Contre l'oubli - Les attentats post-Révolution survenus le 23 octobre    NBA : Programme de la nuit de samedi (HT)    Le Syndicat FSI Monastir répond à Karoui et la FTF    Foot Européen : Résultats des matches de samedi    Photo du jour : Un « bijou » architectural construit à des dizaines de mètres de la présidence du gouvernement !    Tunisie : Etat de santé de Mehdi Ben Gharbia    Manifestation contre Kaïs Saïed devant le consulat de Tunisie à Pantin    Tunisie – ALERTE METEO    COVID 19 : La Russie enregistre une flambée inédite de la situation épidémiologique    Importation des voitures de luxe : L'austérité doit concerner les voitures administratives et non pas les voitures privées    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    Nouvelles mesures imposées aux voyageurs en prévision d'une nouvelle vague Covid-19    Tunisie : L'ancien ministre Abdelbaki Hermassi n'est plus    Abdellatif Mekki appelle les démocrates à protéger la Tunisie    La cheffe du gouvernement reçoit Ons Jabeur    Infrastructure : Le stade olympique de Sousse opérationnel dès mars 2022    Le Ministre de l'Agriculture vise à garantir un meilleur accès à l'eau potable en milieu rural [vidéo]    Le ministre de l'Agriculture se rend au au barrage Kasseb [vidéo]    Monopole, spéculation et contrebande : cinq ministères s'engagent dans la lutte    Décès de l'ancien ministre Abdelbaki Hermassi    Tunisie : Le Pass vaccinal obligatoire pour accéder presque partout dès le 22 décembre 2021    L'Office des œuvres scolaires se digitalise    Forum des DSI : "Tunisie Telecom veut être le label de confiance pour les PME/PMI dans la transformation digitale"    21ème édition du festival de l'Asbu : Six prix pour la Tunisie    Dialogue national- Noureddine Tabboubi appelle à la participation des partis politiques    La Grenade de Gabès avec label AOC débarque sur les marchés de la région    France-Ligue1 : Saint-Etienne, Wahbi Khazri buteur    Tunisie – France : Entretien téléphonique Charfeddine-Darmanin    Cour de cassation : I Watch appelle l'exécutif à entériner la nomination de Moncef Kchaou    AHK : Ibrahim Debache réélu à la tête du comité directeur    Ted Chaiban : L'UNICEF est disposée à appuyer davantage l'éducation en Tunisie    Marouane El Abassi : Une reprise économique en Tunisie n'est ni facile ni immédiate    Processus politique : L'ONU confiante en la Tunisie    Ligue des champions (2e tour préliminaire retour) : le programme    Mondial Qatar 2022: Le stade qui accueillera la finale "terminé à 98,5%"    Abdelaziz Kacem: L'intelligentsia ou la ménopause du cogito    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Le ministère des Affaires culturelles rend hommage au scénographe Kais Rostom    Ephéméride – 20 octobre 2011 : Les rebelles islamistes assassinent Mouammar Khadafi    Monde- Daily brief du 21 octobre 2021: La Turquie menace d'expulser 10 ambassadeurs occidentaux    Vient de paraître - Un nouveau recueil poétique de Abdelaziz Kacem : «Quatrains en déshérence»    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    "Rouhaniyet" Nefta sous le signe "Hanin" du 4 au 7 novembre 2021    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le général lance sa bombe sur Ettounsiya : je quitte l'Armée
Publié dans Business News le 25 - 06 - 2013

Dans une premier rendez-vous-télévisé en direct depuis le 14 janvier 2011, le général Rachid Ammar, chef d'état major interarmes, a choisi l'émission de 9 heures du soir avec Moez Ben Gharbia sur Ettounsiya.
L'émission s'est terminée –événement oblige- par un coup de théâtre avec l'annonce-surprise faite par le général Ammar de son départ de la tête de l'armée. Il a précisé à ce propos qu'il aurait dû partir à la retraite depuis le 1er octobre 2006. Et de ce fait, il a présenté une demande écrite au président de la République réclamant sa dispense de toute autre prolongation et que sa décision est irrévocable.
Pour revenir au reste de la rencontre spéciale d'une durée de près de trois heures, le chef d'état major abordé, bien entendu, la situation à Jebel Chaâmbi qu'il a qualifiée comme étant sous contrôle sans pour autant dire que tout danger est écarté dans le sens où des mines peuvent être encore découvertes ou sauter.
En effet, tout en étant sûr que les terroristes ont quitté la zone concernée, les groupes incriminés semblent s'être redéployés un peu partout ailleurs puisque la région de Chaâmbi leur servait, juste, de lieu de regroupement, de formation et d'entraînement. Le général Ammar estime la durée de leur « séjour » au Jebel à près d'une année, ce qui est assez long et ce qui impliquait des complicités dans les zones environnantes.
La Tunisie souffre d'un manque flagrant d'un service de renseignements
Et au général Ammar de préciser que nos militaires ont fait et font ce qui leur demandé sur le terrain, mais le problème et la grande lacune vient d'un manque flagrant d'un service de renseignements pour service de base aux éventuelles opérations de poursuites et de ratissage. Il a mis en cause, à ce propos et en termes voilés, les négligences voire les implications de certaines parties
D'ailleurs, à maintes reprises, le chef de l'Armée reprend cet argument massue pour expliquer et justifier la lenteur, voire l'inefficacité des actions entreprises par les militaires, et fait allusion aux incidents de Soliman dans la mesure où, selon lui, les groupes terroristes à Chaâmbi sont de la même famille jihadiste d'Al Qaïda qui ont, en projet, l'affaiblissement de l'Etat tunisien. Le général Ammar est allé jusqu'à évoquer une probable « somalisation » de la Tunisie !
En effet, la Tunisie ne peut supporter longtemps de souffrir d'un grand affaiblissement économique et sécuritaire suite à l'arrêt de la production des phosphates, à la rareté des touristes, ce qui constituerait un terrain favorable pour les ces groupes jihadistes terroristes qui ont pour objectifs l'effondrement de l'Etat et la chute du régime.
Le général Ammar a tenu, ensuite à reprocher, subtilement, à Mohamed Abbou ses critiques gratuites et injustifiées. « Moi, je dis Si Mohamed Abbou ou Maître Mohamed Abbou, en parlant de lui, mais lui, il a parlé de Rachid Ammar, sans même dire ‘le général'. En tout cas, je ne suis pas au dessus des critiques, mais il ne fallait pas les faire de cette manière et sans connaissance de cause », a-t-il dit en substance et sur un ton amer.
Le chef d'état major a fait orienter la discussion sur ce qui s'est passé avant, pendant et après la révolution qu'il a qualifiée de « révolution de la Tunisie » et non celle du « printemps ou du jasmin ».
On m'a proposé la présidence de la République, le 15 janvier 2011, mais j'ai refusé
« En cette journée du 15 janvier, on m'a proposé, lors de la fameuse réunion au ministère de l'Intérieur, d'assumer la tâche de président de la République, mais j'ai refusé car j'ai le sens du respect de la constitution et du principe de l'Etat de droit », a-t-il révélé avant d'ajouter que pour lui, il a compris que Ben Ali et son régime étaient finis dès le 10 janvier 2011, et depuis, l'Armée a choisi de se mettre du côté du peuple.
« Durant les premiers jours de la révolution, je n'ai misé que sur les moyens de notre Armée et, lorsqu'un responsable militaire français m'a proposé de l'aide, je lui ai réclamé d'avoir un œil sur notre voisin du sud-ouest, car je craignais une réaction négative de Kadhafi qui, sans la révolution qui l'avait emporté, s'apprêtait à faire marcher 15 mille de ses mercenaires sur notre pays », indique encore le général Ammar.
Autre révélation du chef d'état major est celle fait sur cette fameuse journée au ministère de l'Intérieur au cours de laquelle, l'ex-ministre Farhat Rajhi a dû quitter le département par une brèche faite dans un mur lui permettant de se retrouver dans un logement mitoyen avant de quitter les lieux «En ce jour-là, j'ai sauvé l'institution sécuritaire et le ministère de l'Intérieur d'un vrai désastre », a-t-il indiqué en substance.
L'initiative de Hamadi Jebali, le 6 février était ; en réalité, la mienne
Continuant dans la série des révélations, le général Ammar a tenu à préciser que le 6 février 2013, l'assassinat de Chokri Belaïd constituait une sorte de certificat de décès de l'Etat tunisien. D'où l'annonce par Hamadi Jebali de sa décision de former un nouveau gouvernement de technocrates. « En réalité, il s'agit de mon idée et de mon initiative pour sauver le pays du chaos dans lequel il allait sombrer. C'est une option qui n'a pas abouti, malheureusement», indique encore le chef d'état major.
Le général Ammar a parlé de nombreuses autres questions dont notamment l'arrestation des membres du clan des Trabelsi par Samir Tarhouni, la détention pendant 15 jours et l'interrogatoire de Sik Salem, la remise de Baghdadi Mahmoudi aux autorités de Tripoli et les déclarations accusatrices lancées par Ayoub Messaoudi à son égard qu'il considère comme inacceptables. A t-o idée d'accuser le général Ammar de haute trahison, s'est il interrogé ?
A la fin, il a tenu à dire que la décision de son départ n'est nullement due aux critiques de Mohamed Abbou ou autres voix qui se sont élevées contre l'Armée et ses chefs dans la région de Kasserine, mais que le temps est venu pour faire passer le flambeau surtout que la relève est bien là grâce à des cadres et des compétences bien formés, en bonne partie, par ses soins.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.