Libye: L'ONU fixe un délai pour choisir une autorité exécutive    La députée du Parti Ennahdha Meherzia Labidi n'est plus    Tunisie: L'ANETI: Offres d'emploi en Allemagne    Tunisie: La Direction Régionale de la Santé de l'Ariana recrute    COVID-19 Sousse, situation au 21 Janvier: 163 nouveaux cas et 9 nouveaux décès    Moncef Marzouki rend hommage à Meherzia Laabidi    Coronavirus : 68 décès supplémentaires et 2511 nouvelles contaminations en 24 heures    France: L'étudiante sénégalaise disparue brise le silence pour la première fois    Météo: Pluies attendues à partir de cette nuit dans le nord et localement le centre    Dernière minute : Meherzia Labidi n'est plus    Le message émouvant de Farah la fille Meherzia Labidi à sa Maman    Meherzia Labidi est décédée : la voix tonitruante d'Ennahdha au Bardo    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    Remaniement ministériel : L'ATGEC dénonce le non respect d'égalité des chances entre homme et femme dans les postes de décision    De Trump à Biden: la force de la symbolique    L'UTAP appelle le ministère de l'Agriculture à prendre des mesures urgentes pour sauver la saison    Covid-19 | Campagne nationale de vaccination : 100 mille citoyens déjà inscrits    CAN U17 – Qualifications : La Tunisie fait le job contre la Libye    Hichem Anane présente le nouveau format de la facture de la STEG    Ligue 1 (9 journée) : le match Espérance-STunisien à El Menzah, à 14h00    Le CCIH organise une résidence artistique "Imagine Music" à l'occasion du Sommet de la francophonie en Tunisie    Festival de la chanson tunisienne 2021: 35 artistes confirmés et émergents sont nominés    Stade Tunisien : Dix joueurs testés positifs au Covid-19    Alya Djamal, la doyenne de RTCI    Wifak Bank remporte le prix "Best Islamic Corporate Bank Tunisia 2020" par Global Banking & Finance Review    La Banque de Tunisie réaffirme sa capacité à surmonter la crise    En vidéo: Leonida, artiste musulmane et française, répond à l'islamophobie en chantant    NEWS: L'USM sur Jassem Hamdouni    Mini-Football – Championnat national des féminines: Un championnat à 17 équipes    Handball – Mondial d'egypte – La Tunisie éliminée: Il fallait s'y attendre !    CONDOLEANCES: Mohamed Moncef MAATOUG    CONDOLEANCES: Ali BAAZAOUI    Kerim Bouzouita : « Les sondages ne votent pas »    Basket – Equipe nationale : Salah Mejri réintègre le groupe    Dépréciation du dinar face aux principales devises étrangères    Ayoba: Une appli de messagerie africaine gratuite qui protège la vie privée    Présidence de la République: démenti des déclarations attribuées à Kaïs Saïed    PERSPECTIVES: Adhérer massivement à la révolution industrielle    The Voice Belgique: Un candidat tunisien impressionne le jury    Au moins deux morts dans une forte explosion d'un immeuble au centre de Madrid    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Dans une capitale sous haute surveillance, le nouveau président des Etats Unis Joe Biden prête sement    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    Spectacle Felliniana hommage au grand réalisateur Federico Fellini en streaming gratuit    Les films tunisiens "Un Fils" et "L'Homme qui a vendu sa peau" primés au festival des Lumières de la Presse Internationale    Programmes confinés: Savoir adapter le vivant au numérique    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jusqu'où ira la grogne ?
DES VOIX DISCORDANTES SE FONT ENTENDRE À ENNAHDHA
Publié dans La Presse de Tunisie le 12 - 08 - 2017

A Ennahdha, les opposants à la ligne de Rached Ghannouchi ne mâchent plus leurs mots, dénoncent les erreurs répétées du président du parti et annoncent qu'ils ne se tairont plus. Iront-ils jusqu'à quitter le parti ? On attend comment Ghannouchi va apaiser les tensions et faire oublier ses bombes lâchées dans une interview à Nessma TV
«Youssef Chahed pourrait être le candidat d'Ennahdha à l'élection présidentielle 2019. D'ici cette échéance, beaucoup d'eau pourrait couler sous les ponts et beaucoup d'alliances et de ruptures pourraient se produire. Ennahdha n'est pas condamné à refaire les mêmes erreurs commises en 2014 quand on a couru vainement derrière un candidat consensuel au Palais de Carthage pour décider, enfin, de laisser quartier libre à nos militants qui ont fini par voter Moncef Marzouki. Ce dernier est, aujourd'hui, en train de nous coller des accusations qui peuvent nous envoyer en prison».
C'est Abdellatif Mekki, membre du Conseil de la choura d'Ennahdha, ancien ministre de la Santé sous les deux gouvernements de la Troïka et l'un des chefs de file du mouvement de contestation couvant au sein d'Ennahdha depuis le congrès de Hammamet qui parle ainsi.
Et quand Mohamed Ben Salem et Samir Dilou, sans oublier Abdelhamid Jelassi, rejoignent Abdellatif Mekki dans ses analyses et ses réactions à l'interview-événement accordée le 1er août par Rached Ghannouchi à Nessma TV, on ne peut plus parler «d'un débat démocratique ou de liberté d'opinion ou de diversité d'analyse constituant la force d'Ennahdha et sa capacité depuis la période de la clandestinité à gérer avec doigté les désaccords et les divisions entre ses militants et ses cadres» comme ont continué à le souligner ceux qui sont convaincus qu'Ennadhaha est prémuni contre la division ou pour utiliser le terme implosion qui semble déranger même les adversaires irréductibles du parti de Montplaisir. Abdellatif Mekki a sauté le pas et il reconnaît : «Oui, il existe au sein d'Ennahdha un courant opposé à Rached Ghannouchi et à sa façon de gérer le parti. Les membres de ce courant ne contestent pas la légitimité historique de notre cheikh ni son aura et son charisme personnels. Mais, ils ne sont pas disposés à le laisser commettre les fautes qui peuvent menacer l'existence même du parti.
Au cours du congrès de Hammamet, nous avons déjà mis en garde contre l'amendement du règlement intérieur qui ouvre la voie aux dérives et aux erreurs. Quand on accorde au président du parti le droit de nommer les membres du bureau exécutif et du bureau politique, on ne fait qu'ouvrir la voie aux décisions qui plaisent maintenant à ceux qui entourent le cheikh et qui sont dans sa grâce, mais qui finiront par nuire à l'unité du parti et à sa cohésion légendaires».
Riadh Chaiibi est-il un exemple ?
Les propos d'Abdellatif Mekki sont crus et d'une limpidité rare parmi les leaders nahdhaouis qui ont osé jusqu'ici s'exprimer publiquement et dire que tout ne se passe pas merveilleusement.
Toutefois, il ne rompt pas encore le cordon ombilical qui le lie à Ennahdha comme l'ont déjà fait Riadh Chaiibi et ses amis qui ont quitté le mouvement pour créer leur propre parti, «le parti de l'édification nationale», et aussi Hamadi Jebali, l'ancien secrétaire général d'Ennahdha et premier chef du gouvernement de la Troïka I.
Aujourd'hui, il est installé à Sousse et il se contente de publier régulièrement des déclarations dans lesquelles il adresse des critiques virulentes à son ancien parti et nous rappelle que son projet de création de son propre parti est toujours d'actualité.
Et même les graves accusations dont l'a accablé Moncef Marzouki sur Al Jazeera ne l'ont pas dévié de son attachement à lancer un jour ou l'autre son propre parti.
Les observateurs qui vibrent à ce que disent les ténors d'Ennahdha et aussi à ce que ne disent pas ces mêmes ténors se demandent le plus légitimement où va Ennahdha. L'heure de l'implosion ou de l'émergence du courant Mekki-Ben Salem-Dilou a-t-elle sonné ?
Ghannouchi peut-il encore récupérer les mécontents comme il l'a fait avec Abdelfattah Mourou et leur réserver une place au sein d'Ennahdha en tant qu'une aile en prenant exemple sur François Mitterrand qui a réussi à intégrer les gens du Ceres (Rocard, Chevènement et les autres) au sein du Parti socialiste français ?
Toutes ces questions agitent la scène politique nationale en attendant les réactions de Ali Laârayedh qui garde toujours le silence, Noureddine B'hiri qui attend la fin des vacances parlementaires pour s'assurer qu'il continuera à présider le bloc parlementaire nahdhaoui, et aussi Zied Laâdhari, le secrétaire général issu du congrès de Hammamet qui se terre au ministère du Commerce et assiste impuissant à la hausse vertigineuse des prix et fait ce qu'il peut pour que les produits turcs ne dégagent pas définitivement les produits nationaux de nos marchés.
Que faut-il faire maintenant pour qu'Ennahdha répare les dégâts qu'il est en train d'endurer du fait «de l'erreur médiatique» commise par Ghannouchi ? On s'attend à ce que Lotfi Zitoun, le conseiller n°1 du cheikh, publie un statut sur Facebook pour rectifier le tir et nous indiquer ce qu'il faut retenir de l'interview de Ghannouchi et de ce qu'il faut en oublier.
En attendant les mises au point qui rectifieront les déclarations de Abdelkarim Harouni, président du Conseil de la choura, Rached Ghannouchi est allé rencontrer Noureddine Taboubi, secrétaire général de l'Ugtt, pour «dresser un état des lieux de la situation générale dans le pays», comme l'indiquent les deux communiqués publiés par Ennahdha et l'Ugtt.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.