Ligue 1 Pro : programme TV des matches de la J10 ?    Réunion du comité administratif de l'UGTT [Photos]    Les juges poursuivent leur grève pour la 4ème semaine consécutive    CSS: A trois points du bonheur    USBG: Pas de surprise en vue    Mes odyssées en Méditerranée: Signature d'un accord bilatéral d'échange et d'Erasmus+, entre les Universités de Malte et de La Manouba    Rencontre avec le compositeur Karim Thlibi: Quand la musique s'affranchit de la parole    Sixième édition du Tunisia Digital Summit (TDS): La transformation digitale, une clé pour sortir de la crise actuelle    Réunion du comité administratif-Sami Tahri: Plusieurs dossiers seront sur la table de l'UGTT [Vidéo en direct]    REMERCIEMENTS ET FARK: Hasna (Mohsna) MEZIANE    MEMOIRE: Hadj Abdelkrim BENSAAD    Wimbledon – Ons Jabeur :"La bonne chose est que je reste positive"    La part de la femme...    Kairouan: Chômage, l'éternel problème des jeunes    Pourquoi: Où sont les services d'hygiène ?    Smartphones, tablettes: Une addiction qui fait mal    Aujourd'hui, temps très chaud et la vigilance est de mise!    EXPRESS    Hammam-Lif: Le Casino renaîtra de ses cendres    Mongi Bennani, ancien handballeur du SN et entraîneur : «Personne ne m'a fait de cadeaux !»    Malgré sa rhétorique belliciste, la BCE ne peut pas suivre la Fed    Samir Dilou : La police a refusé de remettre à Hamadi Jebali ses médicaments    Agronomie :le langage révélateur des chiffres    Hamadi Jebali admis en urgence au service de réanimation de l'hôpital Habib Thameur    Production de électricité ,une "première "en Tunisie    Les magistrats poursuivent leur grève pour la 4e semaine consécutive    Djerba sans sachets plastiques à usage unique depuis le 1er août 2022 : Est-ce la fin du cauchemar?    Balti et ses amis se produisent à l'avenue Habib Bourguiba à l'initiative de Orange Tunisie    Covid-19 : un décès à Bizerte    Kram : arrestation de huit femmes soupçonnées d'appartenance à un groupe terroriste    Ligue 1 Pro : Officiel. Le CSS jouera la coupe de la CAF    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    Semaine boursière : Le Tunindex en hausse en dépit d'un volume transactionnel modeste    «Possibles», revue trimestrielle de littérature : «Le train m'emporte vers toi, mais déjà tu n'es plus là...» !    Météo de ce samedi    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Gaz russe : l'Allemagne aura froid cet hiver plus d'autres catastrophes alerte le gouvernement    Festival Hammamet 2022: L'affiche rend hommage à Maurice Béjart    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off): programme Tv de la dernière journée    Ons Jabeur rassure son public    Décès de l'artiste peintre Meherzia Ghadhab    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Fondation Arts & Culture by UIB mécène la 35ème édition du Festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    Vive indignation à la suite de l'interdiction du film « Lightyear »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une autre idée du couple
Gone girl de David Fincher
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 08 - 2015

Un thriller sentimental diabolique et intelligent. C'est bien le moment de remettre certaines choses en question.
«On ne faisait que se tolérer l'un l'autre, on ne faisait que se contrôler l'un l'autre... On se faisait du mal !», dit le mari. «C'est ça le mariage !», répond la femme. Des répliques lucides, ramassées, et bien connues par ceux qui ont vécu les affres du mariage, soit puisées dans la réalité. Le mariage serait-il la fin de l'individu ? Quand l'un des partenaires s'égare, mériterait-il d'être mis à mort par l'autre ou serait-il condamné à vie d'être à sa merci? Et ce ne sont que quelques interrogations que nous inspire le dernier film de David Fincher «Gone Girl». Mais il n'y a pas que cela !
«Gone girl» est un thriller sentimental qui raconte l'histoire de la vengeance d'une femme habilement manipulatrice. Ou plutôt l'art de la manipulation quand il est ourdi par une jalousie maladive et une possession pathologique. Le film est tiré du best seller américain de Gillian Flynn «Les apparences». Les femmes sont ingénieuses, c'est bien connu mais comment cette ingéniosité est mise à contribution dans un couple et comment a-t-elle a été traitée cinématographiquement? C'est cela toute la différence ! Et pourtant, tout à bien commencé ! «Je ne veux pas être comme ces femmes qui traitent leurs maris comme des singes savants qu'elles entraînent et paradent. Je ne suis pas une salope contrôlante!», dit la femme. Le mari répond : «Je ne veux pas être comme ces maris qui traitent leurs femmes comme des patrouilles routières qu'on doit déjouer ou éviter». Mais voici qu'un jour l'un d'eux découvre l'infidélité de l'autre...
Le scénario est écrit de manière parfaite et sans aucune imperfection qui puisse nous pousser à deviner ce qui va arriver dans les minutes qui suivent. Une parfaite maîtrise qui nous fait oublier les deux heures et demie du film sans tomber dans la recette facile du suspense. C'est peut-être l'avantage d'avoir l'auteur du best seller lui-même en tant que scénariste. Et comme tout le monde le sait, les meilleurs auteurs ne sont pas d'excellents scénaristes pour le cinéma... Côté casting même si Ben Affleck n'a assuré qu'une interprétation presque ordinaire et détendue de son rôle (c'est peut-être l'objectif du réalisateur), c'est Rosamund Pike dans le rôle de l'épouse qui a porté ce personnage à la perfection en composant un jeu digne des grandes divas du cinéma. Cela dit, il y a de part et d'autre des deux acteurs une certaine intelligence de jeu qui cultive une ambiguïté attachante. On l'a bien compris, l'intrigue n'est pas seulement dans l'écriture, elle est entretenue par le comportement des personnages et leur sens de la répartie. Mais il y a un troisième personnage tout aussi important que le couple dans ce film : les médias et les émissions télé qui font le buzz et racolent des millions de spectateurs à travers une Amérique avide d'entendre des histoires de couples qui se trahissent et qui est empressée de trouver des coupables. «Gone girl», dans ce sens, nous met en garde contre la nouvelle menace de la télé réalité. Le réalisateur de «Fight club» et de «Millenium» se transforme en vrai styliste dans ce film qui doit sa force à la tension imposée dès le début et surtout à sa capacité de manipuler le spectateur et lui faire croire le contraire de ce qu'il voit.
A notre sens, c'est encore un autre film de David Fincher qui fera date surtout parmi les rares films qui ont «réfléchi» sur la question du mariage de manière très objective. «Le mariage, c'est du travail, c'est des compromis et c'est encore du travail... Abandonnez tout espoir !», écrit l'épouse alias Rosamund Pike dans son journal.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.