L'IACE organise la 35e édition des Journées de l'Entreprise du 9 au 11 décembre    SE Shinsuke SHIMIZU, ambassadeur du Japon en Tunisie, à La Presse : « La Tunisie peut être une porte d'entrée pour les investisseurs japonais vers l'Afrique »    Iles Kerkennah : Pour un tourisme vert et écoresponsable    SKYS à Tozeur : Près de 500 tunisiens ont participé à l'événement dans le désert    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 29 Novembre 2021 à 11H00    Le variant Omicron du coronavirus se propage: Les pays qui ferment leurs frontières    Sidi Bouzid : le directeur du lycée 9 avril tabassé par un parent    Les indiscrétions d'Elyssa    Vidéo du jour: Une école pieds dans l'eau    L'équipe de Tunisie entame demain la coupe arabe des nations | Billet : A quoi servira la Coupe arabe ?    Coupe de la CAF | Tour de recadrage aller – Tusker FC-CSS (0-0) : Le CSS assure l'essentiel    Une JSK poussive devant mais solide derrière : Le réalisme aghlabide    UA : la Libye appuiera la candidature du Maroc, pas celle de la Tunisie    Tribune | A défaut de relance économique, dépénalisons la migration extralégale    Sejnane : Reboisement de 5400 arbres plantés malgré les conditions météorologiques difficiles    Université Mahmoud El Materi | Colloque international sur le diabète : La recherche et la lutte continuent    Tribune | Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien : Le message d'António Guterres *    Le syndicat indépendant des réalisateurs et producteurs (SIRP) : Arrêter le formatage narratif des films tunisiens    Evénement artistique à XYZ et hors les murs à La Marsa : Je suis la grenade    Abdellatif Mekki évoque les conditions d'un dialogue    Ahlem Gzara: Des personnes complètement vaccinées parmi les admis dans les services de réanimation    Béja: Les agents du développement Sylvo-Pastoral en sit-in ouvert [vidéo]    Le fonctionnaire tunisien est le moins payé de la Méditerranée, selon Ajbouni    Abdellatif Mekki: Pas de dialogue sans retour au cadre constitutionnel    Ministère de l'Industrie: L'annulation des permis de recherche d'hydrocarbures est parfaitement légale    Près de 4 000 litres d'huile végétale subventionnée pour le marché de Tozeur    Météo : Temps pluvieux et chutes de neige et de grêle    Tunisie-Coronavirus: Zéro décès et 95 cas en une journée    Ali Laârayedh parle d'amour    Tunisie : Noureddine Tabboubi menacé de mort    Sfax-Crise de déchets: Une grève générale sera annoncée    Virgil Abloh, directeur artistique de Louis Vuitton n'est plus    Ligue 2 Pro : Résultats des matches et classements des Groupes C et D    EN Hand féminine : la liste des 16 joueuses convoquées pour le mondial    Suspension de tous les vols de passagers à destination du Maroc pour deux semaines dès lundi    Foot-Europe: le programme du jour    Coupe arabe : Classement des pays les plus couronnées    Cité de la culture : Concert du duo Tsuji Hideki, Miyazaki Mieko et Amina Srarfi    Algérie : Fort séisme à Béjaïa    La profession du conseiller fiscal    La Tunis appelle la communauté internationale à amener Israël à se conformer aux résolutions de l'ONU    Pourquoi? | Le mystère de l'huile subventionnée    A l'Avenue Habib-Bourguiba : Un individu armé voulant attaquer le MI maîtrisé    The Washington Post évoque la Tunisie    Encore une fois, une compétence Tunisienne s'affirme à l'étranger    Ouverture du 8ème Festival de la création de l'UGTT en présence de Taboubi et de Guettat    Prix FABA de littérature : Remise des prix de la 1ère édition le 4 décembre 2021    Festival du film maghrébin d'Oujda : La Tunisie rafle 3 prix    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un premier film en deçà des attentes
Héritage de Hiam Abbas
Publié dans La Presse de Tunisie le 03 - 09 - 2015

Un premier long métrage signé par Hiam Abbas qui aurait pu être très intéressant.
A chaque fois que Hiam Abbas présente son film, elle insiste sur cette appellation «arabe israélien» contre laquelle elle semble se battre. «C'est absurde comme appellation, dit-elle, on ne dit jamais par exemple , arabe algérien ou arabe tunisien...» une stigmatisation péjorative pour cette communauté qui vit en Israël où se déroule le drame du film de Hiam Abbas... Son premier film en tant que réalisatrice.
Un premier film qui ne constitue pas ce qu'on appelle un «foudre de guerre»...vu les différentes parties qui ont pris part dans la production , et disons-le, le film ne semble pas avoir eu de problèmes de financement grâce au nom de l'actrice qui a fait ses preuves. On s'attendait à un meilleur traitement sincèrement ! Le public belge attendait plus de la réalisatrice ce soir-là d'autant plus qu'elle avait un sujet facilement malléable et possiblement émouvant, même si l'histoire de la fille arabe ( campé par Hafsia Herzi ) qui veut épouser un non-musulman est déjà usité. En voici le synopsis. «Alors qu'Israël et le Liban sont en guerre, une famille palestinienne se rassemble autour du mariage de l'une des filles. Pour personne, la vie n'est simple. Hajar, de retour de Londres, n'ose pas annoncer à ses parents qu'elle est éprise d'un Anglais, Matthew. Ahmad est candidat aux élections municipales. Il a fait le choix de travailler avec les Israéliens. Majd cache son endettement alarmant au reste de la famille. Marwan se désespère de ne pouvoir avoir d'enfants. Hajar finit par raconter à son père, Abu Majd, son amour pour Matthew. Le père courroucé réagit en demandant au cousin Ali de mettre tout en œuvre pour persuader sa fille de l'épouser... «En toile de fond il y a la guerre entre Israël et le Liban. Une guerre qu'on entend beaucoup et Hiam Abbas a dit avoir travaillé avec des effets spéciaux pour l'image des avions et les bruits des explosions. Voici un côté très réussi du film qui réussit à créer quelquefois du suspense car on sent l'approche du danger.
Il y a dans le film une interrogation des traditions familiales arabes qui refusent qu'une de leurs filles épouse un chrétien et, de surcroît, anglais, «mais c'est à cause des Anglais que la Palestine est dans cet état !», lance l'oncle lorsqu'il apprend que sa nièce allait se marier avec le jeune étranger. Un arrière- fond politique qui trace assez bien la plus grande déchirure du Moyen-Orient. Trois personnages retiennent l'attention : Hajar, Hafsia Herzi, la jeune fille amoureuse qui tente d'échapper à l'autorité familiale, le frère médecin, honteux de se découvrir stérile, et l'oncle, avocat accusé de traîtrise et de collaboration avec Israël lorsqu'il tente de se présenter aux élections. La réalisatrice, elle-même, joue le rôle de la tante de Hajar, un rôle qu'elle réussit magistralement. Mais dans tout cela, le film pèche par un ensemble de situations introduites sans souplesse narrative aucune et par une mauvaise circulation de la passion et des sentiments entre les différents personnages. Mais la réalisatrice y a beaucoup mis d'elle-même, du moins assez pour nous faire sentir la déchirure de la double identité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.