Protection des forces de sécurité intérieure et de la douane : La version finale du projet de la loi adoptée en commission    Réunion du conseil des ministres : Le gouvernement dénonce les tiraillements politiques    Vétusté des navires : La flotte marchande tunisienne sur liste noire !    Hausse de l'encours de la dette publique de 4%    Investissement : Bilan des projets déclarés au premier semestre de 2020    La France a un nouveau PM, Jean Castex    Fatah et Hamas «unis», l'exception qui confirme la règle    L'Etoile du Sahel au fond du gouffre    «La grande majorité de mes textes fait la part belle aux femmes»    Visas pour Cinéma : l'exploitation non commerciale à 7 films    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 3 juillet à 11H00    Covid-19 | Ouverture des frontières : Pas de tests RT-PCR pour les voyageurs revenant en Tunisie, en cas d'empêchement justifié    MEMOIRE : Abdallah HABIBI    Mohamed Moez Belhassine nommé nouveau Directeur général de l'ONTT    Russie, réforme de la Constitution : Vladimir Poutine peut rester au pouvoir jusqu'en 2036    Abdelaziz Kacem - 3 juillet 2013 : Le jour où tout a basculé    Un nouveau Premier ministre Français sera nommé dans 3 heures    DECES : Zohra Bent Mohamed Akrout    CONDOLEANCES    DECATHLON Tunisie : L'enseigne sportive utile...Avant, pendant et après la crise du Covid-19    La famille Huawei s'agrandit avec l'arrivée du nouveau Huawei Y8p    Un nouveau cas de coronavirus à Kébili    Budget : Chute des dépenses de développement de 50%, à fin avril 2020    Webinaire sur l'élaboration d'un Guide sur le Reporting Extra-Financier pour les sociétés cotées en Bourse    Le Royaume-Uni offre la natio­na­lité britan­nique à 3 millions de mani­fes­tants hong­kon­gais    Union des médecins généralistes de la santé publique décide une grève de 3 jours    Jardins d'enfants : La menace de la désobéissance fiscale plane    Programme TV du vendredi 03 juillet    Voiture électrique : Déploiement à grande échelle    Lecture dans l'oeuvre romanesque de John Steinbeck à la Maison du Roman    Le producteur Tunisien Tarak Ben Ammar nouveau membre du comité exécutif de l'Academy des Oscars    Mini-football | Coupe de Tunisie – Huitièmes de finale : Siliana est tombée    Le bureau des Nations Unies s'engage à poursuivre son appui à la Tunisie dans sa lutte contre le coronavirus    Tennis | Tournois nationaux : Un circuit d'été    Fakhfakh songe-t-il à démissionner ?    Alerte météo : Température en hausse avec un vent de sirocco    Transfert : Hamdi Nagguez signe pour 3 ans à l'Espérance de Tunis    17 nouveaux cas de coronavirus en Libye    Tunisie: Résultats négatifs de 151 tests Covid-19 dans la prison El Dir au Kef    Tunisie: Rapatriement de 113 tunisiens bloqués en Libye via Ras Jedir    Appel à la création d'un observatoire national chargé d'évaluer le discours sur l'image de la femme dans la société    Le ministère de l'Agriculture fixe les prix de vente des moutons de sacrifice    La Ligue des champions en Espagne sera diffusée sur Movistar+ jusqu'en 2024    385 nouveaux cas en Algérie en 24 heures    Tarak Ben AMMAR votera aux prochains Oscars    Cin'étoiles d'été : Projections de films récents par l'IFT à Tunis, Sousse et Sfax (Programme)    Report du festival de la chanson tunisienne à 2021    Nouveau partenariat entre le MAMC et deux institutions culturelles publiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Perte de temps
Publié dans La Presse de Tunisie le 04 - 06 - 2020

Ils ont passé plus de deux heures dans des discussions futiles pour revendiquer le droit à plus de temps pour bavarder sur les deux points à l'ordre du jour. Encore une fois, nos élus, ceux censés donner l'exemple en matière de dialogue responsable et utile, ont raté une occasion de rappeler au monde que ce vieux pays qui a traversé tant d'épreuves et qui s'est toujours relevé, qui a su préserver les institutions et incarner l'alternance politique est encore prêt à parler à tous, même si ceux qui le gouvernent sont issus d'une mouvance aux contours islamistes encore flous.
En effet, la plénière d'hier a confirmé le retour du discours de haine, de rupture proféré par ces machines de propagande qui font des émules et galvanisent la foule parmi des fanatiques de tous bords par des mots assassins et des idées dangereuses.
Hier, c'était une opportunité ratée pour contrecarrer les idées revanchardes et rappeler aux Tunisiens les valeurs de la tolérance. Que nenni ! Encore une fois, c'est le clair-obscur qui a régné. De même, les brèves interventions en début de séance sous forme de points d'ordre ne volent pas très haut puisqu'elles n'ont pas banni définitivement de leur vocabulaire les mots vagues et sans aucune valeur ajoutée qui ne font que confirmer l'immobilisme, le conservatisme et la frilosité d'exprimer clairement des positions intelligibles. Pourtant, nous sommes dans une phase où nous nous attendons à ce que nos députés soient les symboles de l'innovation politique dans les pratiques et de l'imagination sur le terrain des idées. Inutile de souligner l'importance de cette séquence pour les Tunisiens, de mesurer l'ampleur de leurs attentes et la sensibilité de tout ce qui se dit pendant cette période. Cependant, cette plénière, qui a pris la forme d'un cirque, montre aux Tunisiens que le paysage politique se déchire de nouveau, excluant les uns, sanctionnant les autres, vitupérant contre les derniers, montrant à tous que la tolérance et l'esprit de rassemblement sont encore des valeurs méconnues dans notre pays. Encore une fois, la sphère politique se divise et les uns jettent l'anathème sur les autres, ignorant le message des Tunisiens.
Ce qui s'est passé hier nous fait penser avec gravité au mandat que le peuple a confié à ces députés et aux conséquences dévastatrices si l'espoir fondé sur le changement déroute vers un chemin sinueux aux ronces inextricables aussi bien pour les gouvernants que pour les gouvernés. Car ce besoin de croire à un avenir meilleur qui s'est exprimé si fortement durant la campagne qui vient de s'achever ne doit pas se transformer en un cauchemar à même de renvoyer d'autres jeunes Tunisiens dans les rangs des combattants et des terroristes.
Pourtant, pour éviter un tel scénario qui ne conduit qu'au chaos, il ne faut pas qu'il y ait un divorce avec un parti ou un autre. Car en politique, il n'y a pas de fracture irréconciliable. Et le Parlement est la première institution qui doit renvoyer l'image de l'unité et d'être à l'écoute de ce que les Tunisiens, dans leur diversité, ont voulu dire. Le peuple qui a exprimé son impatience, parfois sa désespérance, souvent son exaspération, car il y a eu trop de différence entre ce qui se dit et ce que vivent les Tunisiens, ne restera pas les bras croisés. Et ce n'est pas une place bordée de barbelés qui l'empêchera de se manifester.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.