Rafik Abdessalem à propos de Kaïs Saïed : Un aveugle qui dirige un groupe d'aveugles    Augmentations salariales dans le secteur privé: L'accord sera signé la semaine prochaine    Variant Omicron - Nouvelles mesures pour les voyageurs à destination de la Tunisie    Le sélectionneur de la Grèce jette l'éponge    Sfax: Suivi des opérations de distribution de l'huile végétale subventionnée [Vidéo]    La Tunis appelle la communauté internationale à amener Israël à se conformer aux résolutions de l'ONU    Des députés d'Ennahda, Qalb Tounes et Al Karama à l'Assemblée de l'Union interparlementaire    TGM la Marsa : une coupure d'électricité derrière l'accident    Le ministre de la Santé reçoit l'ambassadeur de Hongrie en Tunisie    Mohamed Abbou : Qualifier Kaïs Saïed d'honnête m'a mis dans le pétrin !    Tunisie Telecom fait bénéficier son expérience RSE aux étudiants au Forum de l'ENSIT    Les services de la dette extérieure ont progressé de près de 21%    MEMOIRE : Hassen MEKKI    Evénements de Siliana, 9 ans déjà ! : La plaie est toujours ouverte !    NBA : les Lakers surpris par les Kings, les Suns 15/15    Ennahdha appelle à l'organisation d'élections anticipées    Attendant avenue Bourguiba : l'oncle de l'assaillant témoigne    Pourquoi? | Le mystère de l'huile subventionnée    Lancement effectif du réseau ferroviaire rapide : ll faut en finir avec les fausses annonces    Coronavirus: Suspension des cours dans un collège à La Manouba    Le barbier... des Sénateurs    Des établissements scolaires ont été fermés après l'enregistrement des cas de contamination par le coronavirus    «RIMBAUD. Le Bateau ivre a 150 ans», sous la direction de Giovanni Dotoli et d'autres chercheurs : Célébration du prodigieux «Poème de la mer» de «l'homme aux semelles de vent»    On nous écrit | Retour sur la Foire internationale du Livre de Tunis 2021 : Lire délivre    1ère édition du Salon du livre audio en Tunisie les 27 et 28 novembre à la Bibliothèque Nationale de Tunisie : Le livre à l'ère du numérique    Villarreal – Barcelone : Liens streaming pour regarder le match    UST : Le grand défi    Météo : Temps nuageux avec des pluies éparses    Du côté du Parc A | Amri opéré avec succès    Le bilan du champion en titre à l'aller est peu convaincant : Une Espérance qui doit mieux faire    Tennis : Les ambitions de Malek Jaziri    Ligue 1 : Plus de deux mois d'arrêt du championnat    A l'Avenue Habib-Bourguiba : Un individu armé voulant attaquer le MI maîtrisé    4 nouveaux gouverneurs nommés    Tunisie-Ben Guerdane [PHOTOS] : La Garde Maritime a secouru 461 immigrants clandestins issus de 17 pays africains    Semaine boursière : L'ATB consolide fortement ses assises financières    The Washington Post évoque la Tunisie    En vidéo : ''Un centre d'esthétique en Tunisie a fait des ravages sur les gens'', selon une influenceuse internationale    Encore une fois, une compétence Tunisienne s'affirme à l'étranger    La banque allemande KfW débloque 18,5 M€ en faveur de la protection du littoral tunisien    Tunisie: Une élévation de la mer de 50 cm pourrait entraîner de grosses pertes !    Ouverture du 8ème Festival de la création de l'UGTT en présence de Taboubi et de Guettat    Prix FABA de littérature : Remise des prix de la 1ère édition le 4 décembre 2021    Migration clandestine : Un oubli regrettable !    487 migrants irréguliers secourus au large de Kerkennah    Festival du film maghrébin d'Oujda : La Tunisie rafle 3 prix    Chronique d'une catastrophe annoncée au Musée du Bardo    Disparition de Mohamed Bouamoud, adieu l'ami !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Notation : La Tunisie classée dans la case "obligation spéculative de très mauvaise qualité"
Publié dans WMC actualités le 15 - 10 - 2021

La Tunisie de nouveau déclassée par l'agence de notation Moody's. Aujourd'hui c'est clair, net et précis : nous sommes classés C dans la case « obligation spéculative de très mauvaise qualité » avec un niveau de risque crédit très élevé. Si nos indicateurs ne s'améliorent pas, ce qui nous attend, c'est d'être rangé dans les pays qui peuvent être en défaut de paiement.
On s'y attendait depuis le mois de février. Aucun effort n'a été déployé depuis pour engager les réformes nécessaires. Au contraire, les grèves ont continué de plus belle, les revendications salariales ont suivi et le gouvernement Mechichi obéissait au doigt et à l'œil la centrale syndicale, signant les conventions à bras-le-corps dès qu'une menace de grève apparaît à l'horizon.
Radhi Meddeb qualifie cette dégradation de "très mauvaise nouvelle" pour la Tunisie. Et il écrit:
"Moody's dégrade la note souveraine du gouvernement tunisien mais aussi celle de la Banque centrale de B3 à Caa1 avec perspectives négatives.
Cela veut dire que l'accès de la Tunisie aux marchés financiers internationaux est devenu prohibitif sinon impossible. Nous avons beau clamer notre souveraineté et dénier aux agences de notation le droit de nous noter, les marchés financiers internationaux sont ainsi organisés. Ils se réfèrent à ces agences et ne font rien qui aille à l'encontre de leurs notations. La voie de notre salut se rétrécit. Il ne nous reste plus, à très court terme, que le recours à l'aide bilatérale. Seuls quelques pays pourraient et voudraient le faire. Cette aide bilatérale est strictement politique. Elle a un coût. Il faut le savoir et il faut l'accepter.
À moins court terme, seul un accord avec le FMI, probablement assorti de conditions sévères, pourrait nous permettre de retrouver le moyen de subvenir à nos besoins en devises".
Lire aussi: Moody's abaisse la note de la Tunisie à Caa1 et maintient une perspective négative
Pour sa part, l'économiste Moez Laabidi estime que les temps ne sont pas aux atermoiements mais aux décisions et aux bonnes décisions ! « Il faut commencer par engager les réformes relatives à l'insoutenabilité de la dette, c'est la porte d'entrée pour rétablir la confiance avec les bailleurs de fonds dans un nouveau contexte. Un contexte où tout le monde est attentif au verdict du FMI dans tout projet d'accord de prêt ».
Les réformes à engager d'urgence pour sortir de l'impasse financière sont la réduction des finances publiques, la restructuration des entreprises publiques pour mettre fin aux abus et à la mauvaise gestion, notamment l'arrêt d'injection des fonds de l'Etat dans des entreprises qui perdent systématiquement de l'argent.
Le pays a également grandement besoin d'une paix sociale qui doit s'étaler sur au moins 3 ans, et il revient aux syndicalistes patriotes et réellement soucieux du sauvetage de l'économie nationale de convaincre leurs bases.
Le régime de la compensation est aussi à revoir. Il faut trouver de nouvelles formules pour préserver les populations fragiles sans que celles nanties profitent des largesses de l'Etat.
Digitalisation et transition environnementale et énergétique
Moez Laabidi appelle également à activer la transition digitale. « Il faut investir et s'investir dans la transition digitale pour améliorer l'efficacité du recouvrement et combattre l'informel. La digitalisation est aussi à même de permettre d'implémenter la culture de la transparence dans les finances publiques ».
L'autre volet sur lequel devrait travailler le gouvernement Bouden pour réduire les dépenses publiques, c'est celui de la transition environnementale et énergétique pour alléger la facture de la compensation dans le volet énergie.
Rappelons à ce propos que les syndicats de la STEG bloquent à ce jour le raccordement au réseau national d'une centrale électrique photovoltaïque dans laquelle l'ETAP est partenaire avec ENI. Une aberration et une preuve de plus des abus des syndicats, lesquels, qu'on le veuille ou non, sont responsable en partie de la régression de l'économie nationale.
Choisir entre "construire" et "revendiquer"
La dégradation de la note souveraine de la Tunisie avec "perspectives négatives" devrait inciter tous ceux prétendant vouloir le bien du pays à s'intégrer dans une logique de construction et non dans une logique de revendications.
Rappelons à ce propos que le risque souverain est inhérent à l'existence même des Etats. C'est un risque très ancien qui a souvent, à travers l'histoire, entraîné la chute des banquiers prêteurs.
Le succès de la notation souveraine tient à l'usage extensif qu'en font les investisseurs depuis un siècle. L'intégration des ratings dans les réglementations financières au 20ème siècle a encore plus renforcé les agences de notation.
Le marché mondial est aujourd'hui « maîtrisé à hauteur d'environ 95% par trois agences : S&P, Moody's et Fitch Ratings. S&P et Moody's se partagent environ 80% du marché à parts égales. Fitch Rating, contrôlé par la holding française Fimalac, est nettement plus petit que ses deux principaux rivaux américains.
Censées apporter plus de transparence sur les marchés de capitaux, les agences exercent une fonction utile sur le plan économique. Quelques évaluations discutables, notamment durant la crise financière, et le fait que le marché de la notation financière soit sous la mainmise d'un très petit nombre d'agences, donc dans une situation d'oligopole, les ont cependant récemment mis sous le feu de la critique ».*
Que nous apprécions les agences de notation ou pas, elles sont aujourd'hui incontournables dans l'évaluation des risques souverains de n'importe quel pays au monde et sont les seules à offrir des indicateurs sur la solvabilité ou l'insolvabilité d'un pays. Il ne s'agit donc pas de les attaquer mais d'améliorer les indicateurs économiques et le climat d'affaires pour améliorer ses scores.
A.B.A
*Les agences de notation (iotafinance.com)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.