DELICIOUS lance officiellement sa Nouvelle Collection « BOHO CLIC » ETE 2019    Retour de Craxi à Hammamet et émotion de Hamida    Etats-Unis: Un milliardaire diplômé rembourse les dettes étudiantes de toute sa promotion    Le premier téléviseur intelligent à commande vocale en arabe est lancé par LG    Le Tunisien Hamdi Harbaoui désigné meilleur buteur du championnat Belge    Le Tunisien Mansour Barnaoui remporte 1 million de dollars: ‘'J'achèterai une maison...''    Le ministère des Affaires locales et de l'Environnement annonce de nouvelles nominations    La Synagogue El Ghriba à Djerba sous haute surveillance – Prés de 7000 visiteurs attendus pour le pèlerinage juif    Dr Sonia Ben Cheikh participe à l'ouverture de la 72ème session de l'OMS à Genève    Musée Bardo Up : Une application pour explorer le musée avec la réalité augmentée (Vidéo)    De bonnes nouvelles pour l'ESS avant le Classique contre le CSS    Youssef Chahed préside un CMR consacré spécialement au secteur des Transports et à Tunisair    Tunisie: Vidéo fuitée, Sofiène Toubel, accuse ces parties et promet d'en révéler davantage    Khémaïes Jhinaoui entame aujourd'hui sa visite officielle à Oslo, en Norvège    Ligue 1 : Programme de la 24ème journée    Manchester City : Kompany annonce son départ    Football : Programme des plus importants matchs de ce lundi et retransmission TV    Nous demandons à la France et à la Banque Mondiale d'indemniser les victimes de leurs abus, déclare Ben Sedrine    Suppression des faux comptes par la société Facebook : Précisions de l'ISIE    Coupe de la CAF (Finale aller) : La RS Berkane s'imopse face au Zamalek    Tunisie – Météo : Ciel nuageux avec quelques pluies isolées sur l'extrême sud    Tunisie- Un accident de la route fait sept blessés à Tataouine    Prix Marc-Vivien Foé : l'Ivoirien Nicolas Pépé remporte l'édition 2019, Whabi Khazri deuxième    Tadjikistan 32 morts dont 24 éléments de Daech lors d'une mutinerie dans une prison    Tunisie: Saisie de marchandises de contrebande d'une valeur de 90 millions de dinars dont 14 millions en or    Vers un arrangement à l'amiable pour la concession HalK El Menzel    En photos : Quand deux célébrités portent la même robe à Cannes...    Tunisie: Levée par la force du blocage de la voie ferrée, organisé par des habitants de Skiet Ezzit à Sfax    Le double impératif de l'instant : L'utilité du vote… Et le vote utile !    Suites aux sanctions de Trump, Huawei Android risque d'être privé des services de google    Le Hollandais Duncan Laurence remporte la 64e édition de l'Eurovision    Libye: La Turquie envoie 30 voitures blindées en soutien aux forces anti-Hafter    Allemagne : Messoud Ozil s'attire la foudre des allemands à cause de sa proximité du « dictateur » Erdogan    Tunisie – 4439 infractions économiques relevées les 11 premiers jours de Ramadan    Egypte: Un bus touristique ciblé par une explosion devant un musée au Caire    SAMSUNG lance le GALAXY A70    LG: Le premier téléviseur intelligent à commande vocale en arabe    En vidéo : Dorra Zarrouk à la soirée Chopard à Cannes, que pensez-vous de son look ?    En photos : Encore deux robes époustouflantes signées Ali Karoui à Cannes    Les municipalités du Grand Tunis consacrent 1,6 MD pour lutter contre les insectes    La France s'explique sur les accusations d'«ingérence» en Algérie    Ciné Social au CinéMadart : 1ère édition du 22 au 26 mai 2019 (Programme)    Festival “Notre quartier est artiste” par Mass'Art: 8ème Edition du 16 au 26 Mai 2019    En Italie, une amende de 3500 à 5500 euros pour chaque vie sauvée    Tunisie- L'association “le chemin de l'autiste” organise le nouveau spectacle du comédien Jaafer El Guesmi    Une mosquée incendiée dimanche dernier dans l'Etat du Connecticut aux Etats-Unis    Le Président américain Donald Trump offre à la Maison Blanche un « Dîner de l'Iftar » aux diplomates musulmans et prend place à côté de l'ambassadeur tunisien    En Arabie Saoudite, des drones houthis attaquent des installations pétrolières    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Je viens, je suis Africain, Arabe et Méditerranéen»
Entretien avec Nja Mahdaoui
Publié dans La Presse de Tunisie le 05 - 03 - 2018

Nja Mhadaoui organise ces jours-ci une exposition à la galerie El Marsa, Rétrospective de 1966 à 2018. L'événement, qu'il qualifie de station, relate une partie importante du parcours du créateur. C'est aussi un prétexte pour nous de remonter le temps avec lui pour observer le jeune Nja à la croisée des chemins, en proie aux doutes. Après avoir médité, longuement réfléchi, Nja, prédestiné par le prénom qu'il porte, est sauvé en trouvant sa voie. Il s'est affranchi de «l'autre» pour créer non «imiter». Prenant pour munition la lettre arabe, l'artiste se lance au gré du geste, au fil des années, approchant cette lettre dans sa rythmique, son aspect architectural, sa forme et non par le sens qu'elle produit. Nja a creusé son sillon, imprégné sa marque, l'œuvre recueillie est impressionnante. Il nous en parle avec une humble fierté.
Un événement important dans votre vie et vie d'artiste se tient en ce moment. C'est une expo-rétrospective, voulez-vous nous en parler ?
Qui dit rétrospective, dit regard porté sur une partie de l'itinéraire d'un créateur, notamment dans les Arts plastiques. Matériellement, il y a des œuvres à montrer. Etant donné que je n'ai pas exposé depuis quatorze ans à Tunis, parallèlement je n'ai pas arrêté de travailler, de participer aux colloques, aux expositions internationales dans les musées et les foires de l'art, je m'étais promis d'organiser une petite rétrospective. En principe, ce n'est pas à moi de l'organiser, en temps normal c'est le rôle des musées. La magnifique galerie El Marsa avec laquelle je travaille habituellement a été agrandie et j'ai pu y exposer des pièces, bornes, repères que j'ai toujours gardés chez moi. Cette exposition représente aussi un point d'arrêt pour répondre à la question fréquemment posée par les nouvelles générations portant sur mes activités. Mais les étudiants en arts n'ont aucune idée ni sur moi ni sur les autres, étant donné que l'œuvre des artistes tunisiens n'est pas enseignée. J'ai eu le plaisir de parler à l'Ecole nationale d'architecture récemment, je me suis trouvé en face d'étudiants de troisième année qui ignorent tout des artistes tunisiens, ils ne connaissent ni Khaled Ben Slimane ni moi ni les autres. C'est triste de le dire. C'est aux créateurs de remédier à cela ainsi qu'aux responsables des écoles.
En quoi ces tableaux repères sont-ils importants ?
Dans chaque période de changement de travail ou de glissement dans un nouveau style, il faut qu'il y ait des pièces qui indiquent cette mutation. J'avais commencé depuis les années 60, à l'époque on faisait des rencontres avec les gens de la culture de tous bords. Des sculpteurs, peintres, poètes ; je cite Taoufik Baccar, Salah Garmadi, Samir Ayadi, Fraj Chouchane...Ce n'était pas un groupe scellé, mais on se voyait régulièrement pour écouter des fragments de la pièce de théâtre de Mohamed Aziza, par exemple. Nous étions présents à chaque manifestation culturelle et artistique. Par la suite, des groupes et des associations d'écrivains, de poètes, de peintres ont commencé à voir le jour. Je crois que nous avons perdu cet esprit de complémentarité qui régnait chez les créateurs par le fait du cloisonnement.
Ce sont des métiers différents, il est normal qu'ils s'organisent, ne pensez-vous pas ?
Le mot métier est terriblement important. Mais il s'agit de concertations, d'échanges et de complémentarité. Comment imaginer une pièce de théâtre qui se joue dans une salle où il y a un ou deux artistes plasticiens seulement présents. Alors que les objets, les couleurs et le décor devraient les interpeller et les impliquer. La fameuse synergie entres les différentes expressions artistiques est désormais absente.
Parlez-nous de votre parcours et du changement de style dans vos œuvres ?
Mon parcours a démarré spontanément, presque naïvement, ici en Tunisie. Je n'ai pas fait l'itinéraire classique de ce qu'on appelle l'institution des beaux arts. Ensuite, je suis allé en Italie, poussé par la volonté d'apprendre et de comprendre. Ma formation au départ répondait au souci de réaliser un travail dans ce qui m'a le plus plu, l'art classique au sens occidental du terme. Ajouté à cela l'attrait qu'opérait sur moi l'art contemporain. On recevait les revues, on visitait les galeries, on voulait faire quelque chose. Mais on glissait facilement dans la répétition d'un style aimé. Or, à ce stade précis, le plus important pour moi est d'éviter cet écueil. J'ai commencé à peindre en prenant plusieurs directions, jusqu'au moment où j'ai rencontré le théoricien mondial de l'art, Michel Tapié de Céleyran qui s'intéresse à l'art informel. Il m'a mis dans une ambiance à laquelle je ne m'attendais pas du tout, m'a présenté à des artistes chinois, coréens, japonais et iraniens. C'était entre l'Italie et la France, dans les années 60. Par l'influence intelligente de Michel Tapié qui m'a fait rencontrer des artistes asiatiques et d'autres plus proches de nous comme les Iraniens, j'ai eu un choc qui n'est pas loin de la prise de conscience. La question qui s'était imposée alors à moi : va-t-on continuer à suivre ceux qu'on aime, dans la modernité —qui devient classique par l'effet de la répétition—, ou faire autre chose. C'était un moment-clé de conscientisation. Il était nécessaire pour moi de témoigner du monde d'où je viens ; je suis Africain, Arabe et Méditerranéen. J'ai longuement médité, réfléchi sur le phénomène oublié de la calligraphie. Un art majeur éludé par l'Occident pour des raisons qui ne nous concernent pas directement. Il fallait assumer cette responsabilité, se dégager du regard de l'autre et éviter une répétition dangereuse et stérile à la fois.
Est-ce une forme d'identification que de choisir la lettre arabe ?
Le terme identification a été le mot le plus dangereux pour moi. Lorsque je parlais de conscientisation, je m'étais trouvé comme beaucoup d'artistes du monde arabe en train de chercher, selon Jacques Berque, une identité : «Les Arabes sont en quête d'identité». Mais toute quête identitaire ne mène qu'au fourvoiement, à l'enfermement et au suicide. J'avais cela en tête comme péril à éviter.
Est-ce de l'affirmation alors ?
Affirmation du nous au sens de la globalité et de l'universalité. Ne pas se réduire à faire la répétition des œuvres faites par des femmes et des hommes d'une certaine époque. Il fallait innover et parler le langage d'aujourd'hui. Je m'étais révolté aussi contre le mimétisme de certains calligraphes qui ne font que répéter les mêmes gestes depuis des siècles. C'est une erreur fondamentale. Il fallait trouver des moyens qui pouvaient rappeler la rupture opérée par la ville de Kairouan avec les influences orientales. Une révolution de l'écriture avait eu lieu à Kairouan, au dixième siècle, dont on évite de parler dans les colloques internationaux des spécialistes de la calligraphie de la langue arabe.
La Lettre arabe incarne pour les arabes et les musulmans une certaine sacralité, qu'en pensez-vous ?
La sacralité appartient aux propos des savants qui ont perpétué ceux des prophètes. C'est une autre histoire. La calligraphie n'est pas née toute seule. Elle a ses voisinages et ses influences ; le cyrillique, l'hébreu et autres. Du moins dans la région proche de nous, la calligraphie a été composée et réfléchie dans chaque endroit de la partie orientale. Différentes écoles comme «Les six plumes» ont exercé leurs influences. Cet héritage, je l'ai observé comme je l'ai fait pour les œuvres de Michel Ange, de Léonard de Vinci et de Goya. Je me devais de quitter et non de rompre avec les influences occidentales. La réciprocité de l'échange avec les autres est toujours enrichissante. Mais je ne pouvais l'apprécier qu'à partir du moment où je rejette toute forme d'imitation et de suivisme dans un sens comme dans l'autre. J'ai commencé à les respecter en tant que forme de base, en écartant la répétition. J'ai choisi de travailler la forme de la lettre dans son aspect architectural, un concept qui rentre dans l'art et rejoint l'universalité. Et j'ai évité d'écrire des mots mais gardé la rythmique de la lettre.
Qu'appelez-vous rythmique de la lettre ?
Comme avec les groupes de chant, «Soulamiya», par exemple. Le rythme est présent mais on ne comprend pas souvent le sens des mots. C'est la cadence qui prime et qui m'a beaucoup intéressé. Je suis parti dans cette direction à travers la formulation de signes libres et non de signes qui portent un sens.
Vous ne cherchez pas à produire du sens à travers vos tableaux, à retranscrire un vers de poésie, un verset de Coran ?
Je ne suis pas écrivain, je ne suis pas poète. C'est de la création plastique au premier degré du geste libre. La décision de me dégager de tout ce qui est écrit a été prise de manière réfléchie dans le passé.
Les œuvres de Nja Mahdaoui sont exposées partout dans le monde, pouvez-vous nous parler de cet accueil et comment l'avez-vous perçu ?
Il y a une date à rappeler, j'espère ne pas me tromper, depuis 1765-70, il n'y a jamais eu une œuvre d'artiste du monde oriental et arabe exposée dans les musées internationaux. On ne trouvait que des bribes d'objets d'art de cultures et de civilisations anciennes. L'actualité est occultée complètement. Aujourd'hui, certains musées parmi les plus grands au monde ont commencé à ouvrir leurs portes et à proposer le dialogue. Parce que certains, je prends la responsabilisé de le dire et j'en fais partie, avions refusé de continuer à suivre et à imiter. Pourquoi le Smithsonian de Washington a ouvert ses portes, le British muséum et d'autres à Kuala Lumpur, à Tokyo, à Moscou. A chaque fois dans le cadre du dialogue. J'aime élargir le champ du dialogue et innover. A Sharjah, aux Emirats Arabes Unis, je suis président de Jury du musée de la rencontre de calligraphie arabe classique. J'ai ouvert une section officielle pour les recherches contemporaines modernes de la lettre.
Revenons en Tunisie, quel regard portez-vous sur la vie culturelle et artistique dans le pays ?
Il se passe quelque chose en Tunisie. Le théâtre qui a ses bases et son histoire, a toujours donné. A présent, il y a un phénomène extraordinaire auquel nous assistons et que j'applaudis mais dans le cinéma. Un déclic s'est opéré chez la nouvelle génération. Le cinéma à l'instar de l'art de la photographie communique dans l'immédiateté. La conscience du choc social et politique a libéré les initiatives des cinéastes qui rendent compte de la réalité tunisienne sans complexes, telle qu'elle est, et non une réalité figurative. Par ailleurs, le déséquilibre est palpable entre le cinéma et les autres disciplines. Lorsque les galeries dignes de ce nom ne dépassent pas une dizaine, alors que près de 1.200 artistes peintres sont inscrits, il y a un point d'interrogation. Nous n'avons pas encore pensé à un cadre qui expliquerait ce déséquilibre matériel et temporel entre le cinéma qui a explosé et les autres arts à la traîne. Par ailleurs, nous sommes en train de discuter du projet de loi portant sur le statut de l'artiste, il était temps. J'attends que les créateurs se rencontrent entre eux pour en débattre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.