Météo: Prévisions pour samedi 06 mars 2021    Pourquoi les vaccins contre le Covid font flamber les prix du pétrole?    Zied ghanney : Il faut légaliser le cannabis    L'indice des prix de l'immobilier se hisse de 10,9% au terme de 2020    Bilan Covid-19 : 236 mille contaminations en Tunisie depuis le début de la pandémie    Les manifestants pleurent la jeune Kyal Sin et défient la junte    Tunisie Valeurs présente son portefeuille type dans lequel figure une dizaine de valeurs    L'Europe renonce à son projet de résolution contre l'Iran    Le prix du carburant flambe et attise la colère populaire    Eléments pour une histoire sainte    Semaine Boursière : Le marché affiche une tendance résolument haussière    Les prix de l'immobilier ont augmenté de 11% durant le 4e trimestre de 2020 (INS)    Entretien au Caire entre le chef de la diplomatie tunisienne et le directeur général de l'OADA    Tunisie-Imed Boukhris : La position de Kais Saied par rapport au remaniement ministériel était basée sur des données de l'INLUCC    L'Union interparlementaire s'est saisie de la plainte de Abir Moussi    Analyse statistique : La Tunisie est le dernier pays au monde à vacciner sa population...    Coronavirus: Allègement du couvre-feu du 22h à 05h du matin    Une campagne sans logo, le pari osé de l'opérateur Ooredoo Tunisie (Photos)    Loi ESS: le 30 juin, date limite pour publier les textes réglementaires    Tunisie : Une conférence de presse sur les nouvelles mesures sanitaire [Vidéo]    Tunisie-Ligue 2 : Les arbitres de la 6ème journée    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 05 MARS 2021 à 11H00    L'ANSI appelle les chefs d'entreprises à faire preuve de vigilance face aux menaces cybernétiques    Abdellatif Mekki appelle Hichem Mechichi à rendre les vaccins aux Emiratis    Abir Moussi est un danger pour la Tunisie, selon Samia Abbou    CONDOLEANCES : M. Tarak Karoui    Rached Ghannouchi : Il faut protéger Seifeddine Makhlouf    Al Ahly d'Egypte : l'international tunisien Ali Maaloul récupère bien de sa blessure au ischio-jambiers    L'OMS félicite le Maroc pour ses performances dans la campagne de vaccination    Une autoroute Nord-Sud facilitera à la Tunisie l'accès au marché africain    Ce soir au théâtre des jeunes créateurs : «Don Quichotte, céder le passage» de Chedli Arfaoui    Boxe | En marge du tournoi de Bulgarie : Prestation encourageante de Khouloud Halimi    CAN U20 | Match de classement pour la 3e place – Gambie-Tunisie (Ce soir à 21h00) : Sur une note positive !…    Ligue 1 | 15e journée – CAB-ST (1-0) : La victoire du cran !    Commission mixte 5+5 entre l'Utap et le gouvernement : Un accord sur divers domaines d'activités    Personnes malvoyantes | Ecriture braille : Une nouvelle invention voit le jour    La poésie en questions | Le prisme des herméneutes    Vient de paraître | « Les siestes du grand-père, récit d'inceste » de Monia Ben Jémia : La banalité du mal    Appel à projets 2021 du Fonds d'aide à la coproduction cinématographique tuniso-français    Noureddine Taboubi : La démission de Hichem Mechichi est une condition pour le début du dialogue national !    Météo | Pluies orageuses et légère baisse des températures    FC Barcelone : touché au genou, Piqué incertain face au PSG en Ligue des champions    Sortie officielle du film documentaire : Je suis ma propre république    Ocres patines du temps fugace    «Om Layoun» un film documentaire tendre et sans compromis        Tunisie: Daily brief du 4 Mars 2021    Ephéméride : Le 1er mars 1924, Mohamed Daghbaji lança la révolte contre l'occupation française    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Contrepoint | Culture... et interrogations
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 01 - 2021

Un nouveau ministre, un nouveau syndicat, le moment n'est ni à l'Art ni à la Culture, le pays vaque à tant et tant de problèmes, mais des commentaires s'ensuivent dans le milieu, les médias, la profession, cela suscite intérêt.
Le nouveau ministre de la Culture est le dixième depuis la révolution. Qui y rappelle avec sérieux, rappelle aujourd'hui à une chose : que l'excès du nombre et la liste qui s'allonge signifient, avant tout, inattention. Négligence peut-être même. La moyenne d'un ministre de la Culture par annuité n'autorise pratiquement aucun programme, aucune politique culturelle à proprement parler. Il y manque toujours le temps, la maturation, mais encore, dans nos mœurs politiques, chez nos gouvernants, le sens de la nécessaire continuité de l'Etat. Ici, la fonction ministérielle est essentiellement personnalisée. Elle porte obligatoirement, à tort ou à raison, la marque du ministre, a fortiori du «nouveau venu».
Qui succède efface ce qui précède, la règle ne se dément presque jamais. Il en a résulté pendant toute la décade culturelle que rien n'a pu bouger, changer, ou même se conserver. Les Arts et la Culture ont juste pu maintenir le statu quo, un banal statu quo, pendant ces dix premières années de la révolution. Pour toutes «réalisations» demeurées possibles : gérer des festivals, divertir des régions. Et puis, le hobby ministériel actuel, le maximum recherché en définitive: s'occuper des gens de métier. La Culture comme politique globale, comme progrès collectif, comme idée, comme conscience, comme pensée ? A ce jour, et en dépit des compétences et des talents qui se sont relayés au poste, personne n'y est encore parvenu. L'accueil fait à Monsieur Youssef Ben Brahim semble donner espoir. L'homme est un spécialiste du domaine et un habitué de la maison. Nous verrons bien.
Le nouveau syndicat des artistes intrigue pour sa part.
Comment, d'abord, le différencier du premier venu, l'ex-syndicat des chanteurs et musiciens professionnel et actuel Stsm, Syndicat tunisien du secteur de la musique ? Les deux ne peuvent que se confondre en fonction et en vocation. Pourtant, on les distingue déjà.
Le Stsm réunit surtout des affiliés de base. Des «syndiqués purs». Le Sat, chose inhabituelle, le nec plus ultra de la chanson. La quasi-totalité des stars du classique et de la wataria. Des carrures à revenus. Les artistes musiciens et chanteurs de la base ont beaucoup à défendre et à se défendre, on le sait depuis longtemps. Et cela s'aggrave en temps de corona. Les carrures à revenus ne seraient-elles pas réellement utiles en rejoignant les collègues qui en ont besoin?. Voilà l'interrogation que suscite la création d'un «syndicat de nantis», une interrogation que les stars elles-mêmes évitent avec soin... Et digressions. D'aucuns invoquaient l'autre jour le statut de l'Artiste, d'autres, étonnement, le devoir de «défendre le tarab en péril». A cela un syndicat unique suffit. Ou, simplement, s'asseoir à une table de réflexion.
Intriguant, on l'a dit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.