CONDOLEANCES : Tijani GUERMAZI    Foot-Europe: le programme du jour    L'UGTT appelle le gouvernement à réajuster le pouvoir d'achat des fonctionnaires    Pour un meilleur plaidoyer universel : Comment parler du droit palestinien ?    Le Maroc à la tête d'une structure qui draine 4600 milliards de dollars    Des faits et des chiffres    Les pays en développement "lésés" dans le rebond des IDE en 2021 (Rapport)    Suppression des primes et des privilèges des membres du Conseil supérieur de la Magistrature : Saïed passe à l'action    Khemakhem et Cheikhrouhou quittent le CSS    Classement FIFA Live : La Tunisie recule encore et perd 29 points !!    Le Mondial des clubs 2022 retransmis sur cette chaîne arabe    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 21 Janvier 2022 à 11H00    Hand | FTHB : Le comité provisoire de gestion intronisé    CAN 2021 | Tunisie-Gambie (0-1) : Une « petite » qualification !    Budget ''boiteux''...L'UGTT appelle le gouvernement à prendre des mesures urgentes    Tunisie – Coronavirus: 13 décès et 9787 contaminations en 24h    Météo : Pluies éparses sur l'extrême nord en fin de journée    Dialogues éphémères | Sur les traces d'Epiméthée    Vient de paraÎtre | L'île aux arbres disparus d'Elif Shafak    L'identité culturelle des morisques en Tunisie, un livre de Mondher Chraïet : Un excellent éclairage sur l'histoire des Maures dans notre pays    Simpar : Hausse du chiffre d'affaires de 21% en 2021    Artes annonce un chiffre d'affaires en hausse de près de 35% en 2021    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    Transtu: A partir d'aujourd'hui, modification de la circulation automobile au niveau de cette zone    UGTT : Le « retard » et « l'hésitation » pèsent lourdement sur le processus du 25 juillet    Ennakl Automobiles annonce un chiffre d'affaires en hausse de plus de 21% en 2021    CAN : on a manqué de réussite dans le dernier geste (Kebaier )    La Fédération nationale du cuir appelle à l'aide    En photos: Déraillement d'un train de transport de phosphate    3 délégués démis de leurs fonctions, les détails    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Kaïs Saïed ordonne la préservation des domaines de l'Etat    Tunisie: Les exportations des agrumes accusent une fore baisse    Riadh Essid nommé conseiller chargé des affaires diplomatiques à la Kasbah    5 fillettes ont reçu des injections par des inconnus, assure le ministère de la Famille    Ouni : Florana engendre les mêmes symptômes du Covid    La Consultation nationale respecte les données des répondants, assure Gaddes    Russie-Ukraine : Poutine monte d'un cran, un danger imminent pour l'Europe, les USA, le monde    Monde-Daily brief du 20 janvier 2022: Crise en Ukraine : Joe Biden met en garde la Russie en cas d'invasion    Formation "Jeunes réalisateurs, cinéma, écriture environnement": le cinéma dans la quête d'un monde écoresponsable    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    Noureddine Sammoud n'est plus, un esthète des mots nous quitte    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Evénements de Siliana, 9 ans déjà ! : La plaie est toujours ouverte !
Publié dans La Presse de Tunisie le 27 - 11 - 2021

Rien de nouveau jusque-là. L'affaire fait encore du surplace. Justice transitionnelle, dites-vous !
C'était, comme aujourd'hui, un certain «mardi noir» en 2012 à Siliana. Neuf ans déjà, la plaie est encore ouverte ! Personne n'a oublié les événements de la chevrotine et les séquelles qu'ils ont laissées dans la mémoire d'une région jusque-là en marge du développement. Aujourd'hui, elle fête son drame, sans pouvoir se débarrasser d'une triste journée, où de légitimes revendications populaires furent sauvagement réprimées.
Suite à l'appel de l'union régionale de l'Ugtt, une imposante marche de protestation a parcouru l'artère principale de la ville, gagnant le siège du gouvernorat de la place. Cette marée humaine agissait comme un seul homme, scandant à haute voix le départ du gouverneur. Aux ordres d'un gouvernement nahdhaoui, il n'avait pas tenu ses promesses d'emploi et de développement, ce qui avait attisé les tensions sociales et enfoncé la ville dans un flux et reflux interminable. Mais, nul ne croyait, à l'époque, que la situation allait dégénérer, de la façon la plus meurtrière. Crime d'Etat, pour ainsi dire ! Mobilisées en renfort, les forces de l'ordre avaient usé de leurs moyens pour étouffer les voix et museler toute forme d'expression. Leurs interventions étaient si musclées qu'elles ont tiré, sans pitié, à la chevrotine sur des milliers de manifestants, procédant à l'usage excessif et arbitraire des bombes lacrymogènes. Cela s'est soldé par un grand nombre de blessés dont certains ont été grièvement touchés aux yeux. D'autres, faute de traitement et de prise en charge à temps, sont atteints de cécité.
A chaud, juristes, société civile et activistes des droits de l'homme avaient vivement dénoncé ce qui s'est passé à Siliana, considéré comme un crime prémédité contre une population quasiment désarmée. Et des enquêtes furent ouvertes, mais sans suite. Sauf que la commission, lancée en 2018 par le Ftdes, a fini par imputer l'entière responsabilité au gouvernement de la Troïka et pointer du doigt son ministre de l'Intérieur, Ali Laârayedh. De même, la défunte Instance vérité et dignité n'a pas manqué d'agir sur le terrain et mener ses études balistiques, tout en auditionnant des victimes de la chevrotine.
Leur dédommagement a toujours été sa principale recommandation. Mais, rien de nouveau, jusque-là. L'affaire fait encore du surplace.
Contre l'oubli !
Pourtant, la région souffre encore. Le syndrome de Siliana continue de remuer le couteau dans la plaie. Dans l'impunité totale, sans justice sociale. Cette région du nord-ouest tunisien n'a point profité des fruits de la croissance dans le pays.
Et la faiblesse de l'investissement public-privé pèse sur son développement régional. Toujours est-il que tous les gouvernements post-révolution n'y ont jamais pensé, du moins comme un droit et non pas une faveur. Avoir droit à l'emploi et au développement est un objectif qui mérite bien la messe.
Commémorer un tel drame, en ce 27 novembre 2021, c'est agir contre l'oubli.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.