au cours des dernières 48 heures    17 migrants retrouvés morts à bord d'un bateau en route vers les côtes italiennes    150 migrants irréguliers secourus au large de Zarzis    Aux origines de la Nahda: L'Expédition d'Egypte (1798-1801)    Crimes racistes aux Etats-Unis | La fondation russe contre l'injustice monte au créneau    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Patrimoine : Attention, le site de Carthage se meurt !
Publié dans WMC actualités le 14 - 06 - 2021

Le collectif de la société civile à Carthage déplore "les abus constatés sur le site de Carthage", et a déposé une lettre auprès de la directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay, qui a répondu à ce cri de détresse, en dépêchant ses représentants pour inspecter l'état du site lors de sa visite officielle en Tunisie.
Plusieurs fois médiatisée auparavant, la question du site de Carthage, patrimoine mondial de l'humanité depuis 1979, a refait surface avec la visite de la responsable onusienne à l'occasion de la huitième session de la Conférence des Etats parties de la Convention 2001 sur le patrimoine culturel subaquatique tenue à Tunis (7-9 juin 2021).
"Mme Azoulay nous a envoyé son chef de cabinet accompagné du représentant de l'Unesco Maghreb qui ont noté les problèmes à Carthage. Ils ont promis un rendez-vous dans leur bureau à Paris", selon Salwa Jaziri, activiste et membre du collectif de la Société civile à Carthage.
Représentée par des associations, des collectifs de citoyens et le syndicat des chercheurs de l'INP, la société civile à Carthage conteste la gestion générale du site qui ne coïncide pas avec les normes exigées par l'Unesco pour les sites classés. Elle réclame l'urgence de "protéger ce grand site " au "risque d'être placé sur la liste des sites en péril ".
L'urgence d'adopter le PPMV de Carthage
La société civile à Carthage a attiré l'attention de la DG de l'Unesco sur l'adoption urgente, par l'état, du PPMV (Plan de Protection et de Mise en Valeur) de Carthage qui est prêt depuis longtemps et dont la réalisation constitue " la pierre angulaire " de leur travail associatif.
" Seul acte juridique opposable aux tiers, inscrit dans le Code du Patrimoine tunisien depuis 1994, la Loi impose à l'Etat tunisien le devoir de son exécution, car c'est le seul cadre institutionnel et juridique pour mener à bien la protection, la sauvegarde et la mise en valeur du site ", indique-t-on dans cette lettre en date du 7 juin 2021, dont une copie est parvenue à l'agence TAP.
Les signataires contestent ce qu'ils qualifient "la mauvaise volonté, le déni et l'indifférence de l'autorité qui cache difficilement les causes réelles du refus de son adoption qui permettrait, en effet, la sauvegarde de quelques centaines d'hectares de terrains soustraits ainsi à la spéculation foncière ".
Dans leur lettre intitulée "Un plaidoyer pour Carthage", ils expriment leur regret " des nombreux abus constatés sur le site de Carthage depuis 2011 ". Ces abus viennent " s'ajouter aux dépassements commis sous l'ancien régime sur cette zone classée au patrimoine mondial de l'UNESCO ", lit-on encore.
Signé par Leïla Ladjimi Sebai, Présidente de l'association " Les amis de Carthage ", le Syndicat des chercheurs de l'Institut National du Patrimoine et le Collectif de citoyens carthaginois, cette lettre indique que cette action intervient à un moment où " les graves problèmes que rencontrent ce site" sont préoccupants. Un statu quo est favorisé par " le peu d'intérêt que les pouvoirs publics accordent à cette cité.. ", lit-on encore.
Des abus et dépassements en série
Les signataires évoquent un cadre juridique qui n'est pas appliqué en affirmant que "les abus de l'ancien régime qui auraient dû être sanctionnés par la loi promulguée à cet effet, n'ont été que timidement réprimés".
Les abus concernent entre autres la "construction de plusieurs demeures qui sont venues envahir le cirque romain" selon cette même source. La zone non constructible, elle-même classée par le décret présidentiel du 7 octobre 1985, est menacée.
Les dépassements constatés concernent également des travaux de construction illicite, ce qui a mis en péril le parc archéologique et naturel classé de Carthage. Le collectif évoque "une maison d'hôtes et lieu de loisirs et des travaux qui se font en cachette et avec l'accord tacite de certaines autorités".
Chercheurs, historiens, archéologues, architectes et urbanistes, étudiants et citoyens de tous horizons sont parmi les adhérents et sympathisants de ce collectif qui mène depuis, des années, des actions pour préserver cet héritage mondial.
Les membres du collectif de la société civile à Carthage rappellent leurs actions précédentes pour attirer, mettre en garde et faire des propositions à l'attention des autorités publiques. Ils citent des actions auprès de la Municipalité de Carthage, de la présidence de la république, des ministères de tutelle, des institutions diverses. Toutes ces initiatives sont toutes restées " lettre morte ", lit-on dans la lettre.
Les signataires affirment leur " entière et totale fidélité aux engagements pris pour la préservation du site de Carthage et pour la sauvegarde de son intégrité ". Leur " unique objectif est de défendre ce site trois millénaire en alertant les pouvoirs publics, à l'échelle locale, régionale, nationale et internationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.