Zied ghanney : Il faut légaliser le cannabis    Pourquoi les vaccins contre le Covid font flamber les prix du pétrole?    L'indice des prix de l'immobilier se hisse de 10,9% au terme de 2020    L'Europe renonce à son projet de résolution contre l'Iran    Le prix du carburant flambe et attise la colère populaire    Les manifestants pleurent la jeune Kyal Sin et défient la junte    Tunisie Valeurs présente son portefeuille type dans lequel figure une dizaine de valeurs    a quoi ressemble super congélateur où est conservé vaccin anti covid?    Eléments pour une histoire sainte    Semaine Boursière : Le marché affiche une tendance résolument haussière    Les prix de l'immobilier ont augmenté de 11% durant le 4e trimestre de 2020 (INS)    Tunisie-Imed Boukhris : La position de Kais Saied par rapport au remaniement ministériel était basée sur des données de l'INLUCC    Entretien au Caire entre le chef de la diplomatie tunisienne et le directeur général de l'OADA    L'Union interparlementaire s'est saisie de la plainte de Abir Moussi    Analyse statistique : La Tunisie est le dernier pays au monde à vacciner sa population...    Coronavirus: Allègement du couvre-feu du 22h à 05h du matin    Tunisie-Ligue 2 : Les arbitres de la 6ème journée    Une campagne sans logo, le pari osé de l'opérateur Ooredoo Tunisie (Photos)    Tunisie : Une conférence de presse sur les nouvelles mesures sanitaire [Vidéo]    Loi ESS: le 30 juin, date limite pour publier les textes réglementaires    L'ANSI appelle les chefs d'entreprises à faire preuve de vigilance face aux menaces cybernétiques    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 05 MARS 2021 à 11H00    Abdellatif Mekki appelle Hichem Mechichi à rendre les vaccins aux Emiratis    Une autoroute Nord-Sud facilitera à la Tunisie l'accès au marché africain    Abir Moussi est un danger pour la Tunisie, selon Samia Abbou    CONDOLEANCES : M. Tarak Karoui    Rached Ghannouchi : Il faut protéger Seifeddine Makhlouf    Al Ahly d'Egypte : l'international tunisien Ali Maaloul récupère bien de sa blessure au ischio-jambiers    L'OMS félicite le Maroc pour ses performances dans la campagne de vaccination    Personnes malvoyantes | Ecriture braille : Une nouvelle invention voit le jour    Ce soir au théâtre des jeunes créateurs : «Don Quichotte, céder le passage» de Chedli Arfaoui    Boxe | En marge du tournoi de Bulgarie : Prestation encourageante de Khouloud Halimi    CAN U20 | Match de classement pour la 3e place – Gambie-Tunisie (Ce soir à 21h00) : Sur une note positive !…    Ligue 1 | 15e journée – CAB-ST (1-0) : La victoire du cran !    Commission mixte 5+5 entre l'Utap et le gouvernement : Un accord sur divers domaines d'activités    La poésie en questions | Le prisme des herméneutes    Vient de paraître | « Les siestes du grand-père, récit d'inceste » de Monia Ben Jémia : La banalité du mal    Appel à projets 2021 du Fonds d'aide à la coproduction cinématographique tuniso-français    FC Barcelone : touché au genou, Piqué incertain face au PSG en Ligue des champions    Covid-19 : 32 décès et 635 nouvelles contaminations recensés le 3 mars 2021    Noureddine Taboubi : La démission de Hichem Mechichi est une condition pour le début du dialogue national !    Météo: Prévisions pour vendredi 05 mars 2021    Sortie officielle du film documentaire : Je suis ma propre république    Ocres patines du temps fugace    «Om Layoun» un film documentaire tendre et sans compromis        Tunisie: Daily brief du 4 Mars 2021    Ephéméride : Le 1er mars 1924, Mohamed Daghbaji lança la révolte contre l'occupation française    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La magie d'une rencontre
«Du baroque aux bachrafs» par le Duo Harkan à L'Agora
Publié dans La Presse de Tunisie le 03 - 06 - 2018

Les notes de chaque instrument épousant celles de l'autre, goûtant, le temps d'un morceau, à sa culture et explorant son univers.
La rencontre est celle de deux jeunes et talentueux musiciens, deux univers et deux sensibilités. Il y a, d'un côté, la harpiste française Maïa Darmé qui vient régulièrement en Tunisie. Elle est reconnue pour son jeu inventif et se produit sur tous les continents, dans des festivals, pour des productions théâtrales ou avec des compagnies de danse. Navigant avec facilité entre harpes anciennes et harpes électriques, elle se passionne pour les collaborations artistiques les plus surprenantes et joue aussi bien avec des ensembles classiques que des groupes de rock, de jazz, de reggae, de hip-hop, de musique expérimentale, de pop ou encore de musiques du monde.
Elle a d'ailleurs, dans ce sens, créé un autre projet de fusion avec un jeune musicien tunisien, Mohamed Ben Slama, guitariste et joueur de Goumbri où, entre autres, ils réarrangent d'anciennes chansons tunisiennes pour les marier avec des sonorités plus actuelles. De l'autre côté, l'on trouve le joueur de Qanun tunisien Mohamed Amine Kalaï, un fier représentant de son instrument de prédilection, et le répertoire de la musique tunisienne, sur les scènes des festivals nationaux et à l'étranger, notamment en France, en Autriche, en Italie ou encore en Turquie.
La rencontre est celle encore de ces deux instruments uniques et trop peu connus en dehors de leurs cultures et répertoires respectifs, des instruments que ces deux jeunes gens ont appris à aimer, à dompter et à imposer dans d'autres sphères musicales, à les marier avec d'autres sonorités, d'autres cultures...
Cette rencontre a donné lieu à une magnifique création musicale intitulée «Mille et une notes» que le public a pu découvrir et apprécier, mercredi dernier à l'espace culturel L'Agora à La Marsa.
Les deux artistes, qui ont baptisé leur duo «Harkan», contraction du nom des deux instruments et clin d'œil à la langue turque et arabe, «Harkan» signifiant dans la première «prêter l'oreille» et dans la seconde «le mouvement», nous ont convié à un succulent voyage musical à travers un répertoire éclectique, fruit d'un travail d'arrangement jouant sur la proximité des timbres des deux instruments cousins et provenant de cette volonté tenace des interprètes d'abolir les frontières et d'aller au-delà des préconçus entourant leurs instruments.
De la subtilité, une belle présence scénique, de la maîtrise, de la sensibilité et surtout la magie de cette fusion entre la harpe et le Qanoun. Face à face, faisant parler leurs cordes, Maia et Mohamed Amine ont apporté magie et béatitude à cette soirée, de quoi nous émerveiller et nous transporter. Les notes de chaque instrument épousant celles de l'autre, goûtant, le temps d'un morceau, à sa culture et explorant son univers...
Allant du baroque aux bachrafs, de l'oriental et occidental, visitant des œuvres savantes et traditionnelles ou encore des pièces lascives et enjouées. «Mille et une notes» a régalé l'audience à travers des morceaux turques (sultani yegah sirto, nikriz sirto..), tunisiens (Anouar Brahem...), hispano-andaloux (recuerdos de la alhambra, romance anonyme, caprice arabe...), baroques (Vivaldi) et français. Bravo et bon vent!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.