Yassine Ayari : En prison, j'ai été filmé presque nu !    Dernière minute: La présidence de la République annonce de nouvelles mesures    Vision AVTR, le concept-car révolutionnaire et futuriste de Mercedes-Benz    Khalil Zaouia dénonce l'absence d'une feuille de route    FTAV: Le tourisme intérieur a sauvé la saison    Rentrée 2021-2022: Optimisez votre travail collaboratif grâce au vidéoprojecteur Epson EB-735FI    Monde- Daily brief du 22 septembre 2021: Le chef du gouvernement libyen rejette le retrait de confiance    Deux femmes héroïnes d'un évènement qui unit l'art et la littérature: Azza Filali et Chiara Montenero    Lyon OL vs Troyes : Liens streaming pour regarder le match    Ligue 1 : programme du tournoi barrage    La Tunisie devient membre de la Fédération internationale de hockey sur glace    Metz – PSG : Où regarder le match du 22 septembre de ligue 1    Enseignement supérieur privé / Paramédical : Pas d'équivalence pour les bacheliers non scientifiques    Campagne pour vacciner les chiens à l'occasion de la Journée mondiale contre la rage    Journées du Québec en Tunisie: 438 postes proposés par des entreprises canadiennes    Mohsen Marzouk : Le président cherche a mettre en œuvre un projet personnel !    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Al Karama appelle ses partisans à protester contre la comparution des civils devant les tribunaux militaires    Dernière minute-Coronavirus: 15 décès et 1013 nouvelles contaminations, Bilan du 20 septembre 2021    Les droits de douane ne dépassent pas 2,3% de la valeur des importations    Monaco – Saint-Etienne: où regarder le match du 22 septembre    Classement des 500 meilleures chansons de tous les temps (top 5 en vidéos)    Les annonces de Saïed sur les "dispositions transitoires" éloignent un peu plus Ennahdha du pouvoir    Assemblée générale de l'ONU : Les entretiens de Jerandi à New York    Le projet tuniso-italien "EVE" été présenté à Nabeul    L'UGTT et le décret du 14 juillet 2020 : Les précisions de Tunisie Telecom    Réunion sur la gestion des 50 MDT destinés à l'entretien des écoles    Change devises en dinar tunisien : Cours du 22 septembre 2021    Décès du journaliste économique Chokri Gharbi    Art'cot organise une exposition grand format à la Médina de Tunis    Effondrement d'une partie du plafond d'une salle de classe au Kram - Fermeture de l'école    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 22 Septembre 2021 à 11H00    Algérie: Les drapeaux en berne en hommage à Abdelkader Ben Salah    Tunisie – Météo: Températures en légère hausse, mercredi    Congrès mondial des écrivains de langue française les 25 à 26 septembre à Tunis (Programme)    Mohamed Abbou: Kais Saied a échoué dans la lutte contre la corruption    Egypte : Décès du maréchal Mohamed Hussein Tantaoui    Le photographe tunisien Habib Hmima n'est plus    Natation : La FTN retire sa plainte contre Oussama Mallouli    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Le Club Africain annonce une liste de 11 joueurs prêtés pour la nouvelle saison    Le ministre des Affaires culturelles reçoit Noureddine et Nejia Ouerghi    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    "Streams" de Mehdi Hmili en compétition officielle du FIFF de Namur et de La Mostra de Valencia en Espagne    30 auteurs au Congrès des écrivains de langue française à Tunis    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hichem Ajbouni : L'article 80 de la Constitution a sauvé Ennahdha !
Publié dans Business News le 30 - 07 - 2021

Le député du bloc démocrate, Hichem Ajbouni, a déclaré que durant son règne, le mouvement Ennahdha n'a rien accompli en Tunisie. « Ceci a poussé au mouvements de protestations contre eux et, plus tard, à un soutien populaire aux mesures exceptionnelles annoncées par le président de la République Kaïs Saïed », a-t-il expliqué.
Néanmoins, lors de son passage sur la radio IFM, Hichem Ajbouni a affirmé que le président de la République n'a pas respecté la constitution. « Les conditions d'application de l'article 80 de la Constitution ne sont pas respectées. Nous pouvons par exemple évoquer la question de l'absence d'une cour constitutionnelle », a-t-il poursuivi. C'est pour cela qu'il y a eu opposition aux mesures exceptionnelles dans le communiqué du bureau exécutif de son parti Attayar, selon lui. Par la suite, le conseil national, qui selon l'élu est la plus haute autorité au sein du parti, a apporté les éclaircissements nécessaires sur la position officielle de Attayar. « Mais il ne faut pas s'arrêter à l'analyse juridique de la situation. La situation exige une analyse au niveau politique. Le président n'a pas d'autres choix », a souligné le député.


En effet, Hichem Ajbouni a considéré que le président n'aurait pas pu appliquer l'article 80 si l'Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) était en état de réunion permanente. « On aurait pu avoir droit à des actes de violence entre députés ou même à un bain de sang au parlement », a-t-il ajouté. Il a, également, affirmé que l'application de l'article 80 de la Constitution a sauvé le mouvement Ennahdha d'une deuxième révolution.
Par la suite, Hichem Ajbouni a souligné le dysfonctionnement au niveau de l'hémicycle. « Il n'y avait pas de respect de l'esprit des lois, de la constitution et du règlement intérieur. La loi de relance économique, à titre d'exemple, propose une légalisation du blanchiment d'argent. La coalition Al Karama et le mouvement Ennahdha ne devraient même pas évoquer la question de non-respect de la loi en raison de leurs pratiques », s'est-il exclamé.
Actuellement, selon l'élu, chaque député faisant l'objet d'une enquête doit répondre de ses actes et être traduit devant la justice. « D'ailleurs, nous devons observer l'impact du changement politique sur le fonctionnement de la justice. Les plaintes à l'encontre de Qalb Tounes, Ennahdha et Aich Tounsi stagnaient depuis octobre 2019 », a ajouté l'élu.
Concernant la réaction des Tunisiens, Hichem Ajbouni a souligné la lueur d'espoir qu'a apporté l'annonce des mesures exceptionnelles prises par la présidence de la République. « Je suis optimiste quant au futur de la Tunisie. Néanmoins, nous ne devons pas entrer dans un état d'euphorie collective. Nous attendons le reste des mesures et nous attendons encore la nomination d'un chef du gouvernement. Ce dernier devra créer son propre gouvernement et ne doit pas être délimité par cette période de 30 jours. Je pense que le nouveau gouvernement devrait se maintenir jusqu'à la tenue d'élections anticipées », a-t-il dit.


Pour ce qui est du futur de la Tunisie, Hichem Ajbouni a expliqué que son parti attend de voir ce qui va se passer durant le délai de 30 jours. « Nous avons demandé un entretien avec le président de la République. Nous attendons de la présidence d'établir une feuille de route. Ce n'est pas aux partis politiques de la définir mais au président de la République », a considéré l'élu. Selon lui, il est nécessaire de se pencher sur le rapport de la Cour des Comptes et sanctionner les députés ayant enfreint la loi. Il a, aussi, précisé que certains députés ont fui à l'étranger et d'autres se cachent. Il a appelé ces derniers à se présenter devant la justice tunisienne.
En cas d'élections législatives anticipées, Hichem Ajbouni estime que la nouvelle composition du parlement sera proche de celle de maintenant. « Il faut barrer la route à la corruption et renforcer le contrôle sur le financement des partis politiques. Nous devons réformer le système électoral. De plus, la lutte contre la corruption doit inclure tous les aspects. Je suis content quant au limogeage de Lazhar Loungou », a-t-il déclaré.
Par ailleurs, Hichem Ajbouni a affirmé qu'en 2012 et 2013, 59 hommes d'affaires ont annoncé être prêts à construire des hôpitaux et des logements sociaux pour une somme totale de 450 millions de dinars. Ils ont, également, voulu employer les blessés de la révolution. « La liste a été présentée à Noureddine Bhiri et nous n'avons plus rien entendu à ce sujet… Les partis politiques usent des dossiers de corruption pour faire pression sur les hommes d'affaires », a révélé l'élu. Ces hommes d'affaires devraient se présenter devant les tribunaux afin de mettre fin à cette situation.
Enfin, Hichem Ajbouni a considéré que le pays est en faillite. « Nous venons d'emprunter 1.400 milliards de dollars à un taux d'intérêt de 6,52% remboursables sur 3 mois pour honorer un autre emprunt américain à hauteur de 506 milliards de dollars à un taux d'intérêt de 2,25%. De plus, pour la première fois, le rapport de Fitch mentionne le Club de Paris en ce qui concerne la situation de la Tunisie. Le problème en Tunisie, c'est que nous ne produisons pas de la richesse. Il nous faut encourager l'innovation et la créativité. Il nous faut, également, envisager des réformes au niveau du système de changes avant d'adopter une loi d'amnistie à ce sujet. Si j'étais ministre des Finances, j'aurais démissionné après le communiqué émanant de la Banque Centrale de Tunisie. Le ministre actuel, Ali Kooli, a échoué dans l'ensemble de ses activités et il devrait démissionner », a-t-il déclaré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.