Réactions de la presse internationale aux nouvelles mesures de Kaïs Saïed    Semaine Boursière : La BH consolide avec succès ses assises financières    Tunisie – Non lieu pour Mohamed Hentati    Les loueurs de voiture invités d'Alpha Hyundai Motor    Tunisie – Hausse de 185% de la redevance du passage du gaz algérien    Tunisie - Reprise des activités dans tous les espaces culturels    Ultra Mirage, le challenge se poursuit avec le soutien d'Assurances BIAT    AS Kasserine : Seif Ghezal, nouvel entraîneur    Ministère des Affaires Sociales: 620 000 familles ont profité de l'aide de 300 dinars    Carthage, patrimoine culturel ... en détresse    Vie et mort d'un fondateur de dynastie: Husseïn Bey 1er (1675-1740)    Chakchouk et Girardin la coopération tuniso-française en matière d'infrastructures portuaires    Djerba Music Land 2021 a enchanté les âmes et les yeux des festivaliers    Club Africain : Mehdi Ouedherfi prêté à Al-Akhdhar libyen    Dernière minute- Du nouveau sur le couvre-feu    UGTT : Non au marchandage entre liberté et monopolisation des pouvoirs !    JCC 2021 : Listes des films sélectionnés dans le cadre de Chabaka et Takmil    Finale de la Super Coupe de Tunisie 2020 – 2021 : EST vs CSS où regarder le match du 25 septembre    Appel à participation: Lancement de la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 24 Septembre 2021 à 11H00    La FTF approuve la liste internationale des arbitres    Des décisions du CSM annulées par le Tribunal administratif    Envirofest à Bizerte en marge du Forum Mondial de la Mer (Programme)    Covid-19 : 41% de la population tunisienne primo-vaccinés    Abir Moussi s'exprime sur l'arrêt des primes octroyées aux députés    Kalthoum Kannou future Ministre de la Femme?- La magistrate s'exprime sur le sujet    Hatem Boubakri salue les mesures prises par le président de la République    Abir Moussi : Le président veut barrer la route au PDL !    Tunisie : Le ministère de l'Enseignement supérieur recrute 1 130 chercheurs    Le ministère de l'Education invite ses affiliés à la vaccination    La Ligue des Etats arabes doit jouer un rôle important dans la résolution des conflits    « Meilleur Service Client de l'année 2021 » pour Ennakl Automobiles pour la deuxième année de suite    Flat6Labs Tunisie organise le Hub Day du premier cycle du projet Ignite Tunisia    LG lance un téléviseur géant DVLED 8K de 325 pouces    Livres et auteurs de langue française en états généraux à Tunis depuis ce jeudi (Album Photo)    Démarrage à Tunis des Etats généraux du livre en langue française dans le monde    Football : Programme TV de ce Jeudi 23 Septembre 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 23 Septembre 2021 à 11H00    Monde- Daily brief du 22 septembre 2021: Le chef du gouvernement libyen rejette le retrait de confiance    Deux femmes héroïnes d'un évènement qui unit l'art et la littérature: Azza Filali et Chiara Montenero    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Art'cot organise une exposition grand format à la Médina de Tunis    Egypte : Décès du maréchal Mohamed Hussein Tantaoui    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Fatma Naceur, actrice et productrice à La Presse : «La production, une opération suicidaire»
Publié dans La Presse de Tunisie le 13 - 04 - 2021

L'actrice et productrice Fatma Naceur, qui évolue en Egypte, s'est lancée dans la production de feuilletons télé. Dans cet entretien, elle nous parle des difficultés de cette entreprise et nous explique pourquoi elle ne choisit pas souvent les rôles dans des feuilletons dramatiques. Entretien.
Comment êtes-vous venue à la production, alors qu'on vous attendait à apparaître dans des rôles de cinéma ?
Cela fait un bon moment que je pense à passer à la production. La principale difficulté pour moi se résumait dans cette question: par où commencer ? L'opportunité s'est présentée pour moi l'année dernière avec le feuilleton «Nouba 2» dans sa seconde saison. Le feuilleton était donc installé et il n'y avait pas beaucoup de risques. Cela m'a boostée en quelque sorte et je me suis mise à la production. Maintenant, on ne peut rien juger avant que les nouveaux feuilletons ne passent à la télé et partent à la rencontre de leur public. Je parle de au pluriel, puisque nous en avons produit deux avec d'autres partenaires, l'un pour le mois de Ramadan et l'autre sera diffusé après.
Pourquoi vous ne vous êtes pas attribué un rôle dans ce feuilleton?
En ce qui concerne les rôles, je suis beaucoup plus intéressée par le cinéma que par les feuilletons dramatiques, du moins pas par les feuilletons de 30 épisodes. En même temps, j'essaie de faire une projection sur ma carrière pour les années à venir et je vois de quelle manière je vais avancer. Pour le cinéma, j'ai actuellement deux projets en cours. Un projet qui est le mien et le second en association avec une autre boîte de production .
Je n'ai pas participé comme actrice ni dans «Nouba 2» ni dans «Awled El Ghoul». Pour «Nouba 2», le casting était déjà fait avec un réalisateur qui a sa vision artistique. Il ne s'agissait pas non plus pour moi de m'imposer. D'autre part, étant sur des projets en Egypte, je n'ai pas pensé à avoir des rôles dans des feuilletons tunisiens. Quant aux deux nouvelles productions de cette année, dont «Awled El Ghoul», je ne pouvais pas assurer les deux fonctions, à savoir celle de la production et de l'acting. De plus, il n'y avait pas de rôles qui correspondent à ma personnalité. J'espère que je serai présente l'année prochaine avec un rôle fort, digne de moi et de ma carrière.
Sur quels critères artistiques avez-vous choisi de produire le feuilleton «Awled El Ghoul»? Etait-ce un scénario qui vous a été proposé ou vous l'avez commandé ?
Au début, nous étions sur un autre projet de Elyès Baccar qui porte le nom de «Mouvma». Mais c'était un grand projet avec un gros budget et une écriture difficile. A un certain moment, nous n'avons pu avancer comme il faut. Nous avons donc reporté ce projet pour voir un scénario écrit et nous avons rencontré «Awled El Ghoul», écrit par Rafika Boujdai. C'est une valeur sûre pour nous, puisqu'elle est a écrit deux feuilletons qui ont marqué les Tunisiens, «Sayd Errim» et «Pour les yeux de Catherine». On est donc parti pour un feuilleton très proche des Tunisiens qui traite des années 90. C'est toujours difficile de s'étendre sur trente épisodes, mais on espère que le produit va réussir. On s'est basé sur un bon casting. Nous avons choisi Mourad Bechick pour la réalisation, car il vient du cinéma et il a déjà réussi des feuilletons à la télé.
«Awled El Ghoul» a surpris par deux éléments : c'est un feuilleton qui sera entièrement prêt avant les délais, mais c'est aussi un projet sur lequel tout le monde a été payé... Quelle est la recette magique ?
C'était important pour nous de donner à la post-production le temps nécessaire. Nous avons également anticipé un possible confinement comme l'année dernière. Cela dit, c'est important pour une société qui s'installe avec deux grands projets de tenir ses engagements financiers et de gagner la confiance des professionnels. Ce n'est pas évident, parce que la production est une opération suicidaire. Tout le poids repose sur les épaules du producteur. Nous devons trouver une solution pour que ce risque soit partagé et, à mon sens, il faut trouver d'autres marchés à part la Tunisie, sinon on ne s'en sortira pas. Sur ces projets, nous sommes plusieurs associés et c'est très difficile de s'en sortir. Mais nous ne pouvons continuer éternellement si on ne trouve pas notre compte. Les projets coûtent trop cher par rapport aux retours sur investissements. La production en Tunisie est très particulière, c'est le seul domaine où le producteur doit commencer à travailler avec 90 % du budget dans la poche ....


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.