Tunisie – Le gag du jour : Des parcmètres qui se font payer en Euros    Tunisie – Un agent de la poste recherché pour avoir encaissé des mandats de bénéficiaires décédés    Tunisie – Chaouachi : Vers la régularisation de la situation des domaines de l'Etat exploités par les citoyens    Le Fonds de Garantie des Dépôts Bancaires Garant de la stabilité du système financier    ''Ne donnez pas d'argent à notre gouvernement corrompu''    Liban: Dr Imed Halaq s'exprime sur l'état des bléssés [audio]    La Tunisie quatrième meilleure destination mondiale pour les américains après la Covid-19    Ligue 1 – L'Espérance de Tunis proteste contre la retransmission télévisée des matchs    Les 6 gouvernorats les plus touchés par le Coronavirus en Tunisie    Les arbitres de la 18e journée (Photos)    Appel au renforcement des mesures préventives dans les mosquées    Changement provisoire de l'itinéraire des lignes 32C, 71 et Jayara    De nouvelles mesures de soutien à l'huile d'olive conditionnée    Le programme "Formation et intégration professionnelle des jeunes" a développé les capacités de plus de 5 000 jeunes en Tunisie    Kaïs Saied inspecte les dégâts de l'incendie perpétré à Djebel Amdoun    Nouveau partenariat entre les Affaires culturelles et la Municipalité de La Marsa    Double explosion à Beyrouth : au moins 113 morts et 4 000 blessés selon un dernier bilan    La STEG met en garde contre le piratage des données personnelles    La Tunisie achemine 35 tonnes d'aides médicale et humanitaire urgentes à Beyrouth    Ministère de la santé | Mise au point sur l'épidémie de coronavirus : «Vivre avec le Covid-19»    Météo : Temps peu nuageux et affaiblissement de la vitesse des vents    CONDOLEANCES    Tunisie : Tebbini propose Mongi Hamdi et Jameleddine Gharbia comme ministres de Mechichi    Tunisie: La migration clandestine en chiffres [vidéo]    Football | Encore un président de club interpellé par la justice pour chèques impayés : Quand la passion mène en prison !    «Thneiyaa» de Hamdi Mejdoub au Rio : Slameuses libres    Tunisie: Baisse de 56% des revenus touristiques en juillet    Webinaire : L'intelligence artificielle, instrument de relance économique en Tunisie ?    Record de nouveaux cas en Libye    Un Tunisien, qui préparait son retour, arrêté en contresens sur l'autoroute    La Tunisie envoie des aides au Liban    unnamed    Mega Quizz FORTUNA : 215 000TND et une voiture à gagner    Interdit aux accompagnateurs des voyageurs d'accéder aux aéroports    Tebboune ordonne l'envoi immédiat d'aides au peuple libanais    CAB | Nouvel entraîneur : Kaïs Yaâcoubi réussira-t-il le pari ?    Festival de Sfax 2020 et Festival de Sousse 2020 reportés    Liban: Au moins 135 morts et plus de 5000 blessés dernier bilan de l'explosion de Beyrouth    Ahmed Ounaïes: Béji Caïd Essebsi, l'esprit destourien (Album photos)    Lancement de Sundance TV concours de courts métrages au MENA    Rafael Nadal renonce à l'US Open        Concert «Nesmet al-mahabba» avec l'Orchestre philharmonique de Tunis sous la Direction de Chadi Garfi : Un régal !    Mini-Football | Coupe de Tunisie (finale) : Quel enjeu !    Deux fortes explosions à Beyrouth, bilan provisoire: une centaine de morts et 4000 blessés    Coronavirus : L'UEFA annonce une batterie de règles très strictes    Bilel Aloui revient avec son tricycle ‘'pédagogique''    Le coronavirus, un choc traumatique(1)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La hache de guerre est-elle déterrée ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 03 - 07 - 2020

LES réunions à huis clos et les coulisses du Conseil de la choura révèlent au grand public la part sombre qui sommeille en Rached Ghannouchi, président du Parlement et chef historique du mouvement Ennahdha.
Les propos fuités qu'il a tenus à l'encontre du chef de l'Etat fustigeant sa « méconnaissance de la réalité libyenne » et décriant son entêtement à refuser de s'aligner sur la position de Fayez Al Sarraj dévoilent les sentiments hostiles d'un proche d'Ankara et de l'axe de l'islam politique à l'égard du Chef de l'Etat.
Ils montrent encore une fois les limites de la conversion du Cheikh à la démocratie et ses sombres desseins pour une Tunisie moderne, souveraine et une négation des principes de sa diplomatie. En effet, Rached Ghannouchi continue par ce genre de déclarations abrasives son jeu périlleux, exposant un pays éprouvé par la crise économique à un risque majeur pouvant l'entraîner dans le piège du chaos libyen.
En effet, bien que son parti soit dépositaire d'un pouvoir qui résulte des urnes, qui l'a porté au sommet du pouvoir législatif, il ne se contente pas de ses prérogatives fixées par la Constitution et cherche à mettre le grappin sur les rouages de la diplomatie nationale pour exercer le pouvoir d'une manière absolue.
Pour parvenir à ses fins, dans un pays où le pouvoir exécutif lui échappe, il livre, par le biais de ses spadassins, une guerre sans merci contre le Chef du gouvernement, coupable de sa proximité avec le Président de la République, mais affaibli par une affaire de conflit d'intérêts, avec l'espoir ténu de limiter l'action du chef de l'Etat, comme il a réussi à le faire avec feu Béji Caïd Essebsi.
Grâce à sa stratégie de la tension, il essaime les conflits et les provocations, aidé en cela par la coalition Al Karama, les seconds couteaux d'Ennahdha, pour dominer le parlement, fragiliser le gouvernement et déstabiliser les institutions.
Mais au sein même du temple Ennahdha, on parle à mots couverts dans les couloirs d'une tentation dynastique de Ghannouchi pour rester aux commandes. Les jeunes loups du parti qui commettent l'erreur de dresser devant lui des candidats crédibles sont évincés ou sont tout simplement poussés à la sortie. Mais le Cheikh, auquel on ne peut faire qu'une confiance mesurée, reste courtisé, adulé et craint par ses pires ennemis. On observe de près son charisme qui commence à s'user, sa rhétorique qui a fini par s'épuiser, dans un silence religieux. Mais malgré les trous d'air, l'homme demeure confiant et sûr, poursuivant son rêve d'une Tunisie complètement remodelée à la manière de l'islam démocratique, vieille utopie qu'il caresse depuis des années, et qui lui procurerait le moyen de dominer sans contrepoids.
Héraut, en public, d'un Islam politique modéré, respectueux des règles de la démocratie et des droits de l'Homme, il développe en son for intérieur un penchant autocratique de type classique, pratiquant un exercice totalement personnel du pouvoir.
Même blessé par certaines attitudes des militants de son parti, il est à la manœuvre et, sous l'apparence d'un homme fruste, confirme ses qualités de stratège politique. Au sein même du parti, d'autres caciques font entendre une petite musique similaire à celle de leur chef, affichant une position impitoyable avec ses rivaux. Son talent de tribun qui magnifie un langage manichéen lui assurant un ascendant sans équivalent sur certains de ses militants s'est brisé sur le podium du Parlement grâce aux charges infinies de ses opposants. Pour y parer, il rend coup pour coup et sa pratique du pouvoir devient nettement moins consensuelle. Il est peu probable, sur le plan de la politique intérieure, de voir le Cheikh, magnanime et renouant avec le pragmatisme, comme il s'est escrimé à le faire, renvoyant de lui une image de sage, révisant tous ses choix antérieurs et adepte de la réconciliation nationale. Les analystes s'accordent sur le fait qu'il n'a jamais achevé sa mue. Mais le combat qu'il livre secrètement à l'Ugtt risque d'emporter dans son sillage le peu qui reste compact de ce mouvement. Taboubi l'a annoncé, il envisage de prendre d'assaut la place du Bardo. Et le Chef de l'Etat l'a clairement signifié : « Nous sommes prêts à mourir pour ce pays », allusion faite aux menaces qui prolifèrent sur les réseaux sociaux suite à sa position sur la crise en Libye. Les masques sont tombés, la hache de guerre est-elle déterrée au sommet ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.