Les Tunisiens résidents à l'étranger pourront bientôt payer leurs cotisations sociales en ligne    CONECT International condamne la grève douanière    Les professionnels de la santé ne donnent le bon exemple pour la campagne de vaccination (Ministère)    Covid-19 | Sousse : 70 nouveaux cas de contamination    Fermeture du Tunnel de l'avenue Yasser Arafat vendredi jusqu'à 20h00    Enfin le dégel entre le Président et son chef du Gouvernement ?    Mekki : Bientôt 109 signataires pour la motion de censure contre Ghannouchi    Rafik Abdessalem : Nous allons accomplir notre succès économique dans les années à venir    CONDOLEANCES    La semaine des zones humides à Tunis : Un enjeu de taille    Ils ont dit    Rached Ghannouchi remet le projet de Sabkha Séjoumi sur la table    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    Gouvernorat de Médenine : Le pôle industriel sera une locomotive de l'investissement    Campagne « Parce que je suis un homme »: « La masculinité est une qualité, elle se mérite grâce au respect des femmes »    Habib Ellouz réapparait pour fédérer les troupes d'Ennahdha    Zarzis | Agence de Protection et d'Aménagement du Littoral (APAL) : Pourquoi ignorer les plages les plus fréquentées ?    La nouvelle souche britannique circule près de la Tunisie    Deux clusters découverts    La poésie en questions : A propos des faux-monnayeurs ?    News | Et de huit pour Sliti    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    Inauguration de la plateforme Hannibal pour contrôler les flux physiques des devises    Le Conseil des Chambres mixtes réitère son appel à lancer un plan de relance des investissements    La Chine fera don de 100 mille doses de vaccin à la Tunisie    Ligue Europa: les qualifiés pour les huitièmes de finale    Et si la dégradation nous réconciliait ?    Boxe | 72e Tournoi de Sofia : Khouloud Halimi lésée par les juges    L'Art Rue présente «Métamorphose #1» de Essia Jaïbi : Interroger les perceptions    Art contemporain : Une boîte ouvre sur l'autre    A Nabeul, les cafés et restaurants peuvent servir à table    La FTF va tester l'utilisation du VAR dans les compétitions tunisiennes    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    5 célébrités vivent une aventure inédite avec l'OPPO Reno5    13 morts dans deux attaques Forces démocratiques alliées    Le chef de la mission de l'UE fait un bilan d'étape    Des familles fuient les camps de déplacés à Marib    Imposture intellectuelle dites-vous ?    Luthistes à vos marques !    Si proches, si loin    Pourquoi Saied continue à tourner le dos à l'Afrique?    En vidéo: In Style With Rym, la nouvelle émission présentée par Rym Saidi    Ligue 2 (5e journée) : Désignation des arbitres    Tunisie – Météo : Brume matinale et légère hausse des températures    Hennessy devient le premier partenaire de spiritieux mondial de la NBA    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mes odyssées en Méditerranée: "Simpaticuni", premier Journal siculophone de Tunisie (1911-1933)
Publié dans La Presse de Tunisie le 24 - 01 - 2021

laLe « Simpaticuni » (1911-1933) est considéré comme l'un des rares journaux italiens de type régional dans le paysage journalistique de l'époque. La date de parution du « Simpaticuni » est le dimanche 18 juin 1911, un journal dialectal humoristique, satirique, littéraire. Son siège se trouvait au 31, rue Bab Souika à Tunis.
Les premières quatre parutions du journal sont en sicilien et en italien, selon les sujets traités : les chroniques, les poésies, les contes, les textes théâtraux, en sicilien, l'information politique, l'économie et les problèmes sociaux, en italien.
On fait souvent référence aux quartiers habités par les Siciliens et notamment la Petite Sicile de Tunis et de La Goulette, ou encore Gabagi grande et Gabaci biccoulo (en italien Capaci grande et Capaci piccolo).
img data-attachment-id="85299" data-permalink="https://lapresse.tn/85298/mes-odyssees-en-mediterranee-simpaticuni-premier-journal-siculophone-de-tunisie-1911-1933/alfonso2/" data-orig-file="https://i2.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2021/01/alfonso2.jpg?fit=497%2C491&ssl=1" data-orig-size="497,491" data-comments-opened="1" data-image-meta="{"aperture":"0","credit":"","camera":"","caption":"","created_timestamp":"0","copyright":"","focal_length":"0","iso":"0","shutter_speed":"0","title":"","orientation":"0"}" data-image-title="alfonso2" data-image-description data-medium-file="https://i2.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2021/01/alfonso2.jpg?fit=300%2C296&ssl=1" data-large-file="https://i2.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2021/01/alfonso2.jpg?fit=497%2C491&ssl=1" class="size-full wp-image-85299 alignleft jetpack-lazy-image" src="https://i2.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2021/01/alfonso2.jpg?resize=497%2C491&ssl=1" alt width="497" height="491" data-recalc-dims="1" data-lazy-srcset="https://i2.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2021/01/alfonso2.jpg?w=497&ssl=1 497w, https://i2.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2021/01/alfonso2.jpg?resize=300%2C296&ssl=1 300w, https://i2.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2021/01/alfonso2.jpg?resize=304%2C300&ssl=1 304w" data-lazy-sizes="(max-width: 497px) 100vw, 497px" data-lazy-src="https://i2.wp.com/lapresse.tn/wp-content/uploads/2021/01/alfonso2.jpg?resize=497%2C491&is-pending-load=1#038;ssl=1" srcset="data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAIAAAAAAAP///yH5BAEAAAAALAAAAAABAAEAAAIBRAA7"
Le « Simpaticuni » s'impose donc comme l'expression de la communauté sicilienne de Tunisie, celle-ci formait le contingent le plus nombreux de toute la collectivité italienne. Une sorte de collectivité dans la collectivité, train d'union entre le colonisateur et le colonisé, s'exprimant dans une langue mixte de sicilien, tunisien, français et italien.
Le journal sera tout d'abord publié tous les quinze jours et ensuite il devient hebdomadaire et publié tous les samedis. En 1914, le journal est vendu à plus de sept mille exemplaires et il s'impose parmi les journaux italiens de Tunisie les plus lus de l'époque. Entre 1914 et 1915, outre à l'italien et au sicilien, on retrouve des chroniques écrites dans une langue mixte, une sorte de sabir ou de lingua franca, la langue propre aux Siciliens de Tunisie. Ces chroniques sont signées par Kiki Fartas, pseudonyme de l'auteur. En haut de la première page du journal, on pouvait lire toujours la même phrase humoristique en sicilien qui annonçait déjà la couleur, « I manuscritti nun si restituiscinu mancu a lignati », les manuscrits ne se rendent même pas sous les coups !
Ces chroniques sont les plus intéressantes d'un point de vue linguistique, car elles reflètent la vraie langue de la communauté sicilienne, un langage assez prolétaire qui se mélange aux expressions grossières utilisées dans les marchés, bars, cafés et restaurants populaires.
Cette langue assez particulière, le Siculo-tounsi ou Siculo-tunisien ( voir à ce propos mon article publié sur La Presse en 2019), fait partie du patrimoine identitaire de la communauté sicilienne de Tunisie et il est le miroir de toutes les composantes multiethniques durant la période du Protectorat où plusieurs ethnies, cultures, langues et religions se croisaient et cohabitaient les unes avec les autres. Le journal « Simpaticuni », à travers sa publication et sa langue, s'était imposé pas seulement comme l'affirmation de la présence sicilienne en Tunisie, mais aussi comme le témoin de la fracture culturelle et sociale au sein de la collectivité italienne.
Les textes écrits en sicilien, de par la langue et les thématiques traitées, reflétaient le statut et le positionnement social de cette collectivité. Nul ne peut nier, d'ailleurs, que le Sicilien était beaucoup plus proche du Tunisien que de l'intellectuel Italien ou encore du Français, même si, bien évidemment, des exceptions existaient bel et bien. Nous retrouvons beaucoup de Siciliens habitant les quartiers populaires de la ville dénommée à l'époque arabe pour bien la différencier de la « ville européenne », partageant la vie quotidienne, la cuisine, la langue et les traditions avec l'autochtone. Ces rencontres fructueuses d'un côté comme de l'autre, nous les retrouvons dans la langue des Siciliens de Tunisie et également dans celle du « Simpaticuni ». Ses textes représentent une vraie richesse linguistique et historique pour mieux comprendre l'histoire de la communauté sicilienne de Tunisie. Aux siculophones, je propose la lecture de cet hilarant extrait « Ziti ammucciuni », fiancé en cachette.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.