Ooredoo Tunisie : Visite au gouvernorat de Béja    Don japonais pour l'achat d'un minibus scolaire    Communiqué de l'Ambassade fédérale d'Allemagne relatif à l'accréditation à Tunis du nouvel Ambassadeur Peter PRÜGEL+C.V    Bientôt un vaccin tunisien contre le Covid-19 ?    Tunisie : 18 nouvelles contaminations à Tataouine    L'UTICA appelle a réviser le projet de loi relatif à la redynamisation de l'économie    Tunisie : Encore un décès à cause du coronavirus    150 millions d'enfants plongés dans la pauvreté à cause du coronavirus    Officiel : Bassirou Compaoré quitte le Club Africain    Principe de l'alternance au pouvoir à Ennahdha : Ghannouchi rappelé à l'ordre    Tunisie: Dysfonctionnements majeurs dans le mouvement des magistrats de l'ordre judiciaire    Noureddine Dougui, historien et spécialiste de l'époque contemporaine, à La Presse : « Wassila n'est reconnue ni par l'Histoire ni par les bourguibistes »    Courrier des lecteurs | Le Lycée pilote de la Manouba interdit de classe    180 mille nouveaux chômeurs attendus en Tunisie    GAT ASSURANCES offre aux 100 meilleurs conducteurs une carte AGIL de 500 DT    Nescafé Comedy Show : Mohamed Barakati, lauréat de la 6e édition    Abdelkarim Louati, journaliste-compositeur, à La Presse : «L'ingratitude dépasse de loin la reconnaissance dans le milieu»    L'INP et l'Amvppc célèbrent la journée internationale de la paix" Façonner la paix ensemble"…contre le coronavirus    Les agriculteurs de Kébili craignent de ne pas pouvoir vendre leurs dattes    Le Président de la République reçoit les Lettres de créances de 4 nouveaux ambassadeurs de pays frères et amis    Transferts d'argent en Tunisie : le nouveau Convertisseur de Devises en ligne de Monisnap vous simplifie le quotidien !    Nette amélioration des indicateurs de la production des primeurs géothermiques à Gabès    Coupe de Tunisie | Demi-finales – Mercredi prochain : A chances égales !    NOUVEAU SUV PEUGEOT 2008    Météo: Prévisions pour vendredi 18 septembre 2020    Covid-19 : 470 nouveaux cas de contamination et 4 décès    Coopération : Quatre nouveaux ambassadeurs accrédités en Tunisie    Bale tout proche de Tottenham    Ghaza théâtre de frappes de représailles israéliennes    A la recherche du temps perdu...    Médias et politique en Tunisie    Apparente pureté et comportement dépravé    Transferts : Patrice Carteron nouvel entraîneur d'Al Taawoun    France : Près de 10 000 nouvelles contaminations en 24 heures    La Super coupe de Tunisie, ce dimanche à 18h00, Naim Hosni au sifflet    Classement FIFA : La Tunisie gagne une place    Roger Lemerre débarque à Sousse    La reprise économique mondiale pourrait prendre 5 ans    Un nouveau né dans la région MENA n'atteindra à l'âge adulte que 57% de ses capacités productives    En photos : Mohamed Barakati remporte la 6ème édition de NESCAFE COMEDY SHOW    Grand jeu de Ooredoo Tunisie : 35 000 DT à gagner    Football : Programme TV de ce jeudi 17 septembre 2020    DECES : Mokhtar BOUZIRI    Programme de formation militaire tuniso-américain en matière d'extinction des incendies et d'évacuation sanitaire aérienne    Tunisie : Les recettes touristiques ont chuté de 60%, à la date du 10 septembre 2020    Walid Zidi, ministre des Affaires culturelles : «Le budget des maisons de la culture dans les régions sera révisé à la hausse en fonction du budget de l'Etat»    Israël scelle son entente avec les Emirats et Bahreïn    Biden en Floride pour stopper "l'hémorragie"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Protestations et blocages de routes à cause des coupures d'eau : L'Aïd de la soif
Publié dans La Presse de Tunisie le 05 - 08 - 2020

Protestations, sit-in et blocages de routes à cause de l'eau. On sait que chaque année à pareille période, les contestations et les revendications pour un accès équitable à l'eau ont lieu. Qu'a-t-on fait depuis l'année dernière pour assurer un approvisionnement en eau potable de bonne qualité dans toutes les régions durant cette période estivale qui connaît un pic de consommation ?
Rien ! Certes, à l'occasion de l'Aïd El-Idha, la Société nationale d'exploitation et de distribution des eaux (Sonede) a appelé, les citoyens à rationaliser leur consommation en eau et à reporter les usages secondaires après 16h00.
« L'objectif étant de limiter les fortes demandes en eau, particulièrement avec la hausse des températures », souligne la Sonede dans un communiqué.
Mais ce genre de communiqué n'est pas en mesure de calmer les ardeurs des citoyens dans les régions touchées par les « coupures » telles qu'à Béja où la route la reliant à Téboursouk au niveau d'Aïn Melliti a été bloquée par des citoyens en signe de protestation contre les coupures successives d'eau et son faible débit. Ou encore à La Mornaguia où les entrées et les sorties de la ville ont été bloquées pour revendiquer la reprise de l'approvisionnement en eau à partir du barrage Béni Mtir sans la mélanger avec celle provenant de la station de traitement de Ghdir El Golla. Des perturbations et une coupure dans la distribution de l'eau potable ont également été enregistrées dans les délégations de Kébili-Nord et Kébili-Sud.
Mais étant donné la gravité de la situation où ces formes de manifestations ont donné parfois pris des tournures criminelles, un Conseil ministériel consacré au suivi de la situation de l'eau potable a été tenu hier à La Kasbah durant lequel l'accent a été mis sur l'impératif de fournir des prestations d'approvisionnement conformes aux normes et d'accélérer les projets de la société nationale d'exploitation et de distribution des eaux (Sonede) afin de répondre aux attentes des citoyens.
Certes, le Chef du gouvernement a appelé à garantir une eau potable de bonne qualité à tous les citoyens, mais concrètement, la tâche ne sera pas facile et la Tunisie aura à revivre dans les années à venir les mêmes scénarios non seulement en été mais aussi en hiver.
En effet, dans un rapport publié en août 2019, le coordinateur général de l'Observatoire tunisien de l'eau, Alaa Marzouki, a indiqué que la vétusté des réseaux de distribution de l'eau est à l'origine des 112 coupures enregistrées durant les jours de l'Aïd et qui ont touché 105 mille abonnés (en 2019). La détérioration de ces réseaux aurait entraîné la perte de 25 à 30% de quantités d'eau distribuées, a-t-il ajouté, soulignant que le ministère de l'Agriculture a chargé la Société nationale d'exploitation et de distribution des eaux de renouveler ses infrastructures, en mobilisant ses propres ressources, ce qui n'est pas envisageable, en raison des difficultés financières de la société.
Et même si le financement demeure le principal obstacle que rencontre la Sonede, pour renouveler son réseau, les problématiques demeurent aussi liées à l'absence d'une stratégie nationale «clairvoyante» de gestion des ressources hydriques car à quoi servirait une mobilisation des nouvelles ressources en eau qui seront injectées dans des réseaux vétustes ?
Bien qu'il soit urgent que la Sonede entame la modernisation de ses infrastructures, le développement de ses modes de gestion et d'intervention et la réalisation des projets structurants, ce ne serait qu'un simple coup d'épée dans l'eau si on n'élabore pas une stratégie à long terme susceptible de garantir la sécurité hydrique dans un pays menacé par l'accroissement des besoins en eau, en raison de la croissance démographique, de l'aggravation du phénomène de raccordement anarchique aux réseaux, d'une exploitation intensive de ses nappes phréatiques à travers la création de plusieurs grands barrages, lacs collinaires, outre le sondage de puits.
Qu'attendons-nous, dès lors, pour élaborer la carte des ressources hydriques ? Pour revoir le système d'exploitation d'une manière radicale et pour adopter de nouvelles orientations pour la rationalisation de la consommation et l'exploitation d'autres nappes non mobilisées jusqu'à présent ? Ou pour la réalisation d'une banque de données sur les ressources hydriques en Tunisie (eaux de surface et eaux profondes) ainsi que pour l'instauration d'un système d'information géographique numérisé facilitant la prise de décision et la gestion de l'exploitation des eaux ? Nos ancêtres étaient-ils plus conscients en matière de gestion de cette précieuse ressource ? Il suffit de revisiter l'histoire de l'eau en Tunisie, depuis les vestiges découverts à El Guettar, en passant par la maîtrise de l'eau à l'époque punique et la période de l'Afrique romaine, les thermes d'Antonin, les citernes, les aqueducs de Zaghouan à Carthage et le Temple des eaux, les bassins des Aghlabites et le système d'irrigation et de la régulation de l'eau d'Ibn Chebat, pour appréhender son importance et les équipements développés pour sa sauvegarde. En attendant de voir le nouveau gouvernement, qui sera issu des prochaines élections législatives, accorder une priorité à cette question vitale de sécurité hydrique, tendons les mains vers le ciel pour une prière rogatoire (istisqa) !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.