Dernière Minute – Coronavirus : 61 nouveaux décès et 2.185 nouvelles contaminations, les 17 et 18 octobre    Chebba s'embrase, Wadiî Jari sous le feu des critiques    La Tunisie est devenue un Etat facebookien ?    Exercice naval tuniso-français au large des côtes françaises (Défense)    Banque mondiale : L'économie tunisienne devrait ralentir de 9,2% au lieu de 4% en 2020    Trump prédit "une vague" républicaine    Dix chefs d'Etat et de gouvernement africains appellent les dirigeants du monde entier à accroître leurs investissements en faveur du FIDA    Tunis Ré : Légère baisse du chiffre d'affaires    Coronavirus a accru la défiance des gens à l'égard des pouvoirs    Ouverture, aujourd'hui de la saison de la chasse des grives et des étourneaux    Le Liban marque le 1er anniversaire du soulèvement populaire    Treize civils tués en Azerbaïdjan, le président crie vengeance    Oscars 2021: Le CNCI appelle les producteurs tunisiens à soumettre leurs films avant fin octobre    La Fondation BNA et Nourane organisent un marathon digital pour lutter contre le cancer du sein    La visite de Kaïs Saïed en Italie reportée    La proposition d'amendement du décret-loi n°2011-116 examinée en plénière mardi    Grève de deux jours dans toutes les municipalités du pays    Epson annonce sa première imprimante grand format à encre résine    Les professeurs d'éducation physique, en chômage depuis 10 ans, en Sit-in ouvert devant le Ministère de la Jeunesse et Sports    La Tunisie parmi les ‘'3 premiers pays'' à acquérir le vaccin anti-covid-19    Des militaires libyens des deux camps en conflit discutent d'un cessez-le-feu à Genève    ATI : Ouverture d'une Agence Commerciale à Tunis    Baisse des investissements internationaux en Tunisie de 26,4%, à fin septembre 2020    France: Marine Le Pen réclame une « législation de guerre » contre l'islamisme    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 19 Octobre 2020 à 11H00    Top trois des plus fortes augmentations de budget : Education, Intérieur et Défense    Examen de la coopération tuniso-hongroise dans le domaine juridique et judiciaire    Courrier des lecteurs | Le courage de réformer    Tunisie : Hichem Mechichi commente l'affaire FTF-CS Chebba    Première interview télévisée du chef du gouvernement Hichem Mechichi : «L'Etat est capable de faire face à la pandémie»    MEMOIRE : Salem LIMEM    Tunisie : Mechichi affirme que les dons versés au fonds 1818 n'ont pas encore été exploités    Focus Business | La relance des activités est possible    L'UNESCO appelle tous les professionnels de la culture à participer à une édition spéciale en ligne, ResiliArt    D'un sport à l'autre | Athlétisme : place au cross d'ouverture    Volleyball | CA – Section féminine : Le droit de rêver...    La France ordonnera l'expulsion de 231 fichés S pour radicalisation    Une amélioration de 6 milliards de dinars pour les revenus en 2020, annonce Kooli    En marge de Tunisie-Nigeria | Moncef Chergui – Ancien défenseur international : «Meriah était emprunté»    Mechichi : Mes relations avec le chef de l'Etat sont excellentes    Météo : Ciel partiellement voilé et températures en légère hausse    Tunisie : Le Projet du Budget de l'Etat 2021 en 10 points    Mes odyssées en Méditerranée: Trapani-Tunis : les premières Loges maçonniques italiennes en Tunisie    le metteur en scène et comédien Naoufel Azara, à la presse: « Les idées simples changent le monde »    Cheikhs en confidences: Sfax en profondeur, un roman qui nous replonge dans l'atmosphère des années 50    La mystérieuse Dame de Carthage    Le Festival de la musique tunisienne passe à la trappe    «Nazilet Dar Al Akeber» (Le cataclysme de la maison des notables) de Amira Ghnim, «Comar d'or» du roman arabe : Un véritable joyau de la création romanesque tunisienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ARCHIPEL DE KERKENNAH: Les pêcheurs regrettent le bon vieux temps...
Publié dans La Presse de Tunisie le 27 - 09 - 2020

Au large de la ville de Sfax, les îles Kerkennah gardent encore leur mystère et leur charme. A la beauté naturelle légendaire de cet archipel vient s'ajouter une autre particularité, unique en son genre, à savoir que des citoyens ont la possibilité de travailler dans une partie de la mer. Mais, revers de la médaille, les ressources halieutiques s'amenuisent de plus en plus. Les poissons se font de plus en plus rares...
Les felouques des pêcheurs ont la chance d'assister au quotidien à un beau spectacle bien particulier : celui des poissons de toutes formes. Entre les Kerkeniens et les poissons, une vieille histoire d'amour s'est tissée au fil des jours. L'activité de la pêche constitue, en effet, la principale source de revenu des Kerkeniens qui vivent essentiellement de la mer. 10h00. Une vingtaine de pêcheurs, l'air fatigué, le pas lourd, sont de retour après de longues nuits de pêche passées en mer. Ils s'activent pour faire descendre des caisses de poissons mi-pleines. Le résultat de la pêche ne correspond pas aux attentes.
Pêche ancestrale et traditionnelle
Les quantités de poissons, de petit calibre, sont réduites. Raïs Mondher, la cinquantaine, dispose d'un bateau de pêche, parmi la vingtaine de bateaux qui ont quitté le port à la recherche de poissons. Il a révélé que la pêche ancestrale figure parmi les traditions de l'archipel. Au cours de ces sorties, de nombreux pêcheurs, le visage bronzé par un soleil de plomb et les mains durcies par la manipulation des filets, partent en groupe, avec leurs embarcations pour pratiquer cet art de pêche, qui est le premier gagnepain des Kerkeniens et la principale activité économique des habitants des îles.
Mondher regrette que cette activité soit frappée de plein fouet après la révolution. Les petits pêcheurs, qui sont majoritaires, subissent les conséquences de la pêche anarchique avec les larges filets et le «kiss» qui détruisent les ressources halieutiques. Des pêcheurs mécontents, désespérés, essayent de survivre malgré ces mauvaises conditions...
Pêche anarchique ravageuse
Il s'agit d'une menace qui pèse sur les ressources halieutiques de l'île. En effet, la pêche anarchique a fait des ravages dans l'écosystème. La situation environnementale est déjà fragilisée et continue à se détériorer. Au cours de ces dernières années, les pêcheurs ont vu leurs outils de pêche traditionnelle concurrencés par le chalutage et la vente illicite du poulpe. Une méthode qui décime les réserves de poissons et arrache les plantes du fond marin. Conséquence: les revenus des pêcheurs de Kerkennah ont baissé de 80% au cours des dernières années.
Un peu plus loin, Ridha, la soixantaine, déclare sur un ton maussade que «les pêcheurs éprouvent des difficultés pour conserver leur mode de vie et de travail. La pêche est bien maigre ces jours-ci. Je rentre bredouille», poursuit notre interlocuteur, le coeur serré. Nos filets sont vides. Un appel est lancé aux autorités locales pour agir afin de mettre fin à ces pratiques. «L'Etat doit améliorer les conditions de vie sur l'archipel, d'autant plus que la situation économique et environnementale dans ces lieux déjà fragilisés continue à se détériorer. Notre but est d'inciter chacun à faire un effort dans le but de protéger notre environnement.
Le contrôle est nécessaire pour rappeler à l'ordre tout contrevenant», recommande-t-il. Un autre pêcheur raconte, avec la voix pleine de nostalgie, que les moments d'euphorie, lorsque les filets remontaient pleins de poissons, sont bien finis. Aujourd'hui, ces moments se sont transformés en moments de détresse. D'où la nécessité de rationaliser l'exploitation des ressources halieutiques et chacun doit déployer un effort dans le but de protéger l'environnement et l'écosystème de l'île.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.