Le Musée de la Monnaie de la Banque Centrale de Tunisie passe à l'ère digitale avec le soutien de l'Ambassade de Suisse    Le scandale des vaccins que la présidence veut étouffer    Ephéméride : Le 1er mars 1924, Mohamed Daghbaji lança la révolte contre l'occupation française    Saïed : « Les Sommets de la Francophonie et de la TICAD posent de nouveaux défis pour la Tunisie et l'Afrique »    Kaïs Saïed reçoit les Chefs des missions diplomatiques africaines accréditées à Tunis    Carthage : Université Entrepreneuriale    « En cas de détection de nouveaux variants du coronavirus, la Tunisie sera confrontée à une 3e vague de la pandémie »    Le jeune YouTubeur Fekrinho retrouvé mort à Oran    Ben Ticha : Des nahdhaouis sont venus en avion pour participer à la manifestation    Abdelkarim Harouni : Kais Saied doit accepter que les nouveaux ministres prêtent serment    Le gouvernement doit s'excuser    Championnat du monde d'Aviron en salle : Les rameurs tunisiens raflent 5 médailles    Ensemble, Nouvelle Valeur : Rendre les centres de données plus écologiques et plus respectueux de l'environnement    Real Madrid vs Real Sociedad: chaines qui diffusent le match de Liga Espagnole    Le SYNAGRI appelle à la mise en service de l'unité de séchage du lait    Tunisie: L'Isie sous la loupe de la Cour des comptes    Blocage politique inédit : Ego, rien que de l'ego !    Les Etrangers pourront bientôt devenir propriétaires sans recours aux autorisations    Hamma Hammami : Je n'ai pas un frère qui s'appelle Rached    Covid-19 | Nabeul : 2 décès et 26 nouvelles contaminations    Les Volants d'Or 2020 de TOTAL : Les meilleures du Secteur automobile en Tunisie à l'honneur !    Officiel en Algérie : Le parlement sera dissous aujourd'hui    Vaccins distribués aux hauts responsables en Tunisie, des députés exigent une enquête    Appel à développer la recherche scientifique sur les maladies rares    Tunisie – Soldes 2021: Les ventes ont chuté en boutiques et prospèrent en ligne    Mechichi inaugure le 2ème centre technologique "Elife" à Béja    Ligue 2 | 5e journée – Groupes A, B ET D : Aouichaoui, bourreau du SG    Tunisie – météo : Brouillard le matin et températures stables    Aucun site classé patrimoine mondial depuis 1997, Habib Ben Younes tire la sonnette d'alarme    "Je découvre mon pays" un projet culturel ambitieux en Tunisie soutenu par le programme "Tfanen"    Sidi Bouzid : Avancement des travaux réaménagement du parc de la cité El Khadra        CAN U20 | Demi-finales – Ouganda-Tunisie (Ce soir A 20h30) : L'histoire s'écrit ce soir !    D'un sport à l'autre    Habib Bouhaouel nous quitte : un journaliste de talent et un caricaturiste redoutable    CAN-U20 : programme des demi-finales    Foot-Europe: le programme du jour    Exposition personnelle d'Ismaïl Bahri à la galerie Selma Feriani: Chroniques de l'invisible    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Le leader du courtage en assurance et réassurance, Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Penser l'histoire et la religion    Les trois religions à l'unisson    « ADN » de Maïwenn à l'Institut français de Tunisie: Une quête de descendance    « Shayatine » de Amel El Fargi et Wael Merghni: Ecritures croisées, territoire commun    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie : Vers l'application de la loi de l'élevage pour la protection du secteur
Publié dans Investir En Tunisie le 09 - 06 - 2009

Eleveur de vaches laitières et « engraisseur » de taurillons, M. Salah Toumi témoigne sur un métier qui devient de plus en plus difficile malgré l'assistance technique et sanitaire fournie gratuitement par l'administration.Toute la difficulté réside selon M. Toumi dans le déséquilibre de plus en plus flagrant entre les coûts des facteurs de production et les prix de vente à la production.
En fait, la hausse des prix des aliments pour bétail qu'ils soient produits localement ou importés en est la cause principale. L'extension des superficies cultivées en fourrages, préconisée par plusieurs voix officielles, pourrait constituer une solution pour ce problème. « Or cette extension, explique M. Toumi, va se faire aux dépens d'autres cultures plus rentables. Le coût restera donc, toujours élevé et l'aliment acheté nous reviendra moins cher. Ainsi dans les deux cas de figure, c'est toujours l'agriculteur qui est appelé à faire des sacrifices. »
D'autant que les prix de vente du lait aux centrales laitières étant plafonnés, l'éleveur ne peut pas récupérer la différence du prix de fourrage qui est un facteur de production.
Pourtant tout le monde sait qu'un prix encourageant est le stimulateur par excellence à plus de production. « Donc au lieu de plafonner le prix du lait à la production, il serait plus judicieux de le libérer tout en faisant profiter ce prix au public », propose M. Toumi. Notre interlocuteur fait état également de la peine que trouve l'éleveur pour conserver son cheptel surtout en l'absence de structures professionnelles fortes et organisées capables de le soutenir pour faire face à la hausse des coûts de production et surtout pour empêcher la détérioration des prix des génisses pleines. « En fait, alors que le prix d'une génisse en Europe était aux environs de 5 mille dinars elle se vendait chez nous, par les éleveurs incapables matériellement de la garder à 2 mille dinars. » Ces bêtes cédées à bas prix étaient transférées en contrebande vers des pays voisins. Il est donc plus facile de dilapider un cheptel que de le reconstituer. Le vol des bestiaux est un fléau qui ne cesse de se répandre et qui pousse les agriculteurs à renoncer à l'activité de l'élevage.
Que faire pour sauvegarder ce métier ?
M. Toumi voit que la solution réside dans l'application immédiate de l'intégrité du Code de l'élevage. Il faudrait surtout précipiter l'imposition et la généralisation du marquage des bestiaux ; seule mesure efficace pour contrôler le mouvement des animaux et endiguer le vol. Faut-il encore, inciter les centrales laitières à payer le lait selon la qualité pour encourager les éleveurs à améliorer la qualité du lait.
Cependant le plus urgent serait de réajuster le prix de vente aux centrales afin de garantir aux producteurs une marge bénéficiaire convenable. Enfin M. Toumi a émis le souhait de voir augmenter le taux de la subvention accordée sur l'achat d'une génisse pleine afin d'aider les agriculteurs à reconstituer leur cheptel.
• Flash sur les viandes rouges
La production annuelle des viandes rouges est aux alentours de 110 000 tonnes par an. 95% de cette viande provient des espèces bovines, ovines et caprines et 5% des camélidés et des équidés ; la consommation moyenne de viandes rouges bovines par habitant est de 7 kg. La viande ovine est fournie par un cheptel de 4,2 millions d'unités femelles. La race Barbarine, à large queue, adaptée aux conditions tunisiennes représente 65% du cheptel national, les races à queue fine issues des pays limitrophes 32%, et la Noire de Thibar 1,8%. La consommation moyenne par habitant est de 8 kg de viande ovine. La production de viande rouge couvre 95% de la demande nationale.
• La fabrication de la nutrition animale
La Tunisie produit en moyenne 1 120 000 tonnes d'aliments de bétail à partir de matières premières quasiment importées.
Théoriquement, cette production est assurée par 800 usines de différentes tailles ayant une capacité annuelle de 3 millions de tonnes. Mais en réalité environs 360 unités sont actives et elles sont en majorité intégrées dans des élevages. Un peu plus d'une dizaine d'usines ont une capacité de production de 20 tonnes par heure et accaparent 50 % de la production nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.