Tunisie – Hizb-Ut-Tharir appelle les policiers à se rebeller et à rejoindre sa cause    Le Gouvernement retire le projet de loi de finances complémentaire 2020 de l'ARP    Un smart T-shirt pour prévenir le kidnapping des enfants    Expatriés : Amor Layouni sauve Pyramids FC face à l'Arab Contractors de Seifeddine Jaziri    La Tunisie exprime sa solidarité avec la Turquie et la Grèce suite au séisme qui a secoué les deux pays    Les femmes en Tunisie et en Libye assurent un rôle important dans l'essor économique des deux pays", selon la représentante ONU-Femmes    Tunisie – 61 bêtes touchées par la maladie de la langue bleue à Gafsa    Un prêtre blessé par balle à Lyon l'auteur en fuite    «Ça me désole de le voir comme ça !»    Le Collectif Civil pour Les Libertés Individuelles «consterné»    Le bourricot de «l'Ifriqia» est de retour    Les carnets de voyage d'un globe-trotter tunisien    Ligue des champions : On connaît l'arbitre de la demi-finale retour Zamalek-Raja    Tunisie : Arrestation de 29 migrants clandestins au port de la Goulette    L'acteur Sean Connery, le premier James Bond, est décédé    Un smart T-shirt pour prévenir le kidnapping des enfants    Tunisie: Arrestation de l'individu ayant revendiqué dans une vidéo l'opération terroriste de Nice    Foot-Europe: le programme du jour    Libye: 467 nouvelles infections au coronavirus    CONDOLEANCES : Mme Amel MALLEKH    Covid-19 : Ils ont fait fortune...    Reportage | Tourisme : Le Kef, un pôle national et international du klim artistique    Télécommunications | Rapport financier 2019 : Un secteur en pleine effervescence    Chute de la production de phosphate : Grave impact sur les cultures céréalières    Roman « El yassamin el asswed » (Le jasmin noir) de Wafa Ghorbel : Ecrire pour conjurer le démon et retrouver la lumière    Parution de « Terres Promises » de l'écrivain italo-tunisien Alfonso Campisi chez « Arabesques Edition » : Récit matriarcal et engagé    Covid-19 : 1784 nouvelles contaminations en une journée    Le CAB en pleine ébullition : Saïdani contre-attaque...    NEWS | Le haut niveau pour Laidouni    MERCATO | Quel point de chute pour Rami Jeridi ?    La plateforme digitale SARS-COV2 sera opérationnelle dès le 9 novembre    Tunisie : Deux semaines d'enseignement 100% à distance dans tous les établissements universitaires    Attentat de Nice, Une deuxième personne placée en garde à vue    Tech Trends by TT, un rendez-vous trimestriel    Club Africain : Abdessalem Younsi veut se débarrasser de quelques joueurs cadres    Fitch Ratings confirme la notation de 6 sociétés de leasing    Libye: Fayez al-Sarraj revient sur sa démission annoncée pour fin octobre    Météo : Températures en légère baisse    Tunisie: Nouvelles conditions de voyage sur Tunisair Express    "L'Homme qui a vendu sa peau" de Kaouther Ben Hnia remporte le prix du meilleur film arabe au GFF (vidéo)    Tunisie : Hichem Mechichi s'entretient avec les représentants des entreprises étrangères installées en Tunisie    Après le séisme en mer Egée, la France propose d'aider la Grèce et la Trurquie    Turquie : Un séisme fait 4 morts à Izmir    Tunisie – Concours: Ouverture des candidatures pour le Prix Zoubeida Bchir des écrits féminins tunisiens    Dhafer L'Abidine héro du film de vampires "Bloodline" accessible sur la plateforme de streaming Shahed    Le port du masque en voiture est nécessaire sinon obligatoire pour plus de 2 personnes    La Tunisie condamne « fermement » l'attaque de Nice    Mohamed Larbi Bouguerra: Netanyahou, bientôt orphelin de Donald Tromp ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





REPORTAGE — Transports en commun: Un protocole sanitaire difficilement respecté
Publié dans La Presse de Tunisie le 20 - 09 - 2020

Si le dispositif sécuritaire mis en place dans les différentes stations de métro et gares de train constitue une satisfaction et rassure le passager, les gestes barrières ont du mal à être appliqués par tous, constituant un sérieux bémol.
Un tour d'horizon dans les principales stations et gares de la capitale a permis de mesurer les conditions de transport des passagers et des voyageurs, au moment où la lutte contre la propagation du virus Sars-Cov 2 s'intensifie. Il ressort un bilan contrasté fait de points positifs et négatifs dans le dispositif anti-Covid-19 mis en place par les sociétés de transport, Transtu et Sncft.
De la gare de train « Barcelone » à la station « République » du côté du Passage, le dispositif sécuritaire constitue le bon point dans la lutte contre la pandémie du coronavirus, voire la resquille, si ce n'est quasiment le seul. A l'entrée de ladite gare, un agent de la sécurité ferroviaire veille au grain. Il assure la fluidité à l'entrée, mais sans prendre nécessairement leur température.
Il affirme au sujet de ceux qui ne portent pas de masque que le principal est ailleurs : « Je ne suis pas en mesure d'empêcher une personne sans masque d'entrer à la gare, parce que ce n'est pas une condition exigée, mais recommandable».
Une situation surprenante en pleine période de pandémie où plusieurs villes et régions ont été décrétées points rouges, par les instances sanitaires en charge de la lutte contre la propagation du coronavirus. D'un autre côté, les citoyens tunisiens ne semblent pas résolus à porter tous, sans exception, le masque de protection.
C'est pratiquement trois ou quatre personnes sur dix qui le font consciencieusement, car pour le reste, ils n'ont cure de leur santé et celle d'autrui.
Quand on voit un sexagénaire ne portant pas un masque dans le métro, on se dit qu'il y a vraiment un problème.
On a pu observer quelques scènes de tension à la station «République» où des passagers ont tenté de prendre le métro sans acheter de ticket. Ce qui a irrité au plus haut point les équipes de sécurité et de contrôle qui ont sévèrement admonesté les fraudeurs. Il y a une approche humaine qui s'améliore malgré certaines vociférations entre les agents et les passagers. Mais une fois qu'on monte, des reproches sont à faire, notamment en termes de manque de signalisation et de sensibilisation contre le Covid-19 qu'on apercevait il y a quelques mois. Mais il y a pire encore malheureusement...
La débandade
Non, vous ne rêvez pas ! La porte de la cabine du conducteur de métro vole au vent au rythme des coups de freins de ce dernier. A coups de va-et-vient, la porte mal cadenassée et qui craque sous le poids du temps et de la vétusté est un mauvais point à signaler. Si le conducteur est agressé par malheur, ce sont tous les passagers qui risquent de subir la foudre des agresseurs. Inconcevable, inadmissible et intolérable. Une infrastructure usée, un parc roulant qui tourne tant bien que mal, mais souvent au ralenti. Cela quand il ne s'arrête pas à quelques encablures de la station d'arrêt pour débarquer son petit monde comme du bétail. Ou quand une fois n'est pas coutume, il saute une station comme celle de l'Avenue Habib-Thameur sans motif, hormis celui de limiter les rassemblements dans les stations pour contrecarrer le Covid-19.
A la gare « Barcelone », le décor n'est pas plus reluisant que celui des stations de métro, en termes de sensibilisation, avec pour seule consigne de respecter la distanciation sociale et physique d'un mètre entre chaque individu. Un marquage jaune et noir délimite les zones d'arrêt devant les guichets, et puis c'est tout !
Dans les wagons, hormis la consigne de ne pas s'agripper aux portières, on ne voit aucune affiche de sensibilisation indiquant les consignes barrières.
Aucune signalétique de prévention contre le Covid-19 n'est visible. Le port obligatoire du masque n'est pas rappelé, alors qu'il est sciemment signalé via la présence de panneaux dans les agences bancaires, pharmacies et autres administrations. Bien au contraire, un voyageur se permet le luxe, en toute impunité, de fumer sa cigarette au su et au vu de tous, sans sourciller. Portant un masque sous le menton, il apprécie ce moment unique, alors qu'il devrait être sanctionné et verbalisé par les contrôleurs qui sont aux abonnés absents au niveau des quais. Il faudrait rajouter des caméras de surveillance au niveau des stations.
Des efforts restent à faire pour améliorer les conditions de transport des passagers dans les différents moyens de transport en Tunisie, notamment les bus qui sont bondés et pleins à craquer, comme toujours et en toute circonstance. La vigilance doit évoluer avec le risque épidémiologique et non l'inverse a priori. Un message encore mal compris par beaucoup de personnes, inconscientes du danger du Covid-19, ignorantes ou mal informées. Le relâchement est interdit.
x


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.