Les coulisses de la 38ème conférence des ambassadeurs et consul généraux de Tunisie à l'étranger (Vidéo et Album photos)    WIFAK Bank Lauréate du Prix GIFA Power Award Islamic Banking 2020    Les associations invitées à proposer des projets en partenariat avec les communes de Tabarka, Mahdia et Kairouan    A court terme, dans ce monde, il n'y a pas de justice et il n'y a pas de vérité...    Les activités humaines ont décimé 68% d'animaux vertébrés sauvages, entre 1970 et 2016 (Rapport Planète Vivante 2020)    Manifestations millénaires à Bangkok    Deux morts et d'importants dégâts    Le parti du président Aoun propose un compromis    Une bonne nouvelle pour Riyad Mahrez    Lemerre s'accorde un temps de réflexion... en Belgique !!    James Rodriguez retrouve le chemin du but avec Everton    Coronavirus : La CNSS annonce le versement des retraites sur plusieurs jours, du 23 au 29 septembre    Nabil Naoum : L'Eclipse et autres nouvelles, De l'importance des menus plaisirs    Une femme testée positive après son décès à Médenine    Tunisie : Il faut casser le mythe des surdiplômés sous-qualifiés    Coupe de Tunisie : Les arbitres des demi-finales    Lancement du projet "Musées pour Tous" au musée archéologique de Sousse    ITCEQ : la corruption, principale contrainte du climat des affaires    Mechichi remet l'ALECA à nouveau sur la table    Comment Mechichi compte ‘'mettre en valeur la diplomatie tunisienne, lui laisser plus d'initiatives et lui donner plus de moyens'' (Album Photos)    ZAAMA: Un programme de débats télévisés qui transmet les voix des jeunes tunisiens    Exposition "Arkan" du calligraphe Meen One : vernissage officiel le 7 octobre à la Maison de Tunisie à Paris    Foot-Supercoupe de Tunisie: L'Espérance de Tunis remporte son 2e titre et garde la Coupe de Tunisie    USL Championship : Radhi Jaïdi fait l'exploit    Capteur Intelligent IA-Améliorée d'OPPO : une nouvelle ère dans la technologie des smartphones    La situation sécuritaire au centre d'une réunion présidée par Mechichi    Coronavirus: Habib Ghedira appelle à la fermeture des espaces ne respectant pas le protocole sanitaire    Tunisie – météo : Des pluies orageuses attendues sur plusieurs régions    Tournoi de Sibiu : Malek Jaziri passe en huitièmes de finale    Coronavirus: Fermeture provisoire de la municipalité de Tozeur    Il n'y aura pas de retour au confinement total    Khalil Lahbibi, président-fondateur de «Blech Esm», à La Presse : «Nous tenons à sensibiliser sur l'état délabré des constructions»    Les indiscrétions d'ELyssa    Le ST termine sixième au classement : Conforme aux prévisions !    Covid-19 : 996 nouveaux cas de contamination et 4 décès supplémentaires, le bilan de deux jours    Le marché boursier clôture la semaine sur une note positive    Plus de 1,5 million de Tunisiens exercent dans le secteur informel    L'OMMP appelle à respecter les tarifs d'amarrage, de désamarrage    Mise à mal par les impayés des entreprises publiques, l'ETAP est aussi pénalisée par le ministère des Finances    Tunisie : 4 tentatives de migration clandestine vers l'Italie déjouées    A paraître aux éditions Cérès: «Hamed Karoui, une vie en politique»    Kamel Chaabouni: Et si la Tunisie adhérait à l'union des Etats-Unis d'Amérique !    L'écrivain italo-tunisien Alfonso Campisi décoré par le président Matarella    Ammar Mahjoubi: pourquoi le mot manichéisme a-t-il une connotation péjorative ?    Mohamed Larbi Bouguerra: -Deal- du Siècle ou cynisme ehonté ?    La Russie salut la décision libyenne de reprendre le commerce du pétrole    2000 migrants irréguliers algériens sont entrés en Espagne depuis le début de 2020    Libye: Haftar annonce la reprise de la production et de l'exportation du pétrole après 7 mois de blocus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Football | Encore un président de club interpellé par la justice pour chèques impayés : Quand la passion mène en prison !
Publié dans La Presse de Tunisie le 06 - 08 - 2020

Après Abdessalem Younsi et Abdessalem Saidani, est venu le tour du président du FC Hammamet, Ahmed Chaabani, d'avoir des démêlés avec la justice.
Des présidents de clubs de football derrière les barreaux : voilà une spécificité bien propre au football tunisien. Une autre caractéristique désolante qui s'ajoute à une longue, voire une interminable liste de problèmes et d'insuffisances qui rongent notre football.
Il y a d'abord l'infrastructure qui se trouve dans un état délabré. Aucun stade de football tunisien n'est homologué par la CAF. Ce qui explique pourquoi la tutelle s'est empressée de faire des travaux au Stade olympique de Radès pour pallier ses insuffisances. Pour information, le Stade de Radès peut être homologué par la CAF, mais sous réserves. Les travaux décidés dans l'urgence par la tutelle sont indispensables pour rendre, ce qui était censé être un joyau du football tunisien, un stade homologué à l'échelle internationale.
On en est arrivé là !
La Tunisie, qui a organisé les Jeux méditerranéens de 2001 et les phases finales de la CAN de 1994 et de 2004, se trouve aujourd'hui en 2020 avec des stades non homologués, sachant que le Stade Taieb Mhiri de Sfax et le Stade Mustapha Ben Jannet de Monastir, qui ont abrité des matches de la CAN 2004, ont été radiés définitivement de la liste des stades homologués par la CAF.
Eh oui on en est arrivé là ! La Tunisie qui a émerveillé le monde par sa révolution de 2011 s'est rétrogradée dans bien de domaines, particulièrement en sport. Le football n'a pas malheureusement dérogé à la règle. Même les grands clubs se trouvent aujourd'hui en butte à des difficultés financières, exception faite de l'Espérance de Tunis.
Le Club Africain se trouve dans une situation financièrement catastrophique alors que le 4 octobre prochain il fêtera son centenaire. Son président, Abdesselam Younsi, a eu des démêlés avec la justice à cause de chèques impayés. Idem pour Abdessalem Saidani le président du CAB.
A chaque fois, la FTF est venue à la rescousse de ces présidents de clubs qui n'auraient sans doute pas imaginé risquer d'avoir les mains menottées à cause de leurs responsabilités sportives.
Aujourd'hui, présider un club de football en Tunisie peut-il conduire tout droit derrière les barreaux ? Cela en a tout l'air. Abdessalem Saidani a été condamné à 17 ans de prison avec sursis pour avoir émis quatre chèques sans provision d'une valeur totale de 66 000 dinars. Abdessalem Younsi, lui, a écopé de 15 ans de prison ferme dans trois affaires de chèques sans provisions.
Avant-hier, un autre président de club a été interpellé par la justice pour des faits similaires. Il s'agit du président du FC Hammamet, Ahmed Chaabani, arrêté pour avoir émis des chèques rejetés par la banque pour provisions insuffisantes. La FTF tente de trouver une issue de secours au président du FC Hammamet comme elle l'a fait avec les présidents du CA et du CAB. Est-ce bien son rôle ? Sans doute pas. Mais doit-elle laisser des présidents de clubs de foot, bénévoles de surcroit, abandonnés à leurs propres sorts ? La réponse est sans aucun doute non. Mais ce n'est jamais la bonne solution pour faire sortir nos clubs du gouffre financier dans lequel ils se trouvent.
Dans le viseur de la Fifa
La réputation financière de nos clubs a dépassé les frontières. Au fait, on ne compte plus les plaintes déposées contre nos clubs auprès de l'Instance internationale de football. La Fifa n'a pas hésité ces dernières années à interdire le Club Africain, le Club Sportif Sfaxien et tout dernièrement l'Avenir Sportif de Gabès de recrutement pour un certain temps à cause de plaintes déposées par d'anciens joueurs ou entraîneurs qui avaient réclamé leurs dus et qui ont été obligés de solliciter la Fifa comme dernier recours.
Pour rappel, l'Etoile du Sahel (plus de 51 millions de dinars de dettes) est également dans le viseur de l'Instance internationale de football dans le cadre de l'affaire Souleymane Coulibaly.
Bref, nous en avons vu de toutes les couleurs ces dernières années. Le huis clos est devenu une habitude chez nous à cause de la violence qui sévit dans nos stades. Des clubs de football endettés jusqu'au cou et qui n'arrivent pas à sortir du tunnel. La raison est simple : le paradoxe juridique qui ronge notre football. Des clubs censés être professionnels alors que les textes des lois disent le contraire puisqu'ils sont toujours régis par la loi de 1959 qui définit les clubs de foot comme associations sportives à but non lucratif.
De plus, la plupart de nos clubs vivent au-dessus de leurs moyens. Des présidents qui signent pour des contrats colossaux sans tenir compte des capacités réelles de leurs clubs. Au bout d'un certain temps, ils se trouvent dans l'incapacité d'honorer leurs engagements financiers. Des présidents qui n'hésitent pas à signer des chèques sans provisions ?!
Il est temps que la tutelle prenne ses responsabilités et revoit les règlements qui régissent notre sport en général et notre football en particulier. Il est temps de professionnaliser notre football dans les textes pour que des sociétés sportives voient le jour. Enfin, il est temps que notre football devienne tout simplement professionnel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.