Tunisie Telecom finalise le projet de couverture des zones blanches    Djerba sans sachets plastiques à usage unique depuis le 1er août 2022 : Est-ce la fin du cauchemar?    Balti et ses amis se produisent à l'avenue Habib Bourguiba à l'initiative de Orange Tunisie    Le comité de défense de Hamadi Jebali monte au créneau    Semaine boursière : Le Tunindex en hausse en dépit d'un volume transactionnel modeste    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    Ligue 1 Pro : Officiel. Le CSS jouera la coupe de la CAF    Kram : arrestation de huit femmes soupçonnées d'appartenance à un groupe terroriste    Covid-19 : un décès à Bizerte    Convoqué par un groupe de 26 avocats Brahim Bouderbala crie au complot    Tribune | Hommage à l'Armée nationale à l'occasion de son 66e anniversaire (II)    Menaces sérieuses contre le président Kaïs Saïed : Qui veut semer le chaos dans le pays ?    Bizerte : Saisie de 1,15 t de farine subventionnée    Pourquoi | Le bac, et après ?    Youssef Zied Elhechmi, Professeur agrégé en Médecine Intensive Réanimation et co-fondateur de la start-up HOPE HORIZON, à La Presse : «La solution d'ordonnance médicale SmartCare sera gratuite pour les patients, les médecins et les pharmaciens...»    Commentaire | Une étincelle dans la grisaille    Diplômés en technologie, ingénierie et mathématiques : La Tunisie, 2e pays au monde par le nombre    «Possibles», revue trimestrielle de littérature : «Le train m'emporte vers toi, mais déjà tu n'es plus là...» !    Exposition «Khémaïs Khayati, la passion de la photo» à la Cinémathèque Tunisienne : Du cœur avec beaucoup d'argentique    Classement CAF: Le Top 10 des meilleurs championnats africains    ESS – CA : pas de huis clos, mais avec 5000 tickets de plus pour le public étoilé    Météo de ce samedi    Sousse: Prix au marché municipal de Msaken [Vidéo]    Le titulaire de la meilleure moyenne à Gabès: Je contribuerai au développement de mon pays [Vidéo]    L'UGTT commémore le 55ème anniversaire du décès de Ahmed Tlili [Vidéo]    Rached Ghannouchi solidaire avec Hammadi Jebali    JORT: Mourad Saïdane, nouveau directeur général de la sûreté nationale    Huawei Tunisie obtient le ICT Industry and talent development Award    Point de vue | Limite incontrôlable !    CSS : Objectif à moitié atteint    L'EST prend option sur le titre : Le flegme «sang et or»    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Tunisie : Exclusif : L'Open Banking pour stimuler la concurrence. Croisons les doigts.    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Gaz russe : l'Allemagne aura froid cet hiver plus d'autres catastrophes alerte le gouvernement    Le Ministère des technologies de la communication annonce la clôture du projet des zones blanches    Festival Hammamet 2022: L'affiche rend hommage à Maurice Béjart    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off): programme Tv de la dernière journée    Ouverture des travaux du Tunisia Investment Forum    Ons Jabeur rassure son public    Festival International de Hammamet de retour du 13 juillet au 19 août 2022 : Une édition prometteuse en vue !    Décès de l'artiste peintre Meherzia Ghadhab    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Fondation Arts & Culture by UIB mécène la 35ème édition du Festival international de Musique Symphonique d'El Jem    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    Vive indignation à la suite de l'interdiction du film « Lightyear »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Environ 1.5 million de Tunisiens ont eu recours à des pratiques illicites : La petite corruption règne en Tunisie
Publié dans La Presse de Tunisie le 24 - 02 - 2022

Elle fait désormais partie de notre quotidien et prend la forme de cadeaux, d'une petite somme d'argent, en guise de reconnaissance contre un service rendu. Ils sont environ 1.5 million de Tunisiens âgés de plus de 18 ans à avoir eu recours à de telles pratiques illicites en 2020.
Si le pays a échoué dans la lutte contre la corruption depuis l'avènement de la révolution en Tunisie malgré les institutions gouvernementales et non-gouvernementales mises en place à cet effet, sans compter la légifération en la matière, c'est qu'il y avait des défaillances à certains niveaux. Aujourd'hui, on peut dire que nous sommes entrés dans une phase de normalisation avec cette hydre qui s'apparente beaucoup plus à une fatalité. On vit la corruption au quotidien. Comment alors conjurer ce mal endémique et endiguer les pratiques très répandues de la corruption?
C'est dans ce cadre général qu'une étude consacrée à la petite corruption a été présentée hier lors d'une conférence de presse tenue à Tunis. Une étude exploratoire élaborée par l'Association tunisienne des contrôleurs publics (Atcp) avec le financement de l'ambassade américaine à Tunis et en partenariat avec le National Center for States Courts, ONG chargée d'améliorer l'accès à la justice dans le monde.
La corruption a augmenté après la pandémie
La petite corruption touche le citoyen lambda dans sa vie quotidienne, notamment quand il s'adresse à l'administration, quand il a besoin d'un simple document ou d'un service. Elle peut prendre plusieurs formes, dont les plus courantes et les plus connues sont les pots-de-vin, le régionalisme et le clientélisme. Tout le monde connaît la grande corruption impliquant de grands dossiers et des contrats juteux contrairement à la petite corruption qui perturbe la vie du citoyen. Le grand risque, c'est qu'elle est banalisée, nous fait savoir dans une déclaration Fathi Chafroud, président de l'Association tunisienne des contrôleurs publics (Atcp)
Cette étude a aussi pour but de mettre pleins feux sur ce fléau, son impact sur la vie quotidienne et vise à identifier les défaillances au niveau de la lutte pour arriver aux recommandations susceptibles de réduire la petaite corruption qui frappe toutes les catégories de la société. Ce comportement impacte les personnes vulnérables et discrédite l'administration, fait augmenter le risque de défiance à l'égard de l'Etat et encourage les agressions contre le domaine public, ajoute la même source.
L'étude a porté sur l'augmentation de la corruption en Tunisie, les secteurs les plus touchés par ce fléau, les raisons et les causes derrière ce fléau, l'évaluation des organismes de lutte contre la corruption et la présentation des recommandations à même de réduire les comportements de corruption. Mille personnes ont été soumises l'année écoulée à des questionnaires pour le besoin de cette étude (56% représentant la gent masculine et 44% la gent féminine). La majorité est d'un niveau secondaire (52%), suivie par ceux issus des milieux universitaires (31%).
Les conclusions de l'étude confirment ce que les Tunisiens savent déjà à travers les statistiques présentées par l'Instance nationale de lutte contre la corruption (Inlucc). 86% pensent que la corruption est en progression depuis 2020. Ce taux était de 76% selon la première étude élaborée par l'Atcp en 2014. 55% des personnes soumises à l'enquête ont souligné que la corruption a augmenté suite à la propagation de la pandémie en 2020. A Sfax et Sousse, ce taux est encore plus élevé ( 60 et 70%). Dans la plupart des cas, on trouve la catégorie des fonctionnaires (49%) qui caracolent en tête des sondages. Ce sont eux qui n'hésitent pas à faire le premier pas et demander un pot-de-vin contre un service rendu.
Les secteurs les plus touchés
Pour les secteurs les plus touchés par la corruption, l'étude épingle celui de la sécurité (50%), suivi du secteur de la santé (20%), les collectivités locales (14%) et les diverses institutions publiques (10%).
Toujours dans le registre des statistiques, 19% des personnes ont déclaré avoir versé des sommes d'argent à des personnes tierces en échange d'un service. Un taux en conformité avec l'Indice de perception de la corruption 2019, établi par Transparency International, ce qui place la Tunisie au même rang que l'Afrique du Sud, la Bulgarie, le Panama et la Colombie.
Cette pratique est courante chez nous, mais ceci s'appelle aussi de la petite corruption, communément appelée «bakchich». Au moins une personne sur cinq, âgée de plus de 18 ans a payé un pot-de-vin en 2020. Les hommes avec 76% devancent les femmes (24%). Selon l'étude, 570 millions de dinars est la somme totale des pots-de-vin versés dans divers secteurs en 2020 par 1.5 million de Tunisiens. Une augmentation de 21% par rapport à 2014. Toutefois, la gent féminine subit d'autres formes de corruption qui sont plus graves. Elles sont caractérisées par le harcèlement et le chantage sexuel.
Taux d'Insatisfaction: l'ARP en tête
L'étude s'est encore penchée sur les taux d'insatisfaction à l'égard des diverses structures œuvrant dans le domaine de la lutte contre la corruption. Sans surprise, l'ARP arrive en tête avec 82%, suivie des structures organisationnelles (78%), les institutions éducatives (71%), l'Inlucc (69%), les organismes sécuritaires (65%), les médias (66%), la justice (62%) et la société civile en bas du tableau avec 62%.
Pour contrer efficacement la corruption, 86% sont pour l'application rigoureuse de la loi, la mise en place de mécanismes favorisant un contrôle strict (84%), le développement de l'administration électronique (78%), la sensibilisation à la lutte contre ce fléau (72%). Il est à noter que 93% refusent de signaler les affaires de corruption alors que 73% n'ont jamais entendu parler des instances de lutte contre la corruption. A méditer pour certains organismes de lutte et de contrôle qui ne font que passer leur temps à étaler des activités fictives sur les ondes des radios et les plateaux de télévision.
Il faut renforcer l'écosystème de la lutte et pallier les faiblesses des structures de contrôle et de lutte contre la corruption et gagner beaucoup plus en visibilité dans le cadre de cette lutte, a rappelé à cette occasion la représentante de la Ncsc, Autheman Violaine, qui a regretté le fait que les ONG de lutte restent méconnu par les citoyens, ce qui a conduit à leur désengagement de cette cause. Ceci se traduit par le faible nombre des personnes disposées à dénoncer la corruption (estimé à 5%, selon l'étude).
Parmi les recommandations préconisées, une profonde compréhension de ce phénomène, un engagement politique réel et fort en matière de lutte, la restructuration de la gestion administrative sur les principes de la transparence et de l'intégrité, la simplification des procédures administratives, la digitalisation des services et le parachèvement du cadre juridique et réglementaire de la lutte contre la corruption.
Depuis sa création, l'Atcp a accordé une grande importance au sujet de la lutte contre la corruption.
Cette importance est due en premier lieu à l'implication des contrôleurs dans l'investigation des cas de fraude et de corruption dans les structures publiques. L'association s'est engagée aussi à renforcer les capacités de ses membres en la matière ainsi que celles des associations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.