Tabarka : Un centre d'accueil pour les victimes de l'incendie    Ons Jabeur qualifiée aux huitièmes de finale du Tournoi de Cincinnati    WTA Cincinnati 2022 : une journée couronnée de succès pour Ons Jabeur    Saïda Garrach : des magistrats convoqués par téléphone pour les poursuites judiciaires    Samir Saïed : l'économie tunisienne traverse une situation très critique    Steg : la vague de chaleur cause des coupures d'électricité    Monde-Daily brief du 17 août 2022: Ukraine : Erdogan et Guterres rencontrent Zelensky demain    Championnat arabe E-Sports (Valorant) : la Tunisie termine 1ère de sa poule    Nomination d'un nouveau Chef de cabinet du conseil de l'ISIE    Tunisie: Une maladie hémorragique détectée chez les bovins    Coronavirus-Bilan du 15 août 2022: 2 décès et 199 nouvelles contaminations    Tunisie : 6 décès et 353 blessés en 24h    Construction de l'hôpital du Roi Salmane à Kairouan : le ministère de la Santé explique    Sfax-Fédération de l'enseignement secondaire: Les manifestations vont se poursuivre [Vidéo]    Tunisie: Vers le lancement du Startup Act 2.0    Lotfi Abdelli : je ferme ma gueule, je vends mes affaires et je pars !    Start-up : Un écosystème dynamique, mais... !    Une députée a été interdite de renouveler son passeport selon le Courant démocrate    Pourquoi | Les jeunes et l'émigration…    Pourquoi les résultats du référendum sont impossibles à croire    Express    Agence de notation japonaise «Rating and Investment» : La note souveraine tunisienne passe à «B» avec perspectives négatives    «Club de chant» de Cyrine Gannoun au Festival International de Hammamet : Une œuvre attachante    Amical international : ce sera Algérie-Brésil en septembre !    Programme TV du mercredi 17 août    DECES : Salem BEN KHALIFA    Le tout dernier téléphone de Huawei marqué par la plus longue durée de vie de la batterie – HUAWEI nova Y70 maintenant disponible en Tunisie    MEMOIRE : Feu Slim Mehdoui    Voici les 10 chansons les plus "likées" sur TikTok    Tourisme en Tunisie : Le nombre des touriste visitant Nabeul augmente de 60% en juillet    Météo en Tunisie : Forte vague de chaleur, l'INM lance un appel à vigilance    Le vent de l'Histoire a soufflé    L'USBG se prépare pour la demi-finale : La grande mobilisation    ESS | Annoncé sur le départ ces derniers jours : Zied Boughattas reste à Sousse !    Abdelbasset Ghanmi,directeur général de la Fipa: De nouveaux crèneaux porteurs    Néjib Belhedi se prépare pour une traversée dans l'océan parmi les requins    Tentative de meurtre Salman Rushdie: La lecture de Gilles Kepel    Lotfi Abdelli annonce l'annulation de tous ses spectacles    Monde-daily brief du 16 août 2022: Vladimir Poutine accuse les Etats-Unis de faire traîner le conflit en Ukraine    La Tunisie, championne d'Afrique en termes d'espérance de vie    La Fondation Arts & Culture by UIB rend hommage à M. Mohamed Ennaceur    Média Canadien : ''Le Québec doit boycotter le Sommet de la Francophonie en Tunisie''    Chiffre du jour : 657 migrants clandestins secourus en un seul week-end    Goethe-Institut Tunis & Central Tunis accueilleront l'exposition The Event of a Thread    Festival de Siliana "Zama Nights" revient pour une 45ème édition (programme)    Le ministère de l'Intérieur annonce des sanctions contre des syndicalistes sécuritaires    Sfax: 42 migrants égyptiens évacués par l'armée de mer    Gaza : Une guerre politique qui arrache des larmes au musicien Roger Waters    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Tunisie à la CAN: un sacre, quelques coups d'éclats et des désillusions
Publié dans Koora le 18 - 01 - 2013

La Tunisie à la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) est une histoire longue d'un demi-siècle, riche en exploits, mais, néanmoins, ponctuée de quelques désillusions, au goût amer.
Voici les dates marquantes de la participation des "Aigles de Carthage" à la plus prestigieuse des compétitions continentales.
1ère participation
La sélection nationale de football a connu son baptême en Coupe d'Afrique des Nations, il y a un peu plus d'un demi siècle. En effet, l'année 1962 en Ethiopie a vu les protégés du Yougoslave France Matosic faire leurs premiers pas dans la CAN (3ème édition), à travers une participation qui s'est soldée par une troisième place, après une défaite face à l'Ethiopie (2-4) et une victoire face à l'Ouganda (3-0).
Deux longues disettes
Durant un quart de siècle, "les Aigles de Carthage" n'ont point survolé le ciel africain. Et pour cause, deux longues disettes qui ont duré, respectivement, 13 ans (de 1965 à 1978) et 12 ans (de 1982 à 1994), et qui représentent deux périodes creuses pour la sélection, à l'échelle continentale.
En effet, après la finale perdue contre le Ghana en 1965, la Tunisie n'a refait surface qu'à la CAN 1978 (année abondante et bénite), où elle a atteint la demi-finale face au Nigeria.
La CAN 78 au Ghana a été suivie d'une autre participation, quatre ans plus tard, en Libye (1982), au cours de laquelle les poulains du Polonais Kulesza ont quitté le tournoi dès le premier tour pour sombrer, encore une fois, dans un silence radio qui s'est poursuivi jusqu'àà1994.
"1994 le grand GACHIS"
La Tunisie accueille pour la deuxième fois la CAN après celle de 1965. La 19ème édition a été, minutieusement, préparée, sur tous les plans, logistique, sportif, etc.
Les Aigles de Carthage avaient bénéficié d'une préparation jamais égalée auparavant, des matchs amicaux contre de grosses cylindrées (Allemagne 1-1, Pays-Bas 2-2), des moyens énormes mis à leur disposition, des joueurs de talent étaient présents (Limam, Souayeh, Rouissi etc.), un engouement populaire débordant et un appui des autorités. Bref, toutes les conditions étaient réunies pour le sacre et puis àle flop. Au terme de la première mi-temps du match d'ouverture, la Tunisie était déjà menée face au Mali par deux buts à zéro.
Incapables de réagir en seconde-mi temps, le moral à plat, les joueurs, et en dépit du changement du staff technique le lendemain (Faouzi Benzarti à la place de Youssef Zouaoui), n'ont rien pu faire et ont du concéder un nul peu glorieux face à l'ex-Zaïre synonyme d'élimination précoce.
Un seul point en deux matchs, une élimination amère et une déception populaire à la hauteur des espérances placées en cette équipe qui, pourtant, ne manquait pas d'arguments. Une participation à oublier au plus vite.
Deux malheureuses finales
Les "Aigles de Carthage" ont, en effet, vite fait d'oublier cette désillusion.
Deux ans plus tard, avec le Franco-polonais Henry Kasperczak à la barre technique, et à la (bonne) surprise générale, les coéquipiers du talentueux Zoubeir Baya, avaient atteint la finale face aux "Bafana Bafana" en terre sud-africaine; finale perdue, le 3 février 1996, au FNB Stadium, contre les coéquipiers de Docteur Kumalo, sous le regard du légendaire Nelson Mandela par 2 buts à 0.
Trois décennies plus tôt, en 1965, cette performance avait été réalisée lorsque les coéquipiers du géant Attouga étaient à deux doigts de remporter leur premier trophée continental, n'eut été une défaite en finale face aux Blacks Stars du Ghana par 2 buts à 3. Ces deux performances, et en dépit du goût d'inachevé, demeurent inscrites en lettres d'or dans le palmarès du football tunisien.
"2004 et la Tunisie est enfin sacrée à domicile"
Samedi 14 février 2004, 16H15. Stade Olympique de Radès. La Tunisie est enfin sacrée championne d'Afrique. Il a fallu patienter plus de 4 décennies pour assister à "la victoire finale" de la Tunisie lors de sa 11ème participation, à l'occasion de la 24ème édition de cette compétition.
Au terme d'un parcours quasi parfait (4 victoires, 2 nuls, 0 défaites, 10 buts inscrits, 4 encaissés), "le club Tunisie" est parvenu à s'adjuger son premier et unique, titre continental. Une performance réalisée grâce à la hargne et à la combativité des Clayton, Boumnijel, Dos Santos, Ben Achour, Jaziri et Trabelsi sous la houlette de l'ancien sélectionneur des Bleus, Roger Lemerre.
Meilleur buteur
Pour déroger à la règle, et «comme un bonheur n'arrive jamais seul», ce sacre continental collectif a été accompagné d'une distinction individuelle, œuvre de Dos Santos.
Cet ancien attaquant brésilien de l'Etoile Sportive du Sahel, naturalisé tunisien, peu avant le début de la CAN 2004, a été sacré meilleur buteur du tournoi après avoir fait parler la poudre à cinq reprises, tout particulièrement, lors de la finale remportée face aux Lions de l'Atlas par 2 buts à 1.
Il a inscrit le premier but de la rencontre dès la cinquième minute de jeu, avant que les Marocains n'égalisent à la 38ème minute par le biais de Mokhtari et que le lutin Zied Jaziri ne marque le but de la délivrance à la 52ème minute.
Les Aigles à 3 reprises au dernier carré
Hormis le sacre de 2004, les finales perdues en 1965 et en 1996, la Tunisie a atteint le carré d'as à trois reprises.
Lors de sa première participation en 1962 en décrochant une troisième place, bien que ce tournoi ait été limité à 4 sélections (Egypte, tenant du titre, Ethiopie, pays organisateur, Tunisie et Ouganda).
En 1978, la bande de Abdelmajid Chetali ont atteint la demi-finale du tournoi perdue contre le Ghana (0-1) avant de se retirer lors du match du classement face au Nigeria arguant de fautes d'arbitrage.
Le score était de 1 partout. En 2000, la Tunisie a atteint le dernier carré en éliminant, en quarts de finale, l'Egypte (1-0), avant de perdre la demi-finale contre les Lions Indomptables (0-3) et le match de classement contre l'Afrique du Sud (2-2, 3-4 aux tirs aux buts).
Le coach de nouveau en Afrique du Sud
Sami Trabelsi, sélectionneur du onze national a déjà foulé le sol sud-africain à l'occasion d'une CAN. C'était en 1996 lorsqu'il montait la garde au sein de la défense tunisienne.
L'actuel entraîneur avait atteint, à l'époque, avec ses coéquipiers la finale perdue face aux Bafana Bafana. Trabelsi est ainsi le seul footballeur à avoir participé à une CAN en tant que joueur et technicien dans le même pays. Toutefois, le coach aura-t-il la même chance que le joueur et parviendra-t-il à atteindre ce stade avancé de la compétition ?
Le Bilan
En quinze participations, la Tunisie a décroché un titre, perdu deux finales, obtenu une troisième place et deux fois la quatrième place, atteint à quatre reprises les quarts de finale et a été éliminée dès le premier tour cinq fois.
La seizième participation des Aigles de Carthage à une CAN sera-t-elle au goût de l'argent et semblable à sa précédente en terre sud-africaine?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.