Par Jawhar Chatty : Le « Printemps tunisien », enfin ?    GROUPES F ET E — 2E JOURNEE: Algérie-Côte d'Ivoire, le duel à distance    Foot-Europe: le programme du jour    Open d'Australie : Ons Jabeur est prête pour son entrée demain !    Ils ont dit    Dégradation continue de la note souveraine de la Tunisie: Comment renverser la vapeur ?    La Presse Magazine du Dimanche 16 janvier 2022 consultable sur notre site    Consultation nationale: Quelle place pour les Tunisiens à l'étranger dans ce rendez-vous préélectoral ?    Consultation nationale: La plateforme électronique e-istichara.tn opérationnelle    Exposition «Les Beys Husseinites» au centre des Arts, de la Culture et des Lettres de Ksar Said: Un saut dans le temps    Open d'Australie : Pas de 10e titre pour Djoko cette année !!    NBA : Boston et Philadelphie plus forts que Chicago et Miami    Regrettable et désolant    Covid-19: Fermeture de 122 établissements scolaires et 373 classes    Du nouveau sur l'accident des deux métros    La parvovirose des chiots    Les fleurs au cœur de l'hiver    Crise d'asthme à la maison : comment réagir    Mes odyssées en Méditerranée : Le faux comte sicilien, Pepito Abatino, et la star Joséphine Baker    «The Wasteland» d'Ahmad Bahrami: Une expérience sensorielle    Hosni Zouaoui, ancien milieu défensif du CAB: «Je ne crois qu'au mérite»    L'Omicron, un vent contraire limité et temporaire pour l'économie mondiale    Abdelaziz Kacem: Saveur et savoir, même étymologie    Tunisie-Coronavirus : Bilan épidémiologique du 14 Janvier    Tunisie-Ministère de l'Intérieur : Appel à témoins contre un élément takifiriste    Tunisie : Les organisations nationales condamnent la "répression policière" lors des manifestations d'hier    Tunisie-vidéo : Kais Saied reçoit Noureddine Taboubi    Kaïs Saïed : avions-nous vraiment besoin d'une Cour constitutionnelle ?    La Tunisie reçoit un don de 100 mille doses de vaccins de la Russie    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    Frappé par des policiers Tunisiens, un journaliste français à la clinique    PSG vs Brest : Comment regarder le match en direct et live streaming ?    Lancement de la 9e promotion de l'incubateur Tunisien Lab'ess avec 10 porteurs de projets    Du 1er au 10 janvier 2022, les recettes touristiques ont crû de 19%    Des nouvelles nominations au ministère de l'Industrie    Baisse de 5,5% de la production d'œufs de consommation en 2021    Semaine boursière : Le Tunindex reprend des couleurs mais l'inertie se poursuit    Meurtre du caporal Saïd Ghozlani : Des peines allant de 32 ans de prison à la condamnation à mort    La France met en garde contre un risque d'attentat élevé en Tunisie    Le cannabis pour se protéger du Coronavirus ?    L' Ukraine victime d'une grosse cyberattaque visant ses sites gouvernementaux    Tahar Bekri: Abdelwahhab Meddeb et la relecture de l'héritage culturel arabo-musulman    Risque d'attentat: La France appelle ses ressortissants en Tunisie à la vigilance maximale    Royaume-Uni : Johnson pourrait être balayé par ses fêtes en plein confinement    Le grand poète tunisien Noureddine Sammoud est décédé    Noureddine Sammoud n'est plus    " Streams " de Mehdi Hmili dans les salles tunisiennes à partir du 19 janvier    Projection-débat autour du documentaire Movma, portrait d'une jeunesse en mouvement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Kairouan: Le soupir des coupoles
Publié dans La Presse de Tunisie le 05 - 12 - 2021

Autrefois chef-lieu de rayonnement spirituel et culturel, Kairouan, la cité des coupoles, est aujourd'hui fort semblable à une hécatombe. La ville, fondée en 670 et capitale de l'Ifriqiya pendant cinq siècles, est enfermée dans une cruelle impasse. D'ailleurs, l'un de ses valeureux enfants, le penseur universel Abdelwahab Bouhdiba, aurait ainsi brossé ses déboires s'il était encore parmi nous : «Quels sont les murs sur lesquels nous butons, les impasses réelles, trop réelles, dans lesquelles nous nous sommes fourvoyés ? »
Q
ue dire encore de la ville admirée par l'auteur d' « une vie », le Français Guy De Maupassant ? Ce dernier a décrit non sans émerveillement deux de ses grands édifices, notamment la Grande Mosquée et la mosquée du barbier du Prophète. Au sujet du premier édifice, il a alors affirmé : « Le Dieu qui a inspiré cette œuvre d'art superbe est bien celui qui dicta le Coran, non point celui des Evangiles. Sa morale ingénieuse s'étend plus qu'elle ne s'élève, nous étonne par sa propagation plus qu'elle ne nous frappe par sa hauteur ». Alors qu'en abordant le second, il a asséné : « La plus colorée, la plus coquette des mosquées, et le plus parfait échantillon de l'art décoratif arabe que j'aie vu».
Que dire encore de la « ville blanche » et de la ville sanctuaire dont le peintre russe Wassily kandinsky admirait la lumière et où l'Autrichien Paul Klee trouvait le lieu d'une révélation ? Le lieu d'une révélation qu'il consignait ainsi dans son journal de voyages : « La couleur me tient. Je n'ai plus besoin de la poursuivre. Elle me tient pour toujours, je le sais. Voilà le sens de cette heure heureuse, moi et la couleur ne faisons qu'un. Je suis peintre ».
La ville sanctuaire aux nombreux minarets, dômes et coupoles, la cité des 36 monuments bénéficiant d'un classement spécifique au titre de monuments historiques de la part de l'Unesco s'apparente aujourd'hui à un véritable champ de ruines. Mosquées, mausolées, Medressas, Musées et autres sites culturels, le tout est réduit à un tas de pierres délabrées, ternes, abandonnées et sans âme aucune.
Pourtant, les responsables locaux, les principaux acteurs rattachés au ministère de la Culture et les gens de l'Association de sauvegarde de la Médina s'évertuent à garder le statu quo, privant les gens de la région de tout accès à un espace poétique pouvant inspirer une muse ou une autre et de tout exercice culturel profitable à tous.
En pâtissent par conséquent l'attachement des habitants à leur ville, le bien-être de communautés entières plongées dans la détresse et l'espoir de voir enfin émerger un espace urbain conforme aux standards requis.
Le triste silence de la Médina ne fait par-delà qu'accentuer le désespoir de pans entiers de la population de cette région qui souffre déjà le martyre, avec une pauvreté extrême (29,3%), un taux de chômage de près de 20%, un analphabétisme élevé (35%), un abandon scolaire qui intrigue et inquiète (33,89%), suicides et viols à répétition, l'absence de toute activité culturelle (mis à part le printemps des arts organisé une fois par an).
Pis encore. Dans cette ville réduite à une si mauvaise anarchie urbaine règnent, par les temps qui courent, le chacun pour soi et la loi du plus fort, étant soumise à son environnement économique et social qui l'infléchit quand il ne la bloque pas.
Sans théâtre et sans salles de cinéma, privée d'espaces verts et de parks, cédant à la violence et la loi du plus fort, à l'image d'un pays qui va mal, à Kairouan, la tradition est perdue et la modernité est inaccessible. Dans le paroxysme de la violence, la société se révèle à elle-même.
Aujourd'hui, et ici même, de Tunis à Kairouan, renversez Roma, vous obtenez Amor. Cela s'appelle un palindrome. Mais l'image est ici beaucoup moins poétique que tragique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.