Tunisie – L'Union Européenne appelle Kaïs Saïed à établir un calendrier pour un retour à l'ordre constitutionnel    Coronavirus : 5 décès et 131 nouvelles contaminations, Bilan du 14 octobre    Tunisie : Nouvelles nominations au sein du MJS    Le nouveau gouvernement appelé à donner au secteur agricole et de la pêche la priorité absolue (UTAP)    Affaire Mosquée El Fath : Le ministère des Affaires religieuses explique    Najla Bouden préside son premier conseil ministériel    Tunisie – Moncef Marzouki sous le coup d'une enquête judiciaire    GB : Un député britannique poignardé à mort dans une église. La piste terroriste n'est pas écartée    Les membres du Grand Jury des JCC    PSG vs Angers : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La championne olympique Raoua Tlili privée de son salaire !    Abir Moussi interdite d'accéder au carré des martyrs à Bizerte    Covid-19 : L'Allemagne retire la Tunisie de la liste des pays à haut risque    Tunisie: Si on ne sait pas où aller, on n'ira nulle part !    Orange Summer Challenge 2021 : L'innovation au service du recyclage des déchets plastiques    Journée internationale des femmes rurales : La question du transport des ouvrières agricoles reste pendante    L'expertise Bosch au cœur des stations-services Shell    Coupes d'Afrique des clubs : programme des matches de vendredi    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Les préparatifs de la fête du Mawlid à Béja [vidéo]    Revue de la semaine du 8 au 15 octobre 2021: Premier conseil des ministres après la formation du gouvernement    Journée internationale des femmes rurales : Engagement à défendre les droits des filles partout en Tunisie    Un jour férié à l'occasion des fêtes du Mouled        Foot – Premier League : ZIDANE, l'option des saoudiens de NEWCASTLE ?    Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Moody's- Mounira Ayari: C'est la 10e rétrogradation depuis 2011, ne faites pas semblant d'être surpris    Tunis, un gigantesque cadavre pourrissant    Qualifs Mondial 2022 : le Brésil de NEYMAR déroule et l'Argentine de MESSI assure    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Entreprises publiques- L'Etat est un mauvais gestionnaire selon Moez Joudi    Noureddine Tabboubi dénonce les appels à l'ingérence étrangère    Hichem Ajbouni- Le scénario libanais s'approche à grands pas    Ons Jabeur se qualifie à la demi-finale d'Indian Wells et accède au Top 10    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    INLUCC : Les ministres du gouvernement Bouden déclarent leurs biens    Quarts de finale du Tournoi d'Indian Wells :Où regarder le match de Ons Jabeur du 14 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Liban : 3 morts et 20 blessés dans une manifestation à Beyrouth    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Festival du film d'El Gouna : Le spectacle est maintenu malgré l'incendie    Secousse sismique à Gabès    Oscar 2022 : Le film Tunisien "Fartattou Dhehab" de Abdelhamid Bouchnak en lice pour le meilleur film international    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Le chef de l'Etat assiste à l'éloge funèbre des militaires décédés dans le crash de leur hélicoptère    Nouvelle secousse sismique à Béjà    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ennahdha et l'alternance au pouvoir
Publié dans La Presse de Tunisie le 08 - 11 - 2020

Depuis 2011, les élections constituent le mode par excellence d'accession au pouvoir. Il reste cependant d'usage que l'alternance démocratique et le contrôle des gouvernants demeurent le problème central du paysage politique en Tunisie.
Certains partis connaissent, en effet, une crise d'alternance démocratique. Plus de cent membres d'Ennahdha, dont certains font partie du Conseil de la choura et d'autres représentant le mouvement au Parlement, ont signé une lettre dans laquelle ils appellent au respect de l'article 31 du règlement intérieur et exhortent Rached Ghannouchi à annoncer qu'il ne se portera pas candidat à la présidence du parti islamiste pour un nouveau mandat.
Au-delà des interrogations sur les raisons des conflits qui ne cessent d'opposer les différents acteurs et parties prenantes au sein du mouvement, des discours en porte-à faux avec l'ordre établi, c'est la présence et le pouvoir de Rached Ghannouchi qui sont aujourd'hui mis en cause. Le dernier membre à revendiquer haut et fort l'alternance démocratique à la direction du parti n'est autre que Imed Hammami. «Le temps est venu pour Rached Ghannouchi de ne plus être à la tête d'Ennahdha dans le cadre de l'alternance au pouvoir», fait-il savoir, affirmant que depuis un an le mouvement et toutes ses instances sont gelés, et que le pouvoir de décision est uniquement détenu par le Cheikh.
Tous ceux qui revendiquent l'alternance du pouvoir à Ennahdha soutiennent qu'ils ne lui demandent pas de quitter le parti, mais de ne plus assumer sa présidence. D'autres voix s'élèvent dans le sens contraire et prônent déjà une nouvelle candidature de Ghannouchi à la tête du mouvement.
Il n'est pas si simple de séparer le bon grain de l'ivraie, mais il est clair que le président de l'ARP ne fait plus l'unanimité au sein même de son parti. D'ailleurs, Ennahdha est à présent intégré dans la sphère des conflits, des affrontements et des altercations de tous bords. Tous les aléas qui en découlent nous amènent à nous interroger sur les intentions et les motivations qui font ainsi courir les uns et les autres. Leur champ d'action prend au fil du temps une mauvaise tournure, surtout lorsque les attitudes et les arrangements, de plus en plus douteux, désavouent les valeurs et les principes sur lesquels repose le parti.
Ce qu'Ennahdha, Ghannouchi et ses dirigeants ne sont plus en mesure d'accomplir met à nu l'incapacité du mouvement à se réformer, à se moderniser et à ressusciter. Il n'est plus à l'abri des dérives. Il perd de plus en plus de sa crédibilité. De leader surtout. Il n'a plus de fédérateur. Même pas un modèle sur lequel la jeune génération peut vraiment s'identifier. D'une épreuve à l'autre, il se perd dans des circuits presque impossibles à tracer, encore moins à cerner. L'immobilité et le passéisme ont leur limite. Rached Ghannouchi est à la tête du mouvement depuis quarante ans. A travers ce qui a été entrepris et ce qui reste encore à accomplir ici et là, il n'y a pas dans les arguments aussi bien des défenseurs du Cheikh que de ses détracteurs une piste à creuser, une vision et un projet pour l'avenir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.