Réactions des réseaux sociaux à la vidéo de Rached Khiari    Kamel Ben Younès et Hanen Ftouhi ne sont plus à la tête de la TAP et Shems FM    Tunisie- Rabeh Khraifi s'exprime sur les répercussions d'une interprétation élargie du concept de «forces armées»    Décès de la juge Leila Bahria    Tunisie: Sahbi Ben Fraj appelle à lever l'immunité à Rached Khiari [Audio]    Affaire de la BFT : Badreddine Gammoudi propose l'expertise des députés spécialisés dans la finance    Près de 69% de progression des investissements déclarés dans les industries exportatrices    Tunisie-Libéralisation des prix de 3 boissons chaudes: La chambre syndicale des cafetiers clarifie    Tunisie: Augmentation des prix de l'essence et du gasoil dès mardi 20 avril 2021    Super Ligue : Ligue et Fédération allemandes soutiendront "toute mesure de l'UEFA"    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 20 Avril 2021 à 11H00    Tunisie: Vers la fermeture des frontières?    Contrôle économique : Des spéculateurs pris en flagrant délit !    La compensation, un vrai casse-tête pour le gouvernement : Entre exigences et réalité    Nizar Yaiche : « la solution est politique avant d'être technique »    Saïda Garrach : Critiquer ne veut pas dire divaguer !    ARP : refus de toute proposition de cession de la BFT    Ooredoo lance une édition limitée de 4G Boxes aux couleurs de PSG    Commentaire | N'aggravez pas encore la crise    Club Africain : deux matchs amicaux au programme    Ligue 1 : on connait la date du derby de la capitale    Premier League : Mourinho limogé par Tottenham    La Société Nouvelle d'Impression de Presse & d'Edition | SNIPE « SNIPE LA PRESSE & ASSAHAFA »: AVIS DE VENTE N°01/2021 de déchets d'impression et de journaux retournés invendus    Ce qui reste à faire    Contrepoint | Ramadan 2021 : difficultés en vue    Audition du ministre de la Santé : Qui n'a santé n'a rien    Kamel Doukh : La Tunisie aura gain de cause dans l'affaire des déchets italiens    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Tunisie – VIDEO : Mekki : Personne n'a le droit d'interpréter la constitution    Tunisie – Rym Mahjoub infectée au covid malgré sa vaccination    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Tunisie: Hanen Ftouhi renonce à sa nomination à la tête de Shems Fm    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    Ons Jabeur 25e au classement WTA après sa qualification en finale du tournoi Charleston    Tunisie: kais Saied présente ses condoléances à son homologue égyptien    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie – Coronavirus: Nouvelles mesures du 18 au 30 avril, que risque-t-on en cas d'infraction?    Dans sa lettre de l'autre rive à Hannah Arendt : Le J'accuse de Sophie Bessis    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Les indiscrétions d'Elyssa    Qui y a-t-il derrière les catastrophes en Egypte et à qui profitent-elles ?    Mes odyssées en Méditerranée: Cachez-moi ces images que je ne saurais voir…    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    La prochaine mission habitée vers la Lune se fera dans un vaisseau de chez SpaceX    La Russie interdit l'entrée sur son territoire de responsables de l'administration Biden    Sfax | 3 migrants clandestins secourus et 21 corps repêchés    Tunisie: Vers l'inscription de deux sites Tunisiens dans le patrimoine mondial de l'Unesco    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'infrastructure routière, le nerf de la guerre
Publié dans La Presse de Tunisie le 04 - 03 - 2021


Entre les performances du ministère de l'Equipement et ce que perçoivent le citoyen et l'investisseur au quotidien, il y a tout un monde. Ce ministère vient d'obtenir la certification internationale ISO 9001 dédiée au management de la qualité, notamment sur les grands projets. C'est une distinction flatteuse et réjouissante pour nous tous dans cette grisaille où le secteur public peine à sortir la tête de l'eau. Mais en même temps, le simple citoyen n'arrive pas à percevoir cette qualité de la gestion de ces grands projets d'équipement, surtout pour ce qui est de l'infrastructure routière. La multitude de projets en cours tels que l'échangeur de l'aéroport, bientôt opérationnel, aussi motivante qu'elle soit, ne doit pas cacher les insuffisances au niveau de l'infrastructure routière. Ce n'est pas la somme de 1,7 milliard de dinars allouée dans le budget 2021 qui va révolutionner la modeste logistique dont on souffre. Quid de l'autoroute reliant Sfax au Sud et dont tout le monde se plaint ? Quid également de ces bouchons infernaux chaque matin dans tous les sens des entrées de la capitale ? Quid aussi du calvaire des Bizertins et leur fameux pont qui leur rend la vie dure chaque fois qu'un navire entre dans le port ? Ne parlons pas aussi du piètre état des routes du Grand Tunis, ainsi que les routes nationales et régionales peu entretenues et qui ne supportent plus le trafic de voitures, toutes catégories confondues. C'est le même calvaire pour les investisseurs qui peinent à s'installer à l'intérieur de la Tunisie sur des routes impraticables qui bloquent l'acheminement des matières premières et des produits finis vers les marchés et vers l'exportation. Il y a un vide à combler, et malheureusement ce n'est pas le ministère qui en est le seul responsable. Avec l'accroissement du pouvoir des collectivités locales, notamment les conseils municipaux, ces projets indispensables pour entretenir ou élargir ou même construire des routes se heurtent à la dilution de l'autorité centrale et aux manœuvres de coulisses dans l'octroi des marchés publics. Pis encore, on ne fait pas assez pour suivre et contrôler la qualité des projets d'infrastructure routière avec des entrepreneurs qui souffrent de l'insolvabilité de l'Etat et qui bafouent les cahiers des charges avec la complicité de certains fonctionnaires. On n'a qu'à faire la visite de plusieurs routes nouvellement construites et qui se transforment en chantiers quelque temps après. Des anomalies, des imperfections et des marchés suspicieux sans la moindre responsabilisation à cause d'un contrôle léger a posteriori, voilà une image de ce qui se passe en réalité. Si l'on veut relancer la machine économique, si l'on veut une vraie décentralisation économique et la création de pôles économiques à l'intérieur, on n'a qu'à fournir plus de moyens pour améliorer la modeste infrastructure routière. Pas seulement une question de moyens, mais aussi de rationalisation des dépenses et une lutte contre cette corruption dévastatrice. L'équation est si simple : de gros moyens mis pour de gros projets d'infrastructure routière avec des compétences locales et un contrôle minutieux sans états d'âme, et sûrement des effets extraordinaires d'entraînement économique pour nous tous !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.