Des députés se retirent d'une réunion à la Kasbah à cause de...    LA COALITION NATIONALE TUNISIENNE appelle à retirer la confiance à Hichem Mechichi    Les Italiens dénoncent l'arrivée des femmes enceintes à Lampedusa, nouvelle arme des migrants    Championnat du monde d'Aviron en salle : 1 nouvelle médaille d'argent pour la Tunisie    Un déjeuner contenant des morceaux de viandes presque inexistants    Mort de Ahmed Zaki Yamani, ancien ministre saoudien du Pétrole    Ouverture des inscriptions sur les listes électorales    Féroce bataille pour le contrôle des capitaux    La crise au Tigré est « hors de contrôle »    Le ministre en visite aux deux commissions de liquidation    Jeunesse dans la tourmente    Rapprocher les étudiants par la culture    SOTEMAIL : Le capital social est porté à 34.513.514 dinars    Ghannouchi et Biden... Saïed et « les poubelles de l'Histoire »!    Ghannouchi tente de contourner l'initiative du Quartet ?    Pour une journée nationale de la poésie    Une palette photographique très éclectique    La richesse historique de Kairouan, source d'inspiration    "Pour Inetum en Tunisie, 2021 sera l'année de la consolidation de notre stratégie locale"    Le chef du gouvernement s'entretient avec l'ambassadeur des Etats-Unis    Ligue 2 : Programme de la 5e journée    La semaine des Zones Humides à Tunis : un enjeu de taille    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La CNSS verse les augmentations dues à la majoration du SMIG    BCT : Abdelkrim Lassoued analyse la nouvelle notation de Moody's    Nouveaux véhicules pour la police de l'environnement dans 34 communes    ''L'UGTT l'union de la ruine'', selon Tarek Haddad    Le Ghana reçoit la première livraison de vaccins    Covid-19 | Ben Arous : Un décès, 18 nouvelles contaminations et 45 patients rétablis    13 suicides et tentatives de suicide au cours du mois de janvier    En attendant le FIC, "la Nuit des étoiles" se place comme vecteur créatif culturel et patrimonial    Une semaine pour le théâtre tunisien du 15 au 22 Mai 2021    Billet | Une situation hypothétique !    DECES : Hatem BEN RAYANA    Pour quand la relance économique ? Les nouvelles orientations vertes des entreprises    Accédez à l'application beIN CONNECT avec votre ligne mobile Ooredoo    Pour quand la relance économique ? | Entreprises en difficulté : Tunisair s'enfonce dans la crise    Le Salon "Pour l'amour de l'art", offrir une visibilité aux artistes en temps de pandémie    Coupe de la CAF | 2e tour bis retour ESS-Young Buffaloes FC (2-0) : Chikhaoui, l'inusable !    Ligue des champions d'Afrique (2e journée) – EST-MC Alger (1-1) : L'Espérance confirme son statut de favori    "Sopranissimo", un spectacle de chant lyrique de la soprano Amira Loubiri    Coronavirus : 32 décès supplémentaires et 844 nouvelles contaminations en 24 heures    Météo | Temps voilé et températures stables    Lecture de l'abaissement de la notation souveraine de la Tunisie par Moody's    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    L'ambassadeur d'Italie tué lors d'une attaque armée    Spectacle SHAYATIN de l'artiste Amel El Farji le 24 février 2021 à la cité de la culture    Arrestation de l'épouse du baron de la drogue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Huile végétale subventionnée: Introuvable dans les points de vente
Publié dans La Presse de Tunisie le 27 - 01 - 2021

Cette pénurie qui perdure depuis plusieurs mois commence à exaspérer de plus en plus les consommateurs.
Mohamed est un citoyen lambda qui passe des heures à la recherche de l'huile végétale subventionnée communément appelée «l'huile de l'Etat», dans les commerces de détail et les épiceries, mais en vain. «Les consommateurs à revenus modestes comme moi ne peuvent pas s'approvisionner en huile végétale de qualité supérieure car elle coûte 5d.400 le litre, tandis que son prix réel ne dépasse pas un dinar. Je suis tout le temps à la recherche de l'huile végétale subventionnée qui est introuvable. C'est un secret de Polichinelle. Les commerçants préfèrent revendre cette huile aux restaurants et aux pâtisseries. C'est plus rentable pour eux. Ils en profitent pour l'écouler deux à trois fois plus cher que son prix réel profitant du fait que ce soit un produit subventionné par l'Etat».
De son côté, Mme Bahija, une autre consommatrice, se plaint du déficit des denrées de base subventionnées, à l'instar du sucre, de la farine et de l'huile. Cette pénurie qui perdure depuis plusieurs mois commence à exaspérer de plus en plus les consommateurs. Cette insuffisance serait due à plusieurs raisons. Il ne suffit pas d'injecter de grandes quantités sur le marché pour résoudre le problème, il faut que les épiciers les vendent aux consommateurs ordinaires.
Vendredi dernier, des dizaines de consommateurs attendaient patiemment leur tour devant un point de vente du Marché central pour acheter une bouteille d'huile subventionnée introuvable ailleurs. A l'intérieur, les cageots sont à moitié vides. Un habitant du quartier a affirmé que rien n'a changé depuis des années. Au contraire, il est devenu presque impossible pour les consommateurs de trouver une bouteille d'huile subventionnée chez les commerçants. Certains la vendent aux professionnels, alors que ce produit est destiné aux ménages.
D'autres passent des heures à la recherche de cette denrée devenue de plus en plus difficile à trouver. «Les commerçants préfèrent vendre cette huile aux restaurants et aux pâtisseries», s'insurge Mohamed, un consommateur rencontré au Marché central.
Le président de l'Organisation de défense du consommateur (ODC), Slim Saâdallah, a indiqué que suite aux efforts fournis par le ministère, le produit devrait être disponible dans les marchés locaux en quantités suffisantes. «L'huile subventionnée se fait rare sur le marché. Profitant de la situation, certains vendeurs sont en train de l'écouler en douce à un prix qui a atteint 4 à 5 dinars 500 millimes alors qu'elle doit être commercialisée à 900 millimes. Ils la vendent en cachette aux restaurants, aux pâtisseries... Bien que ce produit soit compensé par l'Etat à hauteur de 200 millions de dinars, il ne profite pas du tout aux catégories démunies», a-t-il révélé.
Un autre problème a été évoqué par notre interlocuteur, à savoir celui des circuits parallèles. En effet, d'après les études élaborées, 40% des produits subventionnés par l'Etat sont commercialisés sur les circuits officiels, tandis que les 60% restants sont récupérés et détournés hors des circuits officiels de vente. L'Organisation de défense du consommateur (ODC) a signalé, à plusieurs reprises, la pénurie de l'huile végétale subventionnée, mettant notamment en cause la spéculation et les circuits de distribution parallèles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.