Abir Moussi dit être visée par un plan d'assassinat    L'ATFD appelle à la révision du Code du statut personnel    Un an après sa visite aux artisanes de Hay Hlel, Kaïs Saïed y retourne    Le service de la dette extérieure éponge la totalité des transferts de la diaspora    Mali : Un exploit sur le marché obligataire régional, toutes les dettes réglées    Première astronaute tunisienne : Telnet Holding dévoile les candidates    Décès du réalisateur Abdeljabbar Bhouri    Hatem M'rad: Les trois grands sens de la démocratie    Tunisie - Un Français meurt en prison dans des conditions pénibles alors qu'il a été libéré par un juge    WTA Cincinnati : Ons Jabeur exemptée, Serena défie Raducanu    Kef : La maladie de la langue bleue sévit    Taboubi à propos de la réunion avec le gouvernement : ce n'est pas un nouveau pacte social !    L'agence de notation japonaise R&I dégrade, une nouvelle fois, la note de la Tunisie    Semaine boursière : Le Tunindex enchaine les hausses    L'huile subventionnée débarque à Monastir    Royaume-Uni : Le probable successeur de Boris Johnson déjà plombé par un scandale    Un énorme soulagement à Sfax et Bizerte, dans la même journée    L'UE assaillie par les migrants clandestins, +86% cette année    Foot-Europe: le programme du jour    Tourisme: La plaisance veut croire en sa bonne étoile    Régate de La Route du Jasmin: Une affluence record    Fête nationale de la femme: La « condition féminine », une imposture !    Protéger les femmes    Les étudiants en quête d'un logement décent: Un vrai casse-tête !    Eventuelle grève des techniciens de la navigation aérienne    Le FTDES dénonce la poursuite de la marginalisation de la question relative au transport des ouvrières agricoles    Arrestation d'un trentenaire condamné à 11 ans de prison    Importation anarchique et déficit de la balance commerciale: Le protectionnisme, un mal nécessaire ?    «Naseer Shamma & the peace builders» au Festival International de Carthage: Musique d'amour et de paix    « Kurt Rosenwinkel » au festival international de Hammamet: La nuit du jazz    La surchauffe de l'économie singapourienne nécessite un nouveau resserrement monétaire    Hédi Ben Abbès, président de la Chambre de commerce et d'industrie tuniso-japonaise (Ccitj): De premiers projets seront signés    La BNA mécène du festival de Dougga pour une culture inclusive    Par Jawhar Chatty : 13 août, la short list de Kais Saied    FIBA 3×3 Nations League 2022 : les résultats du premier jour pour la Tunisie    Foot Européen : Programme TV des matches du samedi    Salman Rushdie poignardé à New York    Un jeune tunisien meurt dans une prison italienne    La maison du luth arabe en Tunisie à l'initiative du luthiste irakien Naseer Shamma    Plusieurs terroristes touchés après des affrontements avec des militaires à Jebel Selloum    Femmes et militaires : Ces tunisiennes qui nous honorent    EST | Transferts d'été : Le remue-ménage se poursuit...    Après le report du verdict de la commission nationale d'appel au 6 septembre : La fuite en avant    CAB : Report de l'assemblée élective…    Dialogues éphémères | Laisser faire la main de Dieu...    Tahar Melligi , l'historien des artistes, décédé à l'âge de 86 ans    Ons Jabeur abandonne le tournoi de Toronto sur blessure    Orange Tunisie expérimente à nouveau la technologie 5G dans le domaine de la Culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les indiscrétions d'Elyssa
Publié dans La Presse de Tunisie le 29 - 11 - 2021


Au palais Lella Chedlya
Lella Chedlya était l'épouse très aimée du bey de Tunis. Il lui offrit ce palais en guise de preuve d'amour. Puis, ce lieu magnifique fut acquis par une famille patricienne qui lui donna lustre et convivialité. Avant de séduire un Français amoureux de la Tunisie qui, quatorze années durant, le restaura, pièce par pièce, chinant à travers tout le pays carreaux, boiseries et ferronneries anciennes. Les jardins ont été paysagés et plantés d'essences rares, les plans d'eau redessinés.
Aujourd'hui, Lella Chedlya, ayant retrouvé sa splendeur d'antan, rouvre ses portes et se fait accueillante, à qui veut bien la découvrir.
Au pays de la grenade
Amour et fécondité pour la Méditerranée qui en jette les grains sous les pas des jeunes mariés, puissance et invincibilité pour les Perses, longévité et immortalité pour les Chinois, la grenade, fruit sacré, fruit de légende, réunit toutes les mythologies en une étrange cosmogonie. Cette semaine, cependant, elle sera surtout inspirante pour une vingtaine de jeunes artistes réunis par Molka Saheb Ettabaa, qui ont accepté le challenge qu'elle leur proposait : inventer leur propre grenade. Un circuit artistique est donc proposé au cœur de La Marsa, menant à travers trois espaces-galeries : XYZ, Driba et la toute nouvelle galerie TGM, qui les accueille en voisine, au sein de l'exposition qu'elle consacre à l'Ecole de Tunis
La corniche d'Hammam-Lif
Chaque ville balnéaire a une corniche qui est souvent le fleuron de la cité. Tel n'était pas le cas d'Hammam-Lif où la Sirène n'était plus qu'un vague souvenir. Or, voilà que l'on nous annonce que de grands travaux sont entamés pour aménager cette corniche : aire de jeux pour les enfants, terrain de beach-volley, allées piétonnières et aires de repos dotées de mobilier urbain : la cité, qui fut beylicale, retrouve quelque peu de son lustre.
Imaginer et construire la Méditerranée de demain
La mare nostrum est, décidément, au cœur de toutes les préoccupations. Le programme Salam, qui inaugure sa première rencontre régionale demain, se donne pour but de «porter la voix de la jeunesse méditerranéenne, et d'accompagner les acteurs innovants de la société civile des deux rives». Trois rencontres sont prévues qui réuniront une centaine de jeunes de la société civile des pays de la rive sud de la Méditerranée, cependant que le programme Salam mobilise plus de 300 jeunes des deux rives : associations, startup, syndicats, entreprises de l'économie sociale et solidaire, etc.
Honneur au prof
Il est souvent moqué, caricaturé, de plus en plus souvent agressé hélas. Et pourtant! Nul métier ne demande plus de patience et d'abnégation. Et à qui d'autre serait-on susceptible d'abandonner nos enfants avec la même confiance ? N'est-il pas temps de rendre son honneur au prof ? Celui que l'on appelait Sidna pour marquer le respect ? Une journée était consacrée la semaine dernière au prof de français par l'IFT, mettant à l'honneur son engagement. C'est à tous les profs qu'il faudrait consacrer une journée, pour leur rendre leur honneur perdu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.