Qui est Sihem Boughdiri Nemsia, nouvelle ministre de l'Economie, des Finances et de l'Investissement    Tunisie – Erdogan se permet de s'ingérer ouvertement dans les affaires internes tunisiennes    La justice militaire suspend les mandats de recherche à l'encontre de Me Zagrouba et de quatre députés al Karama    Kais Saied limoge Ali Kooli et Mohamed Fadhel Kraiem    Association NOUR : Gouvernement de salut national et réformes politiques    La Bourse de Tunis entame la semaine sur une note quasi-stable    Report des festivals internationaux de Carthage et de Hammamet    "L'Homme qui a vendu sa peau" de Kaouther Ben Hania en première au festival EIFF 2021    Mauvaise nouvelle – Tunisie – Moody's : Rapport publié contre-courant    La Tunisie réceptionne un don chinois de 400 mille doses de vaccin Sinovac    Tunisie: 8 août journée portes ouvertes de vaccination    Tunisie – Covid-19 : La vaccination en milieu professionnel pour les plus de 40 ans démarre le 4 août    Le représentant de l'OMS à Tunis : « Les indicateurs de suivi de l'épidémie sont positifs en Tunisie, malgré la gravité de la situation »    Tunisie: Lettre ouverte d'artistes et intellectuels Tunisiens pour défendre la République    Tunisie-Tunisair: Des hauts responsables interdits de voyage    Festival Hammamet 2021 : Spectacle "Rboukh" du musicien Hatem Lajmi attendu en ligne    L'inquiétude des étrangers de ce qui se passe en Tunisie est légitime    Un musée virtuel du patrimoine tunisien voit le jour    La récolte céréalière à Siliana s'élève à 815 mille quintaux    Tunisie-Rentrée scolaire: La vaccination du corps éducatif au cœur d'une réunion ministérielle    Grand-Tunis : 300 DT par mois, le budget mensuel du ménage tunisien destiné au transport    Tunisie: Noureddine Taboubi reçoit une délégation du Courant démocrate    En réponse à l'appel de Kais Saied: La Fédération nationale du cuir et de la chaussure appelle les professionnels du secteur à baisser leurs prix    Dette extérieure tunisienne : Tous les risques sont là !    Ahmed El Kram : Le régime politique est démocratique mais pas efficient !    Jeux Olympiques : 3 lutteurs tunisiens éliminés ce lundi    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 02 Août 2021 à 11H00    JO Tokyo: 2 athlètes italien et qatari se partagent la médaille d'or, une première historique (vidéo)    Jeux Olympiques : Quand verra-t-on Oussama Mellouli ?    Tunisie: Echaâb Yourid appelle Kais Saied à limoger Nadia Akacha pour cette raison    Mohamed Kerrou, universitaire, à La Presse : « La lutte contre la corruption, pierre angulaire de la reconstruction nationale »    Commerce : Les Grandes surfaces répondent favorablement à l'appel du chef de l'Etat    Tunisie – Météo: Baisse relative des températures, cette semaine    On nous écrit | Chut on tourne !    Le statut de l'artiste : Encore au cœur du débat    CSS : Sous la loupe de Solinas    Mourad Daoud - Tunisie: Coup de force, coup d'après?    JO Tokyo 2020 : Les kayakeurs Tunisiens échouent lors de la première journée des qualifications    JSK : Reprise en douceur    Médenine : Deux tentatives d'immigration illégale déjouées    Tunisie – VIDEO : Saïed : Ils sont en train de comploter et d'exploiter la misère des gens en les encourageant à la migration clandestine    Jake Sullivan : Les Etats-Unis sont prêts à redoubler d'efforts pour aider les Tunisiens    Dream City, Rendez-vous en 2022    Pour cause de Covid-19, l'édition 2021 de Dream City reportée à 2022    [TRIBUNE] : Pour un état-major de l'économie    208 migrants clandestins secourus au cours des dernières 48 heures    17 migrants retrouvés morts à bord d'un bateau en route vers les côtes italiennes    Aux origines de la Nahda: L'Expédition d'Egypte (1798-1801)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des réformes structurelles à engager
Etude OCDe
Publié dans La Presse de Tunisie le 02 - 05 - 2018

Selon une étude de l'Organisation de coopération et de développement économique (Ocde), les perspectives pour l'économie tunisienne semblent s'améliorer avec des prévisions de croissance de 2,8% en 2018 et de 3,4% en 2019. Un optimisme mesuré, toutefois, puisque les défis auxquels fait face l'économie tunisienne persistent encore. L'inflation, la dépréciation du dinar, l'endettement extérieur, le déficit courant, le déficit commercial sont autant de facteurs qui continueront de peser davantage sur la performance de l'économie tunisienne.
L'étude indique que l'assainissement de la dette publique doit s'inscrire sur un horizon à moyen terme et être accompagné de réformes structurelles pour relancer l'activité et la création d'emploi dans le secteur privé ainsi que réorienter les dépenses publiques au profit des populations défavorisées et de la croissance inclusive.
De même pour l'investissement privé qui a baissé ces dernières années, souffrant des réglementations excessives sur le marché des produits et des procédures administratives complexes qui peuvent générer de la corruption, d'une fiscalité peu prévisible, des difficultés croissantes pour le passage des biens en douane et leur transport maritime et d'un système financier peu favorable aux jeunes entreprises et à celles en croissance. D'où l'importance d'une réforme structurelle dont la loi sur l'investissement est la pièce essentielle.
La problématique du chômage est également une contrainte majeure pour réduire les disparités socioéconomiques en Tunisie. Les inégalités sur le marché du travail persistent, selon l'étude, avec un grand pourcentage pour les jeunes diplômés. L'emploi informel fait partie intégrante de ce paysage où la précarité est devenue un constat pour plusieurs jeunes.
Ainsi, faire face aux défis qui entravent la croissance et le rétablissement des équilibres économiques est un objectif majeur pour le gouvernement tunisien. L'inflation qui continue d'augmenter davantage depuis l'année dernière fait partie des objectifs principaux de cet effort. Selon l'Ocde, il faudrait introduire un régime de ciblage de l'inflation comme en Afrique du Sud, au Canada, au Chili, en Colombie, etc. Ce ciblage requiert, néanmoins, des prérequis consistant en un système bancaire solide, des marchés financiers développés, la stabilité macroéconomique et l'ouverture du compte de capital.
Consolidation
Il s'agit également de consolider le secteur bancaire, surtout que l'accès au financement bancaire pose toujours problème pour certaines entreprises. Selon l'étude, entre 2010 et 2016, la part des créances douteuses dans le total des crédits est passée de 12 à 15,4 %, ce qui est élevé par rapport aux pays de l'Ocde, et a même atteint 20 % dans les banques publiques. La consolidation du secteur bancaire permettrait, d'après l'étude, de réaliser des économies d'échelle significatives, en s'appuyant sur les progrès des technologies de l'information et sur une diversification plus judicieuse. De même pour un désengagement de l'etat, ayant des participations dans une dizaine de banques de 10 à 8%.
L'Ocde recommande également de reconsidérer le plafonnement des taux d'intérêt qui limite la concurrence et rend difficile la tarification du risque. Dans cet état d'esprit, un projet d'amendement de la loi relative aux taux d'intérêts excessifs a été présenté à l'Assemblée des représentants du peuple et devrait être discuté début 2018. En outre, l'étude considère qu'il faudrait améliorer les dispositifs de financement des investissements dans les régions de l'arrière-pays, évoquant le projet de la Banque des régions, visant à améliorer l'accès au financement des très petites, petites et moyennes entreprises.
Assainissement
Selon l'étude, il est aussi impératif d'assainir les finances publiques en préservant la croissance et renforçant la justice sociale et de les remettre sur une trajectoire soutenable. La dette publique qui augmente davantage d'année en année démontre bien cette problématique. Un constat qui requiert le rétablissement de la soutenabilité de la dette en axant sur un effort d'assainissement budgétaire et sur les réformes structurelles susceptibles de renforcer la croissance. Selon les simulations de l'Ocde, il faudrait mener simultanément un ajustement budgétaire graduel et une réforme des réglementations sur les marchés des biens et services pour permettre de neutraliser les effets négatifs qualifiés de temporaires de l'ajustement budgétaire sur l'activité et d'inscrire le ratio dette publique/PIB sur une trajectoire baissière.
Au niveau de la fiscalité, l'étude indique que la charge fiscale demeure élevée et qu'il faudrait privilégier l'efficacité et la justice fiscale. On recommande, ainsi, d'élargir l'assiette fiscale pour augmenter les recettes publiques et d'opérer de la transparence sur le coût et les bénéficiaires des incitations fiscales. On considère que la publication du rapport sur les dépenses fiscales prévue pour 2018 est une première étape. De même, certaines incitations fiscales, notamment pour l'acquisition de logements, devraient être reconsidérées puisqu'elles détournent l'épargne d'un investissement plus productif et tendent à bénéficier aux ménages les plus riches. Selon l'Ocde, les économies réalisées pourraient être en partie réorientées pour améliorer l'offre de logements pour les plus démunis. Il s'agit aussi d'effectuer des évaluations de certaines incitations fiscales pour l'investissement, voire les éliminer, si elles s'avèrent peu efficaces. De même pour la fraude et l'évasion fiscale dont la lutte devra être renforcée. L'Ocde souligne qu'un rapprochement de la direction de la comptabilité publique et de recouvrement et de la direction du contrôle devrait améliorer le recoupement des informations et augmenter les taux de recouvrement, relativement faibles actuellement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.