Béja | Covid-19 : 13 nouveaux cas de contamination enregistrés    Slaouti : « L'école publique est aujourd'hui menacée plus que jamais »    Mohsen Marzouk : Il est où le WiFi gratuit ?    Coup d'Etat et grande instabilité en Arménie    Deux personnes tuées lors des troubles et 468 arrestations    50 migrants se sont noyés et les survivants accueillis en Italie    66.23 dollars/baril    Exit les corrompus, les hommes de médias et les dirigeants d'associations    Amateurs de foot, Que regarder ce soir ?    Report de la manifestation des Nahdhaouis, Mohamed Gouméni révèle le vrai du faux    Mohsen Marzouk : Ennahdha est capable d'abandonner Mechichi à tout moment    Les Tunisiens à l'étranger pourront bientôt payer leurs cotisations sociales en ligne    La nouvelle souche n'est pas dangereuse mais la vigilance reste de mise    Le Festival de la médina n'aura pas lieu en 2021    Le salon pour l'amour de l'Art    La danse comme partie prenante d'une pièce de théâtre    HAICA: la chaîne « Attessia TV » écope d'une amende de 10 mille dinars    Les professionnels de la santé ne donnent le bon exemple pour la campagne de vaccination (Ministère)    CONECT International condamne la grève douanière    Enfin le dégel entre le Président et son chef du Gouvernement ?    Fermeture du Tunnel de l'avenue Yasser Arafat vendredi jusqu'à 20h00    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    Ils ont dit    Rached Ghannouchi remet le projet de Sabkha Séjoumi sur la table    Zarzis | Agence de Protection et d'Aménagement du Littoral (APAL) : Pourquoi ignorer les plages les plus fréquentées ?    Deux clusters découverts    DECES : Hadj Hemden Ben Mohamed ERRAIS    CONDOLEANCES    La semaine des zones humides à Tunis : Un enjeu de taille    La poésie en questions : A propos des faux-monnayeurs ?    Inauguration de la plateforme Hannibal pour contrôler les flux physiques des devises    Ligue Europa: les qualifiés pour les huitièmes de finale    Et si la dégradation nous réconciliait ?    Boxe | 72e Tournoi de Sofia : Khouloud Halimi lésée par les juges    News | Et de huit pour Sliti    Le Conseil des Chambres mixtes réitère son appel à lancer un plan de relance des investissements    La Chine fera don de 100 mille doses de vaccin à la Tunisie    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    L'Art Rue présente «Métamorphose #1» de Essia Jaïbi : Interroger les perceptions    Art contemporain : Une boîte ouvre sur l'autre    La FTF va tester l'utilisation du VAR dans les compétitions tunisiennes    A Nabeul, les cafés et restaurants peuvent servir à table    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    Pourquoi Saied continue à tourner le dos à l'Afrique?    En vidéo: In Style With Rym, la nouvelle émission présentée par Rym Saidi    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un jour difficile
Publié dans La Presse de Tunisie le 27 - 01 - 2021

Ce qui s'est passé hier et avant-hier en Tunisie est kafkaïen. Au banc des accusés hier à l'ARP, tout le monde y est passé. Le Président de la République, le président de l'ARP et le Chef du gouvernement. Tous les départements régaliens (Affaires étrangères, Justice, Intérieur, Défense...) étaient sous le feu nourri des députés. Le tout retransmis en direct par la chaîne nationale. On déballe tout. On lave notre linge sale et on jette le bébé avec l'eau du bain. Les appels à manifester à peine voilés fusent de partout. Les premiers à répondre à l'appel de la rue, ce sont les jeunes des quartiers défavorisés.
Le gendre du président du Parlement ne les a-t-il pas offensés et blessés dans leur amour-propre ? Le sang du jeune Heykel Rachdi n'a-t-il pas coulé lors d'une manifestation pacifique ? Quand il y a effusion de sang, c'est la fin de la légitimité des institutions. C'est d'ailleurs le message qui a été clamé haut et fort devant le Parlement hier. Mais il ne faut pas oublier que toute contestation populaire se nourrit de la dissension politique et de ses effets sociaux ravageurs. Comment voulez-vous que les gens n'investissent pas la rue pour exprimer leur colère face aux défaillances du système alors qu'ils côtoient quotidiennement l'échec à tous les niveaux. Mais raser le problème, c'est le renvoyer ailleurs, ou pire, ne pas l'envisager.
Cela se passe malheureusement au moment où s'ouvrent les lucarnes de l'espoir partout dans le monde avec le début des campagnes de vaccination contre le Covid-19 et des belles promesses d'une reprise économique vertueuse. Alors que notre pays sombre dans une nouvelle crise, la plus grave depuis les élections présidentielle et législatives. Elle augure la chute des plus prestigieuses institutions républicaines et ouvre la voie à l'inconnu. Avait-on besoin de cette crise ? Qui en tire les ficelles ? Qui en tire profit ? Qui veut faire échouer le processus démocratique ? Les réponses à ces questions sont certes importantes pour comprendre ce qui se trame dans le pays. Mais il s'agit d'un pays aux épaules frêles et qui traîne un boulet financier insupportable. Un pays qui n'arrive pas à sortir la tête de l'eau. Car même l'initiative du Dialogue national a été torpillée de partout. Le bateau Tunisie a pris de l'eau et risque de couler.
Les Tunisiens savent cette vérité douloureuse. Et c'est pour cela qu'ils se réveilleront aujourd'hui avec un mal de crâne généralisé. Ils ne savent plus à quel saint se vouer pour conjurer le mauvais sort qui s'est abattu sur le pays depuis dix ans. Et pour cause, les factions politiques qui n'ont pas cessé de croiser le fer au détriment des vrais soucis du peuple, de porter vers le bas le discours politique et le cantonner dans un angle purement négateur. C'est pour cela que ce qui s'est passé ces deux derniers jours est un vrai séisme politique dont les répliques se feront bientôt ressentir. Croisons les doigts et espérons que les jours à venir seront porteurs de solutions qui nous feront vite oublier les trous d'air. Pour l'instant, on retiendra qu'hier était un jour difficile dans l'histoire du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.