CONDOLEANCES    Tunisie : La production nationale de gaz naturel augmente de 62%    Tournoi de Birmingham : Ons Jabeur en demi-finale    Processus de la décentralisation : Lentement, mais sûrement    Reportage à Sidi Hassine suite aux violences policières survenues les 8 et 9 juin    Programme TV du samedi 19 juin    Match EST vs Al Ahly: la CAF permet la présence de 5000 supporters à Radès! où regarder le match à la télé?    LCA : Al-Ahly jouera l'attaque et ne se contentera pas de défendre à Tunis (Mosimane)    Tunisie – Coronavirus : 82 décès supplémentaires et 2291 nouvelles contaminations en 24H    Elections anticipées: Voilà pourquoi Ennahdha a soudainement changé de discours selon Abir Moussi    Handball | Play-off (11e journée) : CA-EST décisif pour le titre    Handball | CAN des dames au Cameroun : Médaille de bronze pour la Tunisie !    News | Nabil Maâloul sur le marché    Un conseil ministériel régional dédié à Sfax prévu le 15 juillet    Pollutec 2021 : La Tunisie invitée d'honneur à Lyon    Combattre l'automédication à l'ère du Covid-19 : Un engagement au-delà des mots !    Entretien avec Silvia Barreiros, directrice artistique de la Compagnie ASPARAS de Genève : Une pièce suisse avec des comédiens tunisiens    « Comme un château défait » de Lionel Ray : Le livre de la mémoire, le livre de la vie    Programmation du 15e épisode de Jazz à Carthage : Place à une musique du monde    BH Bank: Med Salah Chebbi El Ahssen Président et Hichem Rebai Directeur général    Météo : forte hausse des Températures    Face à la pandémie    Coronavirus- Kairoun: le taux de positivité dépasse les 50%    Euro: les matches de ce samedi    Tunisie – Etats-Unis : Visite virtuelle de Wendy Sherman à Tunis    Coronavirus- Kairouan: Le chef du gouvernement envoie Nissaf Ben Alaya sur les lieux    Un fils de la médina d'envergure universelle: Ibn Khaldoun    Houcine Abassi : Qui est Kaïs Saïed pour mettre en doute notre patriotisme ?    STEG : Vers l'augmentation des tarifs de l'électricité et du gaz    Hausse de la production nationale de gaz naturel de 62%, à fin avril 2021    Bourse de Tunis : Le Tunindex termine la semaine du 14 au 18 juin 2021 dans le rouge    Haniyeh au Maroc, bien que le pays ait normalisé ses relations avec Israël    Sami Fehri libéré provisoirement sous caution de 4 millions de Dinars    Cannes 2021 : la tunisienne Kaouther Ben Hania membre du jury de la compétition Courts métrages    Epreuves du baccalauréat : 275 cas de fraude recensés en deux jours, selon Fathi Slaouti    UV4: 4e édition des UTOPIES VISUELLES du Du 21 juin au 18 juillet 2021 à Sousse (Programme)    L'Utica présente les axes d'un plan d'urgence et de sauvetage économique    Utica : Aucune solution sans dialogue    "JAZZ à Carthage", une édition exceptionnelle en deux temps, de fin juin 2021 à mars 2022    Fathi Ayadi : Même si tout espoir semble perdu nous appelons et tenons encore au dialogue !    Monde- Daily brief du 17 juin 2021: Fin de l'obligation du port du masque en extérieur en France    "La Tunisie un allié important pour les Etats-Unis et pour le continent africain" (Andrew M. Rohling)    La migration "irrégulière" vers l'Europe ne doit en aucun cas être résolue dans le cadre d'une approche sécuritaire (Saied)    Les potières de Sejnane à l'honneur à l'IFT    Ce qui s'est passé en Algérie est-il un signe de la fin de l'ère des islamistes du Monde ?    Monde- Daily brief du 16 juin 2021: Sommet Poutine-Biden à Genève    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elections législatives : vers un nouvel échiquier politique
Publié dans Business News le 22 - 07 - 2019

A quelques mois du coup d'envoi des élections législatives en Tunisie, partis politiques, indépendants et organisations nationales ont commencé leurs opérations de charme des électeurs. Or, les récents sondages politiques n'ont cessé d'affirmer qu'à l'heure actuelle, les Tunisiens ne savent toujours pas pour qui ils voteront le 6 octobre 2019… ou presque.
C'est à partir d'aujourd'hui, lundi 22 juillet 2019, que les candidats à ce scrutin vont pouvoir présenter leurs dossiers de candidature à l'Instance supérieure indépendante des élections (Isie). Beaucoup d'entre eux se sont dirigés vers les bureaux de l'Isie affichant leur meilleur sourire et une confiance en soi inébranlable.
Pourtant, peu de temps avant le dépôt des dossiers de candidature, la scène politique tunisienne avait connu un remous qui avait laissé les Tunisiens assez perplexes et en particulier les militants du mouvement islamiste Ennahdha.
Ces derniers ont été surpris de découvrir que les noms de plusieurs dirigeants avaient été barrés et remplacés par d'autres de la composition des listes électorales. Le député Abdellatif Mekki, qui était censé représenter Ennahdha aux législatives sur la circonscription de Tunis 1, a été placé tête de liste du Kef. Il avait été remplacé, sans grande surprise, par le président du mouvement islamiste, Rached Ghannouchi. Et c'est d'ailleurs ce dernier qui avait barré les noms de plusieurs dirigeants pour les remplacer par d'autres.
Les réactions des nahdhaouis ne se sont donc pas fait attendre puisqu'à titre exemple, le député et ancien ministre de l'Agriculture sous le gouvernement de la troïka, Mohamed Ben Salem, avait indiqué qu'une pétition a été signée par de nombreux membres du conseil de la Choura pour la tenue d'une réunion exceptionnelle dédiée à l'examen des dépassements du bureau exécutif du parti. Selon lui, le bureau exécutif d'Ennahdha a outrepassé ses prérogatives en modifiant plus de la moitié de ses listes électorales, ajoutant qu'il est éthiquement inacceptable qu'il soit à la fois juge et partie.

Reste à savoir maintenant si ces remous vont décourager les électeurs, et en particulier les jeunes qui ont affiché en 2014 et en 2018 leur désintérêt des échéances électorales. En tout cas, ce grabuge va sans doute être profitable pour les opposants d'Ennahdha, c'est-à-dire les partis politiques qui ne rêvent que d'une seule chose : voir le parti islamiste dissous de la scène politique. Et c'est d'ailleurs le vœu le plus cher du Parti destourien libre (PDL) et de sa dirigeante, Abir Moussi.
Cette dernière n'arrêtait pas de dire haut et fort à ses fidèles militants que le mouvement des Frères musulmans, comme elle continue à l'appeler, sera dissous une fois que le PDL sera au pouvoir. C'est principalement à cause d'Ennahdha que le pays va mal depuis ses dernières années et qu'il y a eu plusieurs attaques terroristes, disait-elle aussi.
De telles déclarations peuvent sans doute plaire à certains électeurs, aujourd'hui nostalgiques de l'ère de Ben Ali et de Bourguiba où le pouvoir d'achat des Tunisiens n'était pas à son plus bas niveau comme c'est d'ailleurs le cas.
Mais pour certains partis politiques, le PDL rappelle les années de dictature où la liberté de presse, d'expression et de manifestation n'existait pas. Une époque où le port du voile et du niqab n'était aussi pas permis pour les femmes. Et c'est peut être un des arguments que pourraient utiliser certains candidats pour défendre bec et ongles tout ce qui est en rapport avec l'extrémisme religieux.

La candidature de Maher Zid, Seif Eddine Makhlouf, Imed Dghij, Rached Khiari et Halima Hammami, connus pour leurs idées radicales, avait réellement surpris les Tunisiens qui, n'ont pas raté l'occasion de se moquer de la médiocrité de la scène politique. Certains avaient même, sur un ton ironique, massivement partagé un faux post Facebook publié par le chef de l'Etat islamique, Abou Bakr Al-Baghdadi, qui avait exprimé le souhait de se présenter lui aussi à ces échéances électorales sous les couleurs de la coalition de la Dignité.
Or, pour les plus lucides, voter en faveur d'un défenseur de l'extrémisme religieux ne serait rien de plus qu'une idée farfelue. Que reste-t-il alors ? Nidaa Tounes est aujourd'hui devenu un parti presque fantomatique, le Front Populaire (FP) connait depuis quelques mois des luttes intestines à n'en plus finir, Tahya Tounes peine à convaincre et nombreux autres partis de droite ou de gauche ont clairement régressé dans les sondages politiques.

Face à une telle situation, le choix est devenu un peu plus compliqué pour les électeurs indécis. Pour d'autres, en revanche, ce choix est vite fait. Certains ont exprimé leurs intentions de voter en faveur du parti Au cœur de la Tunisie, fondé et dirigé par l'homme d'affaires et de médias, Nabil Karoui. Ces électeurs estiment en effet que le patron de Nessma TV ne veut que le bien du pays et veut réellement aider les pauvres et les plus démunis. Ce qui n'est pas le cas avec les autres partis politiques et principalement ceux actuellement au pouvoir depuis 2015, continue-t-on à affirmer.
D'autres par contre ont affiché leur soutien au mouvement « 3ich tounsi » dont la fondatrice, Olfa Terras-Rambourg, avait annoncé il y a quelques jours son intention de se présenter aux élections législatives sur la liste de Bizerte. Les dirigeants de ce mouvement s'étaient rendus dans plusieurs régions tunisiennes pour écouter, comme ils le disent, les problèmes des Tunisiens. Près de 500 mille citoyens ont signé le fameux « Document des Tunisiens » et ont fait ainsi confiance à cette association, se disant être de bienfaisance, affirme 3ich tounsi. D'ailleurs plusieurs artistes avaient fait leurs apparitions dans différents spots publicitaires filmés par cette association. On retrouve notamment les actrices Kaouther Bardi et Naïma Jeni et les acteurs Abdelhamid Kaies et Sadok Haloues.
Toutefois, une question se pose : ces candidats, qu'ils soient indépendants ou partisans, sauront-ils convaincre les jeunes de ne pas se tourner vers l'abstentionnisme et de voter pour eux lors des législatives?

Rappelons-nous, l'abstention des jeunes aux élections municipales de 2018 avait été fortement ressentie par les acteurs politiques. Et la raison de cette réticence se résume à vrai dire en un seul point : le manque de confiance dans la classe polutique et les élites dirigeantes. Les élections législatives de 2019 seront-elles alors une occasion de faire renouer les jeunes tunisiens avec la politique ? Rien n'est moins sûr...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.