Ons Jabeur passe au second tour du tournoi de Wimbledon 2022    Pages éclairées de l'histoire du mouvement national tunisien (6) : Aux origines historiques d'un malaise endémique : une indépendance qui divise    Cyber-sécurité : L'ANSI met en garde contre une nouvelle technique d'hameçonnage    Auto: 16 industriels se sont associés dans le cadre du projet 5G    Laârayedh: Hamadi Jebali doit être hospitalisé à l'hôpital militaire pour une chirurgie urgente    Classement WTA Live : Ons Jabeur retrouve le Top 5 mondial    Une fin de saison houleuse : Dans la tourmente    Point de vue | Trop tard !    L1 | Play-off ( dernière journée) : Le verdict...    UGTT : grève générale au sein de la fonction et du secteur publics    Journée de colère du personnel de la santé: Précisions    Pourquoi | Les estivants et les plages    Voici les 10 chansons qui nous procurent du bonheur    Hubert Tardy-Joubert, directeur de l'Institut Français de Tunisie à La Presse : «La langue française est une langue Monde»    Mourad Messaoudi : les magistrats continueront à faire grève !    OPPO lance des offres exceptionnelles sur ses smartphones de la Série A à l'occasion du baccalauréat et de l'Aïd El Kebir    JM Oran 2022: 1ère médaille à la Tunisie remportée par la karatéka Wafa Mahjoub    Spectacle '24 Parfums Kids' de Mohamed Ali Kammoun Orchestrea    L'avocat et la famille de Hamadi Jebali sollicitent le soutien des Tunisiens    Tunisie: La date de l'Aid El-Idha selon l'Institut de la météorologie    « Espace El Mdina » à Hammamet : Une exposition de peintures géantes et un spectacle scout pour clôturer l'atelier artistique sur la lutte contre les violences économiques faites aux femmes    Zakaria Bouguerra: La vague du Covid-19 va se poursuivre jusqu'au mois d'août    Mabrouk Korchid tacle le Club de Madrid pour avoir appelé à la libération de Hamadi Jebali    INPT : il faut garantir un traitement humain à toutes les personnes privées de leur liberté    Une centrale solaire flottante installée au Lac de Tunis    Quid de la campagne référendaire ?    Mondher Lakhal : la digitalisation pour des services bancaires 24h/24 et 7j/7    Moutons de l'Aïd: Les prix sont fixés entre 500 et 850 dinars    Les sympathisants de 5 partis politiques affirment avoir été agressés par les " milices de Kais Saïed"    À l'occasion du sommet du G7 en Allemagne : D'un monde mieux reconstruit à un monde menacé de la pire crise de famine    Lancement new Opel Mokka en Tunisie, tout sauf normal !    Météo: Températures en hausse, ce lundi    Interview de Sihem Boughdiri Nemsia : le déficit budgétaire dépassera celui prévu par la Loi de Finances 2022    J'agence libanaise des news : un seisme d'une magnitude de 5,1 sur l'echelle Richter frappe Oran en Algerie    JM – Volley (F) : la Tunisie s'incline face à la Grèce    Le Club de Madrid appelle Kais Saïed à libérer Hammadi Jebali    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off) : les matches de ce dimanche    Rencontre avec le compositeur Karim Thlibi: Quand la musique s'affranchit de la parole    Hammam-Lif: Le Casino renaîtra de ses cendres    Balti et ses amis se produisent à l'avenue Habib Bourguiba à l'initiative de Orange Tunisie    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Festival Hammamet 2022: L'affiche rend hommage à Maurice Béjart    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nadia Akacha, les islamistes veulent sa peau quoiqu'il en coûte
Publié dans Business News le 26 - 05 - 2021

Il ne se passe plus un jour sans que les islamistes n'évoquent, en mal, Nadia Akacha, cheffe du cabinet du président de la République. A l'exception de l'agression physique, ils n'hésitent devant aucune méthode pour cibler la quadragénaire : accusations fallacieuses, injures, complot…

Elle est celle par qui le mal arrive. Sur les pages Facebook des islamistes, elle est le Mal absolu, celle qui a isolé le président de la République, celle qui complote, celle qui a trahi la République, celle qui a des accointances avec l'étranger. Pour accabler Nadia Akacha, tout est bon à prendre. Il y a les cadeaux qu'elle offre elle-même à ses adversaires, comme celui de l'enveloppe empoisonnée, et il y a les histoires montées de toutes pièces comme ce document fuité publié par Middle East Eye.
Un document sans queue ni tête qui ferait rire n'importe quel observateur, mais qui trouve de l'écho auprès des islamistes, jusqu'au bureau exécutif d'Ennahdha qui a publié un communiqué à ce sujet.
Champions de la surenchère, les islamistes radicaux font mieux qu'un simple communiqué et ce en déposant officiellement une plainte contre la cheffe de cabinet l'accusant, ni plus ni moins, de complot contre l'Etat !
Le député islamiste radical et fugitif Rached Khiari l'accuse, pour sa part, d'intelligence avec la France. Lui, il s'est spécialisé dans le dénigrement de Mme Akacha en lui consacrant, tous les deux- trois jours, un long post Facebook pour la dénigrer et l'injurier. Il scrute le moindre détail pour exprimer sa haine, allant jusqu'à chercher sur Internet le prix de ses sacs à main.
L'intérêt n'est cependant pas dans les publications elles-mêmes, mais dans les commentaires des abonnés de ces pages. Ainsi, on ne compte plus les commentaires haineux et les appels à la pendaison en place publique de la cheffe de cabinet dans ces commentaires. Le dirigeant politique islamiste lance l'accusation, le plus souvent infondée et dénuée de preuves, et la meute de ses fans se précipite pour injurier à qui mieux-mieux.

Depuis quelques jours, les islamistes ne sont plus seuls dans la missive contre la cheffe du cabinet présidentiel. Les anciens proches et sympathisants du CPR se sont joints à la meute islamiste.
Ainsi, Adnen Mansar, ancien chef de cabinet de Moncef Marzouki, accuse nommément Mme Akacha d'avoir isolé le président de la République, d'avoir un rôle suspect et d'être responsable de plusieurs catastrophes au sein de l'institution présidentielle.
Cherchant à profiter de l'occasion et à se repositionner sur la scène politique, l'ancienne directrice de la communication de la présidence, Rachida Enneïfer, est sortie hier sur Mosaïque FM pour se joindre à la meute islamiste et attaquer la cheffe de cabinet. Dans ses propos, on sent le règlement de comptes à des kilomètres. Ce qui n'a rien d'étonnant de la part de celle qui a annihilé la cellule de communication de la présidence. Avec des mots à peine voilés, Rachida Enneïfer accuse indirectement Nadia Akacha d'être à l'origine de l'isolement du président et d'être l'instigatrice du projet de « coup d'Etat » dont parlent les islamistes.

« Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose ! », dit le proverbe. Les islamistes s'en donnent à cœur joie, surtout que leurs fans et sympathisants ne remettent pas du tout en doute leurs propos. Ils pensent sérieusement que leurs publications ont de l'effet et qu'ils vont réussir à déloger la cheffe de cabinet de son poste.
Du côté de Carthage, pour le moment, Nadia Akacha garde le silence et ne tombe pas dans le piège de répondre aux calomnies. L'idée de jeter l'éponge et de démissionner lui a effleuré l'esprit des dizaines de fois, nous confie un de ses proches, mais elle a réussi à trouver de l'énergie et à rester au-dessus de la mêlée. Au-dessus du dépotoir plutôt.
Ce qui lui donne toute cette assurance, c'est le président de la République lui-même. Ceci n'a rien de secret, puisque Kaïs Saïed fait en sorte de la faire apparaître dans chaque sortie publique ou presque. Il montre à tout le monde que Nadia Akacha a toute sa confiance.
Ce que les islamistes feignent de ne pas voir, ou ne voient pas tant ils sont aveuglés par leur haine, c'est que leurs attaques contre la cheffe de cabinet ont un effet inverse sur le président.
Quand ils disent que Nadia Akacha a isolé le président, c'est comme s'ils disaient que Kaïs Saïed est un gamin qu'une quadragénaire peut manipuler. Le chef de l'Etat considère tout simplement que ceci est méprisant envers lui.
Ce qu'ignorent les islamistes, c'est que Nadia Akacha consulte le président dans les moindres détails de son travail. Elle ne fait rien sans le tenir informé au préalable. Et c'est parce qu'elle le consulte sur tout qu'elle a toute sa confiance.
Ce qu'ignorent les adversaires de Nadia Akacha, qui prétendent souvent être bien informés sur ce qui se passe dans le palais (le dernier à avoir dit cela c'est Adnen Mansar, pas plus tard que ce matin), c'est que le président de la République est encore mieux informé qu'eux. Il sait qui fait quoi et qui est qui. Il sait qui rencontre qui et qui complote avec qui. Kaïs Saïed a une idée précise des noms des corrompus et des corrupteurs. Ceci n'a rien de secret, il l'a dit à plusieurs reprises.
Ils ont beau le croire isolé, Kaïs Saïd est informé de tout. Et ses informations, il ne les puise pas chez sa cheffe de cabinet. Quotidiennement, le président lit les rapports des services de renseignement du ministère de l'Intérieur et de l'Armée fort riches en informations relatives à ce qui se passe dans le pays et dans l'Etat profond. Il a des contacts réguliers avec plusieurs dirigeants politiques et députés en qui il a confiance. Il a également des contacts réguliers avec des artistes et des influenceurs. Enfin, on n'oublie pas les rapports privilégiés qu'il a avec son frère Naoufel et son ami Ridha Lénine qui, eux-mêmes, ont des rapports bien introduits dans la société.
Dès lors, dire et croire que Kaïs Saïed a été isolé par Nadia Akacha est juste risible. C'est méconnaitre le président de la République et son rayon d'action.

Pourquoi donc les islamistes et les adversaires de Nadia Akacha l'attaquent-elle, et pas lui ?
Il y a d'abord du machisme ordinaire, puisque les islamistes vivent encore dans le régime d'une société patriarcale. Prétendre, devant leurs fans, que Kaïs Saïed est dirigé par une femme, c'est le montrer comme un homme dénué de virilité. Cela a été dit et répété dans plusieurs pages islamistes.
Il y a ensuite une volonté de pousser à bout la dame (et la Femme est réputée être fragile, comme ils le croient) afin qu'elle démissionne. Kaïs Saïed perdrait ainsi une carte maitresse dans son cabinet si une dame de confiance le quitte. Ce départ fragiliserait énormément le président de la République.
Il y a enfin la recherche de crédibilité et d'efficacité. En attaquant directement Kaïs Saïed, les islamistes subissent immédiatement un retour de bâton. Les fans de Saïed sont très nombreux sur les réseaux sociaux et rappellent, sans cesse, que le président de la République est quelqu'un de propre. Pour eux, l'attaquer est une ligne rouge.
En revanche, quand c'est Nadia Akacha qui est attaquée, les répliques sont moindres voire inexistantes. Les centaines de milliers de fans de Kaïs Saïed ont un amour inconsidéré pour la seule personne du président et non pour son équipe. Du coup, quand les islamistes attaquent Nadia Akacha, ils sont assurés qu'ils ne vont pas être attaqués en retour et que leurs propos ne sont pas remis en doute.
Dernier point, et c'est le plus anecdotique, Nadia Akacha est attaquée par défaut puisque le président n'a quasiment pas de conseillers et qu'il n'existe ni de porte-parole ni de directeur de la communication pour répondre aux différentes accusations lancées à tort et à travers à l'assemblée et sur les réseaux sociaux. Faute d'autre bouc-émissaire, Nadia Akacha accuse tous les coups dirigés contre la présidence.

Cette ambiance basée sur les accusations fallacieuses et les injures ne saurait trop durer pourtant.
Un jour ou l'autre, il faut que le président de la République sorte pour dénoncer nommément toutes les parties qui l'attaquent d'une manière directe et indirecte. Il l'a promis à plusieurs reprises dans ses discours, mais il demeure toujours dans le silence. Jusqu'à quand ? Il est quand même anormal que sa cheffe de cabinet et femme de confiance soit ainsi attaquée quotidiennement sans qu'il ne la défende.
Tout aussi anormal qu'il n'ait pas de service de communication et de porte-parole capable de sortir dans les médias pour éteindre les incendies que ses adversaires allument quotidiennement ici et là.
Nadia Akacha est aujourd'hui victime d'une véritable cabale islamiste, certes, mais elle est aussi victime de son propre président.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.