Tunisie : Bachr Chebbi présente ses excuses au gouverneur de Tunisie et à son épouse    CAN 2021 – Gr A : Où regarder les matches de la J03 ce lundi ?    Par Emna Chatty : Moi, tout simplement    Saïed, Taboubi, manifestations … Les 5 infos du weekend    CAN 2021 – Gr E : Le champion d'Afrique est tombé de haut !!    Tunisie-Ministère de la Santé : Réunion sur les préparatifs pour lutter contre la propagation rapide du Coronavirus    Tunisie : Coupure de gaz dans ces zones demain, lundi    Secousse tellurique à Gafsa    À Sfax, le Covid-19 continue de se propager rapidement    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Gr F / Tunisie – Mauritanie : les formations de départ    Tunisie-coronavirus : L'association des parents pour le protocole sanitaire dans les écoles    Le Gouvernement allemand œuvre pour la promotion du tourisme durable en Tunisie    Kasserine: Saisie de 12,5 tonnes de semoule [Photos]    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Football : La CAN Cameroun en images    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    CAN 2021 — Groupe f —2e journée : Tunisie-Mauritanie (17h00): De la hargne s'il vous plaît !    MEMOIRE: Mohamed HADIDANE    Pourquoi: L'éclairage public    FARK: Riadh SIALA    Consultation nationale: La plateforme électronique e-istichara.tn opérationnelle    Ils ont dit    CAN (2e journée): les matches de ce dimanche    Regrettable et désolant    Covid-19: Fermeture de 122 établissements scolaires et 373 classes    Météo: Stabilité de la plupart des indicateurs météorologiques    Dégradation continue de la note souveraine de la Tunisie: Comment renverser la vapeur ?    Mes odyssées en Méditerranée : Le faux comte sicilien, Pepito Abatino, et la star Joséphine Baker    «The Wasteland» d'Ahmad Bahrami: Une expérience sensorielle    Hosni Zouaoui, ancien milieu défensif du CAB: «Je ne crois qu'au mérite»    L'Omicron, un vent contraire limité et temporaire pour l'économie mondiale    Abdelaziz Kacem: Saveur et savoir, même étymologie    Tunisie-Ministère de l'Intérieur : Appel à témoins contre un élément takifiriste    Tunisie : Les organisations nationales condamnent la "répression policière" lors des manifestations d'hier    Tunisie-vidéo : Kais Saied reçoit Noureddine Taboubi    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    Frappé par des policiers Tunisiens, un journaliste français à la clinique    Du 1er au 10 janvier 2022, les recettes touristiques ont crû de 19%    Baisse de 5,5% de la production d'œufs de consommation en 2021    Semaine boursière : Le Tunindex reprend des couleurs mais l'inertie se poursuit    Meurtre du caporal Saïd Ghozlani : Des peines allant de 32 ans de prison à la condamnation à mort    La France met en garde contre un risque d'attentat élevé en Tunisie    L' Ukraine victime d'une grosse cyberattaque visant ses sites gouvernementaux    Tahar Bekri: Abdelwahhab Meddeb et la relecture de l'héritage culturel arabo-musulman    Le grand poète tunisien Noureddine Sammoud est décédé    Noureddine Sammoud n'est plus    " Streams " de Mehdi Hmili dans les salles tunisiennes à partir du 19 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



ANALYSE | AUSTERITE — RELANCE : Des attentes qu'on ne peut ignorer...
Publié dans La Presse de Tunisie le 08 - 12 - 2021

Depuis quelque temps, disons près de 6 mois, les experts de tous bords sont convaincus que le risque d'un clash à la libanaise, ou du moins à la portugaise, n'existe plus, et que les Pouvoirs publics ont réussi à l'éliminer... mais la réalité perdure. Cette réalité pourrait se manifester et très brutalement.
Les fondamentaux macro-économiques et macro-financiers sont explicites : la Tunisie est au bord du puits et elle manque d'oxygène.
Les opérateurs (ménages, entreprises, Etat) étouffent. Ils ont besoin d'oxygène. Entendez par là : des fonds, de la monnaie. Que la BCT, aux dires de son Très Honorable Gouverneur, ait injecté un milliard de dinars, via les banques commerciales, ne change en rien à la crise de suffocation générale.
La preuve, malgré la profusion des bestioles statistiques financières, les fermetures d'entreprises se succèdent, le pouvoir d'achat des ménages plonge, le chômage caracole et le Trésor Public est aux abois dès la deuxième semaine de chaque mois.
Et on nous bassine les oreilles que «La destruction de la monnaie est inévitable», que «la création monétaire est inflationniste» ou encore, en un filigrane insidieux, que «l'indépendance de la BCT est incontournable en démocratie».
Certes, dans des marchés haussiers, il est préférable que la BCT reste pleinement investie de ses prérogatives pour «réguler la stabilité macro-économique et macro-financière» quoi qu'il advienne. Mais, aujourd'hui, en Tunisie, pouvons-nous affirmer que nous sommes dans une conjoncture «haussière» ?
Je serais tenté de répondre par la négative. Et je franchis le pas.
On stagne au fond du puits. Et on attend la corde salvatrice pour nous en sortir. Ce qui nous amène à lever un certain nombre d'ambiguïtés :
En premier lieu, une croissance inclusive et intelligente (innovante, verte), au-delà d'une simple croissance du PIB, est au cœur de la vision sociale qui est à l'origine du soulèvement du 14 janvier 2011.
Relever les défis structurels au sein de l'économie tunisienne, résultats d'une déviance sociale auto-entretenue par des lobbys, depuis des décennies et encore aujourd'hui en exercice, pourrait sans doute retrouver son souffle dans une orientation sociale, pour une meilleure productivité via une plus grande cohésion sociale.
En deuxième lieu, préserver l'équilibre entre les secteurs publics, privés et communautaires implique la mise en place de mécanismes législatifs qui permettraient de faire face aux énormes défis, notamment en raison de la globalisation de l'économie et de sa stagnation, le gonflement du secteur informel, de la démographie et la contrainte sur les ressources.
Les Réformes Structurelles n'impliquent pas qu'il faille opter pour une austérité «à tout va», et dont le résultat serait un impact négatif sur la croissance, l'emploi, et le pouvoir d'achat.
Partout, où elles (les Réformes Structurelles à l'aveuglette) ont été appliquées, par ses mesures restrictives, elles se sont traduites par une spirale auto-entretenue de récession économique et du déficit budgétaire via une régression des rentrées fiscales. L'approche préconisée est qu'il faut miser, entre autres, sur des investissements en infrastructures et infléchir ensemble la déviance structurelle.
Toutes les études, notamment en Tunisie, depuis deux décennies, concluent à ce que la paupérisation, et la hausse des inégalités qui en résulte, est un obstacle à la croissance économique.
Enfin, si nous voulons booster l'économie et attirer des investissements (n'est-ce pas l'objectif des Pouvoirs Publics), les entreprises, notamment privées, ont des attentes qu'on ne peut pas ignorer, notamment un climat des affaires assaini, des conditions de financement pour augmenter l'investissement dans l'économie réelle et un environnement de stabilité sociale et de stabilité politique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.