Tunisie-Qui est Zakaria Belkhoja le nouveau ministre de la Jeunesse et des Sports?    Par Henda Haouala : Les JCC 2020, Cherchez la logique !    Augmentation des prix de médicaments    Tunisie – Qui est Walid Dhahbi le nouveau ministre de l'intérieur    Youssef Fennira, pressenti super ministre de la Formation professionnelle et de l'Emploi, et plus...    Gouvernement : Mechichi annonce un remaniement ministériel    Remaniement, vaccins et rapatriement des avoirs confisqués : Kais Saïed veut remette les pendules à l'heure    Tunisie – DERNIERE MINUTE : Mechichi annonce la liste du remaniement de son gouvernement    16 janvier 2012, les habitants de Siliana en colère    Retard de livraison des vaccins de Pfizer    Mercato – AS Saint-Etienne : la piste Mostafa Mohamed (Zamalek) tombe à l'eau    Football : Programme TV de ce samedi 16 janvier 2021    Coronavirus-Nissaf Ben Alaya : Un confinement orienté à partir de lundi    Aucun lit de réanimation n'est disponible à Kairouan    Hand | Mondial 2021 : Programme de la 2ème journée    THE MODEL, la nouvelle télé-réalité tunisienne aux normes internationales    Khadija Taoufik Moalla: Accepter de perdre des batailles...jamais la guerre !    Météo: Temps froid et pluies sur la plupart des régions    Le marché Boursier clôture vendredi sur une note quasi-stable (+0,09%)    Retour au calme à Siliana après des émeutes nocturnes    TOURISME CULTUREL: Pour un guide des musées et des galeries d'art    Haltérophilie | en vue des championnats d'Afrique et des J.O. de Tokyo: 17 haltérophiles en stage à Nabeul    News: Rafia absent 20 jours    MISE A NIVEAU INDUSTRIELLE: Des concepts qui refont surface    «Fi Aal mIyeh al maliha» (Dans les eaux salées), autobiographie littéraire de Rafika Bhouri : La femme qui aimait la révolution !    Quatre Films de Selim Gribaâ pour célébrer le 14 janvier 2011: «Confinés, mais libres»    Mohamed Derbel : « Un ascenseur émotionnel, de joies et de tristesses, la fierté l'emportant ! » (Vidéo)    Polémique de partage de données : WhatsApp repousse la modification de ses conditions d'utilisation    La Tunisie ambitionne d'exporter 70 mille tonnes d'huile d'olive conditionnée, d'ici 2025    Confinement : le Théâtre de l'Opéra annonce quatre spectacles virtuels nocturnes    La double peine des habitants de la Bande de Gaza    Guterres tente de nommer un émissaire    A quoi il joue?    La Tunisie est-elle proche du seuil de l'immunité collective ?    Pour quand la fin de l'hémorragie ?    A l'Etoile, on continue à faire du sur place... !    La justice se prononce sur l'appel posthume du seul condamné    « La Révolution n'a nullement impacté les causes mais elle a produit voire amplifié l'état de délabrement de l'économique, du social et surtout du politique du pays »    Ghannouchi « proclame » l'innocence de Nabil Karoui !    Une révolution qui reste à faire en Tunisie !    Le destin foudroyé de l'Octobre musical    Ken Loach, Stanley Kubrick, Hassen Ferhani et Nacer Khémir...    ATTT : Les nouvelles dates de contrôle technique des véhicules    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    Tunisie : Une secousse tellurique à Zaghouan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La hache de guerre est-elle déterrée ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 03 - 07 - 2020

LES réunions à huis clos et les coulisses du Conseil de la choura révèlent au grand public la part sombre qui sommeille en Rached Ghannouchi, président du Parlement et chef historique du mouvement Ennahdha.
Les propos fuités qu'il a tenus à l'encontre du chef de l'Etat fustigeant sa « méconnaissance de la réalité libyenne » et décriant son entêtement à refuser de s'aligner sur la position de Fayez Al Sarraj dévoilent les sentiments hostiles d'un proche d'Ankara et de l'axe de l'islam politique à l'égard du Chef de l'Etat.
Ils montrent encore une fois les limites de la conversion du Cheikh à la démocratie et ses sombres desseins pour une Tunisie moderne, souveraine et une négation des principes de sa diplomatie. En effet, Rached Ghannouchi continue par ce genre de déclarations abrasives son jeu périlleux, exposant un pays éprouvé par la crise économique à un risque majeur pouvant l'entraîner dans le piège du chaos libyen.
En effet, bien que son parti soit dépositaire d'un pouvoir qui résulte des urnes, qui l'a porté au sommet du pouvoir législatif, il ne se contente pas de ses prérogatives fixées par la Constitution et cherche à mettre le grappin sur les rouages de la diplomatie nationale pour exercer le pouvoir d'une manière absolue.
Pour parvenir à ses fins, dans un pays où le pouvoir exécutif lui échappe, il livre, par le biais de ses spadassins, une guerre sans merci contre le Chef du gouvernement, coupable de sa proximité avec le Président de la République, mais affaibli par une affaire de conflit d'intérêts, avec l'espoir ténu de limiter l'action du chef de l'Etat, comme il a réussi à le faire avec feu Béji Caïd Essebsi.
Grâce à sa stratégie de la tension, il essaime les conflits et les provocations, aidé en cela par la coalition Al Karama, les seconds couteaux d'Ennahdha, pour dominer le parlement, fragiliser le gouvernement et déstabiliser les institutions.
Mais au sein même du temple Ennahdha, on parle à mots couverts dans les couloirs d'une tentation dynastique de Ghannouchi pour rester aux commandes. Les jeunes loups du parti qui commettent l'erreur de dresser devant lui des candidats crédibles sont évincés ou sont tout simplement poussés à la sortie. Mais le Cheikh, auquel on ne peut faire qu'une confiance mesurée, reste courtisé, adulé et craint par ses pires ennemis. On observe de près son charisme qui commence à s'user, sa rhétorique qui a fini par s'épuiser, dans un silence religieux. Mais malgré les trous d'air, l'homme demeure confiant et sûr, poursuivant son rêve d'une Tunisie complètement remodelée à la manière de l'islam démocratique, vieille utopie qu'il caresse depuis des années, et qui lui procurerait le moyen de dominer sans contrepoids.
Héraut, en public, d'un Islam politique modéré, respectueux des règles de la démocratie et des droits de l'Homme, il développe en son for intérieur un penchant autocratique de type classique, pratiquant un exercice totalement personnel du pouvoir.
Même blessé par certaines attitudes des militants de son parti, il est à la manœuvre et, sous l'apparence d'un homme fruste, confirme ses qualités de stratège politique. Au sein même du parti, d'autres caciques font entendre une petite musique similaire à celle de leur chef, affichant une position impitoyable avec ses rivaux. Son talent de tribun qui magnifie un langage manichéen lui assurant un ascendant sans équivalent sur certains de ses militants s'est brisé sur le podium du Parlement grâce aux charges infinies de ses opposants. Pour y parer, il rend coup pour coup et sa pratique du pouvoir devient nettement moins consensuelle. Il est peu probable, sur le plan de la politique intérieure, de voir le Cheikh, magnanime et renouant avec le pragmatisme, comme il s'est escrimé à le faire, renvoyant de lui une image de sage, révisant tous ses choix antérieurs et adepte de la réconciliation nationale. Les analystes s'accordent sur le fait qu'il n'a jamais achevé sa mue. Mais le combat qu'il livre secrètement à l'Ugtt risque d'emporter dans son sillage le peu qui reste compact de ce mouvement. Taboubi l'a annoncé, il envisage de prendre d'assaut la place du Bardo. Et le Chef de l'Etat l'a clairement signifié : « Nous sommes prêts à mourir pour ce pays », allusion faite aux menaces qui prolifèrent sur les réseaux sociaux suite à sa position sur la crise en Libye. Les masques sont tombés, la hache de guerre est-elle déterrée au sommet ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.