AFI : Lancement d'une consultation pour assurer l'accessibilité à la zone industrielle, de Jaâfar Raoued et à la résidence pilote "Raoued City Center"    Tunisie : Les jeunes médecins en grève de 2 jours    Béja | Covid-19 : Le taux de guérison a dépassé 98%    Habib Bouhaouel nous quitte : un journaliste de talent et un caricaturiste redoutable    Tunisie | Soldes d'hiver 2021: Un bilan négatif    CAN-U20 : programme des demi-finales    Foot-Europe: le programme du jour    COVID-19 : 651 nouvelles contaminations et 32 décès recensés le 26 février 2021    Mémoires: Dalila BLANCO    Exposition personnelle d'Ismaïl Bahri à la galerie Selma Feriani: Chroniques de l'invisible    Ligue 1 — Cet après-midi le classico (Mise à jour de la 6e journée) et deuxième manche de la 14e journée: Un hors-série qui vole la vedette !    Les plaies toujours ouvertes    NEWS: L'affaire Belkhiter    Mélange d'imprimés et de couleurs: Eviter les faux-pas !    Echappée belle: Voir Kairouan et… vivre    AME: tout ce qu'exige un nourrisson !    Ali Chabbouh, ancien attaquant du COT: «La Coupe 1988 a bousillé mon club»    Portez la chemise blanche et un débardeur avec classe    Tunisie : Le ministère de la Santé autorise la commercialisation du vaccin astrazeneca    8% des Tunisiens sont satisfaits du rendement de Ghannouchi, selon Emrhod    Les routes fermées suite à la manifestation d'Ennahdha    Hamma Hammami : à bas le système    Ghannouchi au parti travailliste : rejoignez-nous pour unifier le peuple tunisien    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    Si la justice m'était « comptée »...    Associer à une formation scientifique d'excellence, une ouverture intellectuelle...    Sadok Mzabi acquiert 226 290 actions ARTES    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    L'Europe s'inquiète, les USA s'estiment «en avance»    Le leader du courtage en assurance et réassurance, Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie Telecom meilleure performance du réseau mobile en 2020    Penser l'histoire et la religion    Les trois religions à l'unisson    Lancement digital d'OPPO Reno 5 | Reno5 5G : une première en Tunisie    Vers une légalisation du cannabis au Maroc    Sur 3 961 analyses 666 contaminations détectées hier    Leader du courtage en assurance et réassurance : Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie-Ligue 1 (J14): les matches de ce samedi    « ADN » de Maïwenn à l'Institut français de Tunisie: Une quête de descendance    « Shayatine » de Amel El Fargi et Wael Merghni: Ecritures croisées, territoire commun    Le Festival de la médina n'aura pas lieu en 2021    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Saviez-vous que le premier journal imprimé en Tunisie était en langue italienne ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 17 - 01 - 2021

La colonie italienne présente en Tunisie —sédimentée à la suite d'anciennes et de nouvelles vagues d'émigration des Juifs de Livourne du XVe siècle, appelés «Grana», de réfugiés politiques du Risorgimento, d'intellectuels militaires du Piémont aux prolétaires siciliens— avait dominé et continuait à dominer numériquement, et de par son importance, toutes les autres communautés européennes de Tunisie et en particulier la scène économique et socioculturelle : les professions libérales, le monde des affaires, l'artisanat, la finance, l'école. Nous rappelons à ce sujet la figure du comte Giuseppe Raffo, originaire de Ligurie et ministre des Affaires étrangères du Bey de 1830 à 1850, ou encore celle de Luigi Calligaris qui a fondé la «Scuola Politecnica militaire», l'Ecole polytechnique militaire, en 1840 mais aussi celle de la bourgeoisie juive de Livourne dominant la finance et le commerce. L'italien «lingua franca de la place et de la cour» était à l'époque la langue de la diplomatie tunisienne dans ses relations avec les pays étrangers. Jean Ganiage a écrit : «Dans ce pays, tout le monde parle italien et les Italiens sont un véritable Etat dans l'Etat».
Le seul cas de la presse est parmi les plus significatifs. La presse en langue italienne est l'une des activités culturelles les plus anciennes de cette collectivité à qui revient le mérite d'avoir fondé le premier journal imprimé en Tunisie, l'introuvable «Giornale di Tunisi e Cartagine» dont le premier numéro est paru le 21 mars 1838, grâce à l'initiative de deux émigrés napolitains, Romeo et Malatesta. Ce journal n'a vécu que «l'espace d'un matin» car il a été aussitôt interdit par Ahmed Bey, de crainte aque son peuple ne décide de sortir du silence et de suivre le même exemple de «liberté». Ça n'empêche que la presse en langue italienne a contribué à la naissance de la presse tunisienne. Entre 1838 et 1956, il y avait en Tunisie 123 journaux italiens entre quotidiens, hebdomadaires et mensuels. En 1860, on assiste à la première publication du premier journal tunisien rédigé cette fois-ci en langue arabe : Le riad.
Sous le Protectorat, entre 1881 et 1896, la colonie italienne, parmi la bourgeoisie des affaires et des professions libérales, se transforme et se réfugie dans la défense de l'italianité. Mais au cours de cette période historique, une presse de gauche, possédant d'autres idéologies, notamment le socialisme, la lutte des classes et le syndicalisme international, va faire son apparition. A ce propos, l'historien Habib Kazdaghli, affirme: «…on assistera à l'émergence des premiers jalons de la conscience ouvrière à travers l'édition de la presse ouvrière». C'est notamment le cas de Niccolo' Converti, militant engagé, rassembleur de tous les travailleurs quelle que soit leur origine. En 1887, il lance son premier journal révolutionnaire de gauche, «L'Operaio», l'Ouvrier. Cette presse s'oppose donc à la presse de droite et patriotique s'adressant à la classe prolétaire composée particulièrement de migrants d'origine sicilienne, sarde, calabraise… qui, en raison de leur analphabétisme et de leurs conditions modestes, étaient exclus du cercle des bourgeois italiens. Voici quelques titres : en 1884 «L'Avvenire di Tunisi» et «La Sentinella» ; entre 1886 et 1943, «L'Unione» ; en 1892 «La Nuova Cartagine». La liste est bien longue…
C'est en effet pour ces réelles et graves fractures existantes au sein de la communauté italienne de Tunisie, nullement liées au chauvinisme d'un chercheur sicilien, que j'ai décidé, il y a 15 ans environ, de séparer la mémoire italienne de Tunisie, de la mémoire sicilienne de Tunisie, approfondissant des sujets beaucoup plus liés à la «sicilianité» qu'à «l'italianité». De nos jours, en Tunisie, il existe le seul mensuel en italien de tout le Maghreb «Il Corriere di Tunisi» fondé en 1869 par Giuseppe Finzi, interdit pendant le protectorat français et puis relancé en 1956 . «Il Corriere di Tunisi» est dirigé par la famille Finzi. Dans la Chronique de la prochaine semaine, je vous parlerai d'un journal de Tunisie, tout sicilien; «Simpaticuni», publié pour la première fois à Tunis le 18 juin 1911 et écrit en langue sicilienne, journal humoristique, satirique et littéraire, voix du prolétariat sicilien de Tunisie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.