Tunisie – Monastir : Arrestation d'un enseignant pour éloge du terrorisme    Fitch Ratings : La conjoncture fragilise les institutions financières non bancaires tunisiennes    Bourse de Tunis : Le Tunindex à l'équilibre    Amical : Le CA et le CR Belouizdad se quittent sur un match nul (1-1)    FTF : Nouvelles nominations à l'EN juniors et la DNA    Tunisie – FMI : Engagement à appuyer la réforme du système fiscal tunisien    Nabeul De fortes pluies causent le blocage de certaines routes    Le PDL dénonce un complot visant à assassiner Abir Moussi    France : On refoule toujours les "étrangers" à la plage, la gauche dénonce, motus chez Macron    Gabès: Non-lieu pour l'équipage du navire « Xelo »    Sfax: 10 enseignants traduits devant le conseil de discipline (Vidéo)    Baisse des investissements déclarés de près de 60% en deux ans    Non-lieu pour la complice de Rached Khiari    5 employés de la société SELECTA traduits en justice pour leur activité syndicale    75 ans d'Inde progressiste    Refus de libération de la mairesse de Tabarka    Nizar EL BEZ, expert en entrepreneuriat et Directeur marketing de Yalla Fid, à La Presse : « Il est temps que le label ''Made in Tunisia'' ressuscite des ruines de Carthage »    Vient de paraître «Gens de boxe» de Pierre Ballester : Azdine Ben Yaâcoub, l'Arabe du coin    Tunisie: En ces temps difficiles, soyons tous des citoyens responsables    Signature du mémorandum d'accord d'un jumelage entre la Municipalité de La Goulette et La Municipalité turque de Muratpasa/Antalya    MEMOIRE : Mohamed Sghaier Abid LADEB    Sfax: 8 corps de migrants repêchés à Kerkennah    Tahar Melligi , l'historien des artistes, décédé à l'âge de 86 ans    Arts plastiques : Le festival international de Mahrès reporté    LK'AL ce soir : L'Algérien Mouh Milano à Bizerte    Festival international de Hammamet | « Rboukh » de Hatem Lajmi : Un spectacle complet !    Marcel Khalifé et Bachar Ma-Khalifé rendent hommage à Mahmoud Darwich à Hammamet    Shimizu Shinsuke, ambassadeur du Japon à Tunis: Le Japon, la Tunisie et l'Afrique, de larges perspectives    Tunisie-Blanchiment d'argent: Hausse des déclarations de soupçon    5 choses à savoir sur les nouveaux smartphones pliables Galaxy Z Flip 4 et Galaxy Z Fold 4 de Samsung    Bassem Trifi : la liste des magistrats révoqués était l'initiative de la ministre de la Justice    Tunisie : Les douaniers menacent d'une grève à cette date    Annulation de la grève des boulangeries    Un Tunisien tue un étranger    CONDOLEANCES : Aïcha SOUID    La Commission d'appel reporte son verdict à septembre : La gabegie s'installe de nouveau...    Ons Jabeur abandonne le tournoi de Toronto sur blessure    Super League africaine : coup d'envoi de la compétition en août 2023    Europa League (3è tour retour): le programme de ce jeudi    Orange Tunisie expérimente à nouveau la technologie 5G dans le domaine de la Culture    Météo : Temps stable et températures entre 30 et 40 degrés    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 : Sarra Hamdi en Bronze    Tahar Melligi est décédé    Patatras : Lotfi Abdelli ne s'exile plus, il remet ça avec la protection des policiers    Le secrétaire américain à la défense : les USA soutiendront leur amis en Tunisie    Une marque lance un ''sac poubelle'' à 1700 euros    Un nouveau virus inquiétant détecté    Tribune | Mon message d'Hiroshima    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Kairouan: Chômage, l'éternel problème des jeunes
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 06 - 2022

Vivre à Chebika, en étant chômeur et oisif, c'est piétiner dans du néant en attendant la mort pendant 50 et 60 ans. Quelle absurdité !
Quarante pour cent de la population du gouvernorat de Kairouan ont moins de 35 ans. Autrement dit, on peut avancer, sans se tromper, que c'est une population jeune. Cette jeune génération n'est pas toujours satisfaite de son environnement qu'elle critique d'une manière ou d'une autre.En effet, en dépit de tous les efforts fournis par les responsables à tous les niveaux, des soucis préoccupants subsistent tels que l'abandon scolaire, le manque de loisirs, la délinquance, l'échec scolaire, le phénomène du suicide qui va crescendo et surtout le taux du chômage.
Décevant !
Et si certains diplômés du supérieur, n'ayant pu décrocher un emploi stable, arrivent à se débrouiller pour obtenir leur argent de poche, d'autres font tout pour subvenir à leurs besoins quotidiens, et ce, en commettant des délits et des vols à l'arraché ou en adhérant à des réseaux d'immigration clandestine.Ali Farhani, 35 ans, et Nader Selmi, 26 ans, deux jeunes diplômés au chômage, sont pessimistes quant à l'avenir de la jeunesse tunisienne. Nous les avons rencontrés à Chebika, affalés sous un olivier, en train de jouer aux cartes. Désabusés, ils estiment que l'ambiance générale dans le pays est devenue morose et déprimante à cause d'une économie en berne, du développement de la mentalité corporatiste, de la hausse vertigineuse des prix des produits de consommation et du taux élevé de la violence. «En outre, les décideurs politiques, qui ont tourné le dos aux jeunes, vaquent à leurs futures échéances électorales et se chamaillent sur les plateaux radio et télé. En fait, nous vivons dans un environnement hostile et une conjoncture difficile en matière d'études et d'emploi, et ce, à cause de beaucoup de passe-droits, d'absence d'efficacité dans le traitement des dossiers des citoyens, d'absence de transparence dans les concours et les recrutements. Et d'ajouter, « c'est pourquoi nous ne reconnaissons plus notre pays que nous avons envie de quitter une fois pour toutes. Bref, notre espoir pour les élections du 17 décembre 2022 c'est que la Tunisie redevienne comme avant, un havre de paix et de sécurité, de tolérance et de vraie démocratie, ce qui nous fera oublier les sentiments de peur, de méfiance et d'insécurité».
Aucun moyen de loisirs !
Leur camarade, Adel Farmassi, 27 ans, qui n'a pas terminé ses études supérieures, à cause de son échec, renchérit : «Ici, dans ce milieu rural, on se sent diminués et marginalisés par rapport aux jeunes citadins qui ont la possibilité de s'épanouir et de s'émanciper ». Pour lui, vivre à Chebika, en étant chômeur et oisif, c'est piétiner dans du néant en attendant la mort pendant 50 et 60 ans. Quelle absurdité ! « Des années se répètent sans aller nulle part. J'espère que l'année 2023 sera porteuse d'espoir avec surtout le dénouement de la crise provoquée par quelques syndicalistes et politiciens que se prennent pour le nombril du monde et qui ne reconnaissent aucune ligne rouge dans leurs revendications», note-t-il. A Kairouan, on manque d'espaces culturels et d'aires de loisir. La maison des jeunes est presque désertée et le complexe culturel Assad Ibn El Fourat souffre de beaucoup de lacunes et il n'est sollicité que pendant de rares festivités, plutôt modestes. De ce fait, les publinets, les cafés et les salles de jeux sont devenus l'échappatoire pour la classe juvénile.Et avec la canicule bien installée, la fermeture de la seule piscine municipale pour cause de travaux de restauration qui traînent depuis plus de 4 ans, les jeunes cherchent par tous les moyens à se rafraîchir quitte à courir à leur perte.
Ainsi, le 30 mai dernier, 7 jeunes collégiens de la zone rurale Aouled Khlif (délégation de Haffouz) ont décidé de se rafraîchir dans une source à proximité du Barrage El Houareb. Malheureusement, l'un d'eux, Samir âgé de 12 ans, a trouvé la mort, s'étant embourbé dans la boue et ses amis n'ont pu l'aider à en sortir. Le lendemain, tous les villageois de Aouled Khlif ont organisé un sit-in de protestation pour exiger des responsables locaux la construction d'une clôture autour de cette source de la mort qui a déjà fait 7 jeunes victimes, faute de protection...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.