Tunisie : Le SNJT condamne l'agression contre les journalistes des " Quatre vérités "    Al Massar ne participera pas aux prochaines législatives    Tunisie: Un membre du Conseil de la Choura d'Ennahdha démissionne    Législatives - Mansri : le scrutin se fera sur les personnes et non pas sur des listes et des partis politiques !    Rafik Abdessalem : Kaïs Saïed s'est arrogé tous les pouvoirs mais joue le rôle de l'opposition    Tunisie Télécom et Huawei : ensemble pour la création de l'avenir    3ème appel à projets FAST :Deux programmes renforcer la création de liens entre les startups/TPE/PME et les Grandes entreprises    Des pays européens ont l'intention de restreindre les transferts de fonds des résidents étrangers, selon l'OTE    Classement WTA : Ons Jabeur, 2e mondiale    France-Qatar : Le tir de Hollande fait des vagues, Macron devra écouter    CAF Champions League : le programme des matches du 2nd tour    Tunisie-Météo : Températures en légère hausse    La fédération de l'enseignement de base appelle à améliorer le pouvoir d'achat des enseignants    Prix du vaccin contre la grippe saisonnière    Rached Ghannouchi en tournée pour rencontrer les cadres et militants du parti    Mouvement protestataire des ouvrière agricoles [Vidéo en direct]    Création "Wahm" de Marwen Errouine avec Le Ballet de l'Opéra de Tunis    Jean-Pierre Elkabbach reprend la plume    Affaire des réseaux d'envoi vers les zones de conflit : Un show judiciaire ?    Commune de Zarzis : Qui sème le vent...    Tribune | De l'histoire de l'Art à la pratique artistique contemporaine Tunisienne : La migration du statut de l'objet, d'un état de servitude à un acte de dénonciation    Affaire Brest – Belaili : Youcef Belaïli sort du silence !    High Tech&Innovation    Par Amine BEN GAMRA : Transformation digitale dans le secteur bancaire : où en est vraiment la Tunisie de ses ambitions ?    Les doutes dissipés    Orange Tunisie inaugure 2 nouveaux Orange Digital Center Clubs à l'ENIS et l'ISET Kairouan    Express    Lancement du projet « Employment 4 Youth» : Accroître la compétitivité des PME et booster l'emploi    Pourquoi | A quand une solution pour les SDF ?    Redeyef | L'eau et son effet sur la maladie de fluorose dentaire chez la population : L'éternelle quête de l'eau    Expatriés | Laâyouni crève l'écran    Le CA entre ombres et lumières : Cherche l'éclaircie...    L'affaire FTF-CSChebba au crible | L'avis de l'expert Habib Grami (juriste en sport) : «Une décision qui prête au doute»    «Dreaming » d'Emel Mathlouthi au Théâtre Municipal de Tunis : Retour sur scène    Anis Lassoued, réalisateur de «Gadeha–Une seconde vie» à La Presse : «"Gadeha" est la greffe d'une société sur l'autre»    Sabeh Malek : trois autres entreprises citoyennes seront créées d'ici la fin de l'année    QNB – La Chine est-elle sur le point de se redresser sur le plan cyclique ?    Burkina Faso : Des manifestants s'en prennent aux intérêts français dans le pays    Hédi Bouraoui élevé Académicien à vie à la Société Royale du Canada    Foot-Europe: le programme du jour    En photos - Manifestation de soutien aux Iraniennes à Tunis    Monde-Daily brief du 30 septembre 2022: Guerre en Ukraine : Poutine officialise l'annexion de quatre régions occupées    Poutine facilite l'accès à la nationalité russe si...    Ukraine : Poutine l'a fait… !    Spectacle Mallasine Story interprété par Bilel Briki au 4ème art    Les plus beaux dessins de soutien aux Iraniennes    La France décore Slim Khalbous des insignes de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres.    La vigilance éternelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Fête nationale de la femme : Ichraf Chebil annonce le retour des vieux démons
Publié dans Business News le 14 - 08 - 2022

Pour la première fois depuis l'ascension de Kaïs Saïed au pouvoir (maintenant on peut véritablement parler d'ascension), la fête nationale de la femme a été célébrée en grandes pompes sous la présidence de l'épouse du chef de l'Etat.
Bien entendu, Ichraf Chebil était accompagnée par la présidente du gouvernement, Najla Bouden. Mais cette dernière, fidèle à son habitude, était effacée comme toujours, lisait difficilement son texte et cherchait visiblement à passer inaperçue dans une cérémonie où elle a joué, comme beaucoup d'autres femmes présentes, son rôle de figurante afin de mettre mieux en exergue la présence de l'épouse du président. On ne peut que la saluer pour son abnégation. Au détour, on pourrait aussi saluer la télévision tunisienne qui a oublié, l'espace d'une cérémonie, son rôle de service public et a été, encore une fois, un vulgaire outil de propagande.
Cela n'a pas rendu la cérémonie plus attrayante ou la prestation de l'épouse du président de la République plus convaincante. Loin de là. La démarche de « la première dame » était hésitante comme tous les néophytes qui font leurs premiers pas en public. Sa locution aussi. La cérémonie quant à elle, avait des allures de déjà vu et l'air sentait la naphtaline à plein nez. Elle renvoyait les tristes souvenirs d'une Leila Ben Ali balbutiant un discours qu'elle ne maitrise pas, devant un auditoire de flagorneurs et de courtisans sous la conduite de chauffeurs de salles émérites comme Saïda Agrebi aujourd'hui en exil et Abir Moussi, qui a gravi les échelons pour devenir présidente de parti politique tout en gardant son style et son mode opératoire.
C'est dire combien la présence et la scénarisation ostentatoire de l'épouse du chef de l'Etat à la cérémonie officielle de la commémoration de la fête nationale de la femme a ravivé les craintes d'un retour du « pouvoir de la famille du président » et rappelé des épisodes qui restent toujours dramatiques et douloureux malgré le temps passé.
Il faut avouer que le pouvoir des familles des premiers dirigeants politiques en Tunisie a été un pouvoir réel et constant durant les huit dernières décennies, c'est-à-dire dès l'indépendance du pays. L'histoire de la République est aussi l'histoire des familles des gouvernants.
A l'époque du leader Habib Bourguiba, son épouse Wassila Ben Ammar jouait un rôle politique important, notamment sur la scène internationale. Sa contribution était visible dans le capotage de l'accord de Djerba avec la Libye en 1975, quelques heures seulement après sa signature. Elle était aussi pour beaucoup dans l'installation de la direction palestinienne à Tunis au début des années 80, après leur sortie forcée du Liban. A la fin de son règne, très âgé et malade, Bourguiba a laissé le pays aux mains de sa nièce Saida Sassi qui est passée maitre dans l'art des intrigues du palais, ce qui a accéléré la chute de son régime.
Zine Abedine Ben Ali avait lui aussi sa devise : « ma famille d'abord, tout le reste après ». Au début, il a livré le pays aux désidératas de son frère Moncef Ben Ali et de son gendre Slim Chiboub. Après l'assassinat de son frère par la mafia italienne et la disgrâce de son gendre, la famille de sa femme, les Trabelsi, ignares et assoiffés de pouvoir et d'argent ont pris d'assaut le pays et saccagé son économie. Pour résumer, Ben Ali n'était qu'accessoirement le président de la République. Mais il était le chef du clan à plein temps.
Après la révolution, Rached Ghannouchi a perpétré la tradition. Son gendre Rafik Abdessalem Bouchlaka, son fils Mouadh, sa fille Soumaya, son neveu Habib Khedher et autres sont devenus des acteurs déterminants dans l'échiquier tunisien.
De son côté, le président Béji Caïd Essebsi avait échoué de faire de son fils Hafedh son héritier politique. Mais c'était à cause de l'incompétence du fils et non faute d'avoir essayé.
Depuis la venue de Kaïs Saïed, les incursions intermittentes de son frère Naoufel dans la sphère politique étaient mal accueillies. Des bruits de couloirs que personne ne voulait croire parlaient de l'influence grandissante de sa belle sœur. Avec l'entrée récente en scène de sa femme, le risque du retour des vieux démons devient réel


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.