Yamina Zoghlami appelle à déposer une demande d'accès à l'information auprès de la présidence de la République pour cette raison    Salaheddine Jourchi- Kais Saied a déjà commencé à mettre en exécution son plan [Audio]    Municipalité de Raoued : Le chef de l'Etat doit prendre ses responsabilités face aux profiteurs qui usurpent la révolution    Le Kram: Le plafond d'une salle de classe s'écroule alors que des élèves sont à l'intérieur [vidéo]    Mohamed Goumani : Kaïs Saïed continue de diviser les Tunisiens et d'élargir le cercle de ses adversaires    Que comprendre du discours de Kaïs Saïed ?    Le photographe tunisien Habib Hmima n'est plus    Salon Web Summit 2021: Les startups tunisiennes appelées à participer    AMI Assurances se donne les moyens de ses ambitions et annonce l'augmentation de son capital social    La Commission européenne veut imposer le chargeur universel pour smartphone d'ici 2024    16ème édition de MEDIBAT : La Libye à l'honneur    Change devises en dinar tunisien : Cours du 21 septembre 2021    Football : Programme TV de ce Mardi 21 Septembre 2021    SNJT : Aroua Baraket a été victime d'agression policière !    La Ligue des Etats arabes tient sa réunion consultative à New York    Iyadh Elloumi: Kais Saied est un danger pour le pays    Tunisie – Coronavirus: une 3ème dose pour les personnes déjà vaccinées par un vaccin non reconnu dans certains pays    Spectacle "Voyage avec la Lumière" à la Cité des Sciences de Tunis    Bad Buzz: Un centre commercial offre jusqu'à 80% de remise, pour les Lybiens    26 septembre : sixième journée portes ouvertes pour la vaccination    Couacs lors du discours de Sidi Bouzid : La présidence n'avait pas prévenu les équipes de la Télévision nationale    Ligue des champions (2e tour préliminaire) : Le programme    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Discours de Kais Saied- Nabil Hajji souligne les failles de communication    Ennakl Automobiles : Le groupe réalise un bénéfice semestriel de plus de 18 MD    Natation : La FTN retire sa plainte contre Oussama Mallouli    Bientôt un gouvernement et des dispositions transitoires, promet Saïed depuis Sidi Bouzid    Prévisions météo pour ce lundi    Le Club Africain annonce une liste de 11 joueurs prêtés pour la nouvelle saison    Le ministre des Affaires culturelles reçoit Noureddine et Nejia Ouerghi    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Match FC Barcelona vs Grenade : chaines qui diffusent le match du 20 septembre de la Liga    JCC 2021 : Liste des films tunisiens sélectionnés pour les compétitions officielles    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 20 Septembre 2021 à 11H00    "Streams" de Mehdi Hmili en compétition officielle du FIFF de Namur et de La Mostra de Valencia en Espagne    L'ATB sélectionnée par le projet SAWI pour renforcer sa diversité genre    UE Med : Il est nécessaire de préserver la démocratie et l'Etat de droit en Tunisie    Ons Jabeur 17ème mondiale    30 auteurs au Congrès des écrivains de langue française à Tunis    25 ème anniversaire des Prix Littéraires COMAR D'OR : Les romans primés en langue française    Arrestation des deux derniers prisonniers palestiniens évadés récemment    Tunisie – Une vague sans précédant de migration qui ne manque pas de rappeler les « menaces » de Ghannouchi    Monde-Daily brief du 17 septembre 2021: L'Italie rend obligatoire le pass sanitaire pour tous les travailleurs    Evasions Sonores: Performances artistiques live par Oussama Menchaoui et Dawan    Appel à films pour présenter la candidature de la Tunisie à l'"Oscar du meilleur film international"    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Statut de l'artiste: Les langues se délient
Publié dans La Presse de Tunisie le 01 - 08 - 2021

Bien avant la crise du covid-19, le statut de l'artiste suscitait déjà débats et revendications. Textes de loi vus et revus, et décisions en perpétuel report sont restées en suspens. La concrétisation tarde à venir et le flou s'est étalé davantage en pleine tourmente sanitaire et politique. Exercer en ayant une carte professionnelle et revoir le statut de l'artiste restent de mise.
Ahmed Benjemy, artiste-musicien :
«A une certaine période, concernant la carte professionnelle, les autorités l'ont remise à des artistes professionnels en y ajoutant des prérogatives : c'est comme si le travail s'est fait à l'envers. Même s'ils voulaient s'inspirer du système français, ce n'est pas comparable : en France, quand un concert ou un évènement s'organise dans le cadre d'uns structure légale, tout est réglementé ... Ici, tout se fait à l'arraché, en improvisant, en contournant : on se débrouille pour la sono, la vente se fait en ligne ou autre... Avec la carte pro, le secteur peut mieux se structurer, évitant ainsi les débordements. La carte professionnelle peut mieux servir quand le statut de l'artiste s'éclaircira davantage.
«A travers les gouvernements qui se sont succédé, rien n'a été fixé, ou maintenu concernant le statut de l'artiste dans sa globalité. Il y a un problème grave de communication au niveau des institutions. L'année dernière, des régimes liés à l'assurance sociale ont été évoqués, et à travers la carte pro, on pouvait mieux régler notre statut, gérer sa patente... juste avant la crise du covid-19 qui a tout bloqué. Une démarche qui n'aura servi à rien, de toutes les manières, dans un contexte sanitaire aussi grave… Après, il n'y a pas eu de suivi, ni de rappel. Les caisses de subvention doivent être mieux contrôlées. Les projets musicaux sont subventionnés à la va-vite et attribués à des gens qui ne sont pas productifs ou qui ne créent pas depuis longtemps. Les appels à candidature pour les subventions se font dans de couloirs obscurs, on n'en entend même pas parler ... tout est encore flou, il n'y a rien de concret autour de ce statut. »
Neysatu – Badiaa Bouhrizi, chanteuse autrice-compositrice– interprète :
« La carte ''professionnelle'' » ne rime pas avec professionnalisme, selon moi. D'après la loi élaborée autour de cette carte, en tant qu'artiste, pour l'obtenir, il suffit d'avoir un nombre de contrats à son actif, ou bien passer un test de niveau. J'ai essayé auparavant de procéder ainsi ... rien de tout ça n'a été pris en compte ou n'a été appliqué. Je m'étais adressée au commissariat régional parce que la loi le stipule noir sur blanc... en vain. La définition de ''professionnel'' est que l'artiste vit de son art : c'est son gagne-pain. Qui sont ces gens, désignés pour nous juger ? Selon moi, cette carte ne sert à rien... sauf dans le cadre de coopérations, dans des instituts culturels, ou dans des ambassades, ou en cas de contrôle policier.
«Cette carte est un outil de contrôle... comme celle utilisée par un auto-entrepreneur. C'est un statut vague. Pourquoi demander un cahier des charges à un artiste ? Ainsi, jusqu'à maintenant, à part contourner, on n'a pas de statut défini pour l'artiste spécifiquement. S'il y a des réformes à faire, ça serait éclaircir le statut en urgence. On est au ralenti ... j'aurais bien aimé gérer ma carrière comme une entreprise, mieux que de devoir adopter un cahier des charges ambigu ou de lancer une société de services ».
Kamel Ring, musicien de rue :
« La carte professionnelle, de nos jours, est montrée par des artistes pour dire qu'on l'est. On dirait que sans cette carte, l'artiste ne l'est pas. Elle sert à avoir son visa, c'est possible ... Sinon, certains la possèdent alors qu'ils n'ont rien à voir avec le domaine artistique : Ils l'ont achetée. Pour la carte d'identité, oui, le statut de l'artiste est mentionné grâce à cette carte dite pro. Par ailleurs, quand on a une opportunité de travail, certains recruteurs l'exigent et veulent savoir s'ils sont face à ''un professionnel'' selon leurs normes ou pas. Aux yeux de certains, c'est cette carte qui détermine l'artiste pas forcément son art. Pour l'assurance sociale, elle renforce. Personnellement, en tant qu'artiste, j'ai eu mon certificat « Busker License », qui me permet de me produire dans les rues de toutes les villes du monde entier sous la protection de l'Association mondiale de défense des droits des artistes de rue. Même quand je me fais embêter par la police, c'est ce que je présente en contactant l'association, et celles et ceux qui m'ont octroyé le certificat. En Tunisie, notre statut, on se le forge encore, en improvisant ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.