Ahmed Souab : Mehdi Ben Gharbia est le bouc émissaire parfait !    Le Président Kais Saied [VIDEO]: « Nous lancerons un dialogue national impartial pour soulever ces questions »    Ephéméride – 20 octobre 2011 : Les rebelles islamistes assassinent Mouammar Khadafi    UEFA Europa Conference League : L'AS Roma de Mourinho humiliée 6-1    Europa League : Aymen Abdennour, consultant chez Bein Sports    Monde- Daily brief du 21 octobre 2021: La Turquie menace d'expulser 10 ambassadeurs occidentaux    Analyse financière : La dernière notation Moody's fait exploser le coût des titres de dette tunisienne à l'international    Une résolution du Parlement européen "pas trop mauvaise" pour Kaïs Saïed    Vient de paraître - Un nouveau recueil poétique de Abdelaziz Kacem : «Quatrains en déshérence»    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    Qui est Hassan Bedhief conseiller du président de la République chargé des Affaires économiques ?    "Rouhaniyet" Nefta sous le signe "Hanin" du 4 au 7 novembre 2021    Ligue 1(CS Sfaxien) : le Mauritanien Ismail Diakité officiellement qualifié    Abir Moussi: Je suis celle qui a révélé aux tunisiens ce qui ce passait à l'ARP    Le Yachting Festival de Gammarth, du 21 au 24 octobre, au Port Marina de Gammarth    Le Parc d'activités économiques de Zarzis s'ouvre à l'investissement des TRE    La bibliothèque présidentielle: une institution américaine    Quel avenir pour la culture du colza en Tunisie ?    Moody's baisse la notation des dépôts bancaires à long terme de quatre banques tunisiennes    Les ministères de l'Equipement et des Domaines de l'Etat veulent mieux coopérer    Tunisie Covid-19 : Vaccination complète pour 66% de la population âgée de 75 ans et plus    Ami Assurances : Pas d'obligation d'OPA pour la BNA    Crise de l'huile subventionnée à Sfax, le directeur régional du commerce se prononce    Des avocats manifestent pour demander la libération de Seïf Eddine Makhlouf    Reportage photo Sfax, la capitale du Sud, une poubelle à ciel ouvert    UEFA Champions League : Equipe type de la J3    Ministère des Affaires Sociales: Versement des aides scolaires et universitaires très prochainement    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    Kébili: Manifestation des agents de la société l'Environnement, de Plantation et de Jardinage    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    Barcelone vs Dynamo Kiev : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La genèse d'un processus
Conseil supérieur de la magistrature
Publié dans La Presse de Tunisie le 30 - 04 - 2017

«Le gouvernement s'engage à appuyer le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) réuni la veille pour la première fois», a assuré hier le ministère de la Justice.
Le Conseil supérieur de la magistrature s'est réuni vendredi pour la première fois en présence de 39 membres.
Cette première réunion intervient en application des dispositions de l'article 4 de la loi organique n°2017-19 amendant et complétant la loi organique n°2016-34 portant création du CSM.
Le président de l'Assemblée des représentants du peuple, Mohamed Ennaceur, avait convoqué, mardi dernier, les membres du Conseil supérieur de la magistrature à se réunir.
Selon l'article 4 de cette loi, «le président du Parlement doit convoquer la première réunion du CSM (...), et ce, dans un délai de sept jours à partir de l'entrée en vigueur de cette loi».
«Le gouvernement s'engage à appuyer cette institution constitutionnelle et à la doter de tous les outils et moyens nécessaires à même de lui permettre de s'acquitter pleinement de sa mission», lit-on dans le communiqué du département de la Justice.
Rendue publique au Journal officiel de la République tunisienne (Jort) dans son 31e numéro en date du 18 avril 2017, la loi organique amendant et complétant la loi organique n°2016-34 portant création du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) a été promulguée le même jour par le président de la République, Béji Caïd Essebsi.
Au milieu des contestations de nombre de députés et de professionnels du secteur, l'Assemblée des représentants du peuple (ARP) avait adopté le 28 mars dernier en plénière le projet de loi organique amendant et complétant la loi organique n° 2016-34 du 28 avril 2016 relative au CSM à une majorité de 120 voix pour, 2 contre et 12 abstentions.
Lors du vote du projet de loi, les groupes parlementaires de l'Union patriotique libre (composante du Front du salut) et du Front populaire et le Bloc démocrate se sont retirés de la plénière pour signifier leur rejet du projet de loi en question.
L'Instance provisoire de contrôle de la constitutionnalité des projets de loi (Ipccpl) avait reçu, le 3 avril 2017, une demande de recours collectif lancée par un groupe de députés pour contester la constitutionnalité de loi organique n°2017-27 amendant et complétant la loi portant création du Conseil supérieur de la magistrature (CSM).
Déposée par 37 députés, la demande de recours a été accompagnée par un ensemble d'arguments justifiant l'inconstitutionnalité du projet de loi en question et les violations des dispositions du préambule et de 15 articles du texte de la Constitution.
Selon le député Mourad Mraïdi (Front populaire), ce recours conteste le lancement par le gouvernement d'une initiative législative sur une loi organique exécutoire. «Il est inconcevable d'amender une loi pour régler une crise politique provoquée», avait-il déploré.
La promulgation de cette loi organique intervient à la suite de la décision de l'Instance provisoire de contrôle de la constitutionnalité des projets de loi de soumettre le projet de loi amendant et complétant la loi sur le Conseil supérieur de la magistrature au président de la République, à défaut de quorum.
L'absence de quorum intervient sur fond du départ à la retraite du président et du deuxième vice-président de l'Instance et de la validation de la demande de récusation déposée par un autre membre de l'Ipccpl, Sami Jerbi.
L'Association des magistrats tunisiens (AMT) a dit, mercredi dernier, regretter la décision du président de la République de promulguer la loi amendant et complétant la loi organique n° 2016-34 sur le Conseil supérieur de la magistrature.
«En dépit des recours déposés auprès de l'Instance provisoire de contrôle de la constitutionnalité des projets de loi par 37 députés, le projet de loi organique amendant et complétant la loi organique n° 2016-34 sur le CSM a été promulgué», s'indigne le bureau exécutif de l'ATM dans un communiqué.
«La promulgation par le président de la République de la loi amendant et complétant la loi organique n° 2016-34 sur le CSM risque de compromettre la stabilité de l'institution et l'indépendance de la magistrature», avertit l'AMT.
L'Association des magistrats tunisiens avait demandé dimanche dernier au président de la République de ne pas promulguer la loi amendant la loi relative au Conseil supérieur de la magistrature.
Selon elle, l'amendement de la loi sur le CSM a pour dessein de porter atteinte à l'indépendance du Conseil.
Depuis l'annonce en novembre 2016 des résultats des élections du Conseil supérieur de la magistrature, la première séance du conseil n'a pas pu, jusqu'à ce jour, se tenir en raison de divergences concernant principalement le quorum de la première séance et les nominations des magistrats au CSM. Trois membres du Conseil supérieur de la magistrature avaient annoncé, le 20 janvier 2017, le lancement d'une initiative pour aplanir les difficultés qui entravent la mise en place du Conseil. Appuyée par 29 sur 41 membres du CSM, cette initiative a été proposée par le premier président du Tribunal administratif, Abdessalem Mehdi Krissiaâ, du président du Tribunal immobilier, Radhouane Ouarthi, et du vice-président de la Cour des comptes, Noureddine Zaouali.
Parallèlement, le gouvernement avait proposé une initiative législative composée de trois articles pour résoudre la crise du CSM.
La Commission parlementaire de la législation générale avait adopté le 14 mars 2017 le projet de loi organique amendant et complétant la loi portant création du Conseil supérieur de la magistrature dans son intégralité.
Lors d'une plénière de l'ARP, le 24 janvier dernier, le ministre de la Justice avait déclaré que «le gouvernement sera dans l'obligation de proposer des solutions, si la crise du CSM persiste».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.