Tunisie : Le juge Mekki Ben Ammar, libéré    Rencontre entre le président de la CONECT M. Tarak Cherif et l'ambassadeur d'Allemagne en Tunisie, son excellence M. Peter Prügel    D'importantes quantités de riz, de café et de lait importées par l'OCT, sont avariées    De bonnes affaires, mais gare aux arnaques !    Tunisie: Moncef Marzouki: Faites-vous confiance à un homme qui a trahi la constitution qu'il a juré de préserver?    Tunisie: Arrestation de deux personnes et saisie d'une quantité résine de cannabis à Médenine    La faillite pour 80% des cafetiers    Le musée national du Bardo : Cinq ans après le terrible attentat du 18 mars 2015    Donner sa chance à la chanson tunisienne ?    Présentation du livre de Khaled Derouiche : «Le dernier texte», traduction de M. Mohamed Baligh Turki    Le film "Fathallah TV,10 ans et 1 révolution plus tard" disponible en ligne sur le site de la FCAPA    USM: Une deuxième victoire pour décoller    NEWS: Ramzi Ferjani renforcera les U20    MEMOIRE: Hadj Ahmed Soussi    CONDOLEANCES    Selon L'UTICA, l'arrestation de Nabil Karoui n'est pas la solution    Bourse de Tunis : Electrostar, des indicateurs alarmants    Change devises en dinar tunisien : Cours du 22 Janvier 2021    REMERCIEMENTS ET FARK: Jalel OUAJA    Handball — Après notre élimination du Mondial: Dédramatisons !    Tunisie: Moncef Marzouki dévoile la constitution qu'Ennahdha revendiquait    La présidence a-t-elle arrêté le dialogue national ?    Coronavirus: De nouvelles contaminations à Zaghouan    Tunisie – vaccin anti-Covid: 100 mille citoyens déjà inscrits sur la plateforme Evax    Des jeunes désocialisés    Programme TV du vendredi 22 janvier    Handball Mondial-2021 / Norvège vs Algérie en direct et live streaming : comment regarder le match ?    Investissement Direct Etranger (IDE) en recul: L'instabilité continue à faire fuir les entreprises    Ils ont dit    La poésie en questions: Histoire de versifications    Exposition personnelle «Des moments de peinture» de Qays Rostom à la galerie Saladin: Des actions de création    [ ETUDE ] – Tunisie : comment la crise sanitaire rebat les cartes du recrutement    Les cadres de la Caisse des Dépôts et Consignations Tunisie à l'école de la BAD    Moncef Marzouki rend hommage à Meherzia Laabidi    France: L'étudiante sénégalaise disparue brise le silence pour la première fois    Météo: Pluies attendues à partir de cette nuit dans le nord et localement le centre    Meherzia Labidi est décédée : la voix tonitruante d'Ennahdha au Bardo    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    Festival de la chanson tunisienne 2021: 35 artistes confirmés et émergents sont nominés    En vidéo: Leonida, artiste musulmane et française, répond à l'islamophobie en chantant    US Monastir : Taoufik Zaaboub désigné entraîneur adjoint    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Au moins deux morts dans une forte explosion d'un immeuble au centre de Madrid    Dans une capitale sous haute surveillance, le nouveau président des Etats Unis Joe Biden prête sement    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décès d'un jeune médecin dans un tragique accident d'ascenseur à l'hôpital de Jendouba : Faut-il encore croire à l'ascenseur social ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 05 - 12 - 2020

Quand un médecin résident décède à la fleur de l'âge d'une manière si tragique à cause d'un ascenseur en panne, on réalise que le système hospitalier tunisien a touché le fond, ou presque ! Au juste, cet incident triste, dramatique et inconcevable, qui résulte certes d'un laisser-aller, voire d'une négligence fatale, devrait interpeller notre conscience et nous inciter à revoir l'infrastructure défaillante du système hospitalier.
Il n'avait que 26 ans. Dr Badreddine Aloui, jeune médecin-résident à l'hôpital régional de Jendouba, est décédé dans la nuit de jeudi à vendredi, suite à une chute fatale provoquée par un ascenseur défectueux et où aucune signalisation n'était prévue. Ce médecin résident en chirurgie, qui assurait une garde de nuit, était appelé à traiter un cas urgent avant de connaître son sort tragique, en faisant une chute de plus de dix mètres. Selon les premières données, le médecin a fait une chute dans la cage de cet ascenseur qui était en panne, il a succombé à ses graves fractures et blessures, notamment au niveau de la tête.
Cet accident a créé une grande tension à l'hôpital mais aussi dans le gouvernorat de Jendouba. Une mort si tragique, douloureuse et brutale qui a également provoqué une onde de choc au sein de l'Organisation des jeunes médecins tunisiens. Dans un communiqué, l'organisation a décrété, hier, une grève générale à l'échelle nationale des médecins internes et résidents avec suspension des activités hospitalières. Dans une déclaration à La Presse, Jed Henchiri, président de l'Organisation tunisienne des jeunes médecins, a estimé que le laisser-aller et la marginalisation du secteur de la santé ne peuvent que conduire à ce genre de drame. «En Tunisie, nous ne sommes pas capables de réparer un ascenseur. Les médecins et les citoyens font les frais de l'irresponsabilité des autorités. Ils sont tous au courant de cette panne. Il faut que les responsables rendent des comptes aux Tunisiens, nous ne voulons pas de fausses enquêtes ni de bouc émissaire», a-t-il regretté. Révolté, il a même accusé les responsables du ministère de la Santé d'avoir «tué» ce médecin par négligence.
En tout cas, l'enquête judiciaire ouverte suite au décès du médecin résident, Badreddine Aloui, à l'hôpital régional de Jendouba après sa chute dans une cage d'ascenseur a conduit à une première arrestation. Il s'agit du responsable de la maintenance à l'hôpital régional de Jendouba, arrêté sur décision du juge d'instruction au Tribunal de première instance de la région.
Révolte des jeunes médecins
L'Organisation des jeunes médecins tunisiens a, en effet, organisé hier un rassemblement, devant la faculté de médecine, qui a pris la direction, par la suite, du ministère de la Santé. En effet, un grand rassemblement de médecins en colère s'est tenu, hier, devant le ministère de la Santé, suite à la mort tragique de Dr Badreddine Aloui. Les médecins protestataires ont scandé des slogans hostiles au ministre de la Santé, appelant à leur offrir les moyens et les conditions nécessaires pour pouvoir exercer dans le secteur public.
Sur fond de ce décès tragique, la Faculté de médecine de Tunis a décrété hier un jour de deuil pour exprimer sa lourde peine suite à la disparition de Dr. Badreddine Aloui. « La médecine tunisienne et le secteur de la santé sont en deuil. Ils viennent de perdre à la fleur de l'âge un médecin en formation (résident en chirurgie) dans un tragique accident d'ascenseur à l'hôpital de Jendouba », a-t-on communiqué. La faculté précise que ce drame doit interpeller sur les conditions pénibles dans lesquelles exercent les médecins tunisiens dans le secteur public et rappelle le devoir de la tutelle d'offrir les moyens nécessaires pour garantir une formation professionnelle dans un climat de dignité.
Le ministère pointé du doigt
Hier, l'Assemblée des représentants du peuple (ARP) a entamé la discussion du projet de budget du ministère de la Santé pour l'année 2021. Mais la plénière a porté notamment sur le questionnement du ministre de la Santé, Faouzi Mehdi, compte tenu de la mort tragique de ce jeune médecin, mais aussi au sujet des multiples défaillances que connaît le secteur de la santé en Tunisie. C'est dans ce contexte que plusieurs députés ont accusé le ministère de la Santé de laisser-aller et de négligence, ce qui conduit à ce genre de drame. Lors de cette plénière, ils ont rappelé au ministre sa visite effectuée dans cet hôpital il y a seulement deux mois, quand il s'était engagé à améliorer son infrastructure. Revenant sur cet accident douloureux, Béchir Saïdi, secrétaire général du syndicat des médecins, dentistes et pharmaciens à Jendouba, a également affirmé que le ministre de la Santé avait promis de faire réparer les ascenseurs en panne. « Sur un total de six, un seul était fonctionnel », a-t-il témoigné.
Effectivement, le ministre de la Santé, Faouzi Mehdi, était en visite dans cet hôpital, le 3 octobre dernier. Il s'était alors engagé à résoudre certains problèmes au niveau des équipements de cet hôpital, selon un communiqué du ministère de la Santé.
Face à ces accusations, le ministre a reconnu que le secteur de la santé est en crise. Il a promis d'annoncer de nouvelles mesures au profit des hôpitaux pour éviter ce genre de drame. «Ceci résulte d'une infrastructure défaillante, de vieilles politiques et d'un manque accru au niveau des équipements et des moyens dans nos hôpitaux», a-t-il répondu. Concernant l'état de l'ascenseur, il affirme qu'il est toujours sous garantie de la société chargée de sa maintenance, et qu'il est tombé en panne le jour de l'accident.
Emu, le ministre, qui s'est dit personnellement touché par cet incident en tant que médecin, a dénoncé les formes de corruption et de corporatisme dans le secteur de la santé, annonçant qu'il a ordonné de doubler le budget alloué à la maintenance des hôpitaux.
Funérailles nationales
Dr Badreddine Aloui a eu droit, hier, à des funérailles nationales dans sa ville natale, Kasserine. En effet, sur instructions du Chef du gouvernement, des unités de l'Armée nationale ont organisé ces funérailles, sa dépouille a été enterrée en présence d'une grande foule, dont notamment des médecins, mais aussi en présence de trois conseillers du Chef du gouvernement.
Cet accident, même s'il a choqué l'opinion publique au vu de son atrocité, devrait en effet, interpeller notre conscience et nous inciter à revoir l'infrastructure hospitalière. La question des pannes au niveau des ascenseurs des hôpitaux publics ne constitue pas une première. En mai dernier et au cœur de la capitale, un médecin avait lancé un cri d'alarme pour prévenir que l'ascenseur de l'hôpital Charles-Nicolle est hors service depuis le début de la Covid-19 en mars dernier. Il avait dénoncé la situation de l'hôpital où l'on voyait le personnel soignant transporter à bras d'homme un malade cloué au lit, à travers les escaliers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.