Nouveau gouvernement | Hichem Mechichi se concerte avec quatre de ses prédécesseurs à la tête de l'exécutif    Gafsa | Reprise de l'approvisionnement des clients en phosphate    Tunisie - Droit et révolution : quelle relation ?    Habib Khedher démissionne de son poste de chef de cabinet du président de l'ARP    Trump contre TikTok, ou la guerre froide du Web    Un vaccin avant la présidentielle US    Yaâcoubi et Coulibaly de retour, Bousu et Chaâlali avec le groupe    Prime royale promise aux joueurs !    Un glacier du Mont Blanc menace de se détacher    Tollé et appels au boycott    Rencontre avec Yosra Nafti    A Sousse, Bizerte à l'honneur    Nouri Lajmi invite l'ARP à préserver l'essence du projet de loi sur la communication audiovisuelle    Amir Fehri se confie sur sa nomination en tant qu'ambassadeur de l'ALECSO    Tunisie: 44% de taux de réussite dans la session de contrôle du bac 2020    2 nouveaux cas de coronavirus à Tataouine    18e journée: Al Watania diffusera le match USBG -EST (Photos)    "Les défis de l'industrie financière face aux nouvelles chaînes de valeur mondiales", thème d'une conférence-débat de l'ATUGE    BMW, le constructeur automobile le plus recherché sur Google    Bourse de Tunis : Amélioration de 10% du résultat global des sociétés cotées en 2019 par rapport à 2018    Nouvelle boutique en ligne de Huawei Tunisie : Avec Huawei, le mall chez vous    Tribune | 15 juillet 1960 : il y a soixante ans, les premiers Casques bleus tunisiens de l'Histoire au service de la paix ( 3°partie)    Ben Sassi: Chute de l'activité du prêt à porter à cause du coronavirus    Kraïem: La situation de Tunisair est très difficile    Armure d'Hannibal : Le vrai du faux    Mini-Football | Finale Coupe de Tunisie : La première coupe pour Tronja    EST | Son absence s'est fait ressentir au dernier match : Coulibaly, ce joueur si indispensable !    POINT DE VUE | Précarité...    « Summer Show », exposition collective à la galerie Selma-Feriani avec Younes Ben Slimane, Dora Dalila Cheffi et Fares Thabet : A découvrir !    Tunisie : Le porte-parole de Qalb Tounes relève plusieurs points communs entre Kais Said et Francesco Cossiga    Les représentants de la filière laitière en Tunisie entament une série de mouvements de protestations les 17, 19 et 21 août 2020    L'Espagne est redevenue une zone rouge à cause des clubs de nuit, selon Nissaf Ben Alaya    Salma Ennaifer réaffirme l'engagement de la Tunisie dans la lutte contre le terrorisme et le crime organisé    La commission des litiges résilie le contrat d'un joueur du CSS    41 cas de contamination par le coronavirus dont 7 cas locaux    Liste des membres de la Commission d'encouragement à la production cinématographique pour l'année 2020    Le groupe Ecobank annonce les finalistes du Concours Fintech 2020    Tunisie – Mechichi s'entretient avec les anciens présidents et chefs de gouvernement    Météo: Prévisions pour vendredi 07 août 2020    Sousse: Le nombre de contaminations locales au coronavirus passe à 16    Des rencontres au TOP prévues par Hichem Mechichi ce vendredi : 4 anciens Chefs de gouvernement et 2 ex Présidents de la République !    ''Ne donnez pas d'argent à notre gouvernement corrompu''    Liban: Dr Imed Halaq s'exprime sur l'état des bléssés [audio]    Nouveau partenariat entre les Affaires culturelles et la Municipalité de La Marsa    Double explosion à Beyrouth : au moins 113 morts et 4 000 blessés selon un dernier bilan    La Tunisie envoie des aides au Liban    Festival de Sfax 2020 et Festival de Sousse 2020 reportés    Liban: Au moins 135 morts et plus de 5000 blessés dernier bilan de l'explosion de Beyrouth    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des personnes fichées S17 dans les coulisses du Parlement: Quand on défie l'Etat à l'ARP !
Publié dans La Presse de Tunisie le 12 - 07 - 2020

L'hémicycle est sous l'emprise des islamistes. Des personnes soupçonnées d'être impliquées dans des affaires terroristes s'y pavanent et défient même les agents de la sécurité présidentielle! Elles y entrent par la force sous l'aile protectrice des députés d'Al-Karama. Le dernier incident qui a émaillé les travaux du Parlement en dit long sur les desseins des forces du mal portées par les urnes au Bardo. Le Parlement est aux ordres de Rached Ghannouchi et de ses seconds couteaux qui défient l'Etat sous la coupole de la plus prestigieuse de ses institutions.
Ce n'est plus une affaire d'altercation entre Abir Moussi et les coalitions soutenant le parti islamiste Ennahdha, proche de l'organisation des Frères musulmans. « C'est une affaire de sécurité nationale », a lancé Abir Moussi dans une vidéo postée sur la page officielle du parti des destouriens libres, avant-hier.
Quelle est la raison de leur présence permanente à l'ARP ? « Mission de repérage au profit des cellules dormantes et des loups solitaires », peut-être selon les propos d'Abir Moussi. Intimidation et démonstration de force pour briser le dernier grand noyau de résistance aux islamistes à l'ARP, soulignent les observateurs.
Quoi qu'il en soit, des éléments radicaux sillonnent, depuis des mois, les couloirs de l'ARP sans être inquiétés. Leur présence inquiète les députés et les agents de sécurité. Fichés S17 et S18, Hafedh Barhoumi (un des fondateurs de la coalition Al Karama) a été « admis » après l'intervention houleuse du député Seifeddine Makhlouf et les ordres reçus par les chefs supérieurs de la sécurité présidentielle après l'intervention du président du Parlement, Rached Ghannouchi.
Cela se passe à un moment où des élus sont menacés de mort et de plans déjoués d'assassinats contre des personnalités politiques et des députés.
Ces derniers jours, en raison d'une guerre de motions menée par les députés du PDL contre le mouvement Ennahdha et son chef historique, Rached Ghannouchi, le ton des islamistes est devenu plus dur, plus menaçant. Des contre-offensives politiques sont menées par les coalitions qui soutiennent les islamistes mais la « Lionne de Carthage » ne cède pas, ne renonce pas. Lors de sa dernière conférence de presse, elle a dénoncé un usage frauduleux de documents falsifiés, selon ses affirmations, pour l'obtention de l'autorisation en 2011 du parti Ennahdha. Elle a manifesté son intention de porter plainte en vue de la dissolution de ce parti pour plusieurs raisons dont son affiliation à la confrérie des Frères mususlmans, classée organisation terroriste. Ce qui irrite profondément les islamistes.
Cette position a renforcé les soupçons des islamistes selon lesquels le PDL agit pour le compte des Emirats arabes unis et de l'Egypte qui cherchent à saper le pouvoir des islamistes dans les pays arabes. Depuis, les coups sont devenus plus virulents, les positions plus fermes, et il n'y a plus de place aux accommodations et au consensus.
On voit dès lors des élus, seconds couteaux d'Ennahdha, de plus en plus irascibles, autoritaires, «paranoïaques».
Au sein même du parti Ennahdha, d'autres caciques font entendre une petite musique similaire à celle de Seifeddine Makhlouf, affichant une position impitoyable avec leurs rivaux.
Dans ce jeu de la bascule, Rached Ghannouchi, dont la cote popularité ne cesse de s'éroder, a fait le choix de prendre à bras-le-corps la solution de l'emprise totale sur le Parlement et les rouages de l'Etat en plaçant ses hommes fidèles dans les institutions les plus névralgiques et ses ministres aux postes stratégiques. Il a eu recours aux services du président de la coalition Al-Karama, lequel, emporté dans le maelstrom déclenché par la révolution, s'est lancé dans une martingale de la polémique politicienne à l'ARP, se faisant porte-voix des islamistes radicaux afin d'affaiblir les ministères de souveraineté, en l'occurrence celui de la Justice, de l'Intérieur. Récemment, il s'est attaqué virulemment aux soldats de l'armée nationale après le décès par balle d'un jeune contrebandier qui a violé la zone tampon militaire au sud du pays en les accusant d'être des snipers.
Dans ce contexte tendu, Rached Ghannouchi continue par ses déclarations abrasives son jeu périlleux, exposant un pays éprouvé par la crise économique à un risque majeur pouvant l'entraîner dans le piège du chaos libyen.
C'est pourquoi un énième cri de détresse a été lancé avant-hier par Abir Moussi quant aux objectifs des islamistes et de leurs partisans internationaux et locaux, attachés à d'anciennes branches de groupes terroristes tels qu'Al-Qaïda et Daech, sous le couvert de l'action législative.
En ce sens, elle s'inquiète de la possible dérive vers un rôle croissant des islamistes en Tunisie, une chose à laquelle les élus islamistes semblent être prédisposés, faisant le pari d'affaiblir les institutions du pays. Le Chef de l'Etat, Kaïs Saïed, chef suprême des forces armées, dans son allocution avant-hier à l'ouverture des travaux de la réunion du Conseil supérieur des armées et des commandements sécuritaires, avait mis en garde les forces obscures qui s'activent pour faire « imploser l'Etat de l'intérieur ». Cette manœuvre obscure vise, selon ses propos, à « démembrer l'Etat et à entraîner l'armée dans les confrontations».
Mais cette situation inquiète aussi le secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail (Ugtt), Noureddine Taboubi, qui, à la lumière des tensions qui marquent la scène politique, sociale et économique, a déclaré que « nous n'irons pas loin, il est donc préférable d'organiser des élections anticipées après un accord entre les différentes parties ».
La solution n'est pas du goût des islamistes qui cherchent à faire tomber le gouvernement Fakhfakh, fragilisé par une crise de conflit d'intérêts, alors que d'autres acteurs majeurs de la politique appellent à une conférence nationale pour revoir le régime politique en Tunisie et pallier les insuffisances d'une Constitution qui a montré ses limites. Entre-temps, des appels fusent de partout pour tenir l'armée et les forces de sécurité à l'écart des tiraillements politiques. Tout cela se passe à un moment où la braise couve sous la cendre et plusieurs régions se sont mises en mouvement, revendiquant le droit à l'emploi et au développement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.