Tunisie – Nouvelles dispositions anti covid dans les mosquées après les dernières mesures gouvernementales    Dernière Minute – Coronavirus : 56 décès et 1460 nouvelles contaminations, Bilan du 9 avril    Tunisie-Anis Ben Rayena: « Plus d'un million de baguettes sont gaspillés chaque jour en Tunisie »    Aides gouvernementales: Allocation de 270 millions de dinars aux catégories touchées par la crise sanitaire    Al-Sissi et Saïed ont convenu de proclamer 2021-2022, année de la culture tuniso-égyptienne    Tunisie – Qui va financer le fond anti covid ? Les ministres donnent l'exemple    Espérance de Tunis : Ben Khalifa titulaire contre le MC Alger    Un important site archéologique romain découvert au Kef    La Tunisie, sous le manteau    Création d'un fonds pour soutenir les personnes et professionnels sinistrés par le Covid-19    Match Real Madrid vs Barça : Où regarder le clasio du 10 avril 2021?    Hand-Supercoupe d'Afrique : l'Etoile du Sahel face au Zamalek pour un billet au Mondial des clubs    Le chef du gouvernement décide de rétablir le couvre-feu à partir de 22H00 au lieu de 19H00    La Liga: Real-Barça, les compos probables    Ligue des champions : Le programme des quarts de finale retour    Kaïs Saïed : La sécurité de l'Egypte est la nôtre !    Hichem Mechichi : Le couvre-feu efficace pour briser les chaînes de contamination par le coronavirus mais non sans conséquences d'où la nécessité de le réviser à la demande du Chef de l'Etat    Plus de 130 mille personnes vaccinées contre le coronavirus    L'écosystème HMS de Huawei compte 2,3 millions de développeurs à travers le monde    La Tunisie organise sa 1ère foire virtuelle internationale de l'artisanat    Tunisie: Kais Saied souligne l'importance de lutter contre l'extrémisme religieux    Tunisie – L'inestimable cadeau de Saïed à Mechichi    Accusé de trahison et de corruption par Rached Khiari, Imed Hammami répond    Le PNUD et 16 organisations de la société civile tunisiennes partenaires    MEMOIRE : Zakia LADHARI veuve Mustapha El BEHI    Attijari bank et le PNUD organisent conjointement le Hackathon Tek-صح    Express    Energie : Le mix énergétique comme solution pertinente    Le Bardo se met à l'intelligence artificielle    Education Nationale | lancement du projet onusien sur l'autonomisation du système éducatif en Tunisie : Favoriser la résilience des jeunes face aux discours violents    L'Utap dénonce la fermeture des marchés hebdomadaires    Tunisie – Une moyenne de plus de quinze heures de jeûne par jour    Projet «Ciné labo» de Abdallah Chamekh : Instaurer la culture de la production cinématographique en milieu scolaire    Championnat arabe d'athlétisme à Tunis : Un tremplin pour Tokyo    «Souk al mout'â» (Le marché du plaisir), recueil de nouvelles en arabe de Mounira Rezgui : Des mots comme autant de réverbères    Tunisie: Kais Saied visite les sites historiques du Caire [vidéo]    Foot-Europe: le programme du jour    Bilan Covid-19 : 2010 nouveaux cas et 43 décès en Tunisie    Disparition : Mort du prince Philip, époux de la reine Elizabeth II    Tunisie-Moncef Marzouki : "Toutes mes excuses à l'âme de Mohamed Morsi et aux martyrs de Rabaa et des autres terribles massacres!"    Décès du prince Philip, époux de la reine d'Angleterre    Par Henda Haouala – Séries TV tunisiennes : un marché de production à prendre au sérieux    Invocation pour accueillir le ramadan    La consolidation des liens de sang procure la richesse et la longévité    Nouveau tirage - Où trouver le livre de Mohamed Ennaceur : Deux République, une Tunisie (Vidéo)    Sortie du livre de photographie "Winter Bloom" de Souheila Ghorbel    Lutte contre l'immigration clandestine : Des radars spéciaux pour localiser tous types de bateaux dans un rayon d'environ 18 km    Kasserine : Un couple de terroristes tué à Mont Selloum    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mes odyssées en Méditerranée | Décret de 1932 et naissance des syndicats indépendants: «Revendiquons», le journal des ouvriers en lutte
Publié dans La Presse de Tunisie le 07 - 03 - 2021

Après le décret de 1932, une quinzaine de syndicats verront le jour, surtout dans l'artisanat et dans certains métiers typiquement tunisiens. Il faut souligner que ces syndicats naissent indépendants et qu'ils ne se rattachent ni à la C.G.T., ni à la C.g.t.u.
Parmi ces syndicats créés entre 1929 et 1934, on compte celui de : «Chéchias», «Bransas», «Teinturiers», «Selliers-bourreliers», «Tailleurs», «Tisserands», «Fabricants de babouches» (Tunis, Kairouan et Sfax), «Parfumeurs», «Maçons tunisiens», «Agents et employés tunisiens de l'Office des Ports».
La création de ces mouvements syndicaux indépendants est due essentiellement à une conviction très ancrée chez les travailleurs tunisiens, celle que les mouvements ouvriers d'origine européenne ne peuvent pas résoudre les problèmes spécifiques liés essentiellement aux travailleurs tunisiens et plus particulièrement à la crise qui frappe les activités traditionnelles. On prend de plus en plus conscience que pour un syndicaliste français, il est difficile de prendre en charge les problèmes des travailleurs tunisiens, à cause des problématiques culturelles, matérielles et de langage. Les discours du secrétaire de la C.G.T. Duriel en étaient la preuve. En effet, Duriel affirmait que «l'artisanat tunisien avait si peu de chances pour être sauvé si les travailleurs refusaient en bloc l'introduction de nouvelles technologies et du progrès».
La presse nationale se pose au contraire en défenseur des organisations tunisiennes, marquant une certaine distance de la C.G.T et de la., et ce, à cause de la conviction que «ce syndicalisme n'a pu aujourd'hui se développer avec tant de rapidité dans ce pays qu'en perdant une partie des caractères particuliers qu'il possède en Occident, en s'adaptant aux aspirations profondes et aux besoins réels du pays, ces syndicats…ne traduisent nullement le phénomène de la lutte des classes, la volonté des prolétaires de se grouper en vue de se défendre contre la force ou la rapacité d'un patronat inexistant... le Tunisien est un homme pratique qui sait tirer parti des instruments d'émancipation qu'on met à sa disposition et les adapter aux besoins réels qui existent en lui…»
La question qui se posait était donc la suivante : «Peut-il (un mouvement tunisien) se développer indépendamment de la C.G.T. ou sous la direction d'une organisation politique ? ».
Beaucoup de questions ne trouvaient pas de réponses. La gauche tunisienne s'intéressait de près, invitant les ouvriers à s'exprimer à travers un journal syndical qui verra le jour le 25 septembre 1933. Il s'agissait d'un bimensuel tirant à 2.000 exemplaires, mais, hélas, avec une durée assez courte. Ce journal, «Revendiquons», disparaîtra le 25 février 1934.
«Revendiquons» avait tout pour réussir, son titre sonnait si bien en français comme en arabe lors des ventes à la criée et il avait comme objectif le souci de coller aux masses ouvrières, de connaître, de diffuser leurs aspirations et de combattre pour les satisfaire, il se voulait «le drapeau des ouvriers en lutte». A la masse ouvrière tunisienne, s'ajoutait aussi la classe ouvrière maltaise et sicilienne, revendiquant elle aussi ses droits et l'amélioration de ses conditions de travail. D'ailleurs, c'est dans des contextes assez particuliers comme les revendications du droit au travail, que les classes prolétaires des Tunisiens, Siciliens, Sardes, Maltais… s'unissent pour lutter tous ensemble contre les patrons. Une solidarité ouvrière, à différentes échelles, bien évidemment, entre les classes les plus démunies ayant un seul et unique objectif.
«Revendiquons » est présenté tout d'abord comme l'organe des syndicats des cheminots, de l'arsenal... et à partir du numéro 4, il deviendra le numéro de la C.G.T.U., mais aussi du Parti communiste car en Tunisie, encore plus qu'en France, les deux organisations étaient plus étroitement liées. Le P.C. fournit des fonds, des rédacteurs, dont font partie aussi certains Italiens du Parti communiste, et ses militants assurent la diffusion du journal à la gare, à Bab Saâdoun, à Bab Souika, à Bizerte et plus rarement à Sousse et à Sfax. Les syndicats unitaires de l'arsenal et du bâtiment de Ferryville, aujourd'hui Menzel Bourguiba, seront dissous le 21 février 1934 par le Tribunal et les militants cheminots seront victimes de sanctions. Ainsi s'explique la disparition précoce du journal «Revendiquons », et de l'organe de langue arabe «Al Amal At-Tûnisî», suspendu par arrêté le 5 septembre 1934.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.