Najla Bouden préside un conseil ministériel sur l'ensemble des projets en cours    Noureddine Taboubi : la troisième voie s'avère être la bonne    Tunisie-UGTT: La prise de position du dialogue national, au cœur d'une réunion du Conseil sectoriel    Membre de l'UTAP : « La réunion présidé par Abdelmajid Ezzar est illégale »    Libre accès des femmes aux soins d'obstétrique et d'accouchement: l'appel de la société civile à l'abrogation de la circulaire de 2000    Ligue 2 (Super play-off) : Le Stade tunisien champion    Tunisie : Le Front du salut dénonce "l'autorité de Saied et sa prise de décisions unilatérales"    Pourquoi | Anticiper…    Zarzis | Préparation de la saison touristique : Beaucoup de choses restent à faire    Ben Arous : La récolte céréalière estimée à 174 quintaux    Programme de formation « Takween » jusqu'à 2026 : Tous les diplômés sont concernés    Partis politiques : Entre relooking, alliances éphémères et repositionnements    Sonede | Perturbation récurrente de la distribution de l'eau : L'eau au bout de la souffrance    USA-Maison Blanche : Candidats aux postes clés au sein de l'administration Biden    Joey R. Hood nommé ambassadeur des Etats-Unis en Tunisie    Othman Jerandi s'entretient avec Farouk Bouasker    Tataouine-sécheresse : Ça craint pour la récolte    Tunisie: Les barrages remplis à 50,6 %    Monde-Variole du singe : L'OMS prévient du pire    Sfax étouffe !    Ligue 1 | play-off – 6e journée – USM : Sur sa lancée !    Finales Conférence Ouest NBA : Les Warriors font le break devant les Mavericks    Basket Pro A : Programme de la 9e journée play-out    Ligue 1 : L'ASSE et Khazri pour la dernière chance du maintien à Nantes    La Russie punit la Finlande et coupe le gaz après l'électricité    Foot-Europe: le programme du jour    L'armoire à Trophées d'un expatrié : Laidouni rafle trois titres en deux saisons    Une espérance ragaillardie… : Au-delà de la victoire !    Météo : temps estival    Offcieil : Joey R. Hood, nouvel ambassadeur US en Tunisie    Sousse : Le nombre des arrivées et nuitées touristiques en hausse depuis le début de l'année    En marge du colloque de l'Association des Créatrices Arabes « El marâ wa loôbatou el harf fi chîr nizar kabbani », étude de Rafika Bhouri : La quête de la fine poussière d'or    Abassi: La vraie catastrophe, c'est une inflation à deux chiffres    Parution du livre "Journal d'un Jeune Ambassadeur" de l'écrivain prodige Amir Fehri    Kef : Projet de création d'un Géoparc mondial de l'UNESCO    Gafsa: Découverte d'un corps en décomposition    5 symptômes de la Variole du singe    Mahdia : Sauvetage de 44 migrants clandestins    Exposition "Prestige" de Dora Dalila Che du 20 mai au 17 juillet à la station d'art B7L9    Biden reste le gendarme de l'Europe : 40 milliards pour l'Ukraine pendant que l'UE se cache    Un excellent nouveau livre de Hatem M'rad : Les dérives contraires en Tunisie    Dialogues éphémères | Quand science rime avec revanche...    5e édition de l'Envirofest, à la Cité de la culture Chedli-Kélibi, du 20 au 25 mai 2022 : "Watch a movie… save the planet !"    Les droits humains à la tête du client    Météo de ce vendredi    « Le Prix du cinquième jour » de Khaoula Hosni en lice pour le Prix Orange du Livre en Afrique    Paris n'aimera pas le discours de Tebboune chez Erdogan, un ennemi de Macron    La Tunisie accueille 'Phoenix Express 2022'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Le Fifak est un modèle à exporter»
Salif Traoré
Publié dans La Presse de Tunisie le 18 - 08 - 2017

Pour ce réalisateur malien invité en tant que membre du jury international, le festival des cinéastes amateurs est une grande découverte et l'inspire pour faire renaître un cinéma africain de ses cendres.
Etes-vous un des fidèles aux manifestations cinématographiques tunisiennes ?
Je viens en Tunisie depuis 1981. C'était à l'occasion des JCC (Journées cinématographiques de Carthage). A l'époque, je travaillais avec Souleimane Cissé en tant que directeur de production.
Vous êtes venu avec quel film ?
« Fiyen » qui veut dire « le vent ». Avec Cissé, nous sommes revenus en 1990 avec le fameux « Yelen ». Mais c'est en 2007 que j'ai présenté aux JCC mon propre film : « Faro, la reine des eaux »
Qu'avez-vous découvert aux JCC ?
Que les Tunisiens ont une grande culture cinématographique. Mais ma grande découverte c'est ici, à Kélibia. A l'ouverture du Fifak (Festival international du film amateur de Kélibia), cette présence du public m'a « réveillé ». Je me suis dit : « Le rêve est encore possible ».
Et quel est ce rêve ?
Faire du cinéma. Tout simplement.
Est-ce si difficile que ça de faire du cinéma au Mali ?
Il n'y a plus de salles. Il n' y a plus de public. Ce dernier est devenu si distant ! D'ailleurs, je me demande pour qui faisons-nous des films ? Pour la télévision et les festivals, uniquement ?
C'est déjà bien que les télévisions achètent. N'est-ce pas ?
Les télés n'achètent pas. Quand Canal Plus produit sous forme d'un préachat, elle donne, par la suite, le film aux chaînes de télévision africaines à titre gracieux. C'est le deal. Les films sont tout de suite piratés après leur diffusion. Voilà ce qui arrive dans le meilleur des cas.
Et qu'est-ce qui vous a séduit dans l'expérience de la Ftca (Fédération tunisienne des cinéastes amateurs) ?
Cet esprit, cette volonté d'apprendre et cette curiosité. Les jeunes ici en veulent. Le cinéma a une écriture propre et je vois que ces jeunes essayent de se l'approprier. Le Fifak est un modèle que je souhaiterais transporter chez nous, au Mali, et dans toute l'Afrique subsaharienne. Bien entendu, qui dit Fifak dit Ftca et tout son programme de formation.
Si nous avions bien compris, chez vous, le besoin se ressent en matière de formation. Comment cela se fait ?
Au Mali, il existe une seule école et qui n'est pas spécialisée. Il s'agit du Conservatoire des arts. Il y a une autre école au Burkina Faso : l'ISIS (Institut supérieur de l'image et du son) et une troisième au Bénin. Dans toute l'Afrique subsaharienne, il n'y a que trois écoles. Encore faut-il que ces dernières offrent la formation qu'il faut. Car, une école, ça coûte cher. Il lui faut du matériel qu'elle doit renouveler à chaque fois, selon les évolutions des technologies.
Que font la plupart des gens pour étudier le cinéma ?
Ils vont en Afrique du Sud ou au Maroc.
Un accord de partenariat a eu lieu entre la Ftca et le milieu cinématographique d'Afrique subsaharienne. Etes-vous impliqué ?
En effet, il y a eu des négociations sérieuses avec le réalisateur sénégalais Moussé Touré. Une première installation aura lieu à Dakar. La deuxième se tiendra au Mali.
Que voulez-vous dire par « installation » ?
Il s'agit d'« installer » la réplique du Fifak dans ces pays qui en ont besoin.
Que pensez-vous des films tunisiens que vous avez vus lors de cette 32e édition du Fifak ?
J'ai été agréablement surpris par ces films projetés dans le cadre de la compétition nationale et qui méritent de concourir dans la section internationale tellement ils sont bons. On sent que derrière ces courts métrages, il y a une écriture et que la fédération a mis le paquet dans la formation. C'est clair, la Ftca veut que ces jeunes grandissent petit à petit en gardant les pieds sur terre. Je crois que je vais emboîter le pas à Moussa Touré et transmettre le modèle. Il est temps de donner un coup de fraîcheur à ce qui a été déjà construit chez nous en matière de septième art.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.