La coopération bilatérale au centre d'un entretien entre Jerandi et l'ambassadeur allemand    Installation d'unités d'isolement au niveau des passages frontaliers    Des députés se retirent d'une réunion à la Kasbah à cause de...    LA COALITION NATIONALE TUNISIENNE appelle à retirer la confiance à Hichem Mechichi    Les Italiens dénoncent l'arrivée des femmes enceintes à Lampedusa, nouvelle arme des migrants    Championnat du monde d'Aviron en salle : 1 nouvelle médaille d'argent pour la Tunisie    Un déjeuner contenant des morceaux de viandes presque inexistants    Le ministre en visite aux deux commissions de liquidation    Féroce bataille pour le contrôle des capitaux    La crise au Tigré est « hors de contrôle »    Ghannouchi et Biden... Saïed et « les poubelles de l'Histoire »!    Jeunesse dans la tourmente    Rapprocher les étudiants par la culture    SOTEMAIL : Le capital social est porté à 34.513.514 dinars    Mort de Ahmed Zaki Yamani, ancien ministre saoudien du Pétrole    Ghannouchi tente de contourner l'initiative du Quartet ?    Pour une journée nationale de la poésie    Une palette photographique très éclectique    La richesse historique de Kairouan, source d'inspiration    "Pour Inetum en Tunisie, 2021 sera l'année de la consolidation de notre stratégie locale"    Ligue 2 : Programme de la 5e journée    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La CNSS verse les augmentations dues à la majoration du SMIG    BCT : Abdelkrim Lassoued analyse la nouvelle notation de Moody's    Nouveaux véhicules pour la police de l'environnement dans 34 communes    ''L'UGTT l'union de la ruine'', selon Tarek Haddad    Le Ghana reçoit la première livraison de vaccins    Covid-19 | Ben Arous : Un décès, 18 nouvelles contaminations et 45 patients rétablis    13 suicides et tentatives de suicide au cours du mois de janvier    En attendant le FIC, "la Nuit des étoiles" se place comme vecteur créatif culturel et patrimonial    Une semaine pour le théâtre tunisien du 15 au 22 Mai 2021    Billet | Une situation hypothétique !    DECES : Hatem BEN RAYANA    Pour quand la relance économique ? Les nouvelles orientations vertes des entreprises    Accédez à l'application beIN CONNECT avec votre ligne mobile Ooredoo    Pour quand la relance économique ? | Entreprises en difficulté : Tunisair s'enfonce dans la crise    Le Salon "Pour l'amour de l'art", offrir une visibilité aux artistes en temps de pandémie    Inauguration du Musée de la démocratie : La mémoire de la révolution    Coupe de la CAF | 2e tour bis retour ESS-Young Buffaloes FC (2-0) : Chikhaoui, l'inusable !    Ligue des champions d'Afrique (2e journée) – EST-MC Alger (1-1) : L'Espérance confirme son statut de favori    "Sopranissimo", un spectacle de chant lyrique de la soprano Amira Loubiri    Coronavirus : 32 décès supplémentaires et 844 nouvelles contaminations en 24 heures    Météo | Temps voilé et températures stables    Lecture de l'abaissement de la notation souveraine de la Tunisie par Moody's    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    L'ambassadeur d'Italie tué lors d'une attaque armée    Spectacle SHAYATIN de l'artiste Amel El Farji le 24 février 2021 à la cité de la culture    Arrestation de l'épouse du baron de la drogue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les leçons du passé
Publié dans La Presse de Tunisie le 18 - 01 - 2021

La Tunisie commémore aujourd'hui les événements du 18 janvier 1952, sans faste ni cérémonies. Cette date combien importante pour le pays aurait dû être célébrée comme une fête nationale ponctuée de discours en l'honneur des martyrs et des résistants de l'épopée de la libération nationale. Au grand dam des Tunisiens, elle passera encore sous silence dominée par une actualité morose où les mouvements de contestation tournent à la désobéissance civile avec des scènes désolantes d'un retour à l'anarchie, aux razzias, aux coups de main et aux pillages.
Certes, les raisons de la colère sont multiples et leurs prémices étaient palpables depuis des semaines, voire des mois. On l'a dit à maintes reprises, la braise couvait encore sous la cendre. Et que l'heure était grave. Qu'on avait besoin de calmer les ardeurs des mécontents par des solutions concrètes, non pas par de simples promesses. Le résultat est là. Et une mauvaise gestion de la situation ne ferait qu'exacerber la crise. Force est de reconnaître, en cette date glorieuse du 18 janvier, qu'il faudrait passer en revue les crises qui ont suivi le déclenchement de la lutte armée pour décrypter ce qui se passe aujourd'hui.
Le 18 janvier 1952, la lutte armée était déclenchée. C'était le début d'une révolution dont l'objectif ultime était l'indépendance du pays. Des hommes ont pris les armes tels que Mosbah Jarbou, Béchir Zarg Layoun, Hassen Ben Abdelaziz, Béchir Ben Sédira Daghbagi ou encore de Lazhar Chraïti et Sassi Lassoued. Ils avaient organisé le maquis et engagé le combat, faisant face aux blindés français. Ils ont enduré les ratissages et les massacres. Farhat Hached, Hédi Chaker et tant d'autres ont été assassinés. A cette époque, il y avait un parti, une tête pensante et des objectifs précis qui pouvaient être atteints par la guérilla et l'action politique. Mais une fois le premier objectif atteint, à savoir l'obtention de l'autonomie interne, la première sédition voit le jour avec les yousséfistes qui étaient pour l'indépendance totale. Quand celle-ci fut acquise, ils étaient pour l'évacuation ; quand l'évacuation eut lieu à son tour, ils étaient pour le panarabisme... Mais Bourguiba ne portait pas dans son cœur ces hommes trop orgueilleux qui, en prenant les armes contre la France, s'imaginent encore que c'est à eux que revient le mérite d'avoir mis fin à la domination française et que c'est à eux que reviennent l'Etat et ses richesses, que les autres ne sont que des usurpateurs. Un coup d'Etat était fomenté par les mêmes alliés d'hier qui n'étaient pas contents que les résistants soient écartés de la vie politique et de la gestion des affaires de l'Etat. Depuis, la Tunisie a surfé d'une crise à une autre. Procès politiques, condamnations à mort, interdiction du Parti communiste, guerre de Bizerte, crise de la politique coopérative, etc. Mais la grogne sociale qui a fait vaciller le régime de Bourguiba en 1978 et en 1983 est inéluctablement le résultat de ces échecs successifs et de ces querelles politiques à n'en plus en finir entre des factions qui, dans leur haine inexpiable, croient que tout leur est permis, pourvu qu'ils trouvent un appui à leur opposition, un soutien pour leur travail de sape. Ceux qui sont aujourd'hui dans les rues ne mènent pas leurs raids parce qu'ils sont contre les palais et les demeures somptueuses du clan Ben Ali ou pour revendiquer le rapatriement de l'argent spolié. Ils sont là car il y a un malaise ambiant qui a été alimenté par des rivaux politiques qui revendiquent la paternité de la révolution du 17 décembre 2011. Tout comme en 1952. L'histoire n'est qu'un éternel recommencement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.