Un fort séisme secoue Taïwan    Barça vs Real Madrid en direct et live streaming : Comment regarder le match?    Tunisie – DERNIERE MINUTE : Nouvelle alerte météo !    Sousse : Arrestation d'un criminel faisant l'objet de dix avis de recherche    Anthony Fauci au cœur d'un scandale impliquant un laboratoire en Tunisie    LC Afrique (2e tour retour) – Espérance ST : obligation de résultat pour retrouver la phase de poules    Foot-Europe: le programme du jour    NBA : les Bulls toujours invaincus, Cleveland enfin vainqueur    Man United – Liverpool : les compos probables    Deux décès à cause des pluies à Kasserine    Tunisie – Suspension de la circulation du métro léger et prolongement des trajets des bus de correspondance    Tunisie – Intempéries : Décès de deux personnes à Thala    Ammar Mahjoubi: Violence et insécurité à l'époque romaine    Jerandi reçoit un appel téléphonique de James Cleverly    Hausse de l'encours de la dette publique de 12,2%, à 101,2 milliards de dinars, à fin août 2021    Anas Hmaidi : En Tunisie, les deux tiers des prisonniers sont dans l'attente de leur jugement    Erdogan expulse dix ambassadeurs dont ceux de la France, des USA et de l'Allemagne    Nabeul : Saisie de 4 tonnes de semoule et 47658 litres de lait    Affaire des licences de taxis collectifs : 11 suspects dont deux anciens gouverneurs    Photo du jour : Un « bijou » architectural construit à des dizaines de mètres de la présidence du gouvernement !    Tunisie : Le monde change, la STEG « évolue »    Des policiers agressent le président de l'ESS La FTF dénonce    Dernière minute – Chiffres officiels : Quasi-blocage de l'investissement, fin septembre 2021    Nouvelles mesures imposées aux voyageurs en prévision d'une nouvelle vague Covid-19    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    Importation des voitures de luxe : L'austérité doit concerner les voitures administratives et non pas les voitures privées    La cheffe du gouvernement reçoit Ons Jabeur    Monopole, spéculation et contrebande : cinq ministères s'engagent dans la lutte    Commémoration du 8ème anniversaire de l'Attaque terroriste du 23 octobre 2013    Tunisie : Le Pass vaccinal obligatoire pour accéder presque partout dès le 22 décembre 2021    Décès de l'ancien ministre Abdelbaki Hermassi    Forum des DSI : "Tunisie Telecom veut être le label de confiance pour les PME/PMI dans la transformation digitale"    21ème édition du festival de l'Asbu : Six prix pour la Tunisie    Tunisie – Météo: Retour progressif d'un temps hivernal avec baisse des températures    Dialogue national- Noureddine Tabboubi appelle à la participation des partis politiques    Foot Tunisie : Programme des matches de samedi    La Grenade de Gabès avec label AOC débarque sur les marchés de la région    Processus politique : L'ONU confiante en la Tunisie    Le comité de défense de Mehdi Ben Gharbia dénonce les violations à son droit à la santé    Abdelaziz Kacem: L'intelligentsia ou la ménopause du cogito    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Le ministère des Affaires culturelles rend hommage au scénographe Kais Rostom    Ephéméride – 20 octobre 2011 : Les rebelles islamistes assassinent Mouammar Khadafi    Monde- Daily brief du 21 octobre 2021: La Turquie menace d'expulser 10 ambassadeurs occidentaux    Vient de paraître - Un nouveau recueil poétique de Abdelaziz Kacem : «Quatrains en déshérence»    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    "Rouhaniyet" Nefta sous le signe "Hanin" du 4 au 7 novembre 2021    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mounir Baaziz, réalisateur et président de la mutuelle tunisienne des artistes, à La Presse : «Pas facile d'unir des gens connus pour leur ego»
Publié dans La Presse de Tunisie le 15 - 06 - 2020

Président de la Mutuelle tunisienne des artistes, réalisateur, mais aussi technicien qui a accompagné les plus grandes œuvres qui ont fait l'histoire du cinéma tunisien, Mounir Baaziz était présent lors de la discussion autour du projet du statut de l'artiste. Nous avons eu avec lui cet entretien.
Pendant plus d'une semaine, cette question du statut de l'artiste a fait débat. Que pensez-vous de cette démarche ?
La démarche est très importante, mais malheureusement, elle a trop traîné. Cela fait plusieurs années qu'on se bat pour donner un statut à l'artiste en Tunisie. Là où il y a du nouveau, c'est que la question de la carte professionnelle a soulevé de fortes polémiques.
Qu'est-ce qu'il y a derrière cette polémique autour de la carte professionnelle ?
Derrière cela il y a des intérêts particuliers de ceux qui considèrent que la carte professionnelle est un instrument de répression contre la créativité et la liberté d'expression, alors que cette carte est nécessaire pour définir le statut de l'artiste et surtout pour tous ceux qui ont choisi de vivre de leur métier artistique. Ce sont des gens qui n'ont pas d'autres revenus à part ce travail artistique. C'est ce qu'on appelle aussi le statut de l'intermittent du spectacle qui n'existe pas dans la loi tunisienne. De l'autre côté on garde les lois répressives parce que même si l'intermittent ne travaille pas tout le temps, il est obligé de payer la sécurité sociale. Or, la Cnss reste sourde au fait qu'il faut s'adapter à la réalité du secteur culturel. Ce qu'il y a donc à réformer, c'est le code du travail qui doit intégrer le travail intermittent.
Il y a ceux qui sont pour l'élimination de la carte professionnelle... Qu'en pensez-vous ?
C'est de l'hypocrisie que de dire qu'on n'a pas besoin de carte professionnelle. Les métiers artistiques peuvent être faits par n'importe qui, mais il y a un besoin de technicité et de diplômes qui doivent être prouvés. Pour les techniciens, cela veut dire qu'il ne faut plus travailler dans le noir, exiger son assurance et sa sécurité sociale et avoir un régime adapté au ministère des Finances pour les impôts.
Que pensez-vous de l'idée de créer une caisse pour les intermittents du spectacle ?
C'est un acte nécessaire à mon sens. La Mutuelle tunisienne des artistes est un pas qu'on a fait dans ce sens déjà. L'idéal, c'est de cotiser pour garantir la sécurité sociale pour les intermittents du spectacle surtout pendant les périodes creuses où ils ne travaillent pas. C'est l'esprit de notre mutuelle que nous avons créée depuis presque trois ans. L'idée est d'installer une solidarité à l'intérieur du secteur et on a commencé par la nécessité vitale d'une assurance complémentaire à la Cnss. Le problème, c'est qu'il y a des artistes qui ne se soignent plus parce qu'ils ont des pénalités de retard à la Cnss. Ce qui est un droit constitutionnel devient un bâton dans les roues.
Où en est la mutuelle aujourd'hui ?
La mutuelle est un mécanisme qui existe légalement et je trouve que c'est un moment historique que la création de cette mutuelle, puisqu'on a une structure adaptée à recevoir des subventions et des cotisations en attendant de réformer la Cnss pour les lois spécifiques au travail intermittent. On a intégré cette idée dans le statut de l'artiste et elle doit passer dans la foulée de ce marathon qu'on est en train d'effectuer depuis deux semaines.
Etes-vous optimiste pour l'avenir de ce projet ?
Oui, je suis profondément optimiste. Il faut convaincre les gens que c'est la dignité de l'artiste qui est en jeu. De plus cette fois il y a la bonne volonté de la ministre des Affaires culturelles qui tient à faire aboutir ce projet. Cela dit, il n'est pas facile d'unir des gens qui sont connus pour leur ego parfois démesuré. Déjà à l'intérieur des différents métiers, il y a des différends et des susceptibilités. Mais le fait d'avoir pu réunir à la Mutuelle les gens du théâtre, du cinéma, des arts plastiques et de la musique entre autres, c'est déjà une réussite.
Quel est votre regard sur le cinéma tunisien, ces cinq dernières années ?
Il y a un renouveau, mais il y a un état d'esprit et une magie du cinéma qui est en train de se perdre. Le côté économique qui constitue aujourd'hui une course y est pour quelque chose aussi. Le fait d'avoir multiplié les écoles privées du cinéma est pour moi un mauvais choix. Parce que la motivation des écoles privées n'est pas la même. Dans ces écoles, le côté «Gadget» camoufle le manque de créativité. Ce qui manque, c'est l'exigence artistique... Il vaut mieux à mon sens améliorer le secteur pour les débouchés des écoles en multipliant les salles de cinéma et en obligeant les télévisions à produire pendant toute l'année.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.