Le niveau élevé de la criminalité inquiète Kais Saied    Tunisie: 05 nouvelles infections au coronavirus dépistées à Kébili    Coupe de Tunisie : Les arbitres des demi-finales    Hichem Mechichi n'est pas favorable à un nouveau confinement des Tunisiens    Deuxième vague SARS-CoV-2, l'Humanité prise en otage    Lancement du projet "Musées pour Tous" au musée archéologique de Sousse    ITCEQ : la corruption, principale contrainte du climat des affaires    Mechichi remet l'ALECA à nouveau sur la table    Tunisie: L'INLUCC dénonce des actes de représailles contre un dénonciateur d'un cas de corruption    Tunisie: Mourad Khechine porte plainte contre le chef du gouvernement Hichem Mechichi    Comment Mechichi compte ‘'mettre en valeur la diplomatie tunisienne, lui laisser plus d'initiatives et lui donner plus de moyens'' (Album Photos)    Tunisie: Coup de filet dans le milieu terroriste avec 19 interpellations    Médaille d'argent à STELLA GOLD au concours World Beer Awards 2020    ZAAMA: Un programme de débats télévisés qui transmet les voix des jeunes tunisiens    Exposition "Arkan" du calligraphe Meen One : vernissage officiel le 7 octobre à la Maison de Tunisie à Paris    Des animations et des promotions exclusives pour les 10 ans d'Orange Tunisie    Qu'en est-il de la pression italienne sur la Tunisie dans le dossier de la migration ?    Foot-Supercoupe de Tunisie: L'Espérance de Tunis remporte son 2e titre et garde la Coupe de Tunisie    USL Championship : Radhi Jaïdi fait l'exploit    Capteur Intelligent IA-Améliorée d'OPPO : une nouvelle ère dans la technologie des smartphones    Tournoi de Sibiu : Malek Jaziri passe en huitièmes de finale    Coronavirus: Habib Ghedira appelle à la fermeture des espaces ne respectant pas le protocole sanitaire    Tunisie – météo : Des pluies orageuses attendues sur plusieurs régions    Khalil Lahbibi, président-fondateur de «Blech Esm», à La Presse : «Nous tenons à sensibiliser sur l'état délabré des constructions»    Les indiscrétions d'ELyssa    L'invité du lundi | Sami Saïdi (nouveau sélectionneur national) : «Une mission qui me passionne déjà...»    L'OMMP appelle à respecter les tarifs d'amarrage, de désamarrage et de garde des navires fixés par l'arrêté ministériel du 27 août 2020    D'un sport à l'autre | Boxe : Dakhlaoui dispute le titre intercontinental    Tunisie : 4 tentatives de migration clandestine vers l'Italie déjouées    Le magazine "Finances et développement" met l'accent sur le billet de banque à l'effigie du Dr Tawhida Ben Cheikh    Covid-19 : 996 nouveaux cas de contamination et 4 décès supplémentaires, le bilan de deux jours    Handball | Demi-finales de la Coupe de Tunisie : Espérance et Sakiet Ezzit heureux lauréats    Mise à mal par les impayés des entreprises publiques, l'ETAP est aussi pénalisée par le ministère des Finances    Plus de 1,5 million de Tunisiens exercent dans le secteur informel    Le marché boursier clôture la semaine sur une note positive    Marseille (OM) vs (LOSC) Lille en direct et live streaming : comment regarder le match ?    A paraître aux éditions Cérès: «Hamed Karoui, une vie en politique»    Kamel Chaabouni: Et si la Tunisie adhérait à l'union des Etats-Unis d'Amérique !    L'écrivain italo-tunisien Alfonso Campisi décoré par le président Matarella    Ammar Mahjoubi: pourquoi le mot manichéisme a-t-il une connotation péjorative ?    Mohamed Larbi Bouguerra: -Deal- du Siècle ou cynisme ehonté ?    L'ONU tire la sonnette d'alarme sur l'aide humanitaire    Russes et Turcs proches d'un accord sur la Libye    Le niet du Hezbollah et du mouvement Amal    «Don Quichotte...» à l'ouverture de la saison du théâtre    La Russie salut la décision libyenne de reprendre le commerce du pétrole    2000 migrants irréguliers algériens sont entrés en Espagne depuis le début de 2020    Libye: Haftar annonce la reprise de la production et de l'exportation du pétrole après 7 mois de blocus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La couverture sociale, on s'en passera !
Publié dans Business News le 17 - 10 - 2018

Rupture de la convention entre la Cnam et les pharmaciens. Voilà une annonce de la plus haute importance passée presque inaperçue au milieu de la crise politique et les différents rebondissements de la scène nationale. Retour sur une décision qui touche de très près la vie quotidienne des citoyens.

Le secteur pharmaceutique est un des secteurs vitaux en Tunisie, et partout dans le monde d'ailleurs. Le moindre trouble touche directement la vie quotidienne des citoyens. Il y a à peine quelques semaines, tout le monde vivait au rythme de la pénurie des médicaments et la polémique était suivie de près. Mais dès la résolution progressive du problème, voilà le directeur de l'Audit de la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam), Slim Ben Yahmed, qui annonce la rupture de la convention avec les propriétaires des officines.
Cette rupture revient à l'échec des négociations entre les deux parties. En effet, aucun accord n'a pu être trouvé avec les pharmaciens quant à la durée du remboursement qui peut atteindre 90 jours. Ainsi, les pharmaciens ont exigé l'engagement de l'État appelant la Cnam à établir un calendrier d'engagement clair en matière de délais. Il a ajouté qu'après l'accord-cadre conclu avec les pharmaciens, il est possible de passer au mécanisme de passation des marchés individuels.

Il est à rappeler que la Cnam s'est engagée à rembourser les pharmaciens qui ont déposé leurs factures depuis plus de 90 jours, avant le 19 octobre 2018 et avait proposé de renouveler la convention sectorielle pour une période de six mois à partir du 20 octobre. Dans ce cadre, elle a signalé que des montants estimés à 25 millions de dinars ont été versés sauf que le syndicat des pharmacies privées a refusé cette proposition et a préféré mettre fin à la formule du tiers payant tout en gardant la formule de remboursement, ce que refuse la Cnam.
Selon la Cnam, la formule du tiers payant est l'un des principaux fondements du système d'assurance maladie dans la mesure où elle constitue un droit garanti par le législateur au profit de l'assuré social. De ce fait, elle estime qu'il n'est pas possible d'abandonner cette formule. Et bien que la Cnam affirme avoir essayé par tous les moyens d'arriver à un consensus avec le syndicat des pharmacies privées pour ne pas suspendre le travail avec la convention sectorielle, aucun accord n'a été trouvé.

A vrai dire, la crise ne date d'aujourd'hui, les réunions ont démarré depuis des mois entre les pharmaciens et la caisse d'assurance maladie. Les tractations allaient bon train et les pharmaciens ont réitéré leurs menaces à maintes reprises. Sauf que rien n'a été établi pour résoudre ce problème de paiement.
Outre les pharmaciens, l'Intersyndicale des professions médicales dans le secteur privé en Tunisie a, également, annoncé l'abandon de tous les accords conclus avec la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam), en raison de ce qu'elle considérait comme étant un manque de sérieux de l'autorité de tutelle dans les négociations et la révision des accords sectoriels.
L'Intersyndicale englobe, en effet, le syndicat des pharmacies, le syndicat tunisien des médecins dentistes, la Chambre syndicale nationale des cliniques privées Tunisie, le syndicat tunisien des médecins libéraux et le Syndicat national des biologistes de libre pratique.

Cependant, il est utile de préciser que l'origine du problème demeure les caisses sociales qui sont dans le rouge, et ce, en raison de l'insolvabilité de l'Etat. Selon le directeur général de la sécurité sociale au ministère des affaires sociales, Kamel Madouri, le volume des dettes des établissements publics et des départements ministériels envers les caisses de sécurité sociale dépasse mille millions de dinars. M Madouri assure que la partie principale de la dette est celle des établissements publics en l'occurence, les sociétés de transport public et la Société nationale d'exploitation et de distribution des eaux (Sonede). « Des obligations de paiement ont, pour la première fois, été émises au profit des caisses sociales. D'autre part, les dettes des entreprises privées envers la caisse nationale d'assurance maladie sont, théoriquement estimées à 5 mille millions de dinars dont mille millions de dinars au titre d'amendes "presque irrécouvrables", tandis que le montant des créances pouvant être payées s'élève à 2 millions de dinars ».

En état de cause, cette situation nous ramène au poisson qui se mord la queue. Un cercle vicieux, où le centre de la problématique récurent demeure la situation des caisses sociales. Les experts en économie n'ont jamais cessé de clamer la nécessité d'une réforme urgente de ces caisses. Mais, tous ces appels d'alarme n'ont jamais eu assez d'écho. Et pendant ce temps-là, où la santé du Tunisien est mise en jeu, les politiciens ne semblent pas préoccupés par tous ces problèmes vitaux. La course vers 2019, semble plus alléchante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.