Peugeot dévoile sa nouvelle identité visuelle    Covid-19 | 164 cas confirmés d'infection en milieu scolaire du 23 au 28 février 2021    Tunisie – Coronavirus : Suspicion d'apparition d'une nouvelle souche à Kasserine    Abir Moussi à Béja cette semaine    Les cinq piliers de la BERD en faveur des entreprises tunisiennes pour exporter    Tunisie: La tomate séchée, un produit traditionnel remis au goût du jour (Album photos)    Le CMF recourt à la justice pour sommer Tunisair de publier ses états financiers    Belgacem Tayaa, de nouveau administrateur délégué de Tunisair    Lancement bientôt de la campagne nationale « Tunisie sans déchets »    Ali Kooli : nous avons échappé à une notation plus sévère    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 02 MARS 2021 à 11H00    Nouvelles révélations choquantes autour de la réception des vaccins    Yassine Ayari : Kais Saied n'est pas un Dieu    Comment sortir de la crise économique selon l'Union Tunisienne des Professions Libérales    Concert Mozart par les musiciens et les choristes du Carthage Symphony Orchestra le 13 mars    Badreddine Gammoudi : D'autres parties ont reçu des vaccins et des hauts cadres ont été vaccinés !    Ooredoo Tunisie lance le bouquet OSN Streaming App    OMS : Il est prématuré et irréaliste de penser vaincre le Covid-19 d'ici la fin de l'année    Audition des membres du gouvernement : Sur fond d'instabilité généralisée    CONDOLEANCES    Programme TV du mardi 02 mars    Les nouvelles dates du festival Gabès Cinéma Fen 2021    Championnat d'Espagne (25e journée) : Résultats complets    Grève des jeunes médecins : Des revendications sans réponse    Contrepoint | Inégalités...    Mini-foot | Super league Elite ( 6e journée ) : Arriadh toujours imbattable    Ligue 2 | 5e journée ­- Groupes 3 et 4 : L'ES Djerba, solide leader    News | Adel Chedli rejoint Willy Sagnol    Une nouvelle approche de la recherche scientifique en Tunisie : les recherches terrain    Tunisie-FTH: Les professionnels du tourisme demandent au gouvernement de mettre fin à la politique de deux poids deux mesures    Tunisie [Audio]: Un député d'Ennahdha dément que Rached Ghannouchi ait reçu un vaccin du coronavirus    Ligue 1 : programme de la 15e journée et les arbitres    Météo | Pluies éparses dans quelques regions et températures stables    Tunisie – Deux ambassades ont été autorisées à ramener des doses de vaccin    Sadok Jabnoun compare le scandale des vaccins au Watergate    Les dirigeants ont oublié qu'ils ont des comptes à rendre    Sami Lajmi va tenter d'organiser des spectacles gratuits    Ephéméride : Le 1er mars 1924, Mohamed Daghbaji lança la révolte contre l'occupation française    Le jeune YouTubeur Fekrinho retrouvé mort à Oran    Real Madrid vs Real Sociedad: chaines qui diffusent le match de Liga Espagnole    Officiel en Algérie : Le parlement sera dissous aujourd'hui    Aucun site classé patrimoine mondial depuis 1997, Habib Ben Younes tire la sonnette d'alarme    "Je découvre mon pays" un projet culturel ambitieux en Tunisie soutenu par le programme "Tfanen"    Habib Bouhaouel nous quitte : un journaliste de talent et un caricaturiste redoutable    Exposition personnelle d'Ismaïl Bahri à la galerie Selma Feriani: Chroniques de l'invisible    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les prémices d'une bonne récolte
Campagne de cueillette des olives
Publié dans La Presse de Tunisie le 17 - 11 - 2017

Des mesures ont été prises afin de garantir les meilleures conditions pour la cueillette
Après deux saisons caractérisées par une faible production d'olives, la saison 2017-2018 paraît très prometteuse puisque les techniciens du Crda estiment la récolte à 122.000 tonnes (soit 22.000 t d'huile) contre 68.000 t l'année dernière.
Le gouvernorat de Kairouan compte 7 millions d'oliviers couvrant une superficie de 150.000 ha répartis en plusieurs variétés dont 85% sont de type Chamlaly, 10% Oueslati et et 5% Chetoui.
En outre, beaucoup d'oliviers sont millénaires et remontent à l'époque romaine. C'est pourquoi ils révèlent une dimension socioéconomique et culturelle qu'on peut constater ces jours-ci, dans toutes les délégations où on a démarré la cueillette, le 4 novembre, dans une ambiance de fête et de remue-ménage.
Dans les différentes oliveraies dont celles situées à Haffouz, on constate la présence de jeunes femmes ayant pris position sous les oliviers et qui procèdent à la cueillette à l'aide de cornes naturelles pour éviter le plus possible la chute des feuilles. Et les hommes font le même travail sur des échelles, le tout agrémenté par des chansons traditionnelles, des youyous de joie et l'odeur du thé noir, dénotant le bonheur des uns et des autres. Puis, on passe aux séances de dégustation, de détente et de rencontres entre différentes générations dans un gouvernorat comme celui de Kairouan où on vénère l'huile d'olive à la qualité irréprochable avec un taux d'acidité ne dépassant pas 0,3 degré et qui est un remède contre la toux, les maux de gorge et le cholestérol.
Après la cueillette, on entreprose les olives dans des caisses aérées et permettant la filtration des éventuels résidus et on les achemine vers les unités de transformation.
Néanmoins, beaucoup de villageois continuent de perpétuer certaines traditions de transformation des olives en huile en recourant à d'anciennes méthodes de presse mécanique à l'aide de meules tournantes.
Dans la zone de Dhibet (délégation d'El Ala), Mme Jeanette Rebhi, 58 ans, propriétaire d'une petite oliveraie héritée de ses parents, possède un matériel adéquat et archaïque.
Elle se plaît à écraser les olives à l'aide de grands pilons dont la pâte mélangée avec un peu d'eau chaude est ensuite déposée dans une cuvette où l'huile flotte en surface, ce qui lui permet de la récupérer à l'aide de ses deux mains pour la déposer dans des récipients, dont des gargoulettes ou des bidons.
Notons dans ce contexte que la plupart des fellahs kairouanais consacrent une petite partie de leur production pour extraire de l'huile «Ennoudhouh» au goût un peu piquant et aux vertus curatives pour les hypertendus, les insuffisants hépatiques et les cardio-rénaux.
Des problèmes malgré tout
Il va sans dire que des mesures à même de garantir les meilleures conditions de cueillette ont été prises par les responsables régionaux afin d'assurer une production d'huile de qualité et de protéger l'environnement contre la pollution engendrée par la transformation des olives. Ainsi, on a sensibilisé les oléiculteurs à la question de la bonne méthode de cueillette, afin qu'ils évitent le gaulage, nuisible à l'arbre, de lutte contre le présence des étourneaux, et de l'emploi des caisses pour le transport des olives, et non des sacs en plastique.
En outre, on a décidé de faciliter le déplacement des ouvriers qualifiés par les moyens de transport des producteurs afin d'éviter les accidents.
Néanmoins, les fellahs sont confrontés au problème du manque de main-d'œuvre qualifiée pour la cueillette car, comme on est payé au kfiz et non à la journée, les jeunes trouvent que les salaires ne sont pas compétitifs par rapport à d'autres secteurs, d'où leur réticence à vieillir les olives, malgré une hausse constatée cette année (de 20 à 25 D par jour) qui engendre un manque à gagner pour les producteurs.
Par ailleurs, le fléau du pillage a pris de l'ampleur ces dernières années, surtout que les voleurs n'hésitent pas à couper les arbres à la base du tronc puis les cheminent vers des huileries clandestines. Ainsi, on ne se sent plus en sécurité, de nuit comme de jour,face à des bandes de malfrats équipés de barres de fer et d'armes blanches. C'est pourquoi les agriculteurs souhaiteraient l'augmentation du nombre de patrouilles policières afin de lutter contre ce phénomène.
D'autre part, les fellahs se plaignent de la cherté et de la difficulté d'acheter des plants de bonne qualité ainsi que de la présence dans la plupart des délégations d'étalages anarchiques de vente d'olives.
Tous ces problèmes obligent les oléiculteurs à procéder à la vente de leur production sur pied.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.