Quatre partis créent le Front démocratique    Qalb Tounes appelle à l'union afin de lutter contre la dictature !    Tunisie- Daily brief du 23 septembre 2021: La présidence de la République annonce de nouvelles mesures    Opportunités : Une trentaine d'entreprises tunisiennes à EXPOLIVA'2021    Fédération camerounaise de football : Samuel Eto'o dépose sa candidature    Dernière minute-Coronavirus: 7 décès et 683 nouvelles contaminations, Bilan du 21 septembre 2021    Mohamed Abbou : « La Constitution protégeait les Tunisiens et ils doivent également la protéger ! »    Salsabil Klibi : Une constitution d'alcôve n'est pas la meilleure voie vers la paix sociale    Bilan Covid-19 : 683 nouveaux cas et 7 décès    Tunisie-Ministère de l'Energie et des Mines : Préparatifs de la première session du Conseil National de l'Energie    Bourse de Tunisie : 2ème séance consécutive dans le rouge pour le Tunindex    Monde- Daily brief du 22 septembre 2021: Le chef du gouvernement libyen rejette le retrait de confiance    Khalil Zaouia dénonce l'absence d'une feuille de route    FTAV: Le tourisme intérieur a sauvé la saison    Rentrée 2021-2022: Optimisez votre travail collaboratif grâce au vidéoprojecteur Epson EB-735FI    Deux femmes héroïnes d'un évènement qui unit l'art et la littérature: Azza Filali et Chiara Montenero    La Tunisie devient membre de la Fédération internationale de hockey sur glace    Metz – PSG : Où regarder le match du 22 septembre de ligue 1    Journées du Québec en Tunisie: 438 postes proposés par des entreprises canadiennes    Lyon OL vs Troyes : Liens streaming pour regarder le match    Enseignement supérieur privé / Paramédical : Pas d'équivalence pour les bacheliers non scientifiques    Ligue 1 : programme du tournoi barrage    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Al Karama appelle ses partisans à protester contre la comparution des civils devant les tribunaux militaires    Les droits de douane ne dépassent pas 2,3% de la valeur des importations    Monaco – Saint-Etienne: où regarder le match du 22 septembre    Classement des 500 meilleures chansons de tous les temps (top 5 en vidéos)    Le projet tuniso-italien "EVE" été présenté à Nabeul    Réunion sur la gestion des 50 MDT destinés à l'entretien des écoles    Assemblée générale de l'ONU : Les entretiens de Jerandi à New York    Les annonces de Saïed sur les "dispositions transitoires" éloignent un peu plus Ennahdha du pouvoir    Art'cot organise une exposition grand format à la Médina de Tunis    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 22 Septembre 2021 à 11H00    Algérie: Les drapeaux en berne en hommage à Abdelkader Ben Salah    Tunisie – Météo: Températures en légère hausse, mercredi    Congrès mondial des écrivains de langue française les 25 à 26 septembre à Tunis (Programme)    75% des personnes convoquées ne se sont pas présenté à leur rendez-vous de vaccination    Egypte : Décès du maréchal Mohamed Hussein Tantaoui    Le photographe tunisien Habib Hmima n'est plus    Natation : La FTN retire sa plainte contre Oussama Mallouli    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Le ministre des Affaires culturelles reçoit Noureddine et Nejia Ouerghi    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    "Streams" de Mehdi Hmili en compétition officielle du FIFF de Namur et de La Mostra de Valencia en Espagne    30 auteurs au Congrès des écrivains de langue française à Tunis    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le défi d'Ennahdha, ne pas imploser !
Publié dans Business News le 04 - 08 - 2021

Kaïs Saied n'aura pas fait que renverser, à son avantage, les équilibres du pouvoir exécutif. Il a aussi mélangé indirectement les cartes au sein du parti Ennahdha. Pour le parti islamiste, le plus grand défi est de ne pas imploser, de ne pas amplifier les dissensions internes par l'onde de choc qui est arrivée de Carthage le 25 juillet. Ennahdha ne peut que faire le dos rond en attendant que la tempête passe.
Rached Ghannouchi, leader du parti islamiste depuis des décennies, porte la responsabilité quasi-exclusive de la situation dans laquelle se trouve Ennahdha. C'est ce qu'affirment à tout va les frondeurs au sein du parti islamiste. Les dissensions à propos de la sagesse et de la pertinence de la conduite politique du parti ne sont pas nouvelles, il y a eu des démissions retentissantes liées directement à ce sujet, comme celle de Abddelhamid Jelassi. Il y a eu également l'appel des cent qui réclamait une réelle évaluation des choix politiques du parti durant la dernière décennie, dont Abdellatif Mekki par exemple est l'un des signataires. Toutefois, la série de décisions prises par le président de la République donne un nouveau relief aux critiques de la gestion politique et des choix du parti islamiste. Les critiques de Rached Ghannouchi estiment que ses choix, parfois imposés par le chef du parti ou adoptés à la va-vite au conseil de la choura ont mené vers la situation actuelle. Une situation où Ennahdha est isolé et scrute les menaces qui planent sur son existence même, avec le scénario égyptien de 2013 en mémoire.

Plusieurs parmi les leaders du parti s'autorisent depuis des mois à dire que Ennahdha a perdu son cerveau politique. Le choix de Habib Jemli, les démissions de personnes influentes et de caciques du parti, le leadership de ce même parti, la place des jeunes dans les hautes sphères, le sempiternel combat entre les prisonniers et les immigrants, les doutes autour de l'organisation du congrès du parti…autant de virages que Ennahdha a raté ces derniers mois sous l'égide de Rached Ghannouchi. Il a longtemps pu se cacher derrière une garde rapprochée féroce composée principalement de son gendre Rafik Abdessalem, de Noureddine Bhiri et de Abdelkarim Harouni. Mais cela ne semble plus suffire.

Ennahdha paye actuellement le prix de deux choix politiques assez discutables. Le premier est celui de soutenir Hichem Mechichi contre vents et marées quitte à faire des acrobaties intellectuelles dont seul Ennahdha a le secret. On multipliait même les manœuvres dernièrement pour constituer un gouvernement politique autour de lui. Les cadors du parti étaient tous d'accord pour dire que le rendement gouvernemental est faible, surtout dans la gestion de la crise sanitaire, mais en même temps ils offraient un soutien inconditionnel au chef du gouvernement. Cette configuration était fortement critiquée par les frondeurs du parti, dont particulièrement Imed Hammami, qui avait demandé, à titre personnel, la démission de Hichem Mechichi. Ils estiment ne pas avoir à payer le prix politique de ce soutien à la Kasbah. Par ailleurs, Ennahdha a couvert et protégé ses alliés que Qalb Tounes et Al Karama. Tous trois ont contribué à donner cette piètre image du Parlement, particulièrement au niveau de sa présidence, assurée par Rached Ghannouchi. Les nominations, la gestion des conflits, la réaction aux actes de violence à l'ARP, les demandes de levée de l'immunité, la gestion du bureau de l'ARP, ont été les titres de l'échec de cette institution. En plus, le chef du parti Ennahdha a tenté, depuis le premier jour, de déplacer l'épicentre du pouvoir au Bardo, au détriment des deux présidences de l'exécutif ce qui a eu le don d'agacer profondément le président de la République.

Ce qui nous amène à la deuxième raison : la mauvaise évaluation que Rached Ghannouchi a fait du président de la République, Kaïs Saïed. Le chef du parti islamiste a toujours sous-estimé Kaïs Saïed en pensant pouvoir le maitriser rapidement. Il a commencé par braconner sur ses prérogatives concernant la politique extérieure en recevant des ambassadeurs et surtout en prenant des engagements au nom de l'Etat tunisien. Rached Ghannouchi a également facilité la chute du gouvernement de Elyes Fakhfakh, montrant ainsi à Kaïs Saïed qu'il était loin d'être le seul à décider. Il s'est arrangé avec Nabil Karoui pour « recruter » le nouveau chef du gouvernement Hichem Mechichi et s'est évertué à le soustraire à l'autorité présidentielle pour s'accaparer, à travers lui, encore plus de pouvoir. Il est vrai que le président de la République est loin d'être un foudre de guerre en politique, mais nul ne peut observer ce manège sans intervenir et surtout, rares sont les personnes qui auraient pu résister à autant de provocations. Kaïs Saïed n'en fait manifestement pas partie.

Ennahdha s'est isolé et s'est « embourgeoisé » durant les dix dernières années. Khalil Baroumi a déclaré que son parti n'était plus au contact du peuple et n'avait plus ses préoccupations au sein de leurs priorités. Plusieurs autres raisons, en plus de ce qu'il a mentionné, ont amené le parti islamiste à ce stade. Mais le résultat est que le parti Ennahdha représente, à lui seul, toute la déliquescence de la scène politique tunisienne. Les gens vont jusqu'à préférer l'inconnu, avec tous ses dangers, au fait de continuer avec Ennahdha au pouvoir.

Seul Kaïs Saïed peut sauver Ennahdha. S'il n'a pas de plan précis pour gérer la trentaine de jours de « parenthèse démocratique » qu'il s'est accordé, s'il cafouille et que rien n'est fait concrètement, Ennahdha retrouvera sa position hégémonique, tôt ou tard. Napoléon Bonaparte disait : « N'interrompez jamais un ennemi qui est en train de faire une erreur ». C'est, semble-t-il, la tactique choisie par le parti islamiste. Autre poumon possible pour Ennahdha : le soutien étranger. Cela peut être un soutien direct comme celui de la Turquie ou du Qatar, comme depuis dix ans. Chose que l'UGTT a dénoncé à l'issue de la réunion de sa commission administrative. Le soutien peut également être indirect. Si jamais le président de la République dépasse le délai fatidique des trente jours, les chancelleries et les pays frères et amis, y compris parmi les plus proches, ne pourront plus soutenir Kaïs Saïed ou faire la sourde oreille à ce qui se passe en Tunisie. Par conséquent, toutes les réserves qu'ils pourront exprimer à ce sujet tomberont directement dans l'escarcelle d'Ennahdha.

Au final, Kaïs Saïed a pris, de manière contestable, les clés du pouvoir. Maintenant, il se doit de bien les utiliser. Toute erreur du président de la République est un argument de plus pour la thèse du putsch soutenue par les islamistes. Kaïs Saïed peut affaiblir considérablement Ennahdha, mais il peut aussi le remettre en selle et le rendre plus fort qu'avant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.