Tunisie – Hausse des prix : Tabboubi accuse le gouvernement de préparer la levée totale des subventions    Tunisie – Charfeddine ordonne le retrait de tous le matériel roulant et autre mis à la disposition des syndicalistes    Laarayedh : « L'affaire des combattants Tunisiens dans les zones de conflit vise à détourner l'attention des vraies préoccupations sociales »    Tunisie – Ouverture d'une enquête judiciaire après la saisie d'une grande somme d'argent dans le local d'un syndicat sécuritaire    Tunisie – Météo : Alerte aux orages !    Tunisie – Bizerte : Un élève de septième année poignarde son camarade et l'envoie en soins intensifs    Fermeture des locaux d'un syndicat de police : le ministère de l'Intérieur donne sa version    En vidéos: Tout savoir sur la Conférence internationale ''COMESA Tunisia Business Women Days''    Hand – Championnat arabe des clubs (H) : Programme TV des finales    Sahara occidental : Madrid protégé par l'UE provoque ouvertement Alger    Malek Zahi en visite à Douar Hicher pour tenter d'apaiser les tensions    CAF CL : Les affiches du 2e tour enfin connues    Tunisie – Brésil : Formation probable des Aigles de Carthage    Indice du secret financier: La Tunisie classée 102ème sur 140 pays    Tunisie: Un parti appelle à reporter les législatives    Une délégation de la BERD en Tunisie    Attayar boycotte les législatives anticipées de 2022    Tunisie: Baisse importante des quantités de céréales collectées    Crise multiforme en Tunisie : Radhi Meddeb appelle à un traitement de fond    Tunisie-accidents : 4 morts et 258 blessés en 24 heures    La Tunisie participe au Championnat d'Afrique Hommes (du 26 au 30 septembre en Egypte) : Autant de promesses que de certitudes    France-Sondage : L'étoile filante Elisabeth Borne pourrait sauver la "macronie"    L'extrême droite victorieuse en Italie - En Tunisie, les enjeux semblent échapper au pouvoir    Zelensky est formel : Poutine est capable de balancer des bombes nucléaires    Youssef Al Qaradawi est mort    Le Tunisien Amine Marrakchi remporte le prix Claude-Antoine Peccot du Collège de France    Les Tunisiens Qui Sont-Ils ? D'où Viennent-Ils ? Les Révélations De La Génétique    Tunisie : Le maire de Mornag placé en garde à vue    Match Tunisie-Brésil : A quelle heure et sur quelles chaînes ?    Mouvement de protestation des enseignants vacataires (Vidéo)    Tunisie: Réouverture de l'inscription à distance en classes préparatoires    Encore un pack à gagner pour la coupe du monde chez Ooredoo    Université Européenne: Prodigieuse Remise des Diplômes 2022 en présence du conseil de l'Europe    POINT DE VUE | Le prestige, l'intérêt...    Coupe du monde 2022 : Quelle liste choisira Deschamps pour affronter la Tunisie ?    CA | Trouver les bonnes inspirations : Lutter contre les freins invisibles    Le Goethe-Institut présente l'exposition «Mirath : Music» : Le patrimoine culturel comme une entité vivante    Nouveau souffle à la Maison du roman : Des rêves, des projets et un bel envol !    Météo : Pluies orageuses prévues dans les régions de l'ouest    Un dispositif sécuritaire draconien pour la fermeture des locaux d'un syndicat de police    BCT: Les recettes touristiques ont augmenté de 86%    La liberté d'expression en Tunisie selon Dilem    Noor Arjoun (chanteuse) et Selim Arjoun (musicien) à La Presse: "Le concert du Festival de Carthage était la célébration de toute la jeunesse tunisienne"    Mhamed Slaheddine Chérif, Hammadi Redissi, Jocelyne Dakhlia et Olga Lizzini, lauréats de Prix du Forum Insaniyyat    Ahmed Ounaïes: La Palestine et le double standard    Film Gadeha , Une seconde vie d'Anis Lassoued : Un film immersion dans la pré-adolescence    Tunisie-Bangladesh : Vers le renforcement des échanges commerciaux    Lorsque le président Ukrainien Volodymyr Zelenskiy évoque la Tunisie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mongi Bennani, ancien joueur du SN et entraîneur de handball: «Les challenges, on ne s'en lasse jamais»
Publié dans La Presse de Tunisie le 04 - 10 - 2020

Peu de gens savent que Mongi Bennani conduisit son équipe en finale de la Coupe du monde 2014 dans le sport numéro 2 du pays, le handball, avec Al-Sadd du Qatar.
En fait, l'enfant du Stade Nabeulien roula sa bosse un peu partout, y compris à la tête des sélections nationales des jeunes.
«Un titre africain ou arabe, c'est toujours bon pour une récupération à des fins politiques, rappelle-t-il. Notre objectif doit se situer au niveau du gotha mondial».
Mongi Bennani, tout d'abord, comment êtes-vous venu au handball ?
J'étais gardien de but de football dans mon quartier Boughedir, à Nabeul, où la tradition est partagée entre le hand et le basket. Ces deux sports doivent énormément à la ville des Potiers. Moncef Selmane, notre maître de sport à l'Ecole Larbi Zarrouk, m'a fait signer au SN handball alors que j'étais benjamin. Et c'est Noureddine Ben Ameur qui m'a convoqué pour la première fois en sélection cadets en 1982 après avoir assisté à un derby entre le lycée technique de Nabeul et le lycée de Hammamet dans le cadre des championnats scolaires. J'ai joué mon premier match international cadets contre l'Algérie. Nous avons fait match nul (10-10). J'ai réussi trois buts. Pas mal pour un arrière dont la première qualité est d'offrir des assists.
Vos parents vous ont-ils encouragé à faire du sport ?
Mon père Hassen, commerçant, me disait qu'un jour, je serais entraîneur comme Sayed Ayari. Quant à ma mère Aroussia, elle vivait intensément les derbies lorsque j'entraînais le club «sang et or».
Quels furent vos entraîneurs ?
Moncef Selmane, Abdellatif Gherib et Aounallah chez les jeunes. Fethi Mechaâl, Lotfi El Behi, Moncef Ben Amor, Hamadi Azzam, Fethi Chakroun, Brahim Agrebi, Hafedh Zouabi et le Polonais Tom chez les seniors.
Quelle était votre idole ?
Samir Abassi, l'homme à tout faire du CS Hammam-Lif, qui allait passer à l'EST.
Avez-vous reçu des offres d'autres clubs ?
L'AS Hammamet a voulu m'engager alors que j'étais encore cadet. Je n'ai pas répondu à la proposition car ç'aurait été pécher contre la tradition qui voulait alors qu'un joueur soit celui d'un seul club durant toute sa carrière. Et puis, au SN, je me sentais très bien. Mon club était encore bien plus fort que l'ASH avant que la roue de l'histoire tourne. Nos dirigeants suivaient en même temps notre scolarité. L'un d'eux, Samir Bouaouina auquel je dois beaucoup, assurait des cours à l'intention des joueurs avant les séances d'entraînement.
Avec Faouzi Benzarti en football, qui disputa la finale du Mondial des clubs à la tête du Raja du Maroc, vous êtes le seul entraîneur tunisien à avoir conduit un club en finale de coupe du monde. Vous devez sans doute en tirer beaucoup de fierté, non ?
Oui, cela n'arrive pas tous les jours dans la carrière d'un coach. En septembre 2014, à la tête d'Al-Sadd du Qatar, j'ai accédé en finale de l'IHF SuperGlobe, la coupe du monde des clubs de handball. Nous avons été battus par Barcelone après avoir éliminé en demis les Allemands du SG Flensburg Handewitt, champions d'Europe. Un moment particulier dans la vie de chaque technicien. En phase de poules, nous avons disposé de l'Espérance de Tunis.
Que vous veniez alors de quitter pour partir vers l'aventure dans le Golfe…
Oui, j'ai décroché trois titres avec le club «sang et or» (championnat et coupe de Tunisie, en plus du championnat arabe). La culture de ce club veut que chaque joueur doit jouer pour les titres dès le plus jeune âge. J'ai pris par la suite la direction technique de l'EST où je chapeautais pas moins de 13 entraîneurs. Une charge colossale.
En ce temps-là, comment viviez-vous le derby tunisois ?
A l'unisson avec mes joueurs, j'étais convaincu qu'il fallait s'imposer même dans un derby amical. La rivalité était telle que la tension montait dès que nous avions en face le frère ennemi tunisois. En tant qu'entraîneur, j'ai gagné trois derbies sur quatre, concédant une fois le nul.
Quel est votre meilleur souvenir ?
La finale mondiale avec Al-Sadd contre le Barça. Je citerais également nos belles saisons parmi l'élite du temps où Noureddine Aounallah revint au Stade Nabeulien. Avec Kerkenni et Khaled Ben Salah, nous pratiquions un jeu de pure tendresse. Je citerais également notre superbe saison avec le SN, en 1997. Nous avons terminé quatrièmes de la Nationale A. On a même battu l'ESS (33-30).
Et le plus mauvais ?
Mon problème cardiovasculaire découvert alors que j'étais étudiant à l'Institut supérieur des Sports à Ksar Saïd. Cela m'a incité à arrêter ma carrière à seulement 27 ans. Mais déjà, je préparais une carrière d'entraîneur.
Comment analysez-vous la crise du handball à Nabeul, un des bastions historiques de la petite sphère en Tunisie ?
A Nabeul, la menace du basket reste vive. La balle au panier a drainé les meilleurs sportifs de la ville, a pris les grands dirigeants et les plus grosses parts du budget du club, la plus grande part du public, aussi. A croire qu'à Nabeul, il n' y a de place que pour le basket, ce qui est faux. De plus, les grands cadres techniques issus du SN ont émigré vers le Golfe : Moncef Ben Amor, Lotfi El Behi, Fethi Mechaâl, moi actuellement…
Que représente le Stade Nabeulien pour vous ?
Tout simplement ma vie. J'y ai passé 18 superbes saisons. J'y ai pratiqué le plus beau hand grâce à Moncef Ben Amor, un technicien hors pair. Mechaâl a fait de moi le capitaine d'équipe. Avec Brahim Agrebi, j'ai appris ce qu'est le professionnalisme. Hamouda Fray m'a inculqué la touche académique. Tout ce que j'ai réussi comme succès en qualité d'entraîneur, j'aurais aimé le vivre avec le SN.
Comment trouvez-vous le handball tunisien aujourd'hui ?
Les mêmes maux vécus par le football produisent les mêmes effets en handball. Les résultats priment. On change d'entraîneur comme on change de chemise. Souvent, on engage des techniciens manquant de formation, d'anciens joueurs hâtivement recyclés comme entraîneurs. Les meilleurs joueurs partent à l'étranger. On y va de plus en plus jeune.
Les moyens manquent terriblement. Il y a également une crise de dirigeants qui oublient leur vocation d'éducateurs. Chaque saison, le niveau technique de la compétition baisse encore.
Parlez-nous de votre famille
En 1991, j'ai épousé Sonia, ancienne handballeuse de Mégrine et prof d'EPS. Nous avons trois enfants : Hassen, 28 ans, directeur commercial installé au Qatar, Malek, 24 ans, étudiant à Toulouse, et Skander, 18 ans, lycéen. L'aîné est Espérantiste, les deux autres Clubistes, tout comme mon épouse. Imaginez l'ambiance dans la famille après un derby…
Quels sont vos objectifs ?
Entraîner un jour le Sept national seniors. Avec la sélection juniors-cadets que j'ai entraînée durant quatre saisons, j'ai formé les Wissem Hmam, Wael Horri, Touati, Amor Khedhira, Maher Kraiem, Marwane Belhaj, Tajouri… Dans l'esprit de certaines gens, l'équipe nationale ne doit plus être entraînée que par un étranger. Je crois que cette vue de l'esprit est étriquée et reconnaît mal le mérite des cadres tunisiens qui savent s'imposer là où ils passent.
Enfin, un entraîneur, quand doit-il dire stop ?
On ne le sait jamais. Il n' y a pas de règle. Personnellement, après 29 ans de carrière, dont 7 consacrées à la formation des cadres, je suis toujours habité par la même envie et la même passion. Les challenges, on ne s'en lasse jamais. Je figure dans le ghota des techniciens de handball du pays. Cette percée, je ne la dois qu'à mon effort et à mon mérite, car personne ne m'a fait de cadeaux.
Au contraire, je viens d'un «petit» club, et à ce titre, je dois surmonter davantage de handicaps que les autres. Pourtant, si mon club, le Stade Nabeulien, traverse une longue traversée du désert, on ne doit pas oublier que dans les années 1960 et 1970, il était le troisième club du pays, derrière l'Espérance de Tunis et le Club Africain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.