Kaïs Saïed, Ahmed Chafter, Ezzeddine Chelbi… Les 5 infos de la journée    Fuite de gaz sous la mer suite au sabotage des gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2    Fenêtre FIFA : Tous les résultats des matches amicaux    Un nouveau coronavirus découvert chez les chauves-souris russes commence à inquiéter les scientifiques    Match amical à Paris (France) | Tunisie-Brésil 1-5 : Une soirée cauchemardesque    Tunisie – Fin de mission de Lorenzo Fanara ambassadeur d'Italie à Tunis    Mondial 2022 : La vente de billets dans sa dernière phase    Basket / Coupe arabe des clubs (F) : L'ES Cap-Bon battu en demi-finale    Les supporters tunisiens mettent l'ambiance au Parc des Princes pour le match Tunisie - Brésil    Ukraine : La dernière pièce qui manquait pour justifier l'horreur nucléaire    4 ans de prison pour un conseiller à l'ambassade de Tunisie à Londres    Siliana: 430 tonnes de sucre subventionné injectés sur le marché    Kairouan: Des protestataires scandent "Dégage" au gouverneur Mohamed Bourguiba [Vidéo]    Vidéo fuitée des 600 mille dinars : le syndicat envisage des poursuites judiciaires    Tunisie-coronavirus : Nouveau bilan    8 entreprises sur 10 trouvent que le niveau d'information sur les services administratifs digitaux est insuffisant, selon une enquête du CJD    La Fondation Orange Tunisie lance son nouvel appel à projets Villages pour l'année 2022    Un vaisseau de la Nasa a percuté un astéroïde pour le dévier    Auto-Stellantis propose aux travailleurs français une prime de 1 400 euros    Oui, le rôle des médias est aussi d'éduquer !    Le front de Salut national met en garde contre une "explosion sociale"    Tunisie: Journée des startups vertes, le 29 septembre 2022    Tunisie: 11 morts et 332 blessés    Les cinq ministres des Affaires étrangères de l'UMA invités à un sommet à Alger    Zarzis | Migration clandestine : Des «harragas» portés disparus    Majdi Karbai : l'extrême droite italienne évoque un blocus maritime    Les recettes du tourisme font un bond de 86%    Nouri Lajmi : la couverture des législatives sera problématique à cause du mode de scrutin    Tunisie : Seulement 22 % des entreprises sont très satisfaites des services administratifs digitalisés    Antonio Guterres : Les nations Unies seront toujours aux côtés de la Tunisie    Boudriga répond à Saïed : la faillite des entreprises publiques derrière les pénuries    Ligue des Nations: les matches de ce mardi    Hand | Championnat arabe des clubs champions messieurs – Finale : EST-EZZamalek (Cet après-midi à 17h30) : Pronostics interdits !    Billet | Le rêve de toute une vie    BCT : Plus de deux millions de chèques rejetés    Météo en Tunisie : Pluies orageuses    «Gadha» (seconde vie) de Anis Lassoued dans les salles : Vous avez demandé la vie ? Mettez le paquet !    Rétrospective Abbas Kiarostami : A la découverte des œuvres du maitre du cinéma iranien    Tunisie-Bourse : Le marché entame la semaine dans le vert    Décès de Qaradawi, Kaïs Saïed, syndicat sécuritaire… Les 5 infos de la journée    Une délégation de la BERD en Tunisie    L'extrême droite victorieuse en Italie - En Tunisie, les enjeux semblent échapper au pouvoir    Les Tunisiens Qui Sont-Ils ? D'où Viennent-Ils ? Les Révélations De La Génétique    Le Goethe-Institut présente l'exposition «Mirath : Music» : Le patrimoine culturel comme une entité vivante    Nouveau souffle à la Maison du roman : Des rêves, des projets et un bel envol !    Un dispositif sécuritaire draconien pour la fermeture des locaux d'un syndicat de police    La liberté d'expression en Tunisie selon Dilem    Film Gadeha , Une seconde vie d'Anis Lassoued : Un film immersion dans la pré-adolescence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Où est Najla Bouden ?
Publié dans Business News le 11 - 11 - 2021

30 jours, jour pour jour, que Najla Bouden a été nommée cheffe du gouvernement par Kaïs Saïed. Elle a donné son premier discours le 11 octobre dernier dans lequel elle a insisté sur « la nécessité de rétablir la confiance des citoyens dans les institutions de l'Etat, leur gouvernement et en eux-mêmes ». Depuis, on ne l'a pas entendue parler. Autrement, qu'à travers Kaïs Saïed.

Najla Bouden se trouve actuellement en France, à Paris, où elle participe jusqu'au 13 novembre au Forum de Paris pour La Paix et à la Conférence internationale sur la Libye. Il s'agit du deuxième voyage de la cheffe du gouvernement, après l'Arabie Saoudite, fin octobre. Pour l'instant, la page officielle de la Kasbah n'évoque nullement cette visite et se contente de relayer des rencontres datant de « ces derniers jours ».
On apprend, entre autres, qu'elle a tenu, « au cours des derniers jours » au Palais de la Kasbah, une série de réunions avec un certain nombre d'ambassadeurs de pays frères et amis, ainsi que l'ambassadeur de l'Union européenne accrédité en Tunisie. Un « communiqué récapitulatif » qui ne spécifie pas les dates des rencontres mais les annonce en bloc en les accompagnant de généralités.
« Les entretiens ont porté sur les moyens et perspectives permettant de renforcer la coopération dans divers domaines, notamment le domaine économique, compte tenu des opportunités d'investissement et des potentiels de la Tunisie, notamment son expertise humaine dans le domaine de l'ingénierie, de la technologie et de la recherche scientifique… ». Voilà ce à quoi on aura droit de la part de la présidence du gouvernement.

Depuis qu'elle est en poste, Najla Bouden ne s'est prononcée sur aucun des gros dossiers gérés par son gouvernement. Elle n'a présidé qu'un seul conseil des ministres et n'a même pas nommé ses conseillers, nommés par Kaïs Saïed via décret présidentiel. Elle ne s'est toujours pas adressée à la nation alors que les Tunisiens sont restés plus de deux mois sans chef de gouvernement depuis le limogeage de Hichem Mechichi le 25 juillet dernier.
D'ailleurs, la conseillère à la présidence du gouvernement chargée de la communication, Amel Adouani, nommée par Najla Bouden, a été limogée en 24h sous ordre de Kaïs Saïed. On lui reproche d'avoir tenu des propos hostiles au chef de l'Etat et aux mesures du 25-Juillet sur sa page Facebook.

Face aux événements d'importance nationale, autant Najla Bouden que son gouvernement restent muets.
Pas un mot sur les tensions qui secouent la ville de Agareb, à la crise sanitaire qui dure depuis plus d'un mois dans le gouvernorat de Sfax, à l'agression d'un professeur par son élève mineur et aux appels des syndicats à manifester.
Dans ses entrevues avec le chef de l'Etat, Najla Bouden est filmée de dos, venant rendre des comptes et acquiesçant aux propos de Kaïs Saïed. Seul le chef de l'Etat est, en effet, amené à se prononcer sur les sujets d'intérêt national. Il dépêche le ministre de l'Intérieur de se rendre à Sfax pour trouver une issue « rapide » à la crise, il annonce une politique d'austérité et appelle les Tunisiens à mettre la main à la poche. Une fois le chef de l'Etat prononcé son discours, la page de la Kasbah se contente de le reprendre sur sa page. On a ainsi uniquement la version de Carthage.

Pendant ce temps-là, Najla Bouden agit dans l'ombre, dans le cadre de sa mince marge de manœuvre, mais n'a pas le droit de s'exprimer en public. Ni elle, ni les autres membres de son gouvernement. Pendant que Kaïs Saïed fait appel à la générosité des Tunisiens, Najla Bouden reprend les négociations avec le FMI.
Carthage et la Kasbah sont-ils en train de se saboter ou est-ce que Najla Bouden travaille à couvrir les arrières de Kaïs Saïed et à faire preuve de rationalité face à ses discours utopistes ?

A l'heure actuelle, Najla Bouden, professeure discrète et peu habituée aux feux de la rampe et au brouhaha de la politique, communique très peu sur sa stratégie. A supposer qu'elle en aie une.
Elle s'est réunie, il y a quelques jours avec les directeurs généraux et les responsables de structures de la présidence du gouvernement, à qui elle a demandé de « dresser une stratégie de travail pour le reste de l'année et pour l'année à venir et de faire des propositions de réforme ». Pas très encourageant…

Premier gouvernement tunisien dirigé par une femme, le gouvernement de Najla Bouden a suscité l'espoir au moment de sa création. Il possède, cependant une autre particularité, le mutisme qui semble être le maitre mot à bord, en plus d'une très faible marge de manœuvre…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.