Ahmed Souab : Mehdi Ben Gharbia est le bouc émissaire parfait !    Le Président Kais Saied [VIDEO]: « Nous lancerons un dialogue national impartial pour soulever ces questions »    Ephéméride – 20 octobre 2011 : Les rebelles islamistes assassinent Mouammar Khadafi    UEFA Europa Conference League : L'AS Roma de Mourinho humiliée 6-1    Europa League : Aymen Abdennour, consultant chez Bein Sports    Monde- Daily brief du 21 octobre 2021: La Turquie menace d'expulser 10 ambassadeurs occidentaux    Analyse financière : La dernière notation Moody's fait exploser le coût des titres de dette tunisienne à l'international    Une résolution du Parlement européen "pas trop mauvaise" pour Kaïs Saïed    Vient de paraître - Un nouveau recueil poétique de Abdelaziz Kacem : «Quatrains en déshérence»    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    Qui est Hassan Bedhief conseiller du président de la République chargé des Affaires économiques ?    "Rouhaniyet" Nefta sous le signe "Hanin" du 4 au 7 novembre 2021    Ligue 1(CS Sfaxien) : le Mauritanien Ismail Diakité officiellement qualifié    Abir Moussi: Je suis celle qui a révélé aux tunisiens ce qui ce passait à l'ARP    Le Yachting Festival de Gammarth, du 21 au 24 octobre, au Port Marina de Gammarth    Le Parc d'activités économiques de Zarzis s'ouvre à l'investissement des TRE    La bibliothèque présidentielle: une institution américaine    Quel avenir pour la culture du colza en Tunisie ?    Moody's baisse la notation des dépôts bancaires à long terme de quatre banques tunisiennes    Les ministères de l'Equipement et des Domaines de l'Etat veulent mieux coopérer    Tunisie Covid-19 : Vaccination complète pour 66% de la population âgée de 75 ans et plus    Ami Assurances : Pas d'obligation d'OPA pour la BNA    Crise de l'huile subventionnée à Sfax, le directeur régional du commerce se prononce    Des avocats manifestent pour demander la libération de Seïf Eddine Makhlouf    Reportage photo Sfax, la capitale du Sud, une poubelle à ciel ouvert    UEFA Champions League : Equipe type de la J3    Ministère des Affaires Sociales: Versement des aides scolaires et universitaires très prochainement    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    Kébili: Manifestation des agents de la société l'Environnement, de Plantation et de Jardinage    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    Barcelone vs Dynamo Kiev : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Remaniement ministériel – Revirement de Qalb Tounès et tension politique avec Carthage: Quelle carte jouera Mechichi ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 13 - 01 - 2021

A la lumière du dernier revirement de Qalb Tounès, Hichem Mechichi ne dispose plus d'une majorité parlementaire confortable susceptible de lui garantir un éventuel remaniement ministériel face à un Parlement divisé où la tension politique bat son plein.
Pourquoi Qalb Tounès a-t-il changé brusquement d'avis alors qu'il était le premier parti à avoir appelé à ce remaniement ? Ce revirement de position de dernière minute est-il en relation avec l'arrestation de Nabil Karoui ?
Cela fait plusieurs semaines qu'on entend parler d'un imminent remaniement ministériel. L'information s'est précisée notamment après le limogeage du ministre des Affaires locales et de l'Environnement sur fond d'une affaire de justice et peu après du ministre de l'Intérieur pour des raisons jusque-là peu claires. Et si on rappelle également que le ministre des Affaires culturelles avait été également limogé après un différend avec le chef du gouvernement, on s'aperçoit que ce remaniement est devenu une obligation et non pas une simple option politique. Or, cet éventuel remaniement devrait porter sur plusieurs autres ministères et non seulement sur les trois départements précités bien qu'il tarde toujours à avoir lieu.
En effet, annoncé comme imminent, le remaniement ministériel n'a toujours pas eu lieu pour diverses raisons politiques, dont notamment le revirement de situation du parti Qalb Tounès après l'arrestation de son leader Nabil Karoui, d'un côté. De l'autre, le président de la République, Kaïs Saïed, s'est dit implicitement exclu des concertations portant sur ce remaniement affirmant qu'il n'a pas été informé à ce sujet, ce qui donne plus de détails sur la nature des relations entre La Kasbah et Carthage.
Cette situation fait que le Chef du gouvernement, Hichem Mechichi, se trouve coincé au cœur d'un casse-tête politique impliquant plusieurs protagonistes dont notamment le parti Ennahdha qui pousse fortement dans la direction de ce remaniement avec un seul objectif : politiser l'actuel gouvernement. Or, à la lumière de ce dernier revirement de situation annoncé par Qalb Tounès, Hichem Mechichi ne dispose plus d'une majorité parlementaire confortable susceptible de lui garantir un remaniement ministériel face à un Parlement divisé où la tension politique bat son plein.
Pour Iyadh Elloumi, dirigeant au sein de Qalb Tounès, actuellement l'heure n'est pas celle d'opérer un remaniement au vu de la gravité de la situation sanitaire et économique. En effet, intervenant dans des déclarations médiatiques, il a affirmé que « le parti Qalb Tounes refuse tout remaniement ministériel durant cette période, car il y aura des répercussions négatives dans cette conjoncture nationale ».
« Aujourd'hui, l'urgence est sanitaire », a-t-il martelé, réfutant toute information qui laisse penser à un éventuel chantage opéré par Qalb Tounès en relation avec l'emprisonnement de son président, insistant sur l'indépendance de la justice en Tunisie.
Pourtant, il y a quelques jours ce même parti et notamment le président de son bloc parlementaire Oussama Khelifi appelaient fortement à un remaniement ministériel au vu de la «faiblesse du rendement de quelques ministres». En effet, Qalb Tounes était l'un des premiers partis à avoir appelé, en décembre dernier, à un remaniement ministériel, dans l'objectif de donner un ton et une couleur politiques à ce gouvernement.
Un remaniement de grande envergure ?
Ce revirement de position a en effet redistribué les cartes de Hichem Mechichi qui pensait à un remaniement d'envergure impliquant jusqu'à 12 portefeuilles, comme le souligne Hassouna Nasfi, président du bloc de la réforme qui soutient le gouvernement Mechichi. «Après l'évaluation de l'action gouvernementale durant trois mois, je pense que le Chef du gouvernement a besoin d'apporter quelques modifications de manière à garder l'indépendance du gouvernement, ce remaniement pourrait toucher sept, huit ou même douze ministères», a-t-il expliqué.
Mais cet éventuel remaniement est également marqué par la tension qui ne cesse de se manifester entre les deux branches de l'Exécutif. En recevant Samia Abbou, députée du bloc démocratique qui avait entamé une grève de la faim ouverte, le Président de la République a affirmé en effet qu'il n'était pas au courant de ce remaniement ministériel, «lui qui est le symbole de l'unité nationale». Cette situation officialise ainsi la rupture entre Hichem Mechichi et Kais Saied qui avait débuté le jour de vote de confiance au gouvernement lorsque le Chef du gouvernement a formé son coussin politique impliquant Ennahdha, Qalb Tounès et Al-Karama. Cela en dit trop en effet sur le manque de coordination entre les deux branches de l'Exécutif et sur la nature des relations entre le Président de la République et le Chef du gouvernement, alors que la Tunisie traverse l'une des crises les plus profondes de son histoire.
De ce fait, le Chef du gouvernement n'a plus une grande marge de manœuvre politique au vu de la complexité de la situation. Quelle carte va-t-il jouer ? Fera-t-il un passage en force pour imposer ses choix ou choisira-t-il de temporiser et de se focaliser actuellement sur la crise sanitaire ?
En tout cas, dans les coulisses de la scène politique on évoque un remaniement ministériel qui comblera les vides des portefeuilles de l'Intérieur, des Affaires culturelles et des Affaires locales et de l'Environnement, mais aussi qui touchera des ministres dont le rendement est jugé insuffisant par La Kasbah. En effet, les ministres qui devraient quitter le gouvernement Mechichi, si ce remaniement se confirmait, ne sont autres que ceux de la Santé, de l'Agriculture, de l'Industrie et des Mines et de la Justice.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.