Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    Remaniement ministériel : L'ATGEC dénonce le non respect d'égalité des chances entre homme et femme dans les postes de décision    De Trump à Biden: la force de la symbolique    Tunisie : Les soldes d'hiver commencent à partir du 29 janvier 2021 et se poursuivront jusqu'au 11 mars 2021    L'UTAP appelle le ministère de l'Agriculture à prendre des mesures urgentes pour sauver la saison    Covid-19 | Campagne nationale de vaccination : 100 mille citoyens déjà inscrits    CAN U17 – Qualifications : La Tunisie fait le job contre la Libye    Ligue 1 (9 journée) : le match Espérance-STunisien à El Menzah, à 14h00    Hichem Anane présente le nouveau format de la facture de la STEG    Le CCIH organise une résidence artistique "Imagine Music" à l'occasion du Sommet de la francophonie en Tunisie    Festival de la chanson tunisienne 2021: 35 artistes confirmés et émergents sont nominés    Stade Tunisien : Dix joueurs testés positifs au Covid-19    Yassine Ayari : 4 familles monopolisent l'économie et la politique en Tunisie    Alya Djamal, la doyenne de RTCI    Wifak Bank remporte le prix "Best Islamic Corporate Bank Tunisia 2020" par Global Banking & Finance Review    Tunisie-Un blogueur arrêté pour un simple statut Facebook, le Syndicat des Journalistes dénonce [Vidéo]    La Banque de Tunisie réaffirme sa capacité à surmonter la crise    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 21 Janvier 2021 à 11H00    En vidéo: Leonida, artiste musulmane et française, répond à l'islamophobie en chantant    Handball – Mondial d'egypte – La Tunisie éliminée: Il fallait s'y attendre !    CONDOLEANCES: Mohamed Moncef MAATOUG    Le ministère de l'enseignement supérieur appelle les étudiants à regagner les foyers universitaires à partir d'aujourd'hui    Pas d'augmentation des tarifs de la STEG    CONDOLEANCES: Saida SOHLOBJI épouse OUENNICHE    CONDOLEANCES: Ali BAAZAOUI    NEWS: L'USM sur Jassem Hamdouni    Mini-Football – Championnat national des féminines: Un championnat à 17 équipes    Kerim Bouzouita : « Les sondages ne votent pas »    Covid-19: le primat de l'économie et des considérations politiciennes sur la santé    Basket – Equipe nationale : Salah Mejri réintègre le groupe    Dépréciation du dinar face aux principales devises étrangères    Ayoba: Une appli de messagerie africaine gratuite qui protège la vie privée    Présidence de la République: démenti des déclarations attribuées à Kaïs Saïed    PERSPECTIVES: Adhérer massivement à la révolution industrielle    La pénurie d'eau, une menace réelle dans la région de Kairouan    Météo | Temps nuageux et températures stables    The Voice Belgique: Un candidat tunisien impressionne le jury    Coronavirus: Point sur la situation épidémiologique à Nabeul    Tunisie [Photos]: Hospitalisation des premiers patients à l'unité Covid-19 de Jebeniana    Au moins deux morts dans une forte explosion d'un immeuble au centre de Madrid    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Dans une capitale sous haute surveillance, le nouveau président des Etats Unis Joe Biden prête sement    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    Spectacle Felliniana hommage au grand réalisateur Federico Fellini en streaming gratuit    Les films tunisiens "Un Fils" et "L'Homme qui a vendu sa peau" primés au festival des Lumières de la Presse Internationale    Programmes confinés: Savoir adapter le vivant au numérique    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De nouvelles mesures en perspective
A l'occasion des JCC
Publié dans La Presse de Tunisie le 06 - 11 - 2017

Le Cnci prévoit une refonte totale de la philosophie de la production dans le cinéma et le lancement du «Cinéma Lab».
En concomitance avec les Journées cinématographiques de Carthage, ressurgissent les valeurs et les fondements de l'industrie du cinéma du Sud qui — depuis l'époque de Tahar Cheriaâ et Ousmane Sembène — n'ont cessé d'être les moteurs qui animent ce rendez-vous désormais annuel des cinéphiles, professionnels et industriels du cinéma.
Et comme à chaque année, depuis déjà plus d'un demi-siècle, l'image et le son reviennent en force aux devants de la scène culturelle, pour dresser tout un tableau sur lequel se répandent diverses expressions artistiques avec de multiples messages.
Sauf que le diagnostic du développement et la dynamique cinématographique ainsi que les moyens d'assurer une plus grande visibilité du 7e art tunisien à l'international mènent à des constats qui préoccupent encore les acteurs du cinéma dont le premier vis-à-vis demeure le Centre national du cinéma et de l'image (Cnci) siégeant actuellement à La Marsa avant d'être logé en mars 2018 dans les nouveaux locaux de la Cité de la culture.
Dans une interview accordée à l'agence TAP, Chiraz Laâtiri, directrice du Cnci, est revenue sur l'état des lieux du cinéma tunisien, tout en évoquant les grandes réformes envisagées pour les années à venir, notamment en prévision de l'ouverture de la Cité de la culture qui abritera, entre autres, la nouvelle division de la Cinémathèque tunisienne et la direction du cinéma, principal partenaire et grand maillon entre le Cnci et les professionnels du cinéma.
En l'absence d'un cadre législatif transparent qui fixe et gère l'exploitation et la distribution cinématographique, Chiraz Laâtiri, récemment nommée à la tête du Cnci, a dressé l'état des lieux du cinéma national, évoquant de grandes lacunes se rapportant à la législation et à son application.
En tête des causes qui ont abouti à ces lacunes, elle mentionne «le manque d'information sur le pourcentage de la billetterie et les recettes que rapportent les films projetés dans les salles de cinéma», ce qui nécessiterait, selon elle, la mise en place d'un dispositif général de billetterie en ligne qui sera adopté début 2018». A cet effet, le Cnci procédera à «la mise en place des équipements nécessaires dans les salles de cinéma afin d'avoir des données bien claires et tangibles sur le nombre de spectateurs et les recettes».
Cette initiative vise à «relever les défis du cinéma tunisien qui, de l'avis de la plupart des professionnels, en particulier les producteurs et réalisateurs, devra être accompagnée par une amélioration de la subvention annuelle allouée, ce qui permettra de réaliser des œuvres cinématographiques de qualité», a-t-elle avancé.
Avec la problématique qui se pose toujours à son application, actuellement, la loi relative à la subvention publique dans le cinéma est en cours d'amendement en prévision de son adoption prévue pour le mois de février 2018. La subvention financière habituellement versée aux producteurs sera «retranchée sur les recettes que chaque producteur de film payera obligatoirement, au profit du Cnci, à travers le versement, sur des étapes, d'un certain pourcentage de recettes.»
Les larges prérogatives du Cnci, telles que mentionnées dans le décret-loi de 2011, et relatives essentiellement à la mise en place de la politique nationale pour les secteurs du cinéma et de l'image n'ont pas été mises en œuvre. Elles se rapportent entre autres au développement du 7e art comme une industrie, avec tout le soutien qui accompagne les diverses étapes de la réalisation d'un film, allant de la création et l'autorisation de tournage jusqu'à la production, la distribution, la diffusion et les visas d'exploitation.
Selon la directrice du Cnci, une réforme de plusieurs clauses de ce décret-loi est actuellement en phase finale afin de surmonter certaines problématiques en y introduisant de nouveaux textes concernant le guichet unique et qui fixent aussi les montants et les moyens de paiement des subventions.
Selon les estimations du Cnci, la nouvelle loi, qui «sera fin prête début 2018, couvrira essentiellement les autorisations de tournage sur le territoire tunisien, sachant que les demandes d'autorisation seront adressées au guichet unique du centre, qui sera le seul vis-à-vis des industriels du cinéma».
S'agissant des rapports entre le Cnci et la direction du cinéma au sein du ministère des Affaires culturelles, Chiraz Laâtiri a parlé d'une direction qui fera office de «trait d'union et médiation entre le centre et le ministère de tutelle en tant que partenaire stratégique du Cnci».
Evoquant l'absence d'un représentant du Cnci à la commission d'aide à la production cinématographique, la responsable a mentionné «une omission», tenant à préciser que «le centre a déjà exigé auprès du ministère de tutelle qu'il soit associé aux travaux de la commission au titre de l'année 2017 et qu'un représentant permanent y sera dépêché à partir de 2018». Une démarche qui «répondrait à la logique et aux demandes formulées par les professionnels du cinéma», selon ses dires.
Elle a fait état de deux commissions qui examineront les demandes d'aide à la production cinématographique, dont la première est composée d'experts en finances qui se chargent de l'examen des projets présentés. Sur les quatre sessions programmées sur une seule année, seulement 30 projets seront mis à l'examen durant chaque session. Producteurs, réalisateurs, scénaristes et critiques seront représentés quant à eux au sein de la seconde commission.
Selon elle, «la philosophie du soutien à la production dans le cinéma sera marquée par une refonte en profondeur pour consacrer le principe de la transparence, sans pour autant se limiter uniquement au budget public alloué au Cnci qui optera davantage pour des sources supplémentaires de financement auprès des mécènes privés».
Elle a rappelé l'expérience réussie de jeunes cinéastes ayant parvenu par des autofinancements à réaliser des œuvres qui ont fait le tour des grandes manifestations cinématographies mondiales, à l'instar des films «Bonbon» de Abdelhamid Bouchnak (2017) et «The last of us» de Aleddine Slim (2016), seul film tunisien présenté dans la catégorie du meilleur film étranger en course pour les Oscars 2018.
«Cinéma Lab» et un nouveau festival pour enfant
La numérisation des archives du cinéma national se fera dans le cadre de la Cinémathèque nationale, structure relevant du Cnci, qui abritera le patrimoine audiovisuel en veillant à sa préservation, numérisation et à la diffusion des œuvres cinématographiques tunisiennes.
Le Cnci œuvre à ce que la Tunisie disposera d'un laboratoire de numérisation cinématographique au sein de ses différents organes qu'abritera la Cité de la culture. Il sera baptisé «Cinéma Lab» moyennant une enveloppe totale, «actuellement estimée à 3 milliards de dinars, une somme qui sera réservée à la restauration, préservation, promotion et sauvegarde de ce patrimoine», a assuré Chiraz Laâtiri.
Ce prochain né de «Cinéma Lab» devra donner vie à ce patrimoine qui se trouve condamné à être figé, entre les rayons dans les dépôts éparpillés entre le ministère des Affaires culturelles, la Bibliothèque nationale de Tunisie (BNT) et les Laboratoires de Gammarth — où logeait, jusqu'en 1983, la Satpec (Société anonyme tunisienne de production et d'expansion cinématographique) — qui abritent la grande partie de ce patrimoine «qu'il faudrait d'urgence rassembler et répertorier».
Une convention sera signée demain, 7 novembre, entre le Cnci et la BNT en vertu de laquelle le centre procédera à la protection du patrimoine cinématographique national qui sera rassemblé dans les cinq dépôts situés au 8e étage de la BNT, avec l'appui du CNC français (Centre national du cinéma et de l'image animée) et autres institutions universitaires tunisiennes spécialisées dans le cinéma et les archives.
Par ailleurs, le Cnci avait procédé à la restitution des archives du cinéma national qui se trouve en France par le biais d'une convention avec le CNC français qui permettra d'accéder gratuitement à ces archives avant de pouvoir, dans une étape ultérieure, avoir les autorisations d'avoir des copies de ces productions nationales. Cette démarche s'inscrit dans le droit fil de «la reconnaissance mutuelle entre les deux pays et de l'importance de sauvegarder la mémoire nationale de chaque pays et sa restitution à son pays d'origine».
A la lumière du retard dans la réunion de la commission d'acquisition des droits d'exploitation des films au titre de l'année 2017, Chiraz Laâtiri a parlé de plusieurs concertations ayant eu lieu au sein du Cnci, depuis sa récente nomination.
L'ancienne direction — dirigée par Fathi Kharrat sorti en retraite —, «n'a pu vérifier l'existence d'un budget pour la commission de 2017, puisque elle ne disposait pas d'un reliquat du budget pour l'acquisition de nouveaux films par l'actuelle commission». Face à «cette situation contraignante et afin de ne pas annuler les travaux de l'actuelle commission, la solution provisoire était de s'endetter sur une tranche budgétaire des finances prévues pour 2018 afin d'acquérir les films au titre de l'année 2017».
Chiraz Laâtiri compte sur «un retour à la normale de la situation au courant de l'année 2019 qui verra l'attribution d'un budget permanent à la commission d'acquisition des droits d'exploitation des films pour ne plus recourir aux excédents budgétaires, ce qui garantira la continuité du travail quels que soient les responsables».
La 28e édition des JCC verra le lancement d'un projet prometteur pour l'intégration de la formation dans le cinéma dans les écoles de base en Tunisie à travers la création d'ateliers cinématographiques dans les différentes régions du pays afin d'inculquer aux générations futures les bases de la production cinématographique dès leur jeune âge, à travers la réalisation de documentaires qui émanent de la réalité.
Baptisé «Mille et un films», ce projet sera réalisé avec le concours du ministère de l'Education, de la Fondation Rambourg et d'écoles étrangères basées en Tunisie, telles que celles du Canada et des Etats-Unis d'Amérique, qui ont manifesté leur intérêt à s'inscrire dans ce nouveau partenariat», a souligné Chiraz Laâtiri.
Cette nouvelle expérience devra constituer une étape préparatoire avant le lancement en 2019 d'un festival de film pour enfant à portée maghrébine et/ou méditerranéenne.
Outre les réunions périodiques nationales entres les acteurs de l'industrie du film, la promotion de l'image et le rayonnement du Cnci à l'échelle internationale se fera, a priori, à travers la plateforme web du Centre en y introduisant une base de données au profit des producteurs étrangers et en alimentant, régulièrement, le site par, entre autres, des reportages et des nouveautés sur les lieux de tournage.
«Le Cnci projette de bien se positionner à l'international, une fois les conditions seront réunies pour la création d'espaces au sein de certaines manifestations internationales. Le centre s'engage aussi à réaliser le projet de l'industrie numérique créative, dont les bases seront dévoilées dans des prochaines rencontres», a-t-elle conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.